datif

datif

n.m. [ lat. dativus, de dare, donner ]
Dans les langues à déclinaison, cas utilisé pour le complément d'attribution.

DATIF1

(da-tif) s. m.
Terme de grammaire. Un des cas des noms et des adjectifs grecs et latins, ce lui qui sert à marquer le rapport d'attribution.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Il avoit mis six ducats en datif, Pour mieux avoir s'amie vocative [CH. D'ORL., Rondel, 68]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. datiu ; espagn. et ital. dativo ; du latin dativus, de dare, donner, attribuer.

datif

DATIF. n. m. T. de Grammaire. Cas qui, dans les langues à déclinaisons, sert à marquer le complément d'attribution.

datif

DATIF, IVE. adj. T. de Jurisprudence. Qui est donnée. Tutelle dative, Tutelle donnée par justice ou par testament, à la différence de celle qui est déférée par la loi. On dit dans un sens analogue Tuteur datif.

datif

Datif, m. acut. Est l'un des six cas par lesquels les noms, pronoms et participes sont declinez, voyez Ablatif.

datif


DATIF, s. m. [On pron. l'f finale.] Le 3e câs, dans les Langues où les mots se déclinent. Il est désigné en français par la particule au pour le masculin, dans les mots qui comencent par une consone ou par une h aspirée; et à l'pour ceux qui comencent par une voyelle ou par une h muette; au féminin par l'article à la; au pluriel, par aux: Au Temple, au Héros; à l'homme, à l'Ambassadeur; à la femme, aux Temples, aux Héros, aux Ambassadeurs, aux hommes, aux femmes. — Pour les noms propres, c'est la prép. à qui le représente; à Alexandre, à César, etc.
   Rem. 1°. Le datif, est celui de tous les câs, qui peut être régi par plus de diférentes parties d'oraison; car il est régi par des verbes; doner aux paûvres; par des participes ou actifs: assistant à l'Ofice, ou passifs: ocupé à l'étude; par des adjectifs: contraire à la santé; enfin, par des substantifs: soumission à la volonté de Dieu. REGN. On peut ajouter, par des adverbes: ami jusqu'à l'Autel, par raport à lui, etc.
   2°. Il se place ordinairement après le verbe ou le nom, qui le régit; mais quelquefois il le précède élégamment, et il marche même à la tête de la phrâse. "À~ qui afirme sans raison, il sufit de nier de même. Bossuet: "À~ un jour brûlant succède une nuit plus cruelle, que remplace un jour plus affreux. Jér. Dél. À~ tout ce qu'on pouvoit lui dire de plus touchant, il ne répondoit que par des gémissemens et des sanglots. Télém. "À~ des vérités anciennes et consolantes, les Incrédules n'opposent que des doutes, des soupçons, des hypothèses imaginaires, qui ne laissent à l'homme que le sentiment de ses maux, sans espérance ni consolation. Le P. Berthier. "Au Grand, rien ne suffit, parce qu'il peut prétendre à tout. Massil.
   3°. Le datif se met quelquefois en vers et dans la prôse poétique, à la place du pronom relatif et du verbe avoir.
   La malice, au souris perfide;
   L'imposture, aux yeux effrontés.       Rouss.
"La Déesse aux grands yeux, la Déesse aux beaux yeux. Iliade. C'est comme qui dirait, qui a le souris perfide, etc. etc. — Mais dans la prôse ordinaire, ce serait une afèterie ridicule, excepté dans le style badin et râilleur. — P. Corneille met le datif au lieu de la prép. dans.
   Agir aux grands effets avec tant de langueur.
Au lieu de, dans les grandes ocasions.
   Ces titres, aux Chrétiens, sont-ce des impostures?
Au lieu de, dans les Chrétiens.
   4°. Deux datifs de suite choquent extrêmement les oreilles délicates, quand ils ont tous deux le même article. Il faut renoncer à l'atache à son sens. C' est quelque chose de bien rude que cet à l'attache à son sens, dit Bouhours. Renoncer à l'attache au jeu, ne choqueroit pas tant, parce que les deux articles ne sont pas les mêmes; mais il choquerait pourtant toujours un peu. Id.

Traductions

datif

יחס שאליו (ז), משפטי (ת)

datif

dative

datif

dativo

datif

dativo

datif

[datif] nmdative