dit

(Mot repris de dirais)

1. dit, dite

[ di, dit] adj. [ p. passé de 1. dire ]
1. Qui a été fixé, convenu : Venez à l'heure dite. Au moment dit, ils se sont levés.
2. Appelé communément ; surnommé : Clemenceau, dit « le Tigre » alias
3. Que l'on prétend, que l'on dit être : Bien des œuvres dites originales sont des imitations.
Remarque: Voir audit, dudit, ledit à leur ordre alphabétique.
Cela dit,
après toutes les choses qui ont été dites : Cela dit, le livre électronique n'est pas près de détrôner le livre traditionnel quoi qu'il en soit

2. dit

[ di] n.m.
Au Moyen Âge, poème traitant un sujet familier : Le dit du bon vin.

dit

(di)

dite

(dit)
adjectif
1. qui porte le surnom ou le pseudonyme de Louis XIV, dit le Roi-Soleil
2. moment qui a été précisé Le jour dit, tout le monde était là. Il est arrivé à l'heure dite.

DIT2

(di ; le t se lie ; au pluriel, l's se lie : des di-z inexacts) s. m.
Mot, propos, maxime notable. Un dit mémorable. Les dits et gestes des anciens.
En ces mots Minerve plaida.... à ses dits le ciel s'accorda ; Et chacun dit vive d'Avaux [VOIT., Poésies, dans RICHELET]
Vous savez que ses dits sont remarquables [SÉV., 135]
On ne conte que ses dits pleins d'esprit [ID., 413]
[Navailles] C'était un grand homme, maigre, jaune, poli, qui ne laissait pas d'avoir des dits et des naïvetés étranges [SAINT-SIMON, 74, 215]
Dits et redits, beaucoup de propos sur un même sujet.
Voilà, mon cher comte, ce qui s'est passé ; je n'y ajouterai pas les dits et les redits des dames sur l'ecclésiastique qui a servi au salut de mon frère [MAINTENON, Lett. à M. de Noailles, 11 juin 1703]
Onques ne fut plus parfaite donzelle ; Tant par miroirs que par dits et redits La belle sut de la beauté le prix [CHAUL., à Mme de Valois.]
C'est un normand, il a son dit et son dédit. Une vieille coutume normande permettait d'annuler ou de ratifier un contrat dans les vingt-quatre heures qui suivaient ; de là la locution : avoir son dit et son dédit, être sujet à se dédire, à revenir sur sa promesse.
Terme d'ancienne procédure. Pièce exposant les faits.
J'écris sur nouveaux frais : je produits, je fournis De dits, de contredits, d'enquêtes, compulsoires.... [RAC., Plaid. I, 7]
Titre qu'on donnait, dans le moyen âge, à certaines compositions narratives et qui signifiait récit, fable. Le dit du bœuf.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et si orons [ouirons] son dit et son penser [, Ronc. p. 180]
    Vous povez bien savoir par ma chançon Et à mes dis que je n'aim se vous non [, Couci, II]
    Bien [je] me deüsse targier [tarder] De chanson faire et de dis et de chans [QUESNES, Romancero, p. 95]
    Si l'ocist felenessement pur vengier, à sun dit, la mort sun frere Asael [, Rois, 132]
  • XIIIe s.
    S'il dit par amendement, li dis pot estre dis par li ou par aucun des autres [BEAUMANOIR, V, 8]
  • XIVe s.
    Et se il ne ont en eulz tele dignité ou valeur, leur dit est une derision [ORESME, Eth. 244]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. dictum, de dicere, dire (voy. DIRE).

dit

DIT. n. m. Mot, propos, maxime, sentence. Il ne s'emploie guère que dans les locutions suivantes : Un dit notable, remarquable, mémorable. Les dits et faits, les dits et gestes des anciens. Il est vieux.

Dans la poésie du moyen âge, il signifiait Fable, conte. Le dit du boeuf.

dit


DIT, s. m. Bon mot, apophtegme, maxime, sentence: il n'est d'usage que dans les phrâses suivantes: "Un dit notable, remarquable. "Les dits et faits, les dits et gestes des Anciens. Les dits et les redits. Ce sont d'anciènes locutions, encôre soufertes dans le discours familier. Voyez GESTES.

Synonymes et Contraires

dit

adjectif dit
Prétendu tel.
présumé -littéraire: réputé.
Traductions

dit

מדוקלם (ת), מובע (ת)

dit

dit

[di, dit]
pp de dire
adj
(= fixé) le jour dit → the appointed day
(= surnommé) X, dit Pierrot → X, known as Pierrot