dard

dard

n.m. [ d'un mot frq. signif. « javelot » ]
Organe impair, pointu et creux de certains insectes, leur servant à inoculer leur venin : Le dard d'une guêpe aiguillon

DARD

(dar ; le d ne se prononce jamais et ne se lie pas : un dar aigu ; au pluriel, l's ne se lie pas : des dar aigus ; cependant plusieurs font la liaison : des dar-z aigus) s. m.
Sorte d'arme qui est un bâton garni d'une pointe de fer et se lance avec la main.
Au pouvoir de tes dards je remets ma vengeance [CORN., Médée, IV, 6]
Ils ont de toutes parts Fait briller à nos yeux la pointe de leurs dards [RAC., Iphig. V, 1]
Ou présentent leurs dards aux yeux des matelots [ID., Mithr. IV, 6]
Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble ; Je vous expliquerai le nœud qui les rassemble [LA FONT., Fabl. IV, 18]
Fig.
Et toutes les raisons dont s'appuyait sa flamme, Étaient autant de dards qui me traversaient l'âme [CORN., Pulchér. II, 1]
Vous avez ouï dire quelles flèches et quels dards le diable décocha contre Job, sans le pouvoir ébranler [MAUCROIX, Homél. VIII, dans RICHELET]
Partie essentielle de l'aiguillon des insectes hyménoptères, composée de deux stylets cannelés, qui par leur adossement forment un canal servant d'issue au venin. Le dard d'une abeille. Extrémité de la queue des scorpions. Par abus et par la fausse croyance que le venin était dans la langue, le nom de dard a été donné à la langue des serpents. Fig. Trait vif et mordant. Il décoche un dard qui porte coup.
Terme de jardinier. Nom du pistil. Petit rameau du poirier d'un centimètre à cinq ou huit de longueur, terminé par un œil conique qui finit par s'arrondir et devenir bouton à fruits.
Nom d'une espèce de faux étroite employée dans les jardins.
Terme d'arpentage. Petite pointe, à l'aide de laquelle l'arpenteur fixe le trou oculaire de la visière dans la direction de l'objet.
Garniture de fer qui renforce le bout du fourreau de sabre, pour qu'il ne s'use pas en traînant à terre.
Terme d'architecture. Ornement en forme de fer de dard qui sépare les oves.
Terme d'artillerie. Machine de quatre à cinq pieds de long, sur laquelle on bâtit un feu d'artifice, et qu'on jette, après y avoir mis le feu, pour embraser les choses auxquelles elle s'attache, et pour éclairer les travaux de l'ennemi dans un siége. Terme de marine. Sorte de baguette d'artifice, antérieure aux fusées à la congrève.
Nom d'une espèce de carpe, ainsi nommée parce qu'elle s'élance avec beaucoup de vitesse, dite aussi vaudoise ou vandoise (leuciscus vulgaris). Nom de quelques serpents.
10° Terme d'astronomie. Petite constellation boréale, dite ordinairement Javelot.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Wigres [traits] et darz [, Ch. de Rol. CLII]
  • XIIe s.
    Et tint un dart [, Ronc. p. 23]
    [Ils] lancent lor dars pour lor cors dammaigier [, ib. p. 94]
    Et il si font dars agus et pennés [, ib. p. 96]
    Et nous lui mostrerons tant espié et tant dart [, Sax. XXIX]
    Dun ne seustes que l'um lance legierement les darz del mur e des kernels ? [, Rois, 156]
  • XIIIe s.
    Amis, vo grant biautés, vos sens, vostre prouesse M'ont si feru d'un dart d'amour.... [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 13]
    Crestiens de Troies dit miex Du cuer navré du dart des iex [yeux], Que je ne vos porroie dire [HUON DE MERY, dans HOLLAND, p. 257]
  • XIVe s.
    Ou se aucun vouloit monstrer à un autre que l'en doit traire, et jettast un dart sans qu'il cuidast aucun ferir.... [ORESME, Eth. 62]
    Que nul ne prengne dars [sorte de poisson], durant le dit temps [, Ordonn. des rois de France, t. VII, p. 779]
    Et en sa dextre main tenoit un dart qui bien estoit ferré de fer tranchant et aceré [MACHAULT, p. 15]
  • XVe s.
    Une petite courte darde espaignole à un large fer [FROISS., II, II, 30]
    Vien çà, dit-il, mon fils, que pensestu ? Fus-tu onques de ma darde feru [CH. D'ORL., I]
    Quant Beaulté vit que je la regardoye, Tost par mes yeulx ung dard au cueur m'envoye [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Heureuse mort, ton dard n'est que la clef Pour aller veoir Jesus-Christ nostre chef [MAROT, I, 274]
    Et Cupido de sa darde, qui point, à tous humains fait la guerre mortelle [ID., I, 191]
    Gardons, perches, dars, loches.... [PARÉ, XXIV, 22]
    Les mamelus se vantent d'avoir les plus adroicts chevaulx de gendarmes du monde ; et dict on que par nature et par coustume ils sont faicts à cognoistre et distinguer l'ennemi sur qui il faut qu'ils se ruent de dents et de pieds, selon la voix ou signe qu'on leur faict ; et pareillement à relever, de la bouche, les lances et dards emmy la place et les offrir au maistre selon qu'il le commande [MONT., I, 359]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. dart ; espagn. et ital. dardo ; angl. dart ; de l'angl.-saxon, daradh, darodh ; anc. scandinave, darradhr ; anc. haut allem. tart. Ce mot se trouve aussi dans le celtique : bas-breton, dard ; gaél. dart, dairt.

dard

DARD. n. m. Ancienne arme de trait garnie par le bout d'une pointe de fer et qu'on lançait avec la main.

Il se dit par analogie, en termes de Zoologie, de la Partie essentielle de l'aiguillon de certains insectes. Le dard d'une abeille.

Il se dit aussi, surtout dans le langage poétique, de la Langue pointue des serpents, etc. Le reptile agitait son triple dard.

Il signifie encore par analogie, en termes d'Architecture, Ornement en forme de fer de dard qui sépare les oves.

En termes d'Horticulture, il est synonyme de PISTIL.

Il se dit, en termes d'Histoire naturelle, d'une Espèce de carpe, ainsi nommée parce qu'elle s'élance avec beaucoup de vitesse : on l'appelle aussi VAUDOISE ou VANDOISE.

dard

Dard, m. Est un baston de guerre ayant la hante menuë et courte, ferré d'un fer long et large à la proportion, qui est brandi et jetté d'eslans, Missile, Hastile, Mot et arme communs aux Irlandois et Biscayns, l'Espagnol et l'Italien disent Dardo, Iaculum hamatum.

Toute sorte de dard, Telum.

Dard à jetter plus roide, Telum ictu missuque vehementius.

Dard et semblables qu'on peut jetter au loing, Iaculum.

Une sorte de dard ancien comme un javelot, Tragula.

Un dard court et agu, Verutum.

Une sorte de petit dard qu'on dardoit en guerre, Sparus, spari, vel Sparum, spari.

Une sorte de dard dequoy on se servoit en guerre, Veru.

Dard dequoy on se sert au dernier, Vltimum ac maximum telum.

Dard empenné, Telum pennatum.

Dards ferrez par le bout, Praefixa ferro iacula.

Remuer et bransler un dard, ou autre chose pour jetter, Vibrare.

Soupeser un dard, et le jetter de roideur, Librare telum.

Ferir d'un dard, Iaculari.

dard

¶ Dard, espece de poison, voyez Vandoise.

dard


DARD, s. m. DARDER, v. a. DARDEUR, s. m. [Dar, , deur: le d final ne se prononce point au 1er. L'Acad. ne met pas le 3e. Il est dans Trév. et dans le Rich. Port.] Dard, arme qui se lance avec la main; darder, fraper, blesser avec un dard. Dardeur, celui qui darde des traits: "Jeter, lancer un dard: Ce fut lui qui darda la baleine. "Les armés à la légère, comme archers, frondeurs, dardeurs, ne faisoient pas corps avec la Phalange. Le Chev. de Follard. "Il rangea les dardeurs devant son aile gauche. D'Ablanc.
   On dit figurément, que le soleil darde ses rayons; et Scarron a dit, darder un regard. L'Acad. le met sans remarque.

Synonymes et Contraires

dard

nom masculin dard
Arme de jet ancienne.
Traductions

dard

dart, stingעוקץ (ז), פגיון (ז), עוֹקֵץangel [insect, lans, slang], spies, angel标枪aculeo, dardo, pungiglioneStachel (daʀ)
nom masculin
ce avec quoi un insecte pique le dard d'une guêpe

dard

[daʀ] nmsting (organ)