delà


Recherches associées à delà: par delà

delà

adv.
Deçà delà

DELÀ

(de-la) prép.
Plus loin, de l'autre côté, en considérant là comme le point d'où l'on part. Delà la rivière.
Ces deux rois étaient Abisares et Porus, mais Porus était le plus puissant, et tous demeuraient delà l'Hydaspe [VAUGEL., Q. C. 485]
Ce qui s'appelle delà les monts la furie française, a plus d'une fois réussi [BALZ., 5e Disc. s. la cour.]
Porter delà les mers ses hautes destinées [CORN., Cid, II, 5]
Les troupes du roi donnèrent à M. le Prince le temps de se retirer delà l'eau sans être poussé [LAROCHEF., Mém. 202]
Un rimeur sans péril, delà les Pyrénées [BOILEAU, Art p. III]
Les gens de delà l'eau [LA BRUY., XII]
À Fondettes, delà les deux rivières de la Loire et du Cher, toute danse est pareillement défendue [P. L. COUR., II, 101]
[Ils] n'ont pas, comme nous, si loin de leur berceau, Risqué delà les mers de s'ouvrir un tombeau [LEMERCIER, Louis IX, IV, 5]
Delà, construit avec les prépositions de, en, par. De delà, loc. adv. Dans un lieu éloigné du lieu qui sera désigné par là.
Toutes les longueurs de delà [Rome] sont faites pour éprouver [BOSSUET, Lett. 26]
Loc. prépos. Les peuples de delà les monts.
Aussi a-t-il fallu les querir bien loin et les faire venir de delà la mer [VOIT., Lett. 70]
En delà, loc. adv. Plus loin. Ayez soin de vous tenir en delà. Par delà, loc. adv. De l'autre côté. Le pré est là, et la maison est par delà.
Certains hommes passent leur vie au hasard à se réjouir ou à s'affliger, comme s'ils ne croyaient rien par delà [FLÉCH., Serm. I, 193]
En plus. Je l'ai satisfait et par delà. Par delà, loc. prépos. Beaucoup plus loin que. Par delà le cap de Bonne-Espérance.
Par delà tous ces cieux le Dieu des cieux réside [VOLT., Henr. VII]
Fig.
Par delà son désir [LA FONT., Eunuque, III, 4]
Ses égards sont pour lui par delà le respect [BOURSAULT, Fabl. d'Ésope, II, 2]
À ma confusion, Néron veut faire voir Qu'Agrippine promet par delà son pouvoir [RAC., Brit. I, 2]
Delà, construit avec la préposition à et l'article. Au delà, loc. adv. Plus loin, par rapport à un point déterminé par là. La rivière est là ; et sa maison est au delà. J'ai regagné mon argent et au delà. Au delà de, loc. prépos. Au delà des mers. Il va recueillir au delà du Rhin les débris d'une armée défaite.
Au delà des bords de la Meuse L'Allemagne a vu nos guerriers.... [MALH., III, 2]
Fig. Tout prospère au delà de leur attente. Au delà de l'imagination, plus qu'on ne saurait croire.
Qu'appelle-t-on franchir les bornes de toute pudeur et passer au delà de toute impudence... ? [PASC., Prov. 15]
L'hyperbole exprime au delà de la vérité, comme pour ramener l'esprit à la mieux connaître [LA BRUY., I]
Le sage vieillard donne aux pauvres malades de son voisinage tout ce qui lui reste au delà de ses besoins [FÉN., Tél. VI]
Presque toutes ses actions [de Charles XII], jusqu'à celles de sa vie privée et unie, ont été bien au delà du vraisemblable [VOLT., Charles XII, 8]
Deçà et delà, loc. adv. De côté et d'autre. Aller deçà, delà. Jambe deçà, jambe delà.
.... Les fils vous retournent le champ Deçà, delà, partout.... [LA FONT., Fabl. V, 9]
Deçà et delà, loc. prépos. Les villages deçà et delà la rivière de Somme.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Dont delà en avant m'en laissez convenir [, Berte, XII]
    Il n'[y] a si bele fame deçà ne delà mer [, ib. III]
    Quant li papes sot qu'ensi estoit, si en fu moult iriés, et bien apierchut que sa cours en estoit pierdue, et que nus n'iroit de delà les mons [, Chron. de Rains, 127]
  • XVe s.
    .... Par quoi les sages du pays pussent sur ce prendre bon avis et accord comment et par qui le pays seroit gouverné de là en avant [FROISS., I, I, 26]
    À l'aide de vos amis qui delà la mer sont [ID., I, I, 14]
    [Les Anglois] avoient envoyé leurs coureurs courir de là l'eau à savoir si nulles nouvelles y trouveroient [ID., II, II, 19]
    Jusques à ce que le roy d'Angleterre eust esté trois moys de là la mer [ID., IV, 8]
  • XVIe s.
    Au delà cette vie [MONT., I, 15]
    Au delà de nos forces [ID., I, 30]
    Lieutenant du roy en son armée de là les monts [ID., I, 44]
    Ignorant, au delà d'un enfant, des phrases.... [ID., I, 103]
    Les abeilles pillotent deçà delà les fleurs [ID., I, 162]
    Les nations qui sont au delà de leurs montaignes [ID., I, 239]
    Eshontée au delà de toute souffrance [ID., III, 331]
    Tigranes avoit desjà vaincu les autres nations qui sont au delà [AMYOT, Lucull. 72]
    .... Et quant à leurs personnes, qu'on les gardast en prison l'un deçà l'autre delà, par les villes d'Italie [ID., Cicéron, 24]
    Si estoit leur intention de s'aller joindre aux nations qui estoient de là les monts soubs la charge de Lepidus [ID., Anton. 22]

ÉTYMOLOGIE

  • De et là ; bourguig. delai.

delà

DELÀ. prép. de lieu. Plus loin de, de l'autre côté de. Delà la rivière. Delà les monts.

Il est souvent précédé de l'une des prépositions De et Par. Il est de delà les monts. Par- delà le cap de Bonne-Espérance.

Il est souvent remplacé par la locution prépositive Au-delà de. Au-delà des mers. Au- delà du Rhin.

AU-DELÀ, pris substantivement, désigne ce qui concerne la vie future et le monde supra- terrestre. Le souci de l'au-delà.

AU-DELÀ DE, et quelquefois PAR-DELÀ, s'emploient figurément, au sens moral, pour marquer Excès d'une chose sur une autre. Au-delà de mes espérances, de ce que j'espérais, de ce que je croyais. Au-delà de l'imagination, de toute croyance. Le juste est récompensé par- delà ses mérites.

AU-DELÀ et PAR-DELÀ se disent aussi, figurément et absolument, pour Encore plus, encore davantage. Je lui ai donné tout ce que je lui devais, et au-delà. Il m'a traité aussi bien que je le pouvais désirer, et au-delà. Je l'ai satisfait, et par-delà.

Deçà et delà, De côté et d'autre. Il va deçà et delà pour chercher fortune. Il a cherché longtemps deçà et delà.

Fam., Jambe deçà, jambe delà, Une jambe d'un côté, une jambe de l'autre, à califourchon. Elle était à cheval, jambe deçà, jambe delà.

En delà, Plus loin. C'est plus en delà. Mettez-vous un peu en delà.

delà

Delà, Trans.

Il estoit delà la mer, Erat trans mare.

Nouvelles envoyées delà la mer, Nuntij trans mare missi.

Porter par delà la mer, Trans mare hinc asportare.

Aller delà la mer, Ire trans mare.

Jusques par delà les monts, Trans alpes vsque transfertur.

Par deçà, et par delà, Hac atque illac.

delà


DELà, adv. [1re e muet: l'à doit porter un accent grâve. — L'Acad. en fait deux mots, de-là, et renvoie à .] De ce lieu. Il se combine avec plusieurs prépositions; au delà de la Loire: en delà de la Seine, de delà le Rhône, par delà les Alpes~. — Il passa de là à Paris. "De là il vint à Rouen, etc.
   Il se met quelquefois à la tête de la phrâse, comme une conséquence ou une suite de ce qu'on a dit auparavant. "La vanité a gagné tous les états. Delà ce luxe funeste, qui, etc. Delà la pudeur abandonée et méprisée, etc. etc.
   Rem. * Quelques-uns emploient delà, pour ensuite, qui est adverbe de temps. "Geoffroi fut premier Évêque de Lincoln, et delà Archevêque d'Yorck. Hist. d' Angl. Il falait dire, ensuite. Si l'Auteur avait dit; et delà, c. à. d. de Lincoln, il passa à l'Archévêché d'Yorck, delà aurait été bien placé, parce que, pâsser désigne le lieu. — M. de Berault a dit aussi: "Ouvrier en cuivre et laiton... delà (ensuite) Médecin ou Charlatan. Histoire de l'Eglise. Et un des Auteurs des Lettr. Edif. "Delà à quelques mois j'eus à essuyer un aûtre coup plus acablant. Dans cette dernière phrâse, delà signifie, de ce temps-là; et n'est pas plus conforme à l'usage.
   2°. Quand delà n'est pas à la tête de la phrâse, il doit être placé plutôt après le verbe, que devant. "S'étant logé chez un de ces Indiens, delà il parcourut toutes les cabanes d'alentour. Lett. Edif. Il falait dire: Il se logea, etc. Dela il parcourut, etc. ou bien: "S'étant logé, il parcourut delà, etc.
   3°. Au delà désigne souvent autre chôse que le lieu. Sa paix, sa résignation, son détachement sont au delà de ce que l'on voit, Sév. c. à. d. surpassent encôre ce qu'on voit.

Traductions

delà

poza

delà

отвъд

delà

[dəla] adv
au delà → beyond
au delà de → beyond
par delà → beyond