damnable

(Mot repris de damnables)

DAMNABLE

(dâ-na-bl') adj.
Qui mérite, qui attire la damnation, en parlant des choses. Une opinion, une doctrine damnable.
Or elles [des opinions] ne sont pas damnables, si elles se sont trouvées dans les martyrs, si l'Église les y a vues et les y a tolérées [BOSSUET, Var. 1er avert. § 23]
Qui mérite d'être damné, en parlant des personnes.
Les faire damnables de cette sorte, c'est sans doute les faire pécheurs, et Luther l'enseigne aussi en termes formels [BOSSUET, Var. 2e avert. § 11]
Qui mérite la réprobation, abominable.
Celse dit avec les Juifs que Jésus-Christ avait appris les secrets des Égyptiens, c'est-à-dire la magie, et qu'il voulut s'attribuer la divinité par les merveilles qu'il fit en vertu de cet art damnable [BOSSUET, Hist. II, 12]
Ces damnables exemples [ID., ib. II, 1]
La passion dominante fut une damnable ambition [BOURD., Myst. Épiph. t. I, p. 123]
Porte, porte aux tyrans tes damnables maximes [CORN., Perthar. II, 3]
Je ne recherche plus la damnable origine De cet aveugle amour où Placide s'obstine [ID., ib. II, 5]
Va, dangereux ami, que l'enfer me suscite, Ton damnable artifice en vain me sollicite [ID., Théodore, V, 3]
Ah ! mon fils, étouffez ce damnable dessein [ROTR., Antig. I, 6]
Ces damnables complots sont des gens de la cour [ID., Bélis. Il, 9]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Disant que oncques n'avoit failly, mais soustendroit que le duc de Clocestre avoit malvaise querelle et dampnable [FENIN, 1425]
  • XVIe s.
    Ceste surprise n'estoit pas moins damnable ny moins meschante, que celle de la Cadmée à Thebes [AMYOT, Agésil. 41]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. dampnable ; anc. espagn. dañable, damnable ; ital. dannabile ; du latin damnabilis, digne d'être condamné, de damnare (voy. DAMNER).

damnable

DAMNABLE. (Dans ce mot et dans les quatre suivants, on ne prononce point l'M.) adj. des deux genres. Qui peut attirer la damnation éternelle, qui peut faire mériter les peines de l'enfer. Une pensée damnable. Une action damnable.

Il signifie, par extension, Qui peut attirer la réprobation, l'exécration. Avancer des maximes damnables, des propositions damnables. Projet damnable. Une entreprise damnable.

damnable

Damnable, Damnandus.

damnable


DAMNABLE, adj. DAMNABLEMENT, adv. [Dânable, dânableman: l'â est long. On ne prononce point l'm.] Qui peut atirer la damnation éternelle: opinion, action, conduite damnable. = Pernicieux, abominable: maximes, propositions damnables: dessin; entreprise damnable. — Richelet écrit dannable: mauvaise ortographe.
   DAMNABLEMENT, d'une manière damnable. "Il a abusé damnablement de la confiance qu'on avait en lui. — Cet adverbe parait peu usité. L'Acad. le met sans remarque.