des

des

art.
1. Article défini contracté pluriel (= de les) : La fin des vacances. Il s'occupe de l'entretien des jardins.
2. Article indéfini, pluriel de un, une : Inviter des amis. Acheter des pêches.
3. Article partitif, pluriel de 2. de : Manger des céréales. Elle prend des médicaments.

DES

(dê ; l's se lie : dê-z hommes) art. plur.
contracté pour de les, et qui se dit pour le masculin et le féminin.
N'es-tu pas dans ces lieux Où la haine des rois, avec le lait sucée.... [RAC., Bérén. IV, 4]
S'il n'est pas des plus beaux, il est des agréables [MOL., l'Étour. I, 6]
Je lui ai bien fait entendre que vous n'étiez point une dupe, pour vous demander des cinq ou six cents pistoles [ID., Scapin, II, 8]
Pris partitivement, quelques. Des hommes recommandables pensent que....

REMARQUE

  • Pris partitivement, il faut, quand un adjectif précède, dire en général de et non des : de bons vins, de bonnes gens. Mais on pourra se servir de des, quand le mot, en raison de l'usage, peut être considéré comme ne formant qu'un seul mot avec son adjectif : des jeunes gens, des jeunes hommes. On reviendra à de, si on met devant l'adjectif un mot qui le modifie : de tout jeunes gens.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Blancandrins fut des plus saives paiens [, Ch. de Rol. III]
    Là où cist furent, des autres i ot bien [, ib. VIII]
  • XIIe s.
    La disme eschelle est des barons de France [, Ronc. p. 134]
    Faisons des bierres de verges et de peaus [, ib. p. 150]

ÉTYMOLOGIE

  • De (voy. DE), et les (voy. LE, LA).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DES. - REM. Ajoutez :
    Racine a dit :
    Qui sait si... Ce roi... N'accuse point le ciel qui le laisse outrager, Et des indignes fils qui n'osent le venger [RACINE, Mithr. I, 3]
    À ce sujet Racine le fils remarque : " Il faut nécessairement d'indignes, je crois que c'est une faute d'imprimeur qui s'est conservée dans toutes les éditions. L'auteur avait mis, selon les apparences, et deux indignes fils. " D'autres éditeurs ont mis et ses indignes fils. Il paraît bien que la vraie leçon est des indignes fils (voy. au Supplément DE, Remarque 7).

des

DES. Voyez DU.

dès

DÈS. prép. de temps et de lieu. Depuis, à partir de. Dès cette époque-là. Dès l'enfance. Dès hier. Dès Orléans. Ce fleuve est navigable dès sa source. J'y travaillerai dès demain, dès la semaine prochaine.

DÈS LORS, loc. adv. Dès ce moment-là, dès ce temps-là. Je vis bien dès lors où il voulait en venir. Dès lors il commença ses poursuites. Il annonçait dès lors ce qu'il serait un jour. Il s'emploie aussi pour Delà, par forme de conséquence. On ne peut établir ce fait capital, et dès lors tombe toute l'accusation. Il ne peut user de ce moyen; qu'avons-nous dès lors à craindre de lui?

DÈS QUE, loc. conj. Aussitôt que. Dès que le soleil fut levé. Dès qu'il parut. Dès que je serai arrivé.

dés

Dés, Tantost est une preposition qui signifie commencement de trait, ou de temps, comme Dés ma jeunesse je me suis accoustumé à cela. Ab adolescentia, aut ab adolescentulo illi rei assueui. Ou de lieu, comme, Dés Paris je me suis trouvé mal, A Lutetia coepi male habere. Dés la racine. A radice, vel vsque ab radice, vel vsque ab stirpe. Tantost une partie qui ne regit aucun cas, mais est mise en composition, ores avec les noms, ores avec les verbes, et importe signification privative de la naifve d'iceux noms et verbes, et retient toutes ses lettres, si les noms et verbes avec lesquels elle est composée commencent par une voyele, comme Avantage, Desavantage, Apprendre, Desapprendre. Mais elle perd la derniere, quand iceux noms et verbes commencent par une consone, comme Pourveu, Depourveu, Faire, Defaire: Car la lettre s, n'y doit pouvoir, ne la prononciation Françoise en tels endroits ne la recognoist aucunement. Et n'est pourtant à dire que telles dictions soient composées de la preposition De. voyez De.

J'ay mal joué dés le commencement, Male iam ab initio calculum promoui. Id est, Inauspicato rem aggressus sum, Male auspicatus sum.

Dés l'enfance, A puero, A pueris, Vsque a pueris.

Dés le fin matin, Primo mane.

Dés le fin poinct du jour, Primo diluculo, Ab aurora.

Dés aujourd'huy, Ex die hoc.

Je les ay ouy dés ici, Eos vsque istinc exaudiui.

Dés incontinent qu'on fait des fondemens, Quum primum statim fundamenta iaciuntur.

Dés maintenant, ou dés à present je feray comme tu me commanderas, Iamiam faciam vt iusseris.

Desormais, Iam, Posthac, In posterum, Deinceps.

Dés qu'il fut arrivé, Primo statim aduentu.

Dés, ou Depuis ce temps là, Ab illo tempore, Ex eo, Ex eo tempore, Ex illo.

Dés le temps de Romule, Vsque a Romulo.

des


DES. Il s'écrit sans accent, quand il est article, et avec un accent grâve, dès, quand il est préposition.
   DES, particule, qui tient lieu de la prép. de, et de l'article les: on la met pour de les. "La folie des hommes, la vanité des femmes, etc. — Pron. devant une consone: dè fame, et dèz, devant une voyelle, ou une h muette: dèz home, l'è fort ouvert. Quelques-uns font cet e muet devant une voyelle: c'est une bien mauvaise prononciation.
   1°. DES est article, ou défini, ou indéfini. Si c'est le 1er, il est au génitif, quand il est régi par des noms; ou à l'ablatif, quand il est régi par des verbes. "L'étude des Belles-Lettres: Comblé des biens de ce monde. — Quand il est article indéfini, il est au nominatif. ou à l'acusatif. "Des hommes savans ont dit, etc. J'ai vu des chôses admirables.
   2°. DE, ou DES, paraissent également bons en certains endroits; comme lettres pleines de marques, ou des marques de, etc.: mais il faut observer qu' on doit mettre de, quand la chôse est indéterminée, et des, quand elle est déterminée. Ainsi, l'on doit dire, des lettres pleines de marques d'amitié, et pleines des marques de son amitié, etc.; et ainsi des aûtres semblables.
   DÉS, est aussi une préposition inséparable de certains mots, qui leur done une signification contraire à celle qu'ils ont, étant simples; comme, désavantage, déshériter, etc. Dés a l'é fermé, et non pas muet: il le faut marquer d'un accent aigu.
   DèS, prép. de temps et de lieu [, et devant une voyelle, ou une h muette, dèz, ê ouv. — On écrivait aûtrefois dez, mais le z désigne l'é fer.: cette ortographe induit à une mauvaise prononciation.] Depuis. "Dès l'enfance, dès le point du jour; dès Orléans, dès sa source, etc.
   Rem. 1°. Dès peut s'unir avec avant, ou après, qui sont aussi des prépositions de temps. "Dès avant le sacrifice. Boss. "Dès après la Messe: d'abord vaut pourtant mieux, sur-tout avec le dernier. — L'Auteur des Réflexions, etc., remarque que quelques persones faisaient dificulté de se servir de dès avant, mais que de bons Auteurs s'en sont servi, et qu'il a d'ailleurs quelquefois plus de force qu'avant. "Vous voulez que je prie pour vous: je le faisois dès avant que vous me l'eussiez demandé. Let. de St. Aug. — Mais avec le régime de l'infinitif, dès avant a quelque chôse de sauvage. "Il l'avoit déclaré son successeur, dès avant d'entreprendre l'expédition qu'il fit contre l'Angleterre. (Hist. d'Angl.) Même avant d'entreprendre, etc., serait plus régulier.
   Dès auparavant, est bon quand il est adverbe; il ne vaut rien quand il est préposition. On dit bien, il l'avait prédit dès auparavant: mais c'est mal parler que de dire, comme Mde de B... "Il étoit résolu, dès auparavant la mort de Harold, de recouvrer par les armes ce qu'il avoit perdu. Hist. d'Angl. Voy. AUPARAVANT.
   Dès à présent, dès maintenant, sont d'un usage plus comun, et à présent, maintenant, sont les adverbes avec lesquels dès aime mieux à s' associer.
   2°. Dès que, conjonction, sert aussi à désigner le temps. "Dès qu'il fut venu. — Il a aussi quelquefois le sens de puisque: Dès que vous le voulez, je le ferai. On dit aussi, mais seulement dans le discours familier, dès là que, dans le même sens.
   3°. Dès là (à caûse de cela,) est vieux et inusité. "Sarmates, peuples qui ne savoient combattre qu'à cheval, et dès là, étoient peu propres à soutenir un siège. P. Barre, Hist. d'Allem. "Il n'est pas davantage en usage pour dès-lors. "Ceux qui ont embrassé le Christianisme dans les Castes les plus nobles, comme celle des Brames, sont dès-là (dès-lors) en butte aux plus indignes traitemens. Let. Édif.
   4°. Quoique dès ait beaucoup de raport avec depuis pour le sens, il ne peut pas toujours le remplacer. Dès long-temps, pour depuis long-temps, m'a toujours fait de la peine, soit en prôse, soit en vers. "Le Cardinal de Lorraine, dès long-temps avoit médité en lui-même de proposer, etc. "Peuple, dont les débordemens auroient dès long-temps englouti l'Europe, si, etc. Thomas, parlant des Turcs. — M. Linguet a dit aussi: dès long-temps, dans le Siècle d' Alexandre, 2e édit. pag. 188. — Racine a dit, plus anciènement:
   Vous me donnez des noms qui doivent me surprendre;
   Et les Dieux, dès long-temps contre moi déchaînés,
   À~ mon orgueil encor, les avoient épargnés.
       Iphigénie.
On peut passer cette licence aux Poètes génés par la mesure: mais en prôse, je crois qu'il faut dire, depuis long-temps.
   5°. Je pense aussi que dès n'est bon qu'avec les temps suivans des verbes; l'imparfait, le prétérit, et le plus que parfait. "Il était à Paris; il avait quité ce poste; il vint ici; il s'en retourna; il s'en est alé dès l'année, etc. Au présent, on doit se servir de depuis. Dans l'Hist. du Parlement de Paris, par voltaire, on lit cette note. "Maillezais, Évêché qui n'existe plus, et qui est transféré à la Rochelle dès l'année 1649. Il falait dire, ce me semble, qui a été transféré dès l'année, ou, qui est transféré~ depuis l' année 1649.

Traductions

des

of the, some, of, skim, any

des

vande, vanhet, van de, van het

des

der

DES

abr nm (=diplôme d'études supérieures) university post-graduate degree

des

[de]
dét
dét
voir de
Tu veux des chips? → Would you like some crisps?
J'ai des cousins en France → I have cousins in France.
pendant des mois → for months
Tu as des frères? → Have you got any brothers?
la fin des vacances → the end of the holidays
la voiture des Durand → the Durands' car
Il arrive des États-Unis → He's coming from the United States.