dame

1. dame

n.f. [ lat. domina, maîtresse ]
1. Vieilli Femme mariée (par opp. à demoiselle, jeune fille).
2. Adulte de sexe féminin (par opp. à monsieur, homme) : Une dame a téléphoné femme
3. Titre donné à une femme de haut rang, dans le langage féodal, courtois ou religieux : Le chevalier combattait pour sa dame.
4. Figure du jeu de cartes représentant une femme reine
5. Pièce de jeu d'échecs reine
6. Au jeu de dames, pion doublé.
7. Outil de terrassement servant à tasser, à damer le sol hie
Aller à dame,
au jeu de dames, mener un pion jusqu'à la dernière ligne de l'adversaire, où il devient dame.
Jeu de dames,
jeu pratiqué sur un damier, par deux joueurs disposant chacun de vingt pions.
Jouer à la dame,
affecter des manières élégantes, en parlant d'une femme.

2. dame

interj. [ de par Notre-Dame ! ]
Fam. Sert à renforcer une affirmation ou à souligner une évidence ; bien sûr, parbleu, pardi.

DAME1

(da-m') s. f.
Titre qu'on donnait à la femme d'un seigneur, d'un châtelain, d'un chevalier, d'un gentilhomme, par opposition aux femmes mariées de la bourgeoisie qui ont porté pendant longtemps le nom de demoiselles. Fig.
Le hibou fut trop heureux de se cacher dans son trou et d'épouser la chouette qui fut une digne dame du lieu [FÉN., t. XIX, p. 45]
Titre qu'on donnait à la femme qui possédait une seigneurie. Celle qui a la seigneurie, l'autorité.
Surtout soyez de vous la maîtresse et la dame [RÉGNIER, Sat. XII]
Brevet de dame, brevet par lequel le roi conférait à une fille de qualité, non mariée, le titre de dame. Notre-Dame, nom donné par les chrétiens à la sainte Vierge.
La femme noble à laquelle un chevalier consacrait ses soins. Combattre, mourir pour sa dame. La dame de ses pensées.
Ces hommes qui prêtaient foi et hommage à leur Dieu, leur dame et leur roi [CHATEAUB., Génie, I, II, 2]
Ah ! si ma dame me voyait, disait Fleuranges en montant le premier à l'assaut [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 173, dans POUGENS]
La femme à qui l'on rend d'assidus hommages. Être dévoué, fidèle à sa dame.
Quand on aime une dame sans égalité de condition.... [PASC., Amour.]
Aujourd'hui, titre donné à toute femme mariée qui n'est pas de la dernière classe. C'est une dame fort estimable. Devenir dame, se marier.
Par civilité et politesse, dame se dit de toutes les femmes, qu'elles soient mariées ou non. Être poli avec les dames. Dans ce bal, les toilettes des dames étaient fort élégantes.
Rien ne pèse tant qu'un secret ; Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes [LA FONT., Fabl. VIII, 6]
Grande dame, dame appartenant à la haute société. C'est une grande dame. Faire la grande dame, affecter un luxe et des airs au-dessus de sa condition. Dame galante, femme d'une conduite légère. En courant la bague, en jouant à la paume, on disait que la première course, le premier coup étaient pour les dames, c'est-à-dire pour faire honneur aux dames, sans que le coup fût compté pour la course du prix ou pour le gain de la partie. Cela s'appelait à la paume Les dames, et à la dague La course pour les dames. Ce mot s'est employé souvent quand on parle des femmes de l'antiquité. Les dames carthaginoises coupèrent leurs cheveux en une nécessité publique pour faire des cordages aux navires.
Répondez-moi, seigneur, comme dame romaine [CORN., Sertor. II, 2]
.... Qu'on l'honore ici, mais en dame romaine, C'est-à-dire un peu plus qu'on n'honore la reine [ID., Pomp. III, 4]
Étant fille de Scipion l'Africain et veuve de Tibérius Gracchus, qui avait été deux fois consul et censeur, elle rejeta ses offres, et crut qu'il était plus honorable pour elle d'être une des premières dames de Rome, que d'être reine de Libye avec Phycon [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. IX, p. 296, dans POUGENS]
Son avidité, par des lois inhumaines, Impose des tributs jusqu'aux dames romaines [VOLT., Triumv. IV, 2]
Titre d'honneur ou d'office donné à certaines femmes. Les dames de France, les filles du roi.
Titre donné à certaines religieuses et aux chanoinesses. Les dames du Sacré-Cœur. Les dames de Longchamp. Les dames chanoinesses de Remiremont. Les dames du chœur, les mères qui siégent au chœur, par opposition aux sœurs converses et aux novices. Dames de charité, dames qui, dans l'étendue d'une paroisse, d'un quartier, forment une association chargée de recueillir et de distribuer les aumônes.
Nos compliments à vos dames de la charité ; elles m'ont bien remercié de ce que vous avez fait pour elles [MAINTENON, Lett. d'Aubigné, 15 oct. 1682]
Dame du lit, dame du palais, dame d'honneur, dame d'atour, dame de compagnie, femmes de qualité qui remplissent diverses fonctions auprès des reines et des princesses. Fig.
Plus l'obstacle est puissant, plus on reçoit de gloire, Et les difficultés dont on est combattu, Sont les dames d'atour qui parent la vertu [MOL., l'Étour. V, 11]
Dame de compagnie, se dit aussi d'une dame qui demeure dans une maison pour y tenir compagnie à une autre dame ou pour faire les honneurs de la maison d'un homme âgé, et qui, bien que payée pour cela, est dans une sorte d'égalité avec les maîtres de la maison.
On se servait, et on se sert encore, mais rarement, de ce mot par civilité en parlant aux femmes du petit peuple, et en y ajoutant leur nom propre : Dame Barbe, faites-moi ce plaisir, je vous prie ; de là il est passé dans le langage familier et le style badin.
Car la dame Indignation Est une forte passion [RÉGNIER, Ép. III]
Du palais d'un jeune lapin Dame belette, un beau matin, S'empara : c'est une rusée [LA FONT., Fabl. VII, 16]
Les dames de la halle, la corporation des marchandes de fruits, de légumes ou de poissons. Terme de pratique. La dame une telle. La susdite dame.
Dames blanches, êtres surnaturels dans les anciennes croyances des Écossais et des Allemands.
Figure du jeu de cartes. La dame de cœur. La dame de pique. Un brelan de dames.
10° Aux échecs, la pièce la plus considérable après le roi, et qui réunit les deux marches du fou et de la tour, c'est-à-dire qu'elle peut parcourir tout l'échiquier, soit carrément, soit en diagonale, à moins qu'une autre pièce ne l'arrête. On dit également la reine.
Parbleu ! Dorval a perdu sa dame ; il joue son roi, je prends sa dame [GOLDONI, Bourru bienfais. I, 7]
Aller à dame, se dit, aux échecs, d'un pion qui, poussé jusqu'au dernier rang des cases de l'adversaire, devient dame et remplace la dame qui avait été perdue auparavant dans le cours de la partie.
Chez les unes [nations], le roi [aux échecs] peut faire deux pas, chez d'autres il n'en fait qu'un ; ici on va à dame, là on n'y va pas [VOLT., Sing. 31]
11° Jeu de dames, jeu qui se joue sur l'échiquier avec 24 petites rondelles toutes semblables, les unes blanches, les autres noires. Chaque joueur en a douze. Le jeu de dames à la polonaise, beaucoup plus usité aujourd'hui, se joue sur un damier ou échiquier de 100 cases ; il y a alors 40 rondelles, et chaque joueur en a 20. Ces rondelles s'appellent en général des dames, mais plus exactement des pions. La dame est le pion mené sur une des cases de la rangée qui est du côté de l'adversaire ; on le couvre d'un autre pion d'entre ceux qui ont été déjà pris, et alors il peut parcourir tout le damier en diagonale comme la reine ou dame des échecs, au lieu de faire un pas seulement comme les pions ordinaires. Cette circonstance, empruntée au jeu des échecs, est probablement l'origine du nom de jeu de dames, jeu que l'on prétend avoir été inventé à Paris, vers l'époque de la régence, par un Polonais qui s'y trouvait alors. Aller à dame, mener un pion à dame, conduire un de ses pions sur une des cases de la dernière rangée du côté de l'adversaire ; on dit alors que le pion devient dame damée, ou, simplement, dame. Prendre une dame. Battre une dame, la mettre en prise. Aux échecs et aux dames, dame touchée, dame jouée, c'est-à-dire que, dès qu'on a touché une pièce, on est obligé de la jouer.
12° Au jeu de trictrac, nom des rondelles avec lesquelles on joue. Dame découverte, dame placée seule sur une flèche. Dame surnuméraire. la 3e dame placée sur une case déjà faite. Dame passée, celle qui ne peut plus servir à faire le plein. Dames rabattues, sorte de jeu différent du trictrac, mais qui se joue avec les mêmes pièces.
13° Nom vulgaire de différents oiseaux : le grèbe huppé, l'effraye, la hulotte, la mésange. Belle-dame ou bonne-dame, nom d'un papillon.
14° Terme de botanique. Dame d'onze heures, plante liliacée à fleurs blanches qui ont l'extérieur des pétales vert. Belle-dame ou bonne-dame, l'arroche des jardins.
15° Masse dont se servent les paveurs et autres ouvriers pour battre et enfoncer. On dit plutôt demoiselle ; le nom propre est hie. Pièce de fonte qui ferme la porte du creuset dans les grosses forges.
16° Terme de marine. Nom de deux chevilles de fer plantées sur l'arrière d'une embarcation de chaque côté d'un grelin pour le fixer. Doubles tolets plats servant à retenir les avirons qui n'ont pas d'estropes.
17° Terme d'astrologie judiciaire. On dit d'une planète qui domine dans un thème céleste, qu'elle est dame de l'ascendant.
18° En langage de matrones, chargées jadis de faire des rapports, dame signifiait la partie moyenne de la membrane hymen.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Pur sa bealté dames lui sont amies [, Ch. de Rol. LXXV]
  • XIIe s.
    Et tantes dames veuves de lor maris [, Ronc. p. 72]
    Mais à dame de valor Doit on penser nuit et jor [, Couci, I]
    Et se je truis [trouve] ma dame o le douz nom Pleine d'orgueil et dame sans guerdon [, ib. II]
    Bele dame me prie de chanter [, ib. X]
    Aussi comme en la mer est puissanz la baleine, Sur tous autres poissons est dame et chastelaine [, Sax. XX]
    Les gentix dame, chascune ot son sautier, Et si faisoient le dame Dieu mestier [le service du Seigneur Dieu] [, Raoul de Cambrai, 52]
  • XIIIe s.
    Dame, ce dist Pepins, on ne doit pas douter [, Berte, III]
    [La serve] En la chambre s'en va [à] Berte sa dame dire [, ib. XI]
    De tel geu, com l'en fait des mains, Estoit-ele dame et il mestre. [, Lai de l'ombre]
    Et n'est de nulle riens certaine, Ains met les amans en grant paine, Et se fait d'aus [d'eux] dame et mestresse, Mains en deçoit par sa promesse [, la Rose, 4083]
    Se li empereres de Romme, Sous qui doivent estre tuit homme, Me daignoit voloir prendre à fame, Et faire moi du monde dame.... [, ib. 8860]
    Se elle est dame, qu'ele y envoit chevalier, et s'ele est demoiselle, que elle y envoit escuier [BEAUMANOIR, XXIX, 19]
    Et lor disoit que les autres bones viles s'estoient accordées privéement, qu'eles ne vcloient plus estre en obeissance du seigneur, et seroit cascune vile dame de soi [ID., XXX, 63]
    À vous toz faiz-je ma clamor D'ypocrisie, Cousine germaine Heresie, Qui bien à la terre saisie ; Tant est grant dame, Qu'ele en enfer metra mainte ame [RUTEB., 203]
    Wide chambre fait fole dame [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 213]
    On sert le chien por le seignor ; Et por l'amor le chevalier Baise la dame l'escuier [HERBERS, Dolopathos, dans LEROUX DE LINCY, t. II, p. 489]
  • XVe s.
    Et [les Gantois à Dam] mirent femmes et enfants prisonniers dedans le moustier, et proprement ils firent entrer les dames chevaleresses [FROISS., II, II, 232]
    Sa dame de mere lui acordoit tout ce qu'il disoit.... [ID., I, I, 100]
    .... Et obeiroient à li comme à leur dame, et à son fils comme à leur seigneur [ID., I, I, 9]
    À ce propos raconte Valere de Scipion que il fit Rome dame de Carthage et du pays d'Afrique [, Bouciq. III, ch. 13]
  • XVIe s.
    Dame qui moult se mire peu file [LER. DE LINCY, Prov. t. I, p. 213]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. daime ; provenç. dama, et plus habituellement dompna, domna, dona et par abréviation na, et encore dons ; espagn. doña et dueña ; ital donna ; du latin domina. Le changement de l'o en a n'est pas très rare dans l'ancien français : en pour on, dam pour dom, etc. On trouve quelquefois dome : XIIIe s.
    L'aumone que ma dome Teeline aveit fait à De [Dieu] e aus hospitaulers [, Bibl. des Ch. 3e série, t. V, p. 87]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. DAME.
    Ajoutez : Notre-Dame, voy. NOTRE-DAME.

    REMARQUE

    • 1. Une locution de mauvais usage est de dire sa dame pour sa femme : Il est venu avec sa dame.
    • 2. Dans les chemins de fer, aux arrêts, on lit : Côté des dames, Côté des hommes. Il faudrait côté des femmes, ou, si l'on dit côté des dames, il faudrait dire côté des messieurs.

DAME2

(da-m') interj.
Interjection explétive qui est une formule d'affirmation, comme hercle en latin. Mais, dame, oui. Oh ! dame, non.
Ah ! dame, vous m'en direz tant ! Oh ! dame, interrompez - moi donc ! [MOL., D. Juan, III, 1]
Dame ! quand on est belle, on ne l'est pas pour rien [HAUTEROCHE, Bourg. de qualité, I, 4]
Dame ! je ne sais pas si bien mentir que vous [BOURSAULT, Merc. gal. I, 3]
Si elle est devenue si glorieuse, dame, je ne saurais que faire [MARIVAUX, Marianne, 5e part. t. II, p. 234]
Dame ! oui, je lui dis tout.... hors ce qu'il faut lui taire [BEAUMARCHAIS, Mar. de Fig. III, 9]
Oh ! dame ! c'est une Française, cela se vend bien, tout le monde m'en demande [CHAMPFORT, Marchand de Smyrne, sc. 8]
Enfin te tairas-tu ? - Dame ! on défend ses droits [COL. D'HARLEV, Malice pour malice, I, 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Dame s'est dit au masculin (voy. l'historique de DOM) pour seigneur ; dame Dieu est continuellement dans les anciens textes ; et dame Dieu ou, simplement, dame, est devenu une interjection comme seigneur Dieu ou seigneur ; c'est cet emploi fréquent de dame Dieu qui fait penser que dame, interjection, vient de dame masculin et non de dame féminin (Notre-Dame, la sainte vierge). Dame, s. m. vient de dominus, comme dame, s. f. vient de domina.

DAME3

(da-m') s. f.
Terme d'architecture hydraulique. Nom qu'on donne, en creusant les terres, particulièrement pour un canal, à de petites digues qu'on laisse d'espace en espace pour arrêter l'eau qui s'y trouve, ou à de petites langues de terre qu'on conserve dans d'autres vues. Terme de ponts et chaussées. Petits cônes de terre laissés dans les fouilles pour servir de témoins lors du métré des déblais. Terme d'art militaire. Dame de mine, masse de terre qui est restée debout après une explosion. Dame de fortification, petite tour à centre plein, en maçonnerie, qui surmonte le milieu d'un bâtardeau de fossé inondé.

ÉTYMOLOGIE

  • Allem. Damm, digue.

dame

DAME. n. f. Celle qui possédait une seigneurie avec autorité et commandement sur des vassaux. Haute et puissante dame.

Notre-Dame, Nom donné par les chrétiens à la Sainte Vierge. On le donne par ellipse aux églises et aux fêtes qui lui sont consacrées. Notre-Dame de Paris. La Notre-Dame d'août.

Il est aussi un Simple titre que l'on donnait par honneur aux femmes de qualité. Les dames de la cour. On dit ironiquement Elle fait la dame, elle fait la grande dame.

Dame d'honneur, dame d'atour, dame du palais, Femmes de qualité qui remplissaient diverses fonctions auprès des reines ou des princesses

Les dames de France, Les filles du roi. Voyez MADAME.

Dame de compagnie. Voyez COMPAGNIE.

C'était pareillement un Titre donné aux religieuses des abbayes et de certaines autres communautés, ainsi qu'aux chanoinesses. Les dames de Fontevrault. Les dames de Poissy. Les dames de Remiremont. On dit encore Les dames du Sacré-Coeur.

Dames du choeur, Religieuses qui siègent dans les hautes stalles du choeur, à la différence des novices, qui sont dans les stalles basses, et des soeurs converses qui n'ont été reçues que pour le service de la maison.

Dames de charité, se dit des Dames qui, dans l'étendue d'une paroisse, forment une association chargée de recueillir et de distribuer les aumônes.

Il est également le Titre qu'on donne à toutes les femmes mariées. Une jeune dame. C'est une fort aimable dame. En termes de Procédure, La dame une telle. La dame veuve une telle. Ladite dame s'engage, etc.

Il se prend aussi dans un sens plus général et s'étend à Toutes les femmes et à toutes les filles. Être aimé des dames. Plaire aux dames. Les dames de la ville.

Il désignait particulièrement, dans le langage de la Chevalerie, la Femme à laquelle un chevalier consacrait ses soins et ses exploits. Il a rompu des lances pour sa dame. La dame de ses pensées. Porter une écharpe aux couleurs de sa dame.

Les dames de la halle, Les marchandes de la halle, qui étaient admises sous ce titre chez le roi et chez les princes à certaines époques et à l'occasion de certains événements.

En termes de Botanique, Dame d'onze heures, Plante liliacée à fleurs blanches qui ont l'extérieur des pétales vert.

Il se dit figurément, en termes de jeu de Cartes, de Chacune des quatre cartes sur lesquelles est peinte la figure d'une dame. La dame de pique. La dame de coeur. La dame de trèfle. La dame de carreau. Avoir une tierce, une quatrième, une quinte à la dame.

Il désigne, en termes de jeu d'Échecs, la Pièce du jeu la plus considérable après le roi. Dame blanche. Dame noire. On l'appelle aussi Reine.

Il se dit aussi de Chacune des pièces rondes et plates avec lesquelles on joue sur un échiquier au jeu appelé, du nom de ces pièces, Jeu de dames, ou simplement Les dames. Jouer aux dames. Faire une partie de dames.

Il se dit également des Pièces de même figure, mais ordinairement plus grandes, dont on se sert au jeu de Trictrac et à quelques autres jeux analogues. Poser une dame sur une flèche. Lever une dame. Battre une dame.

Aller à dame, Pousser une pièce jusqu'aux dernières cases du côté de celui contre qui on joue, ce qui donne à cette pièce une marche particulière et plus avantageuse.

En termes de Canotage, il se dit du Support de l'aviron, et, en termes de Ponts et Chaussées, de la Sorte de hie à deux anses qui sert au paveur à battre le sol ou à enfoncer les pavés. Dans ces deux acceptions, on dit aussi DEMOISELLE.

DAME (abréviation de Notre-Dame). Interjection DAME (abréviation de Notre-Dame). Interjection qui donne plus de force à une affirmation, à une négation, qui exprime quelque surprise, etc. Mais, dame, oui. Oh! dame, non. Ah! dame, vous m'en direz tant. Il est familier.

dame

DAME. n. f. T. de Ponts et Chaussées. Digue qu'on laisse en travers d'un canal, tandis qu'on le creuse, pour séparer la partie déjà occupée par les eaux de celle où les travailleurs sont encore.

Il désigne aussi Ce qu'on laisse de terre dans une tranchée pour servir de mesure de profondeur.

dame

Dame, f. penac. Signifie proprement celle qui a droit autorité et commandement sur quelque chose, Domina, Selon ce on dit Dame de tel lieu, la Dame du logis, et le mari appelle sa femme la Dame de nos biens, ou la Dame de ceans, et ne vient pas pourtant de damar ou damars, mots Grecs signifiants Espouse, comme aucuns pensent. ains de ce Latin Domina, duquel l'Italien fait Donna par syncope de la voyele i, et nous par plus grand reject de lettres, et changement des voyeles premiere et derniere, Dame, et l'Espagnol plus corrompuement, Duenna, est aussi usurpé pour un simple titre d'honneur, sans importance de tel droict et authorité que dit est, quand par courtoisie on le donne à une femme de moyen estat, parlant à elle ou d'elle, comme, Dame Jane irez vous-là? Dame Marie a dit cela, etc. Car à celles de grand estat et haut parage, on dit Madame, aussi par simple titre d'honneur, l'Italien en use sans ces differents respects, disant Donna Camilla, et Madonna Camilla, parlant à une femme de moyenne qualité, et Madama quand il parle aux grandes Dames de titre, empruntant en cela ledit mot François, car usant du sien il dira Signora, Mais l'Espagnol n'use de ce mot Donna, si n'est par attribution de respect et grandeur à celle à qui il le donne. Le masculin Dam (qu'aucuns escrivent Damp, mais sans raison) est pareillement usité pour simple titre d'honneur, comme Dam chevallier. Ce que l'Italien et l'Espagnol font aussi, disans Dom Pietro, Dom Sancho, Mais ils ne l'attribuent si n'est à grands seigneurs de titre, à Princes et à Rois, Dom Alfonso Deste, Dom Juan d'Austria, Dom Carlos Principe de Castilla, Dom Phelippe Rey de Castilla. Les Religieux de S. Benoist et tels Ordres s'en intitulent en Italie, Dom Massimo, et les marchands et banquiers de grand fonds et capital, mais ceux-ci usent du mot Latin Dominus.

Dame ou maistresse, Domina.

Grandes dames, de grand renom, Principes foeminae.

Mal gracieux aux dames, Inuenustus, B.

Estre dame de soy, en usant de ses droits, Esse suae tutelae, Bud.

dame


DAME, s. f. 1°. Celle qui possède une Seigneurie. "C'est la Dame du Village. — 2°. Titre d'honeur que l'on done aux femmes de qualité, aux Religieuses dans les Abayes et dans certaines communautés, et même à toutes les femmes d'une condition un peu honnête. "C'est une grande Dame, une Dame très-spirituelle, très-vertueûses: elle fait la Dame, la grande Dame: les Dames de la Cour, de la Ville, de la Province. Être civil avec les Dames, plaire aux Dames, etc. — 3°. En parlant à des femmes de basse condition, au lieu de dire Madame, on dit Dame telle: Dame Françoise, Dame Isabeau. — 4°. Dame! espèce d'adverbe, qui sert à afirmer ou à marquer de la surprise: "Dame! si vous ne vous arrêtez, vous verrez beau jeu. "Dame! vous m'en direz tant, que, etc. Dame! c' est juste. Th. d'Éduc. etc. Il est populaire. — 5°. Dame, terme des jeux de trictrac, des échecs, des cartes, etc.
   Rem. Ce mot n'est d'usage qu'en Europe, et l' on ne doit pas s'en servir, excepté en plaisantant, en parlant des femmes des autres parties du monde. Le P. Charlevoix parle des petits Goschis, qui fesoient, dit-il, l'amusement des Dames. — M. de Bufon, qui le cite, demande s'il y avoit des Dames à St. Domingue, quand on en fit la découverte.

Synonymes et Contraires

dame

nom féminin dame
Outil massif.
Traductions

dame

Dame, Herrinlady, queen, king, dame, beetle, dam, oarlock, of course, rammer, rowlock, crowndame, dam, mevrouw, vrouw, dam [dammen], koningin [schaken], vrouw [kaarten]אדונית (נ), אישה (נ), גברת (נ), אִשָּׁה, גְּבֶרֶתpaní, dáma, královna, madamdamodama, señoradama, signora, regina, donna, gentildonna, mazzeranga, soradamàpani, damasenhora, dama, rainhaдамка, дама, ледиκυρίαسَيِّدَةٌdameaatelisnainendama婦人숙녀damedamสุภาพสตรีleydiquý bà女士 (dam)
nom féminin
1. femme Dis bonjour à la dame !
2. figure d'un jeu de cartes la dame de trèfle
3. jeu avec des pions jouer aux dames

dame

[dam]
nf
(= femme) → lady
La dame qui tient la buvette m'a indiqué le chemin → The lady who runs the refreshment stall told me the way.
Mouche-toi et dis bonjour à la dame → Blow your nose and say hello to the lady.
une vieille dame → an old lady
coiffeur pour dames → ladies' hairdresser
les toilettes des dames → the ladies' toilets, the ladies'
une grande dame → a great lady
une grande dame de qch → a grande dame of sth, a great lady of sth
une grande dame de la littérature française → a grande dame of French literature
dame nature, Dame Nature → Mother Nature
la dame de fer → the Iron Lady
(CARTES, ÉCHECS)queen
la dame de cœur → the queen of hearts dames
nfpl (= jeu) → draughts sg (Grande-Bretagne), checkers sg (USA) dames
adj inv (SPORT) → women's
la coupe du monde de fleuret dames → the Women's Foil Fencing World Cup
dame de charité nfbenefactress
dame de compagnie nflady's companion