destituable

DESTITUABLE

(dè-sti-tu-a-bl') adj.
Qu'on peut destituer. Fonctionnaire destituable.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un officier royal n'est destituable que en certains cas [CONDÉ, Mémoires, p. 598]

destituable

DESTITUABLE. adj. des deux genres Qui peut être destitué. Officier, fonctionnaire destituable, non destituable à volonté.

destituable


DESTITUABLE, adj. DESTITUER, v. a. DESTITUTION, s. f. [Dèstituable, tu-é, tu-cion; 1re è moy. 4e dout. au 1er, é fer. au 2d.] Destituer, c'est priver quelqu'un de la charge, de l'emploi qu'il exerçait. Destituable, qui peut être destitué. Destitution, action de destituer, ou plutôt, privation, etc. "On l'a destitué de son emploi: "Le Vicaire d'un Curé est destituable à volonté, ad nutum. "Depuis sa destitution, il n'a fait que languir.
   Rem. 1°. DESTITUTION a un sens passif. Il se dit, non de celui qui destitûe, mais de celui qui est destitué. "La destitution de cet Oficier a été fort désaprouvée.
   2°. DESTITUÉ, participe, n'a pas le sens de son verbe. Il signifie dépourvu, dénué, privé de... "Destitué de tout secours; destitué de raison, de bon sens. "Que peut la raison, destituée des lumières de la Foi? "Ces clameurs éternelles, dont on nous étourdit, sont destituées de tout fondement.