diable

(Mot repris de diables)

diable

n.m. [ lat. diabolus, gr. diabolos, qui désunit, divise ]
1. Dans la religion, démon, esprit du mal.
2. (Précédé de l'art. déf.) Dans la religion chrétienne, Satan, incarnation suprême du mal.
3. Petit chariot à deux roues basses servant à transporter de lourdes charges.
4. Ustensile de cuisine formé de deux poêlons en terre que l'on pose l'un sur l'autre.
5. Fam. Enfant turbulent et espiègle ; diablotin.
À la diable,
très mal, sans soin : Il repassa sa chemise à la diable soigneusement
Au diable ou au diable vauvert,
très loin : Sa maison se trouve au diable.
Avoir le diable au corps,
faire le mal volontairement ; manifester une énergie surhumaine, une grande fougue.
Beauté du diable,
éclat de la jeunesse.
Bon diable,
bon garçon.
Ce n'est pas le diable,
ce n'est pas difficile.
C'est bien le diable si...,
ce serait extraordinaire si... : C'est bien le diable si on n'arrive pas à le prévenir.
Du diable ou de tous les diables,
extrême : Cet instrument fait un bruit de tous les diables.
En diable,
très, extrêmement : Il est doué en diable à ce jeu.
Envoyer qqn, qqch au diable ou à tous les diables,
le chasser, le rejeter.
Faire le diable à quatre,
faire du vacarme ; se démener.
Grand diable,
homme de grande taille, dégingandé.
Pauvre diable,
homme qui inspire la pitié : Ce pauvre diable n'a rien à manger malheureux
Peindre le diable sur la muraille,
en Suisse, noircir la situation, évoquer des dangers imaginaires.
Tirer le diable par la queue,
avoir des difficultés d'argent.
interj.
1. Marque la surprise, l'admiration, la perplexité : Diable, quel beau tableau !
2. Sert à renforcer ou à nuancer une interrogation ; donc : « Que diable allait-il faire dans cette galère ? » [Molière].
3. Indique que l'on renonce à qqch ou qu'on le rejette : Au diable ce projet !
Que diable !,
marque l'impatience : Avancez, que diable !

DIABLE

(dia-bl' ; en vers, diable est aujourd'hui de deux syllabes ; il était jadis de trois) s. m.Terme de théologie.
Le principe du mal moral en général. Le diable tenta nos parents dans le paradis terrestre. Ce nom est devenu celui des anges déchus ; il implique toujours une idée de malice ; mais comme, à côté de la malice, le diable peut avoir certaines qualités, diable a fini par exprimer ces qualités, mais toujours avec un peu de moquerie et dans le style familier.
Par antonomase, Satan, le prince des mauvais anges.
Eh ! quel objet enfin à présenter aux yeux Que le diable toujours hurlant contre les cieux ? [BOILEAU, Art poét. III]
Avocat du diable, celui qui est chargé, dans la chancellerie romaine, de contester les mérites d'une personne dont la canonisation est proposée ; et aussi l'un des deux interlocuteurs dans les conférences religieuses faites sous forme d'un débat simulé. Ne craindre ni Dieu ni diable, n'être arrêté par aucune crainte. Brûler une chandelle au diable, flatter un pouvoir injuste pour en obtenir quelque chose. Le diable est bien fin, se dit par avertissement à une personne pour qu'elle prenne garde à elle et qu'elle ne se laisse pas aller aux tentations, ni séduire ni suborner. Cela se fera à moins que le diable ne s'en mêle, c'est-à-dire pour peu qu'il n'y ait pas impossibilité. Cela ne se fera pas si le diable ne s'en mêle, c'est-à-dire s'il ne survient pas quelque facilité inespérée. Le diable n'y verrait goutte, se dit d'une affaire bien embrouillée. Fi au diable ! exclamation de mépris, d'aversion, de chagrin. Dans le même sens. Le diable s'en pende ! Crever l'œil au diable, faire quelque chose en dépit de l'envie, s'avancer malgré les envieux. Moucher la chandelle comme le diable moucha sa mère, éteindre la chandelle, ou bien couper le lumignon si bas que la chandelle s'éteigne. Locution qui vient, dit-on, de ce qu'un scélérat nommé Le diable, ayant demandé à voir sa mère avant d'être exécuté, lui emporta, en l'embrassant, le nez avec les dents, lui reprochant la mauvaise éducation qu'il avait reçue d'elle, ou plutôt de ce que le diable, sous prétexte de moucher sa mère, lui fait quelque mauvais tour. Loger le diable dans sa bourse, n'avoir pas le sou.
Un homme n'ayant plus ni crédit ni ressource, Et logeant le diable en sa bourse, C'est-à-dire n'y logeant rien [LAFONT., Fabl. IX, 16]
Veuille Dieu, veuille diable, je le ferai, c'est-à-dire malgré tous les obstacles.
Soyez sûr, quelque chose qu'ils fassent, qu'homme, Dieu, ange, ni diable ne m'en feront pas dire davantage [D'ALEMBERT, Lettre à Voltaire, 20 janv. 1758]
Quand le diable y serait, malgré tout. Quand le diable y serait, vous ne me feriez pas croire cela. Populairement. Le diable bat sa femme et marie sa fille, se dit quand il pleut et qu'il fait du soleil en même temps. Il n'est pas plus dévot que le diable n'est saint, se dit d'un homme tout à fait indévot. Le diable n'y perd rien, se dit d'une personne qui ne maîtrise ou ne contient ses sentiments qu'en apparence ou passagèrement, et aussi d'une personne qui dissimule ses souffrances.
Vous saviez bien que vous seriez vengé sans coup férir, et que le diable n'y perdrait rien [P. L. COUR., I, 57]
Le diable ne le lui ferait pas faire, ne l'en ferait pas démordre, se dit d'un homme entêté, obstinément attaché à ses sentiments. Pont du diable, pont hardi, de construction moderne, jeté sur la Reuss. Pont du diable, Passage du diable, sont les noms de quelques localités de difficile accès. Terme de musique. Sonate du diable, ainsi dite en raison d'une vision du diable en rêve qu'eut le musicien Tartini, sonate hérissée de difficultés. Il fait comme le valet du diable, il est comme le valet du diable, se dit quand quelqu'un fait plus qu'on ne lui commande.
Vous faites l'office du diable quand vous voulez faire plus que je ne vous demande [MAINTENON, Lettre à Mme de Caylus, t. VI, p. 6, dans POUGENS]
C'est la poupée du diable, femme mal habillée, sale. Le diable était représenté dans le moyen âge avec une queue et des cornes ; de là quelques locutions. Tirer le diable par la queue, être dans une position gênée.
Si je faisais des vers aussi bons.... je ne serais pas réduit à tirer le diable par la queue [SCARR., Rom. com. ch. 11]
Il mangerait le diable et ses cornes, se dit d'un grand mangeur.
En général, nom des anges rebelles précipités avec Satan dans l'enfer, depuis le prince jusqu'aux plus infimes. Les diables de l'enfer. Fig. Comme diable en miracle ou en miracles, sans raison.
Le personnel entre le cardinal de Noailles et les évêques de la Rochelle et de Luçon, où celui de Gap s'était fourré depuis comme diable en miracles [SAINT-SIMON, 315, 108]
Être battu du diable, être sans repos.
[Tallard] Beaucoup d'esprit et de grâce dans l'esprit, mais sans cesse battu du diable par son ambition, ses vues [SAINT-SIMON, 116, 14]
Le diable était beau quand il était jeune, c'est-à-dire la jeunesse a toujours quelque beauté, même dans les personnes laides. La beauté du diable, les seuls attraits de la jeunesse. Par forme de serment. Je n'en ferai rien de par tous les diables.
Elles sont toutes dérangées de par tous les diables [REGNARD, le Retour impr. sc. 9]
Les diables bleus, nom que les Anglais donnent à une sorte de mélancolie, de vapeurs. Être possédé du diable, avoir, selon la croyance de l'Église catholique, dans le corps un diable qui se substitue à la volonté de l'individu et parle et agit pour lui. Les diables qui possédèrent les religieuses de Loudun. Et, figurément, être livré à des passions violentes, à une excessive ardeur. Fig. Avoir le diable au corps, être vif, emporté, vigoureux, passionné.
.... Avez-vous le diable dans le corps, Pour ne pas succomber à de pareils efforts ? [MOL., Coc. imag. II, 1]
Je pense, sauf correction, qu'il a le diable au corps [ID., l'Avare, I, 3]
Votre Durance a quasi toujours le diable au corps [SÉV., 366]
Il a le diable au corps [RAC., Plaid. II, 11]
Elle a le diable au corps pour la danse [HAMILT., Gramm. 7]
Avoir le diable au corps, exceller en certaines choses de courage, d'adresse, de talent, d'esprit.
Ou, comme Michel-Ange, eût-il le diable au corps [RÉGNIER, Sat. X]
Être croustilleux.
Segrais nous montra un recueil qu'il a fait des chansons de Blot ; ces chansons ont le diable au corps ; mais je n'ai jamais vu tant d'esprit [SÉV., 49]
C'est le diable à confesser, se dit d'un aveu difficile à obtenir, d'une chose presque impossible. C'est le diable ! Voilà le diable ! C'est là le diable ! se dit de ce qu'une chose présente de fàcheux, de difficile.
Mais le diable est que nous n'avons point d'argent [REGNARD, Sérénade, sc. 8]
Entre tant de parents ce serait bien le diable, S'il ne s'en trouvait pas quelqu'un de raisonnable [ID., Légat. III, 5]
Mais voyons donc enfin ce que j'ai fait écrire. - Ah ! voilà bien le diable.... [ID., ib. V, 7]
Amoureux et gueux, ces deux qualités, qui séparément ne sont pas fort bonnes, c'est bien le diable quand le hasard les met ensemble [DANCOURT, Cur. Compiègne, sc. 3]
Donner son âme au diable, faire un prétendu pacte avec le diable, qui, en retour de l'âme qu'on lui abandonnait, assurait pendant un certain temps au contractant la richesse, la puissance, les plaisirs. Faust avait vendu son âme au diable. Fig. Se donner au diable, se désespérer. Cela me ferait donner au diable. Se donner à tous les diables, éprouver une excessive impatience. Se donner au diable, prendre beaucoup de peine.
Vous avez fait ce coup sans vous donner au diable [MOL., l'Étour. II, 14]
Il ne faut pas se donner au diable pour faire cela, c'est-à-dire la chose n'est pas difficile. Je me donne au diable ; je veux que le diable m'emporte si.... le diable m'emporte si.... ou, simplement, du diable si.... au diable si.... locutions qu'on emploie, par forme de serment, pour nier ou pour affirmer.
Vous venez de Poitiers ou je me donne au diable [CORN., le Ment. I, 3]
Mes gens se donnent au diable qu'il n'y a pas dix écus dans la maison [HAMILT., Gramm. 2]
Je me donne au diable si dans quinze jours.... [ID., ib. 4]
Je me donne au diable si on me voyait.... [ID., ib. 7]
Diable emporte si je le suis [médecin] [MOL., Méd. m. lui, I, 6]
Diable emporte si j'entends rien en médecine [ID., ib. III, 1]
Je veux que le diable m'emporte, si je comprends rien à ce génie, à ces lauriers, à cette épée [DIDEROT, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 86, dans POUGENS.]
Il se dit par forme d'imprécation, d'aversion, de répulsion, d'impatience. Envoyer au diable, à tous les diables, à tous les cinq cents diables. Donner au diable.
Qu'il s'en aille au diable, à tous les diables ! Au diable l'importun ! Puissiezvous être à tous les diables ! [MOL., Préc. sc. 19]
Nous donnerions tous les hommes au diable [ID., Amph. II, 5]
Matta le donnait au diable avec ses Allobroges [HAMILT., Gramm. 4]
Il ne voulut pas se confesser et envoya tout au diable [SÉV., 142]
J'ai donné, de fureur, tout le festin au diable [BOILEAU, Sat. III]
Je donnais au diable toute cette maudite cohue [J. J. ROUSS., Conf. III]
À moins de douze couplets, Au diable une chansonnette ! [BÉRANG., Margot.]
Être au diable, être on ne sait où, fort loin. Il m'a fait aller au diable vauvert (et non, comme on dit communément, par erreur : au diable au vert ; voy. VAUVERT), il m'a fait aller très loin.
S'en aller au diable, à tous les diables, être perdu sans retour. L'affaire s'en va au diable.
Il faudra, si je veux, Que le manteau s'en aille au diable [LA FONT., Fabl. VI, 3]
Si vous ne daignez vous en informer, le Temple du Goût ira à tous les diables [VOLT., Lett. en vers et en prose, 25]
Tout va au diable, mes anges, et moi aussi [ID., Lett. d'Argental, 4 mai 1767]
Être au diable, à tous les diables, être perdu sans retour. Mon projet est à tous les diables.
Les affaires de Bohême ont bien changé de face depuis un mois ; voilà, je crois, ma pension à tous les diables ; mais j'en suis d'avance consolé [D'ALEMBERT, Lett. à Voltaire, 21 juillet 1757]
Envoyer au diable, à tous les diables, perdre, dissiper.
Il envoya les marquisats au diable [LA FONT., Faucon.]
Faire le diable, le diable à quatre, faire grand bruit, grand tumulte, se donner beaucoup de mouvement pour une chose.
Je m'en irais chez eux faire le diable à quatre [HAUTEROCHE, Soup. mal appr. sc. 3]
Oui, l'autre moi, valet de l'autre vous, a fait Tout de nouveau le diable à quatre [MOL., Amph. III, 8]
Coudoyez un chacun ; point du tout de quartier ; Pressez, poussez, faites le diable [ID., Remercîment au roi.]
Je ferai le diable à quatre, pour faire accepter sa pancarte [VOLT., Lett. en vers et en prose, 185]
Faire le diable contre quelqu'un, lui faire le plus de mal qu'on peut. Dire le diable contre quelqu'un, en dire beaucoup de mal.
10° Cela ne vaut pas le diable, cela ne vaut absolument rien.
11° Diable, employé comme complément déterminatif, est augmentatif et signifie extrême, excessif. C'est un désordre du diable. Je lui veux un mal de diable. Avoir une peur de diable. Il fait un froid, un vent de tous les diables.
12° Suivi d'un complément déterminé, diable signifie singulier, bizarre, méchant, dangereux, etc. ; ou plutôt, gardant sa signification propre, il se construit avec la préposition de et un substantif, comme bonhomme, faquin, coquin : ce bonhomme de paysan, coquin de valet (voyez, pour cette construction, la préposition DE au n° 3). Un diable d'homme. Ces diables de gens.
Un diable de ménage [CORN., Suite du Ment. I, 1]
Quel diable de jargon entends-je ? [MOL., les Préc. 5]
Et tu m'oses jouer de ces diables de tours ! [ID., Sgan. 6]
Quel diable de babillard ! [ID., Mar. forcé, 6]
Quel diable de langage est-ce là [ID., Méd. m. lui, II, 6]
Ayez le temps de me mander si vous vous mettez sur ce diable de Rhône [SÉV., 16]
.... Un diable de neveu Me fait par ses écarts mourir à petit feu [PIRON, Métrom. II, 1]
De vos diables de vers détestant la manie [ID., ib. I, 8]
Mon diable d'homme qui craignit qu'elle n'en parlât pas à son gré [J. J. ROUSS., Confess. II]
Que voulez-vous ! ce diable d'homme a toujours ses poches pleines d'arguments irrésistibles [BEAUMARCHAIS, Barb. de Sév. IV, 8]
On remarquera que, en cet emploi, diable, si le substantif construit est féminin, devient adjectif. Cette diable de femme.
Quelle diable de cérémonie ! [HAMILT., Gramm. 4]
13° Personne très méchante, emportée, ou bien d'une turbulence, d'une pétulance extrême. C'est un diable, un vrai diable, un diable incarné, un petit diable.
Elle compte que je serais un diable dans le monde [HAMILTON, Gramm. 3]
Comme sur les maris accusés de souffrance, De tout temps votre langue a daubé d'importance, Qu'on vous a vu contre eux un diable déchaîné, Vous devez marcher droit pour n'être point berné [MOL., Éc. des femm. I, 1]
C'en est fait, je renonce à tous les gens de bien ; J'en aurai désormais une horreur effroyable, Et m'en vais devenir pour eux pire qu'un diable [ID., Tart. V, 1]
Et je ne vis de ma vie Un dieu plus diable que toi [ID., Amph. III, 10]
Une autre fois quelque diable fit une satire cruelle sur Madame, le comte de Guiche, etc. [SAINT-SIMON, 92, 208]
Je ne laisse pas, tout diables qu'ils sont [vos enfants], de leur enseigner quelquefois des polissonneries de mon temps [P. L. COUR., Lett. II, 77]
Un méchant diable, un mauvais homme. Les mille diables, fameux voleurs du XVIe siècle. Diable noir, ancien sobriquet des reîtres.
14° Comme le diable, à côté de sa malice, peut avoir quelque qualité, diable a été pris pour exprimer quelque chose de peu blâmable, ou même quelque chose de louable. Un grand diable, un homme grand et dégingandé. Un grand diable, se dit aussi de choses qui sont très longues.
L'archevêque vient de faire contre lui [J. J. Rousseau] un grand diable de mandement qui donnera envie de lire sa profession de foi à ceux qui ne la connaissent pas [D'ALEMBERT, Lettre à Voltaire, 8 sept. 1762]
Un bon diable, un homme facile, de joyeuse humeur.
Il me parut, comme à vous, un assez bon diable, et d'ailleurs je lui trouvai quelques connaissances mathématiques [D'ALEMB., Lettre à Voltaire, 22 déc. 1759]
Un pauvre diable, une personne misérable, une personne à plaindre.
Voilà un pauvre diable de mari en bonne main ! [DANCOURT, Moul. Javelle, sc. 5]
.... C'est qu'il est incroyable Que moi, qui près de vous ne suis qu'un pauvre diable, Sois plus heureux pourtant... [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. II, 2]
15° Comme tous les diables, beaucoup, extrêment, infiniment. Avoir un esprit de tous les diables.
Les nefs sur les eaux favorables Vont comme tous les mille diables [SCARRON, Virg. trav. VIII]
La justice est sévère comme tous les diables, particulièrement sur ces sortes de crimes [MOL., Pourc. III, 2]
Elle est obstinée comme tous les diables [ID., le Fest. II, 5]
Voilà du bois qui est salé comme tous les diables [ID., le Méd. m. lui, I, 6]
Je suis bilieux comme tous les diables [ID., Bourg. gentilh. II, 6]
Phelypeaux avait de l'esprit comme cent diables et autant de malice qu'eux [SAINT-SIMON, 97, 34]
Pour un liable, avec une négation, non absolument.
Je n'ai qu'elle [de fille], et pas pour un diable elle ne veut se marier [MARMONTEL, Mém. II]
16° À la diable, loc. adv. À la hâte, sans soin. Cela est fait à la diable. Être fait à la diable, être mal vêtu ou habillé avec désordre. Avec un caractère de violence et d'exagération.
Les Anglais disent que toutes nos tragédies sont à la glace ; il pourrait bien en être quelque chose ; mais les leurs sont à la diable [VOLT., Lett. Cideville, 22 fév. 1764]
17° En diable, loc. adv. Fort, extrêment. Cela tient en diable. Avoir de l'esprit en diable.
Pour moi, j'y suis sévère en diable [dans les formalités], à moins que ce ne soit entre amis [MOL., Amour méd. II, 3]
La justice en ce pays-ci est rigoureuse en diable contre cette sorte de crime [ID., Pourc. II, 12]
Il était fourbe en diable et demi [LESAGE, Gusman d'Alfarache, IV, 1]
La nuit est noire en diable [BEAUMARCHAIS, Mariage de Fig. V, 3]
18° Diable ! interj. de surprise, d'impuissance.
Diable ! Que diable faire ? Où diable va-t-il prendre tout ce qu'il dit ? Que diable est-ce là, les gens de ce pays-ci sont-ils insensés ? [MOL., Pourc. I, 12]
Il ne comprenait pas comment diable il avait fait [HAMILT., Gramm. 5]
Il ne pouvait s'imaginer à qui diable elle en voulait [ID., ib. 11]
Et, pour toute conclusion, lui demanda de quoi diable il s'avisait de lui faire présent de deux méchantes perdrix rouges [ID., ib. 4]
Ma filleule, où diable a-t-on pris Le pauvre parrain qu'on vous donne ? [BÉRANG., Filleule.]
On dit dans le même sens : que diable !
Monsieur n'est pas ici, que diable ! à si bonne heure [RÉGNIER, Sat. X]
19° S. m. Toupie d'Allemagne double, très bruyante. Sorte de jouet fait à peu près comme la toupie d'Allemagne, percé de deux trous, qu'on fait tourner sur une corde tenue à deux baguettes et qui, quand il tourne très vite, produit un ronflement très fort. Terme de médecine. Bruit de diable, nom donné à un bruit particulier dont l'aorte et les grosses artères du cou sont le siége dans certains cas. Autre jouet ayant la forme d'une boîte qui, lorsqu'on l'ouvre, fait sortir vivement un diable au moyen d'une spirale qui se développe brusquement.
20° Machine à deux ou à quatre roues crdinairement basses, employée au transport des caisses d'orangers ou autres fardeaux. Espèce de calèche dans laquelle on peut se tenir debout.
21° Machine pour carder et nettoyer le coton, le crin. Levier à l'usage du fabricant de glaces et du maréchal. Instrument pour constater le bon état de l'intérieur des canons. Dans la marine marchande, tire-bonde pour les futailles.
22° Terme de physique. Diables cartésiens, petits plongeons de verre qui font tous les mouvements qu'on veut, dans un vase plein d'eau.
23° Le diable en haie, la clématite, en Normandie. Diable des bois, espèce de singe. Diable de Java, pangolin et espèce d'iguane. Sorte d'oiseau de la Guadeloupe.
Nous étions pour alors dans la saison de la chasse de certains oiseaux qu'on appelle diables ou diablotins.... je ne sache pas qu'il s'en rencontre dans les îles autre part qu'à la Guadeloupe et à la Dominique.... cet oiseau est à peu près de la grosseur d'une poule.... il a les ailes longues et fortes, les pieds comme ceux des canards, mais garnis de fortes et longues griffes.... il a de grands yeux à fleur de tête, qui lui servent admirablement bien pendant la nuit, mais qui lui sont tellement inutiles le jour qu'il ne peut supporter la lumière ni discerner le jour [LABAT, Nouveau voy. aux îles, 2e part. ch. 19]
Demi-diable, insecte hémiptère. Terme de pêche. Diable de mer, plusieurs poissons d'une forme hideuse. La baudroie.

PROVERBES

  • Il regarde le diable sur le poirier, il est louche, c'est-à-dire il a le regard aussi mal assuré que s'il eût aperçu tout à coup le diable sur un poirier.
  • Il n'est pas si diable qu'il est noir, ou le diable n'est pas si noir qu'il en a l'air, c'est-à-dire il n'est pas si méchant qu'on le dit ou qu'il le paraît.
  • Le diable n'est pas toujours à la porte d'un pauvre homme, c'est-à-dire on n'a pas toujours le malheur, la mauvaise chance contre soi.
  • Il vaut mieux tuer le diable que non pas que le diable vous tue, ou, comme on dit plus souvent aujourd'hui, que si le diable vous tue, c'est-à-dire il vaut mieux dans la défense personnelle infliger à l'adversaire le mal qu'il veut faire.
  • Le diable pourrait mourir que je n'hériterais pas de ses cornes, c'est à-dire personne ne me donne rien.
  • Quand il dort, le diable le berce, et, absolument, le diable le berce, se dit d'un homme inquiet et inquiétant.
  • Les menteurs sont les enfants du diable.
  • Quand le diable fut vieux, il se fit ermite, ou, quand le diable devient vieux, il se fait ermite, c'est-à-dire libertin dans la jeunesse, dévot dans la vieillesse.
  • Le diable est aux vaches, est bien aux vaches, c'est-à-dire tout est en confusion, ou bien il y a de la discorde.
  • Les diables sont déchaînés, il y a de grands mouvements, il arrive de grands malheurs.

REMARQUE

  • 1. Loger le diable dans sa bourse ; l'origine de cette expression est racontée dans une petite pièce de vers de St-Gelais : un charlatan avait promis de faire voir le diable ; pressé de remplir sa promesse, il ouvrit, en présence de la foule qui l'entourait, une bourse vide : Et c'est, dit-il, le diable, oyez-vous bien, Qu'ouvrir sa bourse et ne voir rien dedans (Recueil des poëtes fr. depuis Villon jusqu'à Benserade, éd. 1752, t. I, p. 146). D'un autre côté Génin dit : Les Italiens ont le proverbe : " Abbiamo trovato il diavolo nel catino, nous avons trouvé le diable dans le plat, le plat était vide. L'usage en Italie était de peindre au fond des plats une figure hideuse, une figure de diable qui était cachée, tant qu'il restait quelque chose au plat, Récréat. t. I, p. 107. " C'est de là, selon lui, que vient notre locution. M. Jullien, au contraire, pense que l'explication de St-Gelais est la bonne, et qu'une bourse vide étant un mal, on s'est servi du nom du diable pour exprimer ce mal.
  • 2.
    Faire le diable à quatre, locution tirée de ce que dans les mystères il y avait la grande et la petite diablerie, et que, pour jouer la grande, il fallait quatre personnages [FABRE, Études sur la bazoche, p. 248]

SYNONYME

  • DIABLE, DÉMON. Étymologiquement, le diable est le calomniateur, de là vient qu'il est toujours pris en mauvaise part ; c'est un esprit malfaisant et de ténèbres (sauf les restrictions indiquées dans l'article, telles que avoir de l'esprit en diable, un bon diable, etc.). Démon, s'étant dit dans la mythologie grecque pour toute espèce de divinités, peut avoir une acception favorable : un poëte est inspiré par le démon de la poésie ; un bon démon amène un homme au moment où l'on a besoin de lui. Quand il a son acception défavorable, il est alors synonyme de diable, sauf que démon se prend pour l'instigateur des mauvaises passions : le démon de la jalousie, de l'ambition ; diable ne peut recevoir cet emploi.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    [Ils] Voldrent [voulurent] la faire diavle servir [, Eulalie]
  • XIe s.
    Si lui a dit : vous estes vifs diables [un diable vivant] [, Ch. de Rol. LVII]
    L'ame de lui as vifs diables [il] done [, ib. CCLXVI]
  • XIIe s.
    Diable en ont l'ame, s'en font grant baptestal [fête] [, Ronc. p. 61]
    Diable l'esmolurent qui le firent forger [, ib. p. 195]
  • XIIIe s.
    Ou en aigue noiée ou au deable alée [, Berte, XVI]
    Car des mains au deable maint pecheor [la Vierge] desnoue [, ib. XXXIII]
    Quel deable ont la voie [à] Blanchefleur ci aprise ? [, ib. LXXVI]
    Tuit trois s'estoient coi tenu, Quant li deable i sunt venu, Que li glous [le coquin] i fist assembler [, la Rose, 7308]
    Li fust estoient et li fer Plus noirs que deables d'enfer [, ib. 964]
  • XIVe s.
    Je vous ai deporté [épargné] pour le duc qui est là, Et por tant que je sui venus au lez de çà ; Mais se plus m'atendez, li deables y sera [, Guesclin. 1811]
    Le deable est philosophe, il scet l'estat et la maniere d'omme et sa complexion [, Ménagier, I, 3]
  • XVe s.
    Et faisoient les Anglois mener après eux un diable d'engin si grand et si merveilleux que on ne le pouvoit destruire [FROISS., II, III, 55]
    Par quel diable de lieu sont venus ces gens, et où ils ont passé la riviere du Lys ? [ID., II, II, 182]
    Ils recorderent comment ils avoient bien exploité, et fussent venus à paix et à appointement envers le comte, si ce diable de chastel n'eust esté ars [ID., II, II, 56]
    Et comment diable y pourrois-je aller ni tout mon avoir porter ? [ID., III, IV, 14]
    Et que diable ne se delivre ce roi de passer outre en Angleterre, s'il doit ? [ID., II, III, 46]
    Et peuvent dire et pourront ceux qui cette matiere liront ou lire feront, que ce fut œuvre du deable ; car vous savez et avez ouï dire aux sages que le deable subtile et attire à bouter guerre et haine là où il avoit pais [ID., II, II, 52]
    Ces archers avoient le diable au corps et traoient [tiraient] dispersement pour tout tuer, seigneurs et varlets [ID., I, I, 31]
    Et qu'est cecy ? est-ce à meshuy ? Dyable y ait part, aga quel prendre ? [, Patelin]
    Au diable je me vois [vais] donner, Quant mon maistre ay ainsi grevez [, la Pass. de N. S. J. C]
    Qui dyable vous a avisé De ce dire ? estes vous yvres ? Caïphas, gardez [regardez] en vos livres, Où la droite creance est mise [, ib.]
    Le diable n'est pas toujours à ung huis [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 13]
    Quand Dieu donne farine, le diable clost le sac [ID., ib.]
    Qui au diable doit aller, il n'a que demourer [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Il se recommanda cent fois au deable comme tout desesperé [, Mém. s. du G. ch. 18]
    Toujours un pire diable met l'autre dehors [la plus violente passion l'emporte] [MARG., Nouv. XXVI]
    De jeune angelot vieux diable [H. EST., Précellence, p. 163]
    Du diable vint, au diable retourna [ID., ib. p. 176]
    Il y a eu, de nos jours, six mille aventuriers francois qui ont pris le nom de diables, parce que leurs œuvres étaient diaboliques [DU TILLET, Recueil des R. de Fr. p. 7, dans LACURNE]
    Faire d'ung diable deux [faire deux fautes en pensant en corriger une] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 12]
    Malheureux est le pays Au quel le diable est en haut prix [ID., ib.]
    On connoist le diable à ses griffes [ID., ib.]
    Où le diable ne peut aller, Sa mere tasche d'y mander [ID., ib.]
    Paroles d'angelot, ongles de diablot [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, wallon et bourguig. diale ; Berry, ghiâble, ghiâbe ; provenç. diable ; espagn. diablo ; portug. diabo ; ital. diabolo ; du latin diabolus ; du grec, diable, proprement calomniateur, de calomnier, jeter à travers, de jeter. L'ancien français, pour diable, disait très fréquemment maufait, c'est-à-dire le malfait, ou l'aversier, c'est-à-dire l'adversaire, l'ennemi.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DIABLE. Ajoutez :
    24°
    Diable, nom d'une espèce de cicadelle, du genre des centrotes, ainsi dite à cause de ses formes bizarres [H. PELLETIER, Petit dict. d'entom. p. 42, Blois, 1868]
    25°
    Arbre du diable ou pet du diable, l'hura crepitans, L., et le morisonia capparis [BAILLON, Dict. de bot. p. 247]

diable

DIABLE. n. m. Démon, esprit malin, mauvais ange. Être possédé du diable. Une tentation du diable. Chasser les diables. On prétendait qu'il avait fait un pacte avec le diable.

Avocat du diable. Voyez AVOCAT.

Fig. et fam., Le diable n'y perd rien, se dit en parlant de Celui, de celle qui sait habituellement maîtriser et cacher les passions et les sentiments qui le tourmentent. Cette personne est ordinairement très calme; mais le diable n'y perd rien. Cela se dit également en parlant des Souffrances qu'on dissimule. Je n'ai pas l'air de souffrir, mais le diable n'y perd rien.

Cette femme a la beauté du diable, Elle n'est pas jolie, mais elle a la fraîcheur de la jeunesse.

Prov., Quand le diable est vieux, il se fait ermite, se dit en parlant de Quelqu'un qui, après avoir été libertin, devient dévot sur ses vieux jours.

Fig. et pop., Le diable bat sa femme et marie sa fille, se dit Quand il pleut et qu'il fait soleil en même temps.

Fam., Il mangerait le diable et ses cornes, se dit d'un Grand mangeur.

Le diable ne lui ferait pas faire telle chose, On aurait bien de la peine à lui faire faire telle chose. Quand une fois il a dit Non, le diable ne lui ferait pas dire Oui. Le diable ne lui ferait pas lâcher prise.

Ne craindre ni Dieu ni diable. Voyez CRAINDRE.

Fig. et fam., Tirer le diable par la queue, Avoir beaucoup de peine à se procurer de quoi vivre.

Fig. et fam., Loger le diable dans sa bourse. Voyez BOURSE.

Avoir le diable au corps, Être méchant, furieux. Il querelle et bat tout le monde, il a le diable au corps. On le dit aussi en parlant des Animaux. Ce cheval a le diable au corps. On le dit encore en parlant d'une Personne qui montre beaucoup d'activité, de verve, d'entrain. Ce débutant, cette comédienne a le diable au corps.

Fig. et fam., C'est le diable, c'est là le diable, voilà le diable, se dit de Ce qu'il y a de pénible, de difficile, de fâcheux, de contrariant dans la chose dont il s'agit. Nous aurions besoin de son consentement, et il le refuse : c'est là le diable. Voilà le diable!

Fam., Cela se fera, ou il faudra que le diable s'en mêle, à moins que le diable ne s'en mêle, si le diable ne s'en mêle, Cette affaire se fera malgré tous les obstacles. Cette affaire ne se fera pas, à moins, etc., Il est presque impossible que cette affaire réussisse. On dit dans le même sens Cela se fera si le diable s'en mêle.

Quand le diable y serait, se dit pour exprimer qu'Une chose paraît difficile, impossible, incroyable. Quand le diable y serait, vous ne me ferez pas croire cela.

Le diable n'y verrait goutte, se dit en parlant d'une Chose fort difficile à comprendre, à débrouiller. L'affaire est maintenant si embrouillée, que le diable n'y verrait goutte.

Donner, envoyer au diable, à tous les diables, aux cinq cents diables, Maudire, rebuter, repousser, renvoyer avec colère, avec indignation. On dit de même Va-t'en au diable. Qu'il s'en aille au diable, à tous les diables. Que le diable l'emporte. Je voudrais que tu fusses, qu'il fût au diable, à tous les diables, aux cinq cents diables. Que le diable, ou, simplement, Le diable soit de lui, de toi, etc. Au diable soit l'imbécile, le sot, etc., qui a fait telle chose!

Fig., S'en aller au diable, à tous les diables, Se perdre, disparaître tout à fait. Mon chapeau, emporté par le vent, s'en est allé à tous les diables. Cela signifie aussi Manquer, échouer. Je crains bien que mon mariage ne s'en aille à tous les diables. L'affaire s'en va au diable, à tous les diables. On dit de même, dans l'un et dans l'autre sens, Être à tous les diables.

Fig., Être au diable, Être excessivement loin. Impossible de le joindre : il est au diable. Dans le même sens : Aller au diable au vert. Demeurer au diable au vert. On dit abusivement, dans le langage courant, Aller, demeurer au diable au vert et même au diable vert.

Fig., Se donner au diable, se dit lorsqu'on se donne beaucoup de mal, beaucoup de mouvement et de peine pour quelque chose. Certes, la chose est aisée, et il ne faut pas se donner au diable pour la faire; ou pour exprimer la vive impatience, le dépit violent qu'on éprouve de quelque chose. Vos sottes raisons me feraient donner au diable.

Je veux que le diable m'emporte, si... Le diable m'emporte, si... Le diable m'emporte. Locutions employées, par forme de serment, pour affirmer ou nier avec plus d'énergie. Je veux que le diable m'emporte, si j'y comprends un mot. Que le diable m'emporte, si cela n'est pas comme je le dis. Non, le diable m'emporte, je n'en savais rien. On dit de même : Du diable si... et Au diable si... Du diable si j'y comprends rien. On a beau l'appeler, du diable s'il répond. Au diable si l'on m'y rattrape.

Par forme de serment, Je n'en ferai rien, de par tous les diables.

Fig., Faire le diable, faire le diable à quatre, Faire beaucoup de bruit, causer beaucoup de désordre, s'emporter à l'excès. Ils ont fait le diable, le diable à quatre dans cette auberge. Cela signifie aussi Se donner beaucoup de peine, de mouvement pour quelque chose. Il a fait le diable à quatre pour l'obtenir, pour l'empêcher.

Fig., Cela ne vaut pas le diable, se dit d'une Chose qui ne vaut rien, ou qui est fort mauvaise dans son genre. Ce roman ne vaut pas le diable.

Un bon diable, Personne de bonne humeur, de bon caractère et commode à vivre. Il est assez bon diable. Un méchant diable, Personne méchante et rusée.

Un pauvre diable, Un homme qui est dans la misère. C'est un pauvre diable qui a bien de la peine à vivre. Il se dit aussi d'un Homme de médiocre valeur.

Un grand diable, Un homme grand et dégingandé.

DIABLE se dit aussi figurément d'une Personne très méchante, ou violente, emportée, ou d'une pétulance excessive, d'une turbulence incommode et bruyante. C'est un diable, un diable incarné, un diable d'enfer, un diable déchaîné. Avec son air de douceur, cette femme est un vrai diable. C'est un diable, un petit diable que cet enfant-là. Crier comme un beau diable. Il ment comme tous les diables. Adjectivement, Cet enfant est bien diable.

DIABLE ou DIABLE DE se dit, tant en bonne qu'en mauvaise part, d'une Personne remarquable par quelque qualité, par ses moeurs, par ses manières. Ce diable d'homme trouve toujours des expédients. Où ce petit diable va-t-il chercher tout ce qu'il dit? Ce diable d'homme ne se corrigera donc jamais?

Ce diable d'homme, cette diable de femme, etc., se disent quelquefois par dépit contre un homme ou une femme. Ce diable d'homme ne veut pas me comprendre. Cette diable de femme est venue là bien mal à propos.

DIABLE DE s'emploie encore avec la valeur d'un adjectif péjoratif. Une diable d'affaire, un diable de négoce, de métier, etc., en parlant d'une Affaire difficile, fâcheuse, d'un négoce peu lucratif, etc. Une diable de pluie, un diable de vent, etc., en parlant d'une Pluie, d'un vent incommode, nuisible.

On dit de même : Une affaire du diable, une difficulté du diable, Une affaire très compliquée, ou qui a, qui peut avoir de très grandes suites, une très grande difficulté, etc. Un froid, un vent, une pluie du diable, Un froid excessif, un vent très violent, etc. Il avait une peur du diable, Il avait une peur extrême.

Faire un tapage de tous les diables, Un bruit excessif. Il a un esprit de tous les diables, Il a beaucoup d'esprit.

À LA DIABLE, D'une façon désordonnée. Faire son travail à la diable. S'habiller à la diable.

EN DIABLE, loc. adv. Fort, extrêmement. Frapper en diable, Mentir en diable. Cette eau-de-vie est forte en diable.

Il s'emploie souvent comme Interjection de surprise, d'admiration, de doute, de mécontentement, d'inquiétude, d'embarras, etc. Diable! comme vous y allez! Diable! cela n'est pas aisé à faire. Ah! diable! je n'y pensais pas. Diable! cela devient sérieux. Où diable va-t-il prendre tout ce qu'il dit? Qui diable vous a dit cela? Je ne sais ce que diable il est devenu. Que diable me veut-il? Comment diable vais-je m'y prendre? Que diable avez-vous fait, avez-vous dit? À quoi diable s'amuse-t-il? Que diable! vous avez peur?

Il se dit, par extension, d'une Espèce de charrette à quatre roues fort basses, qui sert au transport de certaines marchandises et qui fait beaucoup de bruit en roulant sur le pavé.

Il se dit également d'un Petit chariot à deux roues dont les maçons se servent pour transporter les pierres.

En termes d'Histoire naturelle, il se dit d'une Espèce de cigale, ainsi que de Divers oiseaux et de Quelques poissons.

diable

Diable, m. acut. Diabolus, Cacodaemon. Mot Grec, venu de diabolos, par syncope.

Voüer quelqu'un, et le donner au diable, Deuouere aliquem.

Hommes qu'on donnoit anciennement aux diables, Anathemata.

C'est un diable deschainé, Furia agitata. B.

Le diable y sera bien, Tum ille turbae fient. B. ex Terent.

Qu'au diable sois tu donné avec ton argent, Quae res tibi vortat male. B. ex Terent.

diable


DIABLE, s. m. DIABLEMENT, adv. DIABLERIE, s. f. [Dia-ble, bleman, ble-ri-e; 2e e muet, 3e lon. au 2d.] Diable, Démon. Celui-ci est plus noble, et de tous les styles; celui-la n'est que du style fam. — Comme il est souvent dans la bouche du peuple, il a servi à former plusieurs expressions proverbiales. — Avoir le diable au corps; être fort méchant. — Faire le diable à quatre; faire fracâs. — Tirer le diable par la queûe; avoir de la peine à vivre. — Faire le diable contre quelqu'un, faire du pis qu'on peut contre lui. — Dire le diable de quelqu'un; en dire beaucoup de mal.
   On dit, de celui qui en fait plus qu'on ne lui a comandé, qu'il fait comme le valet du Diable; de celui qui trouble le repos des aûtres, que, quand il dort, le Diable le berce; d'un grand mangeur, qu'il mangerait le Diable avec ses cornes. = Il vaut mieux tuer le Diable, que si le Diable nous tûe; il vaut mieux que les aûtres soufrent le domage que nous-mêmes. — Pour dire que tout ce qui est jeune est passable, on dit que le Diable était beau, quand il était jeune. — C'est le diable; c'est la dificulté. — Un diable de, signifie mauvais, désagréable. Un diable de chemin, un diable de cabaret. "Il fait une sècheresse et un diable de vent tout propre à rendre malade. M. de Coul. = Il a quelquefois le sens d'entêté, opiniâtre, difficile. "Ce diable d'homme me fait enrager. "Je n'ai jamais pu faire entendre raison à ce diable d'homme. Marin. = À~ la diable, Mauvais. Des vers à la diable. Voltaire dit dans son Épitre à Horace:
   Toujours ami des vers, et du Diable poussé,
   Au rigoureux Boileau j'écrivis l' an passé.
   "Assurément, dit Fréron, il ne faut être, ni poussé, ni possédé du Diable, pour composer de pareils vers; et si l'on ne craignoit de faire une mauvaise plaisanterie, que se seroit permis Voltaire, si elle lui étoit venûe, on pourroit dire, que ce sont des vers à la diable. Ann. Lit. — Cela revient à cette expression proverbiale: pour faire une chôse si facile, il ne faut pas se doner au diable.
   C'est un bon diable, un bon garçon; un méchant diable, un homme très-méchant; un pauvre diable, un homme malheureux, pauvre, misérable, etc. "Il a le diable au corps, il a beaucoup d'esprit. V. CORPS, vers la fin. — Au diable le profit que j'en ai tiré, je n'en ai tiré aucun. Au diable qui le fera, je défie quiconque de pouvoir le faire. — Il ne craint ni Dieu ni diable, c'est un impie, un libertin endurci. — Cela est allé à tous les diables, on ne sait ce que cela est devenu. — "Il n'est pas si diable qu'il est noir, si méchant qu'il le parait. — Cela se fera si le diable s'en mêle, se dit d'une chôse qu'on croît impossible. — Le Diable n'est pas toujours à la porte d'un pauvre homme, un homme malheureux ne l'est pas toujours. — On dit, en désaprouvant: que diable avez-vous fait, avez vous dit? À~ quoi diable s'amûse-t-il? De quoi diable se mêle-t-il?
   En diable. adv. Fort, extrêmement. Fraper en diable, menteur en diable — On dit, dans le même sens, comme le diable, comme tous les diables: "Il l'a batu comme le diable: Il ment comme tous les diables.
   DIABLEMENT, (st. famil.) excessivement. Diablement chaud; femme diablement laide.
   DIABLERIE, sortilège. "Il y a là de la diablerie. — Figurément, il se dit des mauvais éfets dont on ignôre la caûse. "Cette machine ne va point: il y a quelque diablerie là dedans.

Synonymes et Contraires

diable


diable

nom masculin diable
1.  Individu quelconque.
bougre, gaillard -familier: gars, type.
2.  L'esprit du mal.
3.  Familier. Enfant turbulent.
Traductions

diable

Teufeldevil, evil, fiendduivel, drommel, boze, droes, steekwagentje, lastpak, lastpostעזאזל (ז), שד (ז), שטן (ז), שֵׁד, שָׂטָן, עֲזָאזֵלduiwel, josiediableďábeldjæveldiablodemonio, diabloördög, sátánsetandjöfulldiavolo, demonio, carrelloantitheusdjeveldiaboдьявол, бесdjävul, fanşeytanδιάβολοςشَيْطَانpaholainenvrag悪魔악마diabełภูตma quỷ魔鬼魔鬼 (djabl)
nom masculin
personnage qui représente le mal le diable

diable

[djɑbl] nm
(= démon) → devil
le Diable → the Devil
(= chariot) → trolley
(autres locutions) au diable [habiter] → miles from anywhere, in the back of beyond (Grande-Bretagne)
du diable
une musique du diable → an unholy racket
Il fait une chaleur du diable → It's fiendishly hot.
avoir le diable au corps
Il a le diable au corps → He has the devil in him.
tirer le diable par la queue → to live from hand to mouth