daube

daube

n.f. [ ital. addobbo, assaisonnement ]
Cuisson à l'étouffée de certaines viandes braisées dans un fond de vin rouge ; viande ainsi préparée.

daube

(dɔb)
nom féminin
1. viande préparée d'une certaine manière une daube de lièvre
2. création médiocre Ce film est une daube.

DAUBE

(dô-b') s. f.
Terme de cuisine. Manière de cuire certaines viandes avec un assaisonnement particulier, à très petit feu et à l'étouffée. Mettre un gigot en daube.
.... Sans daube, entremets, bisque, à t'entendre parler, notre amour court grand risque [HAUTEROCHE, le Souper mal apprêté, sc. 5]
Freind fit apporter une trentaine de poulardes à la daube [VOLT., Jenni, 7]
Le ragoût de ce nom. Une bonne daube. Une daube froide.

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. DAUBER ; norm. daube, chute.

daube

DAUBE. n. f. T. de Cuisine. Manière de cuire certaines viandes à l'étouffée. Dindon, gigot à la daube, en daube. Faire une daube.

Il se prend aussi pour la Viande qui est cuite de cette sorte. Servir une daube. Manger une daube. Daube froide.

daûbe


DAûBE, s. f. DAUBER, v. a. DAUBEUR, s. m. [L'au est dout. devant la syll. masc.; il est long devant l'e muet: Une daûbe, il daûbe, il daûbera: pron. dôbe, dobé, do-beur; il dôbe, il dôbera.] Daûbe, se dit, 1°. d'une manière d'aprêter certaines viandes: Faire une daûbe; gigot à la daûbe. 2°. De la viande ainsi aprêtée: Manger une daûbe. = Dauber, c'est batre à coups de poings; et figurément, râiller quelqu'un, ou parler mal de lui. Au propre, il est populaire; au figuré, il est familier. — Daubeur, ne s'emploie qu' au figuré et dans le style familier.
   Le Renard se dispense, et se tient clos et coi;
   Le Loup en fait sa cour, daube, au coucher du Roi,
   Son camarade absent.       La Font.
  Messieurs les Courtisans, cessez de vous détruire...
  Le mal se rend, chez vous, au centuple du bien,
  Les daubeurs ont leur tour, d'une ou d'autre manière.
      Idem.

Traductions

daube

[dob] nf
bœuf en daube → beef casserole