dangereux, euse

DANGEREUX, EUSE

(dan-je-reû, reû-z' ; quelques-uns disent dan-jé-reux ; c'est une faute) adj.
Qui expose à un danger. De dangereuses liaisons.
Il est dangereux de trop faire voir à l'homme combien il est égal aux bêtes sans lui montrer sa grandeur ; il est encore dangereux de lui faire trop voir sa grandeur sans sa bassesse ; il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l'un et l'autre [PASC., Pensées, art. I, 7]
Tous les grands divertissements sont dangereux pour la vie chrétienne ; mais, entre tous ceux que le monde a inventés, il n'y en a point qui soit plus à craindre que la comédie [ID., ib. art. XXIV, 65]
Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi [LA FONT., Fabl. VIII, 10]
Ne valait-il pas mieux vous perdre dans les nues Que d'aller sans raison, d'un style peu chrétien, Faire insulte en rimant à qui ne vous dit rien, Et du bruit dangereux d'un livre téméraire à vos propres dépens enrichir le libraire ? [BOILEAU, Sat. IX]
Il murmurait contre le temps présent, convenant en son cœur que le mérite est dangereux dans les cours à qui veut s'avancer [LA BRUY., VIII]
Et ne prolongez point de dangereux adieux [RAC., Baj. II, 5]
Et repoussant les traits d'un amour dangereux [ID., Mithr. IV, 5]
Mon père paya cher ce dangereux honneur [ID., ib. I, 3]
Le roi toujours fertile en dangereux détours [ID., ib. I, 5]
Dangereux secrets [VOLT., Catil. II, 1]
Rien n'est si dangereux dans un État naissant Que ces hommes de bien que le public admire [ID., Triumv. II, 1]
Pendant que Davout jouissait peut-être du dangereux plaisir d'avoir humilié son ennemi [Berthier], l'empereur se rendait à Dantzick, et Berthier, plein de vengeance, l'y suivait [SÉGUR, Hist. de Napol. III, 2]
Il est dangereux que.... avec le subjonctif.
Qu'il est dangereux qu'on ne mêle quelques grains de son propre encens à celui qu'on reçoit des autres ! [FLÉCH., Panég. II, 113]
Qui met en danger la religion, les mœurs, l'organisation sociale. Un livre dangereux. Cet ouvrage n'est ni mauvais ni dangereux à publier.
Qui a pouvoir de nuire, en qui on ne peut se fier, en parlant des personnes.
Il voit la servitude où le roi s'est soumis, Et connaît d'autant mieux les dangereux amis [CORN., Nic. III, 2]
Pourquoi m'es-tu donné, ô corps mortel, fardeau accablant, soutien nécessaire, ennemi flatteur, ami dangereux, avec lequel je ne puis avoir ni guerre ni paix, parce qu'à chaque moment il faut s'accorder et à chaque moment il faut rompre ? [BOSSUET, Bourgoing.]
Les gens sans bruit sont dangereux ; Il n'en est pas ainsi des autres [LA FONT., Fabl. VIII, 23]
Dangereuse marâtre, à peine elle vous vit Que votre exil d'abord signala son crédit [RAC., Phèd. I, 1]
Dangereux à lui-même, à ses voisins terrible [VOLT., Henr. ch. I]
Ce sexe dangereux qui veut tout asservir, S'il règne dans l'Europe, ici doit obéir [ID., Zaïre, III, 6]
Homme dangereux, femme dangereuse, celui, celle que l'on croit propre à inspirer de l'amour, sans en ressentir, et à se jouer ainsi de la crédulité d'une affection sincère.
Terme d'ancienne législation. Sergent dangereux, signifiait celui qui veillait à la conservation des terres en défens, et des bois sur lesquels le roi avait le droit de danger.
Terme de fauconnerie. Oiseau dangereux à dérober les sonnettes, oiseau sujet à s'écarter.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et se tu l'autre refusoies, Qui n'est mie mains doucereus, Tu seroies moult dangereus [difficultueux] [, la Rose, 2682]
    Car li leus [lieu] d'oisiaus herbergier N'estoit ne dangereus ne chiches, Onc mès ne fu nus leus si riches D'arbres ne d'oisillons chantans [, ib. 473]
  • XVe s.
    Mais lors sera ma grace de toy loing ; Car à bon droit te fauldray au besoing, Et si feray vers toy le dangereux, Comme tu fais d'estre vray amoureux [CH. D'ORL., 1]
  • XVIe s.
    Il faict dangereux assaillir un homme à qui vous avez osté tout moyen d'eschapper par les armes [MONT., I, 352]
    C'est une dangereuse invention que celle des gehennes [ID., II, 47]
    Les sireines, pour attirer Ulysse dans leurs dangereux et ruyneux laqs.... [ID., II, 208]
    À cela peult on voir combien il faict dangereux encourir la malveillance d'une ville qui sçait bien parler [AMYOT, Thésée, 18]
    Cognoissans de quelle consequence est en ce temps dangereux, qu'il n'y ait qu'un seul chef [ID., Cam. 31]
    Le chemin estoit bien dangereux à raison des voleurs [ID., Thésée, 6]
    Il tumba en une maladie, laquelle du commencement sembla bien dangereuse [ID., P. Aem. 62]
    Un si dangereux voisin et si malaisé à manier [ID., Pyrrh. 19]
    Et n'en demouroit sinon la reputation de malignité et de dangereuse et mauvaise langue à ceulx qui les disoient [ID., Comm. disc. le flatt. 47]
    Les poissons portans coquilles, sont dangereux d'engendrer la pierre [PALISSY, 50]
    Ces terres sont fort humides ou longues à seicher, dangereuses [sujettes] à brusler [ID., 50]
    Les femmes fort maigres et seiches sont dangereuses [exposées] à advorter [PARÉ, t. II, p. 625]
    Le col estans la partie de son. corps la plus dangereuse, et en laquelle le loup s'attache premierement [O. DE SERRES, 340]

ÉTYMOLOGIE

  • Danger.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DANGEREUX. Ajoutez : - REM. Dangereux à n'est pas seulement dans Voltaire ; en voici un exemple dans Malherbe : La fortune en tous lieux à l'homme est dangereuse, Lexique, éd. L. Lalanne.

HISTORIQUE

  • XVe s. Ajoutez :
    Si est dangereuse [difficile, capricieuse], et a envie des choses estranges et nouvelles [, les Quinze Joyes du mariage, p. 21]