détruit, ite

DÉTRUIT, ITE

(dé-trui, trui-t') part. passé de détruire
Défait de manière qu'il ne reste plus apparence de la structure. Une ville détruite par un tremblement de terre.
Et de vos murs détruits rétablissant la gloire [VOLT., Alz. V, 7]
Par extension.
Une terre non plus n'est pas détruite, c'est pure façon de parler ; bien le peut être un marquisat, un titre noble, quand la terre passe à des vilains [P. L. COUR., Lett. V]
Fig.
Mes ans se sont accrus, mes honneurs sont détruits [RAC., Mithr. III, 5]
Perdu dans son crédit, dans sa puissance, dans sa grandeur.
Vous-même n'allez point, de contrée en contrée, Montrer aux nations Mithridate détruit, Et de votre grand nom diminuer le bruit [RAC., Mithr. III, 1]
David, David triomphe, Achab seul est détruit [ID., Athal. V, 6]
Mis à mort.
L'impie Achab détruit, et de son sang trempé Le champ que par le meurtre il avait usurpé [RAC., Athal. I, 1]