détresse

(Mot repris de detresse)

détresse

n.f. [ du lat. districtus, serré ]
1. Sentiment d'abandon, de solitude profonde ; désespoir : La détresse des S.D.F. désarroi, désespérance [sout.] ; bonheur, joie
2. Situation critique, dangereuse : Un navire en détresse perdition
3. En médecine, défaillance aiguë et grave d'une fonction vitale : Détresse respiratoire.

DÉTRESSE

(dé-trè-s') s. f.
Serrement de cœur, angoisse causée par un besoin, par un danger, par une souffrance. Quand il se vit abandonné par ses compagnons dans ce lieu solitaire, sa détresse fut grande. Cris de détresse.
Et confite en détresse, Imite avec ses pleurs la sainte pécheresse [RÉGNIER, Sat. XII]
Me voici donc en ce lieu de détresse Embastillé, logé fort à l'étroit [VOLT., la Bastille.]
Sa détresse [de Napoléon à Moscou] augmente : il sait qu'il ne doit pas compter sur l'armée prussienne ; un avis d'une main trop sûre, adressé à Berthier, lui fait perdre sa confiance dans l'appui de l'armée autrichienne [SÉGUR, Hist. de Napol. VIII, 10]
Dénûment extrême, danger pressant.
Son fils à vos secours, dans sa détresse extrême, N'a-t-il pas tous les droits qu'il aurait eus lui-même ? [DUCIS, Oscar, III, 1]
Sommes-nous descendus à ce point de détresse.... [DELAV., Vêpres sicil. II, 2]
Vous qu'afflige la détresse, Croyez que plus d'un héros Dans le soulier qui le blesse Peut regretter ses sabots [BÉRANG., les Gueux.]
Terme de marine. Signal de détresse, signal par lequel un bâtiment annonce qu'il est en danger et qu'il a besoin de secours. Canon de détresse, coup de canon tiré en signal de détresse. Fig. Signal de détresse, tout ce qui fait présumer qu'une personne est dans un embarras pressant.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    De large cuer adès [toujours] largesse, Et de cuer dur tous jours detresce [resserremeut, refus] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 283]
    Hé lasse ! que ferai ? tant sui en grant destrece [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 13]
    Li quens Looys ala fourrer [fourrager] le jor de Pasques flories pour la destresce de viande [VILLEH., CXLI]
    De duel [deuil] et de destresse [elle] est ilueque pasmée [, Berte, XVI]
    Ensi furent de la Toussaint jusques au quaresme prendant [prenant] en tel detresse, et lor fali del tout viande [, Chr. de Rains, 207]
    Atten et sueffre la destrece Qui orendroit te cuit et blece [, la Rose, 2041]
    Par grant travail quierent richeces ; Paor les tient en grant destreces, Tandis cum du garder ne cessent [, ib. 5146]
  • XVe s.
    La pauvrette estoit en grand destresse de cœur [LOUIS XI, Nouv. XXVI]
  • XVIe s.
    [Chagrin] Si fut incontinent tout le camp adverty du deuil qu'en menoit Aemulius, et de la destresse en laquelle il en estoit [AMYOT, P. Aem. 36]
    Ainsi qu'il advint ordinairement en telles extremitez de destresse, il leur sembloit toujours le plus seur de fouir du lieu où ilz se trouvoient [ID., Marius, 65]
    Ilz crioyent d'angoisse pour la destresse de douleur qu'ils sentoient [ID., Crassus, 47]
    Il [l'archevêque de Mayence] entend, non sans grande detresse de cœur, que quelques grans personnages disputent aujourd'hui de la primauté du pape [SLEIDAN, f° 25]
    De l'angustie ou petitesse de la matrice : Il se fait aussi des monstres pour la detresse du corps de la matrice [PARÉ, XIX, 10]
    ....De luy donner mille ennuis et destresses [ST GELAIS, (6).]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. destressa, detreissa ; mot tiré d'une forme latine irrégulière destrictia (pour rendre raison de la finale esse, comme dans paresse, de pigritia), de destrictum, supin de destringere, étreindre, de la préposition de, et stringere (voy. ÉTREINDRE).

détresse

DÉTRESSE. n. f. Angoisse causée par un malheur imminent. Pousser des cris de détresse.

Il signifie aussi Situation malheureuse, embarras critique qui étreint le coeur. Être dans une extrême détresse. Mettre, laisser quelqu'un dans la détresse. J'eus pitié de sa détresse.

En termes de Marine, Navire en détresse. Signal de détresse, Signal par lequel un bâtiment fait connaître qu'il a besoin d'un secours urgent, qu'il est dans une situation périlleuse. On le dit figurément pour désigner Toute action qui fait présumer qu'une personne est dans un embarras pressant. La vente de sa terre est un signal de détresse.

On dit de même d'un Train de chemin de fer qu'Il est en détresse lorsque sa marche est arrêtée par tel ou tel accident.

détresse


DÉTRESSE, s. f. [Détrèce; 1re é fer. 2e. è moy. 3e. e muet.] Peine d'esprit. "Être dans une grande, dans une extrême détresse. "Comme nous sommes exposés à de pareilles détresses, c'est notre~ intérêt, qui nous~ fait~ pleurer, quand nous croyons pleurer le malheur des aûtres.

Synonymes et Contraires

détresse

nom féminin détresse
1.  Angoisse intense.
affliction, désarroi, désespoir, désolation, peine -littéraire: désespérance.
2.  Situation critique.
dénuement, indigence, misère, nécessité, pauvreté -littéraire: adversité, infortune -vieux: pouillerie.
Traductions

détresse

distress, miseryאומללות (נ), היוואשות (נ), מועקה (נ), מצוקה (נ), מצר (ז), עגמומיות (נ), צוקה (נ), צרה (נ), מוּעָקָה, צָרָהellende, nood, ondergang, wanhoopJammernød조난 (detʀɛs)
nom féminin
1. angoisse très forte un sentiment de détresse
2. situation dangereuse un navire en détresse
signaux lumineux qui indiquent l'arrêt ou la vitesse réduite d'un véhicule

détresse

[detʀɛs] nfdistress
en détresse [avion] → in distress
appel de détresse → distress call
signal de détresse → distress signal