damné, ée

DAMNÉ, ÉE

(dâ-né, née) part. passé.
Qui est frappé des peines de l'enfer.
Ces théologiens se voient contraints par leurs principes erronés à reconnaître d'un côté que les fidèles ainsi plongés dans le crime seraient damnés s'ils mouraient alors ; et de l'autre, qu'ils ne déchéent pas de l'état de la justification [BOSSUET, Var. XIV, § 60]
Il faut que je vous reprenne l'âme damnée de la Voisin [célèbre empoisonneuse] ; on assure au contraire que son confesseur a dit qu'elle avait prononcé Jésus Maria au milieu du feu ; c'est peut-être une sainte [SÉV., Lett. 6 mars 1680]
Familièrement. C'est son âme damnée, se dit d'une personne aveuglément dévouée aux sentiments, aux volontés d'une autre.
Ils [les Chavigny] devinrent les instruments de l'abbé Dubois, puis ses confidents et ce que, en langage commun, on appellerait ses âmes damnées [SAINT-SIMON, 260, 234]
Familièrement, et comme expression d'impatience, de mécontentement. Cette damnée affaire.
Je me trouvai hier chez Mlle Stwart, après l'audience de ces damnés moscovites [HAMILT., Gramm. 8]
Il faut que ce damné cerf nous ait fait faire un chemin... [COLLÉ, Part. de chasse de Henri IV, II, 6]
Substantivement, les démons et ceux des hommes qui ont mérité les peines éternelles.
C'est par ce sentiment [désir de fuir Dieu qu'on a offensé] que les damnés se précipiteront eux-mêmes dans l'enfer, comme au lieu le plus ténébreux, le plus éloigné de Dieu, et où ils seront moins percés des rayons pénétrants de sa justice [NICOLE, Ess. mor. 2e traité, chap. 10]
Byron, viens en tirer [de ta lyre] des torrents d'harmonie ; C'est pour la vérité que Dieu fit le génie ; Jette un cri vers le ciel, ô chantre des enfers ; Le ciel même aux damnés enviera tes concerts [LAMART., Méd. I, 2]
Souffrir comme un damné, ou comme une âme damnée, souffrir d'une manière excessive, horrible.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DAMNÉ.
    Damné comme la poule à Simon, locution vulgaire qui se dit de personnes que leur mauvaise conduite menace de la damnation.
    ... Et qui seront damnés comme la poule à Simon, pour avoir plus songé aux revenus de l'Église et aux petites vierges folles qu'aux béatitudes célestes [, Lett. du P. Duchêne, 34e lettre, p. 6]