dévoiement


Recherches associées à dévoiement: dévoilement, dévouement

dévoiement

n.m.
Litt. Action de dévoyer, de faire sortir du droit chemin : Le dévoiement d'un enfant.

DÉVOIEMENT

(dé-voî-man) s. m.
Terme d'architecture. Action de dévoyer, d'incliner un tuyau de cheminée ou de descente. Terme de marine. Position de certains couples dans lesquels le plan des branches n'est pas perpendiculaire à la quille.
État du corps qui est dévoyé, flux de ventre, déjections alvines liquides.
Il était incommodé d'un dévoiement [SÉV., 118]
M. de Beauvillier se crevait de quinquina pour arrêter une fièvre opiniâtre accompagnée d'un fâcheux devoiement [SAINT-SIMON, 83, 89]
Un dévoiement rend souvent un homme pusillanime [VOLT., Oreilles, 7]
Fig.
Le duc d'Orléans, dont la facilité se pouvait appeler un dévoiement, accorda les honneurs du Louvre à Dangeau [SAINT-SIMON, 450, 34]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Estant tombée en un grand desvoyement d'estomach [vomissement] et fiebvre [MONT., I, 101]
    Il luy prit tout soudain une resverie et un desvoyement d'entendement, auquel il mourut trois jours après [AMYOT, P. Aem. 62]

ÉTYMOLOGIE

  • Dévoyer.

dévoiement

DÉVOIEMENT. n. m. Flux de ventre, diarrhée.

En termes d'Architecture, il signifie Inclinaison d'un tuyau de cheminée ou d'un tuyau de descente.

dévoiement


DÉVOIEMENT, s. m. [Le 2d e ne se fait nullement sentir: Dé-voa-man, en trois syllabes. — On écrivait aûtrefois dévoyement, mais cette ortographe induisait à une mauvaise prononciation, à prononcer dévoa-ie-man.] Flux de ventre. "Il a le dévoiement: "Les raisins lui ont doné le dévoiement. — Des ignorans disent dévoument pour dévoiment.