diantre

diantre

interj. [ déformation de diable ]
Vx ou litt. Juron exprimant l'étonnement, l'admiration, l'irritation : Que diantre lui veut-il ?

DIANTRE

(dian-tr') s. m.
Mot qu'on emploie par euphémisme pour diable.
Mais quand il faut payer, au diantre le teston [RÉGNIER, Sat. XII]
Diantre soit de.... se dit pour envoyer au diable la personne ou la chose qui importune.
Que le diantre vous emporte ! [SÉV., 343]
Encor ! diantre soit fait de vous ! Si.... je le veux [MOL., Tart. II, 4]
Diantre soit de la folle avec ses visions ! [ID., F. sav. I, 5]
Diantre soit des femmes qui fourrent des épingles partout ! [BEAUMARCHAIS, Mar. de Fig. IV, 9]
On peut supprimer la préposition de.
Holà ! ho ! doucement ; diantre soit la coquine ! [MOL., Bourg. gent. III, 3]
Cela ne vaut pas le diantre, cela est très mauvais.
Ah ! ah ! ceci ne vaut pas le diantre pour M. Mignard [DANCOURT, Cheval. à la mode, I, 3]
Il s'emploie comme une sorte d'exclamation ou de jurement.
D'où diantre a-t-il sitôt appris cette aventure ? [MOL., Éc. des femmes, III, 4]
Et qui diantre vous pousse à vous faire imprimer ? [ID., Misanthr. I, 2]
C'est une chose sacrée que l'argent du jeu ; diantre, ce sont des fonds pour le plaisir, où l'on ne touche point pour le nécessaire [DANCOURT, Bourg. à la mode, I, 12]
Et que diantre voulez-vous que je vous dise, mesdames ? [ID., ib. V, 6]
Qui diantre me poussait à vouloir être de l'Académie ? [P. L. COUR., I, 120]
Diantre suivi d'un complément a le même sens que diable en un même emploi, et signifie singulier, mauvais, diabolique.
Qu'on est aisément amadoué par ces diantres d'animaux-là ! [MOL., Bourg. gent. III, 10]
Quelle diantre de cérémonie est-ce là ? [ID., Avare, III, 5]
Il me sera aisé de lui faire des plaintes de ces diantres de chemins [SÉV., 334]
Le Rhône, ce diantre de Rhône [ID., 39]
Je voudrais que vous fussiez étranglé par votre gorge avec votre diantre de collier [REGNARD, Sérén. sc. 1]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il couroit à travers pays, comme si le diantre l'eust emporté [DESPÉR., Contes, XXIX.]

ÉTYMOLOGIE

  • Euphémisme pour déguiser le mot diable, comme bleu pour Dieu dans corbleu (corps de Dieu).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DIANTRE. Ajoutez :
    Aller au diantre, aller fort loin.
    Ma fille vous fait mille compliments et mille adieux ; elle s'en va au diantre en Provence [SÉV., à Bussy, 23 janvier 1671]

diantre

DIANTRE. n. m. Interjection qui est une altération du mot Diable, et qui est tantôt une sorte d'imprécation, tantôt un signe d'étonnement, d'admiration. Au diantre soit le fou! Quelle diantre de cérémonie est-ce là? Que diantre me veut-il? Il est familier.

diantre


DIANTRE, s. m. [Dian-tre; 1re lon. 2e e muet.] Mot très-familier, dont on se sert au lieu du mot Diable. On dit, ce diantre de, comme on dit, ce diable de. "Vous avez passé ce diantre de Rhône, si fier, si orgueilleux, si turbulent. Sév. "Au diantre soit le fou.