dilayer

(Mot repris de dilaie)

DILAYER

(di-lè-ié) , je dilaye, tu dilayes, il dilaye ou il dilaie, nous dilayons, vous dilayez, ils dilayent ou dilaient ; je dilayais, nous dilayions, vous dilayiez ; je dilayai ; je dilayerai ou dilaierai ou dilaîrai ; je dilayerais ou dilaierais ou dilaîrais ; dilaie, dilayez ; que je dilaye, que nous dilayions, que vous dilayiez, qu'ils dilayent ; que je dilayasse ; dilayant ; dilayé v. a.
Renvoyer à un temps plus éloigné. Dilayer un payement. Absolument. User de remise.
[Le vieillard] imbécile, douteur, qui voudrait et qui n'ose, Dilayant, qui toujours a l'œil sur l'avenir [RÉGNIER, Sat. v.]
Vieux et se dit à peine, même en parlant d'affaires.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je luy ordonnerois cette recepte, pour l'esveiller et tenir en force bien avant dans les ans, et le dilayer des prinses de la vieillesse [MONT., III, 379]
    Ce que je veulx faire pour le service de la mort, je n'oserois le dilayer d'un seul jour [ID., IV, 118]
    Les ambassadeurs, dilayans ainsi soubs ces couleurs, corrompirent deux des plus anciennes maisons de la ville [AMYOT, Publ. 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. DÉLAI.
    La plus ancienne formation était delaier : Ces pensées, qui m'ont occupée, m'ont éloigné et délayé celles que j'avais apportées de Provence [SÉV., Lett. 27 oct. 1673]

dilayer

DILAYER. v. a. Différer, remettre à un autre temps. Dilayer un payement. Dilayer un jugement, etc. Il est vieux, et ne se dit qu'en parlant D'affaires.

Il est quelquefois neutre; et alors il signifie, User de remise. C'est un homme qui dilaye toujours. Il ne fait que dilayer.

dilayer


*DILAYER, v. a. et n. DIFÉRER, user de remise. Actif et avec le régime, il est vieux. Dilayer un payement, un jugement. Neutre, il se dit encôre. "Il dilaye toujours: il ne fait que dilayer.