délation

(Mot repris de delation)

délation

[ delasjɔ̃] n.f. [ lat. delatio, de deferre, dénoncer ]
Dénonciation motivée par la vengeance, la jalousie ou l'appât du gain : La lettre anonyme est un moyen de délation.

délation

(delasjɔ̃)
nom féminin
fait de dénoncer qqn pour son propre intérêt Beaucoup de gens ont fait de la délation pendant la guerre.

DÉLATION

(dé-la-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
Dénonciation, mais toujours en mauvaise part.
Un esclave t'accuse, et je ne croirai pas à des délations qui partent de si bas [ANCELOT, Fiesque, IV, 8]
Deux courtisanes séduites par de l'argent et des promesses se chargent de la délation [DIDER., Règne de Claude et Nér. I, § 25]
Action de déférer. La délation du serment.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pour cela la commune ne laissa point à estre aussi aspre et aussi aigre à recevoir toutes sortes de calumnies et de delations, comme auparavant [AMYOT, Alc. 36]
    Je [Socrate] m'enferre en la delation de mes accusateurs, qui est que je fois [fais] plus l'entendu que les aultres, comme ayant quelque cognoissance plus cachée des choses qui sont au dessus et au dessoubs de nous [MONT., IV, 215]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. delatio (voy. DÉLATEUR).

délation

DÉLATION. n. f. Dénonciation faite dans un mauvais dessein. Sous l'empire romain, la délation était un moyen de gouvernement. Les tyrans ont toujours encouragé la délation. Les délations se multiplièrent sous ce prince.

delation

Delation ou denonciation et emputement fait à la justice, ou au magistrat, Delatio.

Faire mestier de telles delations et emputement, Delationes factitare.

Synonymes et Contraires

délation

nom féminin délation
Fait de dénoncer.
Traductions

délation

הלשנה (נ), מלשינות (נ), הַלְשָׁנָה

délation

delación

délation

delazione

délation

[delasjɔ̃] nfinforming