destitution

(Mot repris de destitutions)

destitution

n.f.
Action de destituer ; fait d'être destitué : La destitution d'un fonctionnaire renvoi, révocation

destitution

(dɛstitysjɔ̃)
nom féminin
fait de priver qqn de sa fonction la destitution d'un fonctionnaire

DESTITUTION

(dè-sti-tu-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action d'ôter à un fonctionnaire sa place. Il a reçu sa destitution. La destitution qui l'a frappé

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. destitutio, de destituere (voy. DESTITUER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DESTITUTION. Ajoutez : - HIST. XIVe s.
    Accordé est que tout seulement ausdiz eschevins appartient l'institution et destitution des freres et suers, la garde et administration desdictes maisons de Saint Ladre, soit qu'il y ait mesiaus [lépreux], soit que non (1342) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part, p. 868]
  • XVe s.
    Il sera paié de ses gages au feur de ce qu'il avoit du feu roy Lois, et ses sergens aussi jusques, pro rata temporis, au jour de sa destitution [, Procès-verbaux du conseil de régence de Charles VIII, p. 7]

destitution

DESTITUTION. n. f. Action de destituer ou le Fait d'être destitué. Depuis sa destitution, il ne se mêle de rien. Prononcer la destitution d'un administrateur. Le conseil de famille a prononcé la destitution de ce tuteur.

destitution

Destitution et delaissement, Destitutio.

Destitution de compagnie, Solitudo.

Synonymes et Contraires

destitution

nom féminin destitution
Action de destituer quelqu'un.
Traductions

destitution

הדחה (נ), עריפת ראשים (נ), הֲדָחָה

destitution

ontzetting

destitution

rimozione

destitution

[dɛstitysjɔ̃] nf [roi] → deposition