debout

debout

adv.
1. En position verticale sur les pieds : Mettez-vous debout. Ne plus tenir debout être très fatigué
2. Se dit d'une chose en position verticale : Si l'on met le sommier debout, il passera dans l'embrasure.
3. En bon état : Le tremblement de terre n'a laissé debout que quelques maisons.
Mettre debout un projet,
en prévoir en détail la réalisation organiser ; mettre sur pied
Tenir debout,
être logique ; être vraisemblable : Son récit des événements tient debout.
adj. inv.
1. Qui est vertical sur ses pieds : Son métier l'oblige à être debout toute la journée (par opp. à assis ou couché).
2. Qui est hors du lit : Je peux lui téléphoner, elle est encore debout éveillé ; endormi levé ; couché
3. Se dit d'une chose qui est placée verticalement : Les livres de petit format sont debout sur l'étagère.
4. Qui est encore en état : Les murs sont toujours debout.
Magistrature debout,
ensemble des magistrats du parquet, qui se lèvent pour faire leurs réquisitions (par opp. à magistrature assise).
Vent debout,
contraire à la direction du bateau ; fig., totalement opposé (à) : L'opposition est vent debout contre cette loi.
interj.
Debout !,
levez-vous !

DEBOUT

(de-bou ; le t se lie : de-bou-t ou couché) adv.
Il se dit de ce qui est dressé et posé sur un de ses bouts. Mettre une colonne, un tonneau, une table debout. Pièce de bois placée debout, pièce placée de manière à résister suivant le sens des fibres du bois. Être debout, être encore debout, se dit des choses qui ont échappé à une destruction presque inévitable.
Ils vivent cependant et leur temple est debout [RAC., Athal. II, 5]
Nos cosaques n'auraient pas laissé une chaumière debout [BERN. DE ST-P., Voy. en Silésie.]
Fig. Ce vieil empire était encore debout. Ce marchand, en dépit des pertes qu'il a faites, est encore debout.
Être droit sur ses pieds, en parlant d'une personne. Se tenir debout.
Debout ou assis, on peut donner un mauvais jugement [MOL., Critique, 6]
Le roi et la reine mangent tristement ; Mme de Richelieu est assise, et puis les dames, selon leurs dignités, les unes assises, les autres debout [SÉV., Lett. 22 janv. 1674]
Debout à ses côtés le jeune Éliacin Comme moi le servait en long habit de lin [RAC., Athal. II, 2]
Alors, la femme se tenant debout devant le seigneur, le prêtre lui découvrira la tête [SACI, Bible, Nombr. V, 18]
Entrons ; d'être debout à la fin on se lasse [BOURSAULT, Merc. gal. II, 8]
Nous avons dîné debout, remettant de manger mieux et plus à notre aise au soupé dans notre nouveau gîte [MARIVAUX, Paysan parv. t. I, 2e part. p. 66, dans POUGENS]
Tout un peuple debout sur le seuil les attend [C. DELAV., la Popularité, IV, 6]
Debout, loc. interj. Lève-toi, levez-vous.
Le sommeil sur ses yeux commence à s'épancher ; Debout ! dit l'Avarice, il est temps de marcher [BOILEAU, Sat. VIII]
Debout [à une fille qui était à genoux] ! Plus votre cœur répugne à l'accepter, Plus ce sera pour vous matière à mériter [MOL., Tart. IV, 3]
Il était botté jusqu'à la ceinture, et, faisant claquer un maudit fouet qu'il tenait à la main : debout, monsieur le chevalier, s'écria-t-il en ouvrant mes rideaux [HAMILT., Gramm. 3]
Laisser quelqu'un debout, ne pas le faire asseoir. Il me laissa debout tout le temps que je restai avec lui. Fig. et familièrement. Il ne peut que tomber debout, se dit d'un homme qui a des ressources pour se soutenir en dépit des disgrâces qui arrivent ou peuvent arriver. On dit dans le même sens tomber sur ses pieds.
Être debout, se tenir sur les pieds de derrière, en parlant des animaux.
La marmotte mange debout comme l'écureuil [BUFF., Marmotte.]
Terme de blason. Debout, se dit des animaux qui sont représentés droits et posés sur les pieds de derrière.
Être debout, être levé, hors de son lit. Tout le monde était debout dès le matin.
Les soldats d'Alexandre couchent sur la terre, et jamais le jour ne les trouve que debout [VAUGEL., Q. C. III, 2]
Fig.
Il crut qu'un évêque plus qu'un empereur devait mourir debout et dans l'exercice de sa charge [FLÉCH., Panég. I, p. 312]
Nous sommes condamnés l'un et l'autre à mourir debout [MAINTENON, Lett. Card. de Noailles, 2 nov. 1703]
L'ange exterminateur est debout avec nous [RAC., Athal. V, 4]
Terme de vénerie. Mettre un animal debout, le lancer.
Dormir debout, éprouver un extrême besoin de sommeil. Conte à dormir debout, récit ennuyeux ; promesses en l'air.
Je dis que ce sont des contes à dormir debout [MOL., G. Dand I, 6]
Les contes à dormir debout, dont vous me régalâtes l'année passée [VOLT., Préf. de Cath. Vadé.]
On dit que du bétail passe debout dans une ville, quand il n'y couche point, n'y est point vendu et n'y doit point les droits d'entrée ; et, par extension, passer debout se dit des marchandises qui, traversant une ville ou un pays, y passent sans payer de droit ou sans être visitées.
Terme de marine. Avoir vent debout, ou de bout, suivant l'orthographe de quelques-uns (ce qui n'est autre que résoudre le mot en ses éléments), avoir vent contraire, c'est-à-dire vent soufflant sur la proue du vaisseau. Être debout au vent, à la lame, au courant, y présenter l'avant du vaisseau. Aborder un bâtiment debout au corps, lui mettre l'éperon dans le flanc. Debout les avirons ! signal de lever en l'air les avirons, ce qui est un salut d'honneur.
Terme de menuiserie. Bois debout, bois coupé, scié, travaillé perpendiculairement au fil. Le bois debout ne peut pas se bien raboter ni polir.

PROVERBE

    On est plus couché que debout, c'est-à-dire la vie est bien courte en regard de l'éternité.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Tut de but [à côté] se tenerent cil trei [ces trois] partut al rei, Ne il ne voleient faire pur Deu ne ço ne quei [, Th. le mart. 69]
  • XIIIe s.
    Li pors [le porc] qui tant curu [couru] avoit, En l'espié se feri debot [, Ren. 22514]
    Non pas pour ce, mon escient, à moi [le juge] se tiendra tout debout [pour cela le juge ne sera pas de mon côté] [LE COMTE DE BRETAGNE, Romancero, p. 163]
    Aucunes fois avient que li barons [mari] est trouvés mors debout [à côté] se [sa] fame, et le [la] fame debout son baron ; et quant il avient, l'en doit penre garde au mort, se il pert [apparaît] l'en li ait che fet ; et se il li pert, che est grant presomption contre le vivant se il ne cria [BEAUMANOIR, dans LACURNE]
    Car Haibers vot [voulut] avoir debout [absolument] Partie del roiaume ou tout [PH. MOUSKES, ms. p. 38, dans LACURNE]
    La langue li prent à fremir De lecherie et de corroz ; En la fosse sailli deboz, Por ce qu'il en voloit avoir [, Ren. 24640]
  • XVe s.
    Dieu, prevoiant leurs faultes futures, leur a souffert de longue main preparer à deux debouts de leur clos deux verges, Bordeaux et Carais [CHASTEL., Chron. du duc Philippe, Proesme.]
  • XVIe s.
    Puys furent introduictz les empoisonnez ; elle leur sonna une aultre chanson, et gens debout [RAB., Pant. V, 20]
    L'empereur Vespasien estant malade de la maladie dont il mourut.... et dans son lict mesme depeschoit plusieurs affaires de consequence ; et son medecin l'en tansant comme de chose nuisible à sa santé : il faut, disoit-il, qu'un empereur meure debout [MONT., III, 89]

ÉTYMOLOGIE

  • De et bout, comme le prouvent les anciens exemples : un soliveau est de bout, parce qu'il est sur le bout, et, par assimilation, un homme est de bout. Cependant des étymologistes ont voulu voir, dans debout, terme de marine (vent debout), un composé hybride avec la préposition de et l'anglosaxon bow, danois bug, anglais bow, qui signifient l'avant d'un vaisseau ; mais il n'y a aucune raison pour aller chercher si loin une étymologie, et bout suffit bien à ce sens particulier, car l'avant est le bout du vaisseau.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DEBOUT. Ajoutez :
    Sape debout, voy. SAPE.
    10° S. m.Terme d'ancienne coutume, en Bretagne. Debouts à éteinte de chandelle, vente qui se faisait à l'aide de bougie ou à extinction de feu.

debout

DEBOUT. adv. Verticalement sur un des bouts. Mettre une colonne, un meuble, un tonneau debout. Mettre du bois debout, Dans le sens des fibres. Le bois debout porte de très lourds fardeaux.

Être encore debout, être debout, se dit des Édifices qui n'ont point été renversés ou détruits par ce qui aurait pu amener leur chute, leur ruine. Ces temples sont encore debout, après tant de siècles. Un pan de muraille était seul resté debout. Fig., Ce vieil empire était encore debout, mais tout annonçait sa ruine prochaine.

Il s'applique également aux Personnes et signifie Droit sur ses pieds. Il était debout. Se tenir debout. Il ne daigna pas m'offrir un siège et me laissa debout tout le temps que je restai avec lui. On le dit par analogie, en parlant d'un Quadrupède, lorsque, étant couché, il se relève et aussi quelquefois lorsqu'il se dresse sur ses pieds ou sur ses pattes de derrière.

Être debout signifie encore Être hors du lit, être levé. Tout son monde était debout, dès le matin. Il se porte mieux, il est debout. On dit dans le même sens Mettre quelqu'un debout. Se mettre debout. On dit aussi absolument Debout, quand on veut faire lever quelqu'un qui est couché ou assis. Debout, et partons. Allons, debout, il est déjà grand jour.

Par exagération, Dormir debout, tout debout, Éprouver le besoin du sommeil, au point de s'assoupir même sans être couché ou assis.

Fig. et fam., Conte à dormir debout. Voyez CONTE.

Fig. et fam., Tomber debout, Se tirer heureusement d'une circonstance critique, se trouver dans la même situation qu'auparavant. Il ne peut tomber que debout. On dit plutôt Tomber ou Retomber sur ses pieds.

Fig., Mourir debout, En pleine activité, dans l'exercice de ses fonctions ordinaires.

En termes de Palais, Magistrature debout, Ministère public qui parle debout, par opposition à Magistrature assise.

Passer debout, se dit des Marchandises qui, pour être transportées à leur destination au- delà d'une ville, la traversent sans pouvoir y être vendues ni même déchargées. Les marchandises qui passent debout paient moins de droit que les autres. Voyez PASSE-DEBOUT.

En termes de Marine, il signifie spécialement Par le bout, par l'avant. Cette embarcation est debout à la lame, au courant, au vent. Vent debout, Vent directement contraire à la route qu'on voudrait tenir. Nous avions le vent debout, vent debout.

debout

Debout, Estre ou se tenir debout sur ses pieds, Stare.

On est icy debout sans rien faire, Quid agitur? P. Statur.

debout


DEBOUT, adv. [1re e muet, de-bou.] Sur pied, sur ses pieds. "Il est debout; se tenir debout.
   Être debout, être levé. "Tout son monde était debout dès le grand matin. "Il se porte mieux; il est debout. — Debout! debout! interjection. Levez-vous!
   On dit d'un ancien bâtiment, qu'il est debout, pour dire qu'il subsiste encôre. Racine a ennobli ce mot.
   Ils vivent cependant, et leur Temple est debout.
       Athalie.
Mde Dacier l'a imité. "Parce que cette muraille fut bâtie contre la volonté des Dieux immortels, elle ne devoit pas être long-temps debout. Iliade.
   Mettre un toneau debout, sur un de ses fonds. — Avoir le vent debout (Marine), l'avoir contraire. — Des marchandises passent debout dans une Ville, lorsqu'elles y passent sans décharger.
   On dit proverbialement, d'un homme dont le crédit est bien établi, qu'il ne saurait tomber que debout. — Contes à dormir debout; fables, contes en l'air, vaines promesses.

Synonymes et Contraires

debout

adverbe debout
Traductions

debout

aufrecht, direkt, gerade, geradeaus, geradeswegs, geradezudirectly, up, standing, upright, straigh ahead, on end, square, straight, straight ahead, vertically, erectrechtop, overeind, direct, staand, op, opstaan!, uit bedמעומד (תה״פ), עומד (ת), עוֹמֵדregoppříčně, stojící, vertikálně, vztykrekte, stara, staranta, vertikaleseguido, erguidoprosto, wprostverticalmenteПостояненStåendeStående (dəbu)
adverbe
1. en se tenant droit sur ses pieds être debout se mettre debout rester debout
2. hors du lit Il est debout depuis six heures.
3. vertical mettre un objet debout

debout

[d(ə)bu]
adj inv
[personne, animal] (en position non assise ou couchée)standing, standing up
debout sur ses jambes → standing on one's own two feet
debout sur ses pattes de derrière → standing on its back legs
debout! → get up!
être debout → to be standing, to stand
être encore debout (fig) → to be still standing
(= levé, éveillé) → up
Elle est debout à 6 heures tous les matins → She's up at 6 every morning.
Tu es déjà debout? → Are you up already?
être encore debout → to be still up
[chose] être debout → to be upright
être encore debout (fig) (= en état) → to be still going
la station debout → the standing position, standing
La station debout lui est pénible → Standing is painful for him.
advstanding up
Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux → It's better to die standing up than to spend your life on your knees.
Il a mangé son repas debout → He ate his meal standing up.
mettre qn debout → to get sb to their feet
mettre qch debout → to stand sth up
Mets les livres debout sur l'étagère → Stand the books up on the shelf.
se mettre debout → to stand up
tenir debout → to stand up
se tenir debout → to stand up
Il a du mal à tenir debout → He's unsteady on his feet. (fig) ne pas tenir debout [raisonnement] → not to hold up; [histoire] → not to hold water
Cette histoire ne tient pas debout → This story doesn't hold water.
à dormir debout [histoire, conte] → cock-and-bull
une histoire à dormir debout → a cock-and-bull story