dictame

DICTAME

(di-kta-m') s. m.
Plante labiée fort aromatique, qui passait, chez les anciens, pour un puissant vulnéraire. Le dictame de Crète (dictamnus creticus des pharmaciens ; origanum dictamnus, L.)
. Le roi scythe rentra dans son quartier pour appliquer le dictame sur ses blessures [VOLT., Babyl. 1]
Fig.
Je sens que tout à coup mes regrets adoucis Laissent en liberté les ressorts de mon âme ; Ma raison par ta bouche a reçu son dictame [CORN., Mélite, V, 2]
La douceur néanmoins est le meilleur dictame Que l'on puisse appliquer aux maux d'une belle âme [MAIR., Soph. IV, 4]
Et moi sur qui la nuit verse un divin dictame,.... Quel instinct de bonheur me réveille ? ô mon âme ! Pourquoi me réjouis-tu ? [LAMART., Harm. I, 3]
[Quand Socrate mourut] Pleins d'un saint dictame, Nous sentîmes en nous comme une seconde âme [ID., M. de Socr. 378]
Grâce au merveilleux dictame que l'amour-propre tient toujours en réserve pour ses blessures, au lieu de chercher la cause de sa déconvenue dans l'emphatique prolixité de son discours, il l'attribua sans hésiter à la jalouse envie de ses auditeurs [CH. DE BERNARD, un Homme sérieux, § XII]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tormentille, dictam, semence de genevre [PARÉ, XXIV, 8]
    Dictam est plante de terroir sec et aride [O. DE SERRES, 611]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. dictamnum, du grec ; provenç. diptamni ; espagn. dictamo ; ital. dittamo.

dictame

DICTAME. n. m. Plante de la famille des Labiées, espèce d'origan, qui est fort aromatique et qui passait jadis pour un puissant vulnéraire.

Il est aussi employé figurément en poésie pour désigner une Sorte de baume moral.

Traductions