dire


Recherches associées à dire: falloir

1. dire

v.t. [ lat. dicere ]
1. Prononcer des sons articulés : Ce mot est difficile à dire. Dire des mots sans suite
2. Donner une information au moyen de la parole : Je te dis qu'elle est déjà venue
affirmer : « J'ai peur », dit-il
3. Communiquer au moyen de la parole ou de l'écrit : Dis-nous ce qui s'est passé
expliquer, raconter : Dans cet article, elle dit exactement ce que je penseLe contrat dit que le taux peut changer
exprimer : Le contrat dit que le taux peut changer
4. Désigner par un mot, une expression dans une langue donnée : Comment dit-on « fleur » en chinois ?
5. Réciter ou lire un texte à haute voix : Dire un passage d'« Andromaque »
6. (Sans compl.) Parler : Laissez-les dire.
7. Avoir une opinion ; énoncer un jugement : C'est bon, qu'en dites-vous ?
penser : On le dit avare.
8. Indiquer par des marques extérieures ; signifier, révéler : Ce bâillement disait son ennui
9. (de) (Suivi de l'inf.) Ordonner, conseiller de : Elle lui dit de se taire
enjoindre [sout.], inviter à
Dire qqch à qqn, ne rien lui dire ou ne pas lui dire grand-chose,
plaire à qqn, le tenter ; ne pas lui plaire, ne pas le tenter : Cette promenade ne leur dit rien. Ça te dit d'aller au cinéma ? ; évoquer qqch ; ne rien évoquer à la mémoire : Ce nom me dit quelque chose
Dire que... !,
exprime l'étonnement, l'indignation, la déception : Dire que je m'étais donné tant de mal !
Entendre dire,
apprendre une nouvelle indirectement, par la rumeur publique : Elle a entendu dire que ce poste allait se libérer.
Il n'y a pas à dire,
Fam. c'est indiscutable, il faut se rendre à l'évidence : Il n'y a pas à dire, ce film est un chef-d'œuvre.
Il va sans dire, cela va sans dire,
il est naturel, évident que ; cela va de soi.
Je ne vous le fais pas dire,
vous l'avouez vous-même, vous le dites spontanément.
On dirait (+ n.),
se dit de qqch, de qqn qui ressemble à qqch, à qqn d'autre : Tu as vu ce chien, on dirait un loup.
On dirait que,
introduit une supposition très vraisemblable : On dirait que le bébé s'est réveillé.
On dit que ou dit-on,
il paraît que, le bruit court que : On dit qu'il est charmant. Il est intraitable en affaires, dit-on.
S'être laissé dire que,
avoir entendu dire que, disposer d'une information qui n'est pas tout à fait sûre : Je me suis laissé dire qu'elle allait démissionner.
Si le cœur t'en, lui en, etc., dit,
si tu en as, s'il en a, etc., envie : Venez aussi, si le cœur vous en dit.
Soit dit en passant,
annonce ou suit une remarque sur laquelle on ne veut pas s'appesantir, faite comme entre parenthèses.
Tu dis, tu disais, vous dites, vous disiez ?,
s'emploie pour demander à son interlocuteur de répéter qqch qu'on n'a pas compris ou qu'on n'a pas écouté.
Vouloir dire,
signifier : Que veut dire ce hochement de tête ?

se dire

v.pr.
1. Être désigné, exprimé par tel mot, telle expression dans une langue donnée : « Maison » se dit « house » en anglais.
2. Être d'un emploi correct ou convenable, en parlant d'un mot, d'une construction, etc. : Cela ne se dit pas en français. Cette tournure ne se dit pas dans la langue surveillée.
3. Prétendre qu'on est tel, qu'on est disposé à faire qqch : Ils se disent prêts pour le marathon.
4. Dire en soi-même, penser : Ça ne se passera pas comme ça, se dit-il. Elle s'est dit qu'il avait besoin d'aide.

2. dire

n.m. [ de 1. dire ]
Ce qu'une personne dit, déclare : Selon les dires ou d'après les dires du témoin, le meurtrier serait blond. Au dire de l'expert, les torts sont partagés.

dire


Participe passé: dit
Gérondif: disant

Indicatif présent
je dis
tu dis
il/elle dit
nous disons
vous dites
ils/elles disent
Passé simple
je dis
tu dis
il/elle dit
nous dîmes
vous dîtes
ils/elles dirent
Imparfait
je disais
tu disais
il/elle disait
nous disions
vous disiez
ils/elles disaient
Futur
je dirai
tu diras
il/elle dira
nous dirons
vous direz
ils/elles diront
Conditionnel présent
je dirais
tu dirais
il/elle dirait
nous dirions
vous diriez
ils/elles diraient
Subjonctif imparfait
je disse
tu disses
il/elle dît
nous dissions
vous dissiez
ils/elles dissent
Subjonctif présent
je dise
tu dises
il/elle dise
nous disions
vous disiez
ils/elles disent
Impératif
dis (tu)
disons (nous)
dites (vous)
Plus-que-parfait
j'avais dit
tu avais dit
il/elle avait dit
nous avions dit
vous aviez dit
ils/elles avaient dit
Futur antérieur
j'aurai dit
tu auras dit
il/elle aura dit
nous aurons dit
vous aurez dit
ils/elles auront dit
Passé composé
j'ai dit
tu as dit
il/elle a dit
nous avons dit
vous avez dit
ils/elles ont dit
Conditionnel passé
j'aurais dit
tu aurais dit
il/elle aurait dit
nous aurions dit
vous auriez dit
ils/elles auraient dit
Passé antérieur
j'eus dit
tu eus dit
il/elle eut dit
nous eûmes dit
vous eûtes dit
ils/elles eurent dit
Subjonctif passé
j'aie dit
tu aies dit
il/elle ait dit
nous ayons dit
vous ayez dit
ils/elles aient dit
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse dit
tu eusses dit
il/elle eût dit
nous eussions dit
vous eussiez dit
ils/elles eussent dit

DIRE

(di-r') , je dis, tu dis, il dit, nous disons, vous dites, ils disent ; je disais ; je dis, nous dîmes ; je dirai ; je dirais ; dis, qu'il dise ; disons, dites, qu'ils disent ; que je dise, que tu dises, qu'il dise, que nous disions, que vous disiez, qu'ils disent ; que je disse ; disant, dit v. a.

Résumé

Exprimer par la parole.
on dit.
dire, pris absolument.
nommer, désigner.
énoncer par écrit.
réciter, lire, débiter.
raconter.
juger, penser, être tenté de croire.
avertir, prévenir, ordonner.
10° offrir, proposer.
11° exprimer, en parlant de choses auxquelles on attribue une expression.
12° vouloir dire.
13° trouver à dire.
14° en dire.
15° se le faire dire.
16° que dis-je ?
17-30° locutions diverses.
31° se dire.
Exprimer par la parole. Que dit-il ? J'ai quelque chose à vous dire. Vous lui direz bien des choses honnêtes de ma part. Il m'a dit qu'il fallait partir. Il n'a dit qu'un mot. Il dira quelques paroles, et se retirera.
Il fait son idole de son sujet et tombe dans l'intempérance de ces orateurs violents qui vont toujours plus loin que leur but et ne croient jamais en dire assez s'ils n'en disent trop [BALZ., Socr. chrét. Disc. 10]
Te dirai-je un penser indigne, bas et lâche ? [CORN., Poly. III, 6]
Et si nous n'aimions point à nous brouiller l'esprit Ou de ce que l'on fait ou de ce que l'on dit [ID., Imitation, I, 11]
Ne considère point si l'auteur d'un tel livre Fut plus ou moins savant ; Mais s'il dit vérité, s'il t'apprend à bien vivre, Feuillette-le souvent [ID., ib. I, 5]
Je n'ai point sur ma langue un assez grand empire ; De ce que je dirais je ne répondrais pas [MOL., Mis. V, 1]
Tous les autres comédiens en ont dit tous les maux du monde [ID., Crit. de l'Éc. des f. 7]
Je reçois tous ses soins avec beaucoup de joie, J'admire ce qu'il dit, j'estime ce qu'il est [ID., Mis. IV, 3]
Je vous trouve plaisant d'user d'un tel empire Et de me dire au nez ce que vous m'osez dire [ID., ib. IV, 3]
Donc, de ce que je dis on ne fera nul cas ? [ID., Tart. II, 2]
Et depuis un long temps nous nous sommes tout dit [ID., Amphitr. I, 4]
Ne vous ai-je pas recommandé de me venir dire d'abord tout ce que vous voyez ? [ID., Mal. imag. II, 11]
Parlerai-je, monsieur, selon ma conscience, Ou comme auprès des grands on le voit usité ? Faut-il dire la vérité, Ou bien user de complaisance ? [ID., Amph. II, 1]
On dit à la cour du bien de quelqu'un pour deux raisons : la première, afin qu'il apprenne que nous disons du bien de lui ; la seconde, afin qu'il en dise de nous [LA BRUY., VIII]
Il dit ridiculement des choses vraies, et follement des choses sensées et raisonnables [ID., XII]
Combien tout ce qu'on dit est loin de ce qu'on pense ! [RAC., Brit. V, 1]
Et peut-être, après tout, que, sans trop se forcer, Tout ce qu'il a pu dire, il a pu le penser [ID., Bajaz. III, 3]
César, que me dis-tu de tes fils, de partage ? [VOLT., M. de Cés. I, 1]
Nous sommes dans un siècle de raison ; nous trouvons aisément ce qui nous paraît la vérité, et nous osons le dire [ID., Les oreilles, 4]
On peut avec ce revenu assuré dire tout ce qu'on pense de la compagnie des Indes, du parlement, de nos colonies, du roi, de l'être en général, de l'homme et de Dieu [ID., ib. 3]
Lorsque les yeux chercheront sous les rides Les traits charmants qui m'auront inspiré, Des doux récits les jeunes gens avides Diront : quel fut cet ami tant pleuré ? [BÉRANG., Bonne vieille.]
Qui vous dit, qui vous a dit que.... c'est-à-dire sur quoi vous fondez-vous pour dire ou croire... ? Dire un secret, le révéler.
Elles [les filles] veulent qu'on leur dise tout, et elles veulent aussi tout dire [FÉNEL., Éduc. des filles, 2]
En disant ce secret ou faux ou véritable [VOLT., M. de Cés. III, 2]
Dire des injures à quelqu'un, l'injurier.
Épargnezmoi cette peine, je vous supplie, et épargnez-vous à vous-même de grosses injures que je pourrais bien vous dire dans ma mauvaise humeur [RAC., Lett. à quelques amis, X]
Dire à quelqu'un ses vérités, lui représenter sans ménagement les défauts qu'il a.
N'apprêtons point à rire aux hommes En nous disant nos vérités [MOL., Amph. Prol.]
Vous ne lui voulez mal et ne le rebutez Qu'à cause qu'il vous dit à tous vos vérités [ID., Tart. I, 1]
Dire à quelqu'un son fait, lui parler vertement, le malmener en paroles.
Il me donna un soufflet, mais je lui dis bien son fait [MOL., Pourc. I, 6]
Dire son avis, sa pensée, exprimer ce qu'on pense, l'opinion qu'on a.
N'allez point là-dessus me consulter ici ; Peut-être y pourriez-vous être mal adressée, Et je suis pour les gens qui disent leur pensée [MOL., Mis. V, 3]
C'est un particulier qui a dit son avis dans un gros livre qu'on ne lit point [VOLT., Dial. 2]
Dire son mot, ajouter son avis aux avis déjà exprimés, et aussi révéler ses intentions secrètes. Sans mot dire, sans dire mot, sans prononcer une parole, et aussi sans protester. Je vous l'avais bien dit, sorte de reproche que l'on adresse à quelqu'un que l'on a averti de ce qui allait lui arriver.
Quelquefois il lui disait : je vous l'avais bien dit ; singulière manière de consoler ; satisfaction que la vanité se donne aux dépens de la douleur [STAËL, Corinne, XVIII, 1]
Dire la bonne aventure, prédire l'avenir. Dire pis que pendre de quelqu'un, dire le diable de quelqu'un, en dire toute sorte de mal. Se dire quelque chose à soi-même, faire en soi-même des réflexions, un raisonnement. Je me le suis dit vingt fois. Se dire l'un à l'autre, se dire réciproquement quelque chose. Ils se sont dit qu'ils s'aimaient. En dire de sèches, faire des contes satiriques et libres, dire des vilenies, mais d'une manière qui ne manque pas de sel. Mon petit doigt me l'a dit, cela se dit aux enfants de ce qu'on a appris par des voies qu'ils ignorent.
Argan à Louison : Prenez-y bien garde au moins ; car voilà un petit doigt qui sait tout, qui me dira si vous mentez [MOL., Mal. imag. II, 11]
On dit, c'est-à-dire le bruit court. On dit que nous allons avoir la guerre. On dit une sigulière nouvelle.
On dit, et sans horreur je ne puis le redire, Qu'aujourd'hui par votre ordre Iphigénie expire [RAC., Iph. IV, 6]
S. m. C'est un on dit. Ce sont des on dit. Il ne faut pas ajouter foi à tous ces on dit. On dit, s'emploie aussi lorsque nous voulons parler d'une locution ou expression usuelle. On dit en français savoir gré pour être reconnaissant.
Dire pris absolument. C'est, comme vous dites, une mauvaise action. Il faut se bien comporter et laisser dire.
De pas mis avec rien tu fais la récidive, Et c'est, comme on t'a dit, trop d'une négative [MOL., F. sav. II, 6]
Le bonhomme disait : ce sont là jeux de prince ; Mais on le laissait dire.... [LA FONT., Fabl. IV, 4]
Quiconque ne voit guère N'a guère à dire aussi [ID., Fabl. IX, 2]
Ils étaient pêle-mêle avec les ennemis, la rivière entre deux, comme disent les goujats [SÉV., 193]
Oui, mais avec tout cela, diriez-vous bien pourquoi Cyrus a tant conquis de provinces ? [BOILEAU, Héros de romans.]
Comme dit l'autre, locution familière qui équivaut à : comme on dit, ou comme dit le proverbe.
Tout ça, comme dit l'autre, n'a été que de l'onguent miton-mitaine [MOL., Méd. m. lui, III, 2]
Poétiquement, j'ai dit, il dit, se mettent à la fin d'un récit.
Elle dit, et du vent de sa bouche profane Lui souffle avec ces mots l'ardeur de la chicane [BOILEAU, Lutr. I]
J'ai dit, équivaut aussi à je n'ai plus rien à dire. Quand, citant un discours, des paroles textuelles, on intercale le verbe dire, ce verbe et son sujet subissent une inversion, le sujet se mettant après le verbe. Vous allez, m'a dit notre ami, à Paris. Je ferai, dit-il, la chose en diligence. Mais, dira-t-on, cela est impossible. Il a, m'a-t-on dit, l'intention de parler. Cela, dis-je, est impossible.
La résolution en est prise, vous dis-je [MOL., Mis. V, 1]
L'épouse que tu prends, sans tache en sa conduite, Aux vertus, m'at-on dit, dans Port-Royal instruite.... [BOILEAU, Sat. X]
Dire d'un, dire d'autre, tenir un langage qui varie.
Qu'est ceci ? s'écria le mangeur de moutons : Dire d'un, puis d'un autre ! est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ? [LA FONT., Fabl. IV, 16]
Dire d'or, dire, promettre tout ce qui peut être désiré. Dans le même sens. Il dit d'or, et n'a pas le bec jaune. Dire d'or signifie aussi, par une sorte d'ironie, parler disertement, mais hors de propos, ou sans utilité.
Dans ce conseil de sages, de héros, On entendait les plus nobles propos : Le bien public, la vertu les inspire.... Ils disaient d'or et ne concluaient rien [VOLT., Puc. I]
Bien dire, parler d'une façon convenable, s'exprimer en bons termes, dire ce qu'il faut.
Ce sera là que ma lyre, Faisant un dernier effort, Entreprendra de mieux dire Qu'un cygne près de sa mort [MALH., II, 2]
Soyez beau, bien disant [LA FONT., Coupe.]
Mes paroles sont assez bonnes ; je les range comme ceux qui disent bien [SÉV., 74]
Nous avons eu une conversation où j'ai bien dit, ce me semble [ID., 158]
Ainsi berné le novice interdit Comprit en soi qu'il n'avait pas bien dit, Et qu'il serait malmené des commères [GRESSET, Vert-Vert, III]
Vous avez bien raison, mon cher maître ; on veut toujours dire mieux qu'on ne doit dire ; c'est le défaut de presque tous nos écrivains [D'ALEMB., Lettre à Volt. 26 janv. 1767]
Quelque génie qu'on ait, on ne dit pas mieux qu'Homère quand il dit bien [DIDER., Lettre sur les sourds et muets]
L'art de bien dire, l'éloquence. Substantivement, le bien-dire.
Ces grands orateurs romains qui avaient l'art de persuader ce qu'ils voulaient par la force et les charmes de leur bien-dire [MARG., BUFFET, Observ. p. 120, 1668]
Être sur son bien-dire, sur son beau-dire, être en train de parler, et aussi affecter de bien parler, ou parler d'un sujet de prédilection. On dit dans le même sens se mettre sur son bien-dire (voy. BIEN-DIRE). Bien-disant, voy. BIEN-DISANT.

PROVERBE

    Le bien-faire vaut mieux que le bien-dire, les bonnes actions sont préférables aux belles paroles.
L'Académie, au mot BIEN-DIRE, dit que le trait d'union ne se met que dans la locution : être sur son bien-dire ; mais que, dans le proverbe rapporté ci-dessus, on écrit le bien dire sans trait d'union ; puis, citant de nouveau ce proverbe au verbe DIRE, elle met le trait d'union : le bien-dire. Il est donc loisible de mettre ou d'omettre le trait d'union ; et il vaut mieux le mettre.
Nommer, exprimer.
Vous bénirez le mal qui vous est avenu, Si l'on peut dire un mal un fortuné veuvage [MAIRET, Soph. V, 6]
Qui dit froid écrivain dit détestable auteur [BOILEAU, Art p. IV]
.... La source du comique : je dis de celui qui.... [LA BRUY., Disc. s. Théophr.]
Mais, mon cher Sidrac, pourquoi dites-vous toujours ma faculté pensante ? que ne dites-vous mon âme tout court ? [VOLT., Les oreilles, 4]
Énoncer par écrit. Je vous ai dit dans ma dernière lettre que.... Tel auteur a dit là-dessus d'excellentes choses. Cicéron dit dans son traité de la République.
Presque tous les historiens ont dit ce que je fais dire ici à Mithridate [RAC., Préface de Mithridate.]
Il se dit de l'écrit même. Que dit la loi ? à ce que dit l'histoire. Comme dit le proverbe.
Réciter, lire, débiter. Dire sa leçon. Cet acteur a mal dit son rôle.
Je vous dirai, si vous voulez, pour vous désennuyer, le conte de Peau d'âne ou bien la fable du Corbeau et du Renard qu'on m'a apprise depuis peu [MOL., Mal. imag. II, 11]
La démangeaison de dire ses ouvrages est un vice attaché à la qualité de poëte [ID., Comtesse, 1]
Absolument. Cet acteur dit bien, il a un bon débit. Dire la messe, célébrer la messe. Faire dire une messe pour quelqu'un. Dire les vêpres, les chanter. Terme de musique. Il dit bien les récitatifs, il les chante bien. Dire un morceau, exécuter un morceau de musique.
Raconter.
Dis-moi de mon époux le véritable sort [CORN., Perthar. I, 3]
Je pourrai de mon père émouvoir la tendresse, Et lui dire un amour qu'il peut vouloir troubler [RAC., Phèdre, III, 6]
Et moi je suis venu, détestant la lumière, Vous dire d'un héros la volonté dernière [ID., ib. V, 6]
Je dirai les exploits de ton règne paisible [BOILEAU, Épît. I]
Je vais dire les douleurs de l'Église persécutée [CHATEAUBR., Mart. 4]
Poétiquement. Muses, dites.... Muse, dis la colère d'Achille.
Juger, penser, être tenté de croire.
Qu'en dites-vous ? Que dira-t-on de vous ? Alléguant un grand rhume : il ne pouvoit que dire, Sans odorat.... [LA FONT., Fab. VII, 7]
Qui l'eût dit ? signifie : aurait-on pu le penser, l'imaginer ? Substantivement. Le qu'en dirat-on, les propos qui se tiennent sur le compte de quelqu'un. Se moquer, être au-dessus du qu'en dirat-on. Braver le qu'en dira-t-on. Être sensible au qu'en dira-t-on. Savoir qu'en dire, avoir passé par là, avoir eu l'expérience de la chose.
Notre mélancolique en savait bien que dire [RÉGNIER, Sat. VII]
Beaucoup d'honnêtes gens en pourraient bien que dire [MOL., Éc. des f. III, 3]
Vraiment je sais bien qu'en dire [SÉV., 562]
Ne savoir que dire, être embarrassé.
Cela faisait que le bon sire Ne savait tantôt plus qu'y dire [LA FONT., Ann.]
Absolument. Vous diriez que, on dirait que.... avec l'indicatif, on penserait, on s'imaginerait.
On dirait, quand tu veux, qu'elle [la rime] te vient chercher [BOILEAU, Sat. II]
On dirait que le ciel est soumis à sa loi, Et que Dieu l'a pétri d'autre limon que moi [ID., Sat. V]
Vous diriez que, on dirait que.... avec le subjonctif.
On dirait que le ciel, qui se fond tout en eau, Veuille inonder ces lieux d'un déluge nouveau [BOILEAU, Sat. VI]
On dirait que, pour plaire, instruit par la nature, Homère ait à Vénus dérobé sa ceinture [ID., Art p. III]
On dirait, à vous voir assemblés en tumulte, Que Rome des Gaulois craigne encore une insulte [CRÉBILLON, Catil. IV, 1]
Vous diriez qu'il soit devenu un autre David [BOSSUET, le Tellier.]
Vous diriez qu'il ne fasse rien en ce monde [ID., Loi de Dieu, 3]
Vous diriez, on dirait d'un fou, d'un homme ivre, c'est-à-dire il se conduit, il parle comme s'il était fou, ivre (la locution s'explique par une ellipse : on dirait d'un fou, c'est-à-dire on dirait cela d'un fou, on dirait que ce qu'il dit ou fait est d'un fou, et, elliptiquement : on dirait d'un fou).
Et l'on dirait d'un tas de mouches reluisantes Qui suivent en tous lieux un doux rayon de miel [MOL., Mélic. I, 3]
Les trois vieilles femmes brûlaient un des roseaux de la gerbe ; on aurait dit des Parques coupant le premier fil de la vie de René [CHATEAUBR., Natch. 366]
Voyez même, comme les traits du même homme varient.... vous diriez de plusieurs êtres différents [BERN. DE S.-P., Harm. liv. V, Harm. anim.]
Avertir, prévenir, ordonner, conseiller. Allez lui dire de venir.
Ah ! mon papa, je vous demande pardon ; c'est que ma sœur m'avait dit de ne pas vous le dire [MOL., Mal. imag. II, 11]
Dites-leur qu'elles descendent [ID., les Préc. 3]
Dites au roi, seigneur, de vous l'abandonner [RAC., Esther, II, 1]
Qu'on dise à Josabeth Que Mathan veut ici lui parler en secret [ID., Athal. III, 1]
Absolument. Vous n'avez qu'à dire, locution qui signifie : parlez et je ferai ce que vous voudrez.
Comment, coquin ! - Monsieur, vous n'avez rien qu'à dire, Je mentirai si vous voulez [MOL., Amph. II, 1]
10° Offrir, proposer. J'ai trouvé ces objets si chers que je n'ai rien dit. Dites-en un prix raisonnable.
11° Exprimer, en parlant des choses auxquelles on attribue une expression. Un silence respectueux dit beaucoup.
Et puisqu'aucun soupçon ne dit rien à Phocas, Soyez encor son fils et ne vous montrez pas [CORN., Héracl. II, 2]
Et malgré tous vos soins et votre adresse à feindre, Mon astre me disait ce que j'avais à craindre [MOL., Mis. IV, 3]
Qu'ai-je fait ? que veut-il ? et que dit ce silence ? [RAC., Bérén. II, 5]
Ce front satisfait Dit assez à mes yeux que Porus est défait [ID., Alex. III, 1]
Et ce poison vous dit les volontés du roi [ID., Mithrid. V, 2]
Tout cela dit assez que le trône m'est dû [ID., Théb. IV, 3]
Et son silence même, accusant sa noblesse, Nous dit qu'elle nous cache une illustre princesse [ID., Iphig. I, 2]
.... Vous portez, madame, un gage de ma foi, Qui vous dit tous les jours que vous êtes à moi [ID., Mithr. II, 4]
Ma pensée au grand jour partout s'offre et s'expose ; Et mon vers bien ou mal dit toujours quelque chose [BOILEAU, Épît. IX]
Le cœur ne me dit rien pour les devoirs de la religion [MASS., Car. Prospér.]
Le cœur me le disait bien, j'en avais le pressentiment. Cette femme a de beaux yeux, mais ils ne disent rien, ils sont sans expression. Cela ne dit rien au cœur ni à l'esprit, cela ne les touche point, ne les émeut aucunement. Familièrement. Cela ne dit rien, cela n'importe pas à l'affaire, cela n'empêche pas. Ne dire rien, se dit aussi des personnes dont les paroles n'ont guère de sens.
Voilà bien des paroles sans rien dire [BOSSUET, Var. XII, § 2]
Familièrement. C'est beaucoup parler pour ne rien dire.
12° Vouloir dire, signifie faire entendre, insinuer, en parlant des personnes.
Que voulez-vous dire ? De quoi s'offense-t-il ? et que veut-il me dire ? Y vat-il de sa gloire à ne pas bien écrire ? [MOL., Mis. IV, 1]
Que voulez-vous donc dire, mes pères ? comment entreprenez-vous de soutenir après cela qu'aucun jésuite n'est d'avis qu'on puisse tuer pour des médisances ? [PASC., Prov. 13]
Que me voulez-vous dire de pénitence et de pardon ? [SÉV., 374]
Ce qu'une judicieuse prévoyance n'a pu mettre dans l'esprit des hommes, une maîtresse plus impérieuse, je veux dire l'expérience, les a forcés de le croire [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Que veut-il dire ? s'est dit dans le sens de pourquoi.
Son Louis soupire Après ses appas ; Que veut-elle dire De ne venir pas ? [MALH., VI, 7]
Dénoter, en parlant des choses. Je ne sais ce que cela veut dire.
Que veut dire ce retard ? .... Achevez, seigneur, ce mais, que veut-il dire ? [CORN., Nicom. III, 7]
Signifier. Que veut dire ce mot, cette phrase ? Cela est mal construit et ne veut rien dire.
13° Trouver à dire, c'est-à-dire trouver à blâmer. Il y a, il y aurait bien à dire, il y a à reprendre, à blâmer.
Vous trouveriez quelque chose à dire dans le ciel, si je n'y étais avec vous [BALZ., liv. I, lett. 14]
Ce que je trouve à dire en la confidence que fait Cléopâtre [CORN., Ex. de Pompée.]
On trouve à dire à la frugalité de vos repas [SÉV., 427]
L'empereur ne trouve rien à dire à ces censures [BOSSUET, Lett. 194]
Ayant eu la bonté de déclarer qu'elle [Votre Majesté] ne trouvait rien à dire dans cette comédie qu'elle défendait de produire en public [MOL., 1er placet au roi.]
Trouver à dire, regretter l'absence.
Mettez-vous donc bien en tête que je vous trouve à dire plus que je ne voudrais dans toutes les parties où l'on m'entraîne [MOL., Mis. V, 4]
Rien ne me flattait plus que de penser que je manquais au bonheur de l'heureux Soliman, et qu'on me trouvait à dire dans le sérail [FONTEN., Soliman, Juliette.]
Trouver à dire, ne pas avoir son compte.
On trouvait dix ou douze voix à dire [PATRU, Plaidoyer 16, dans RICHELET]
Avoir à dire, manquer de.
Il faisait parade d'un visage remarquable par de grandes plaies et par un œil qu'il avoit à dire [BALZ., liv. V, lett. 9]
À dire, manquant.
Le fourrage revint en abondance, il n'y eut pas un cheval de perdu, ni un homme à dire [SAINT-SIMON, 47, 48]
Il y a bien à dire, il y a une grande différence. Il y a bien à dire entre ces deux personnes. Dans le même sens, il y a tout à dire. Il y a bien à dire, il s'en faut de beaucoup. Il y a bien à dire que je n'aie mon compte.
14° En dire forme une locution qui a différents sens. Le cœur en dit, on y a inclination. Si le cœur vous en dit, si cela vous agrée.
Et quand le cœur m'en dit, j'en prends par où je puis [CORN., Ment. I, 4]
Et puis-je mais, chétif, si le cœur leur en dit ? [MOL., le Dép. V, 3]
Pour peu que le cœur lui en dît [HAMILT., Gramm, 4]
Qu'on s'aime de part et d'autre autant que le cœur en dira [FONTEN., Laure, Sapho.]
Par extension.
Si le sort nous en dit [nous est favorable], tout sera bien réglé [MOL., l'Étour. V, 2]
En vouloir dire, être prêt à faire.
D'abord, dit-il, j'allais tout doucement Auprès du lit écouter si le sire S'approcherait, et s'il en voudrait dire [LA FONT., Mandr.]
En dire, faire des reproches. S'en dire, se faire des reproches.
Mon cœur s'en est plus dit que vous ne m'en direz [RAC., Brit. III, 1]
Et mon cœur soulevant mille secrets témoins, M'en dira d'autant plus que vous m'en direz moins [ID., Andr. IV, 5]
15° Se le faire dire, hésiter beaucoup à faire une chose ; ne pas se le faire dire, montrer beaucoup d'empressement.
Charles exigea une lettre d'Auguste à Stanislas : le roi détrôné se le fit dire plus d'une fois ; mais Charles voulait cette lettre, et il fallut l'écrire [VOLT., Charles XII, 3]
16° Dans le style élevé. Que dis-je ? sorte de retour sur soi, de transition, d'aggravation. Il l'a abandonné, que dis-je ? il l'a dépouillé.
Fuyons dans la nuit infernale.... Mais que dis-je ? ... mon père y tient l'urne fatale [RAC., Phèd. IV, 6]
17° À dire vrai, à vrai dire, locut. adv. En disant la chose telle qu'elle est. À dire vrai, il n'a pas rempli l'attente qu'on avait conçue de lui. À dire vérité, même sens.
Et s'il avait mon cœur, à dire vérité, Il tournerait ses vœux d'un tout autre côté [MOL., Mis. IV, 1]
Pour ainsi dire, locution dont on se sert pour atténuer une expression, pour la faire passer. Ils sont, pour ainsi dire, morts à toutes les joies. Pour mieux dire, locution dont on se sert pour préciser davantage sa pensée.
Contrainte d'accepter ces mêmes conditions, sans avoir pu en rien retrancher, y rien ajouter, ou, pour mieux dire, sans avoir pu, avec tous leurs efforts, s'écarter d'un seul pas du cercle étroit qu'il lui avait plu de leur tracer [RAC., Disc. de réception de Th. Corneille.]
18° Dire s'emploie quelquefois à l'impératif pour appeler l'attention.
Dites-moi, venez-vous dîner avec moi ? D'où vient donc, je vous prie, un tel emportement ! Avez-vous, dites-moi, perdu le jugement ? [MOL., Mis. IV, 3]
Dites-moi un peu, s'il vous plaît, combien aviez-vous d'années lorsque nous fîmes connaissance ? [ID., Mar. forc. 2]
Dis, penses-tu qu'un jour mon père nous pardonne ? [DUCIS, Othello, I, 8]
Disons mieux, sorte de compliment ou de correctif. Il est l'avocat des pauvres, disons mieux, il en est le père. Disons-le s'emploie lorsqu'on va dire quelque vérité fâcheuse. Disons-le : les mesures violentes ne peuvent qu'irriter les esprits.
Disons-le sans figure, il parle comme un fou et pense comme un homme sage [LA BRUY., XII]
19° Qu'est-ce à dire ? s'emploie pour qu'est-ce que cela signifie ? Qu'est-ce à dire ? vous murmurez. Cette locution exprime la surprise, le mécontentement.
Qu'est-ce à dire, monsieur ? j'apprends par le notaire Qu'au contrat vous trouvez quelque chose à refaire [DUFRÉNY, Mar. fait et rompu, I, 9]
Ce n'est pas à dire pour cela que.... Ce n'est pas à dire que.... locution gouvernant le subjonctif, et qui a un sens de rectification. Vous m'avez rencontré parmi eux, ce n'est pas à dire que je sois des leurs.
Ce n'est pas à dire qu'ils aient effectivement parlé pour la dernière fois [FONTEN., Oracles, ch. III, 2e part.]
Ce n'est pas pour dire, locution très familière qui signifie sans se vanter. Ce n'est pas pour dire, mais je saurais en faire autant.
20° C'est-à-dire, loc. conj. qui annonce l'explication, la conséquence de ce qui vient d'être dit. Les quatre lettres I. N. R. I. qui sont au haut de la croix de Notre-Seigneur signifient Jesus Nazarenus, rex Judaeorum, c'est-à-dire Jésus de Nazareth, roi des Juifs.
Et qu'on l'honore ici, mais en dame romaine, C'est-à-dire un peu plus qu'on n'honore la reine [CORN., Pomp. III, 4]
Le genre humain pensant, c'est-à-dire la cent-millième partie du genre humain tout au plus [VOLT., Aventure de la mémoire.]
C'est-à-dire que, avec un verbe qui suit, même sens. C'est-à-dire que j'ai consenti à la transaction. C'est-à-dire que je paye la somme demandée.
21° C'est tout dire ou c'est tout dit, il n'y a rien à ajouter, cela achève, complète.
Il est fort enfoncé dans la cour, c'est tout dit ; Et la cour, comme on sait, ne tient pas pour l'esprit [MOL., Femm. sav. IV, 3]
Sur l'argent, c'est tout dire, on est déjà d'accord ; Ton beau-père futur vide son coffre-fort [BOILEAU, Sat. X]
Qui dit Sillery dit tout ; Peu de gens en leur estime Lui refusent le haut bout [LA FONT., Fabl. VIII, 13]
Cela est bientôt dit, se dit, par antiphrase, d'une chose difficile, ou sur laquelle on conserve des doutes. Vous parlez de trouver d'ici à ce soir dix mille francs ; cela est bientôt dit. On a, dites-vous, perdu les bonnes épigrammes grecques ; cela est bientôt dit ; mais qu'est-ce qui le prouve ? C'est beaucoup dire, c'est poser une limite extrême qui probablement ne sera pas atteinte.
Posons le cas que vous ayez tout le bien qu'il faudrait, et c'est beaucoup dire [HAMILT., Gramm. 7]
22° Cela vous plaît à dire, exprime que l'on ne convient pas de ce qui vient d'être dit, ou sert à énoncer un refus.
23° Cela va sans dire ; il va sans dire que.... Cela va de soi et est si naturel qu'il n'est pas besoin d'en parler, de le stipuler.
Cela s'en va sans dire [SÉV., 166]
24° Il n'y a pas à dire, c'est-à-dire l'affaire est décidée, il n'y a pas d'observations à faire, il n'y a pas à revenir là-dessus. On dit de même : il a beau dire.
Cette dernière femme eut beau faire, eut beau dire : Moi devine ! on se moque ; eh ! messieurs, sais-je lire ? .... Point de raisons : fallut deviner et prédire [LA FONT., Fabl. VII, 15]
25° Cela soit dit en passant, ou soit dit en passant, exprime qu'on mentionne seulement une chose à propos d'une autre, ou qu'on fait quelque légère plainte, quelque léger reproche en peu de mots.
26° Ce qui est dit est dit, c'est-à-dire la parole donnée sera tenue.
.... Va, tranquillise-toi ; Ce que j'ai dit est dit ; repose-toi sur moi [REGNARD, Légat. I, 2]
Voilà qui est dit, locution dont on se sert pour affirmer qu'une chose est convenue, entendue. Je ne vous dis que cela, locution qui, suivant le ton, exprime dévouement ou menace. Mon ami, dès qu'il s'agit de ton repos.... je ne te dis que cela ; tu dois me connaître. Si vous y revenez.... je ne vous dis que cela. Prenez que je n'ai rien dit, locution qui annule quelque chose qu'on a dit. C'était dans votre intérêt ; mais, si cela vous contrarie, prenez que je n'ai rien dit. C'est moi qui vous le dis, sorte d'affirmation très familière.
Et laisse venir demain ; tu verras comme il sera fait ; c'est moi qui te le dis [MARIVAUX, Marianne, II]
27° Familièrement. S'il vient à bout de son entreprise, je l'irai dire à Rome, locution dont on se sert pour exprimer qu'on regarde la chose comme impossible.
Créqui prétend qu'Oreste est un pauvre homme, Qu'il soutient mal le rang d'ambassadeur ; Et Créqui de ce rang connaît bien la splendeur ; Si quelqu'un l'entend mieux, je l'irai dire à Rome, [RACINE, Épigr. contre Créqui qui avait critiqué Andromaque]
28° S'il ne dit mot, il n'en pense pas moins, c'est-à-dire il écoute en silence et fait ses réflexions, ou bien il se tait, mais il est mécontent.
29° À qui le dis-tu ? à qui le dites-vous ? locution qui exprime que celui qui parle sait, connaît, a éprouvé aussi bien que qui que soit ce dont il s'agit. Il est difficile de faire son chemin ; à qui le dites-vous ?
30° Comme qui dirait, locution familière qui signifie une sorte de. Sa coiffure attira nos regards, c'était comme qui dirait un turban (voy. l'explication de cette locution à COMME).
31° Se dire, v. réfl. Se donner, se faire passer pour. Il se dit votre parent. Se dire malade.
Ces perfides tous deux se sont dits aujourd'hui Et subornés par vous et subornés par lui [CORN., Nicom. III, 8]
Et de quel droit se diraient-ils héros, s'ils n'étaient point amoureux ? n'est-ce pas l'amour qui fait aujourd'hui la vertu héroïque ? [BOILEAU, Héros de romans.]
Se dire, être dit. Cela se dit partout. Cette phrase se dit très bien.
La première et principale cause pourquoi on n'a pu entendre assez clairement aucune des choses qui se sont dites de Dieu et de l'âme [DESC., Rép. II, 4]
Il y a un certain nombre de phrases toutes faites que l'on prend comme dans un magasin ; bien qu'elles se disent souvent sans affectation et qu'elles soient reçues sans connaissance, il n'est pas permis de les omettre [LA BRUY., VIII]
Soi-disant, voy. SOI-DISANT.

PROVERBES

  • Quand les mots sont dits, l'eau bénite est faite, se dit des marchés qui sont conclus.
  • Qui dit tout n'excepte rien.
  • Qui ne dit mot consent, c'est-à-dire le silence est pris pour l'acquiescement.

REMARQUE

  • 1. Die, pour dise, au subjonctif est un archaïsme.
    Non, je croyais tout d'elle, il faut que je le die [RÉGNIER, Élég. III]
    Pourquoi, à votre avis, tant de périls et tant de combas ? vous plaît-il, madame, que je vous le die ? [BALZ., De la gloire.]
    Ils n'ont pas besoin que je leur die rien davantage [DESC., Méth. 6]
    Encore qu'on die que la foi a pour objet des choses obscures [ID., Rép. II, 36]
    Mais encore une fois souffrez que je vous die [CORN., Cinna, I, 1]
    Votre ardeur vous séduit, mais quoi qu'elle vous die.... [ID., Poly. V, 4]
    Ah ! ce n'est pas ces soins que je veux qu'on me die [ID., Pomp. V, 3]
    Veux-tu que je te die ? une atteinte secrète Ne laisse point mon âme en une bonne assiette [MOL., le Dép. I, 1]
    Ah ! souffrez que je die, Valère, que le cœur qui vous est engagé.... [ID., ib. V, 9]
    Faites-la sortir, quoi qu'on die, De votre riche appartement [ID., Femm. sav. III, 2]
    Gardez-vous.... d'ouvrir.... que l'on ne vous die.... [LA FONT., Fabl. IV, 15]
    .... rois et dieux mettent, quoi qu'on leur die, Tout en même catégorie [ID., ib. V, 18]
    Et puisqu'il faut que je le die, Rien où l'on soit moins préparé [ID., ib. VIII, 1]
    Quiconque aime le die ! [ID., Court.]
    Mais, quoi que je craignisse, il faut que je le die [RAC., Bérén. V, 6]
    Cet archaïsme, ainsi autorisé, peut encore être conservé dans la poésie.
  • 2. Dire de, avec un infinitif, signifiant commander, ordonner, sont signalés par Vaugelas et Th. Corneille comme un gasconisme qu'il fallait éviter. Cependant, dès le temps de ces puristes, cette locution était employée par les meilleurs auteurs, et elle est restée en plein usage. À cette époque, l'Académie ne l'approuvait qu'avec hésitation : " Comme c'est bien parler que de dire : Il lui ordonna d'aller, Il le pria de faire, l'usage semble avoir permis de dire : Il lui dit d'aller, Il lui dit de faire, Acad. Observ. sur Vaugelas, p. 308. "
  • 3. La deuxième personne plurielle vous dites représente la forme latine dícitis, avec l'accent sur la première syllabe.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    E si distrent [, Fragment de Valenciennes, p. 467]
    Si cum dist e le [en le] evangelio lieu de avant dist [, ib. p. 469]
  • XIe s.
    Hom qui plaide en curt, à qui curt que ço seit, e hom li mette sur qu'il ait dit chose.... [, Lois de Guill. 28]
    Dis e set ans, n'en fut nient à dire [il n'y en a rien à dire, à rabattre], Penat sun cors el damne Deu servise [, St Alexis, XXXIII]
    Et dist au roi : or ne vous esmaiez [, Ch. de Rol. III]
    Dient paien : ainsi peut-il bien estre [, ib. IV]
    Respondent Franc : Sire, vous dites bien [, ib. CLXXVII]
  • XIIe s.
    Qu'après nos mors n'en soit dit negun [nul] mal [, Ronc. p. 49]
    [à] mon seigneur dites qu'il me viegne veoir [, ib. p. 122]
    S'uns autres homs deïst tel legerie [, ib. p. 168]
    Li cuiverz [le pervers] ne dit mot, l'ame s'en est alée [, ib. p. 196]
    Ne tout [je] ne cel [cèle] mon cuer, ne tout [je] nel [ne le] di [, Couci, VII]
    Je ne di pas que je fasse folage [, ib. XI]
    As fins amans proi [je prie] qu'il dient le voir [la vérité] [, ib. X]
    Et quant uns seus [un seul] en remanoit de ça [n'allait pas à la croisade], Il [Quenes] lui disoit et honte et reprouvier [HUES D'OISI, Romancero, p. 104]
    [Je] N'en oi [ouis] nului parler, qui moult de bien n'en die [, Sax. VII]
    Si diromes de Charle, qui tant fait à louer [, ib. XII]
    Puis lui dites coment Guiteclins de Sassogne envers nous entreprent [, ib. XX]
  • XIIIe s.
    Si vous dirons des pelerins dont grant partie estoit jà venue en Venise [VILLEH., XXXI]
    Et dient cil qui morir le virent, que ce fu uns des homes du monde qui plus bele fin fist [ID., XXIII]
    Dame, ce dist Pepins, on ne doit pas douter.... Berte, III De ce ne vous ert [sera] ore nuls lons racontes dis [, ib. V]
    Quant la messe fut dite [, ib. X]
    En son lit en seant [elle] prist ses heures à dire [, ib. XI]
    Qu'ele ne deïst mot ne que n'osast noiser [, ib. XI]
    D'eus [je] lairrai à parler, n'en dirai ore plus [, ib. XXIV]
    Forment se repent Berte que son nom [elle] leur a dit [, ib. LIII]
    Laissez tout ce aler, n'en soit parole dite [, ib. LIV]
    Sans les autres richesses que je ne sai conter, Qu'à peine les peut-on ne dire ne esmer [estimer] [, ib. XCVII]
    Car [elle] sait bien que c'est ele [Berte] .... Li cuers lui dit, pour voir bien l'en asseüra [, ib. CXXII]
    À peine [elle] put mot dire, tant li cuers lui failli [, ib. CXXVII]
    Dist li vilain : " Par saint Marcel, Ta pel ert mise en mon mantel. " Mès moult a entre dire et fere ; Qar Renart li fera contrere [, Ren. 7885]
    Maintes gens disent que en songes N'a se fables non et mençonges [, la Rose, 1]
    D'omme traïstre g'en di fi ; Puisqu'il n'a foi, point ne m'i fi [, ib. 7867]
    .... Il le secorra De tretout quanques il porra, Plus liés [joyeux] du faire, au dire voir, Que ses amis du recevoir [, ib. 4753]
    .... or dis-tu que sage [, ib. 10421]
    Au voir dire [à vrai dire] [, ib. 17465]
    Qui droitement veut apeler, il doit dire ainsi, se c'est por murdre : Sire, je di sor tel, et le doit nommer, qu'il malvesement.... [BEAUMANOIR, LXI, 3]
    Nus lais [legs] ne vaut s'il n'est fes de persone qui soit en bon sens et en bonne memore, et s'il ne le dit de se [sa] bouche [ID., XXI, 8]
    Le pris qui est en leur chevalerie si est tel, que quant il sont si preus et si riches que il n'i ait que dire.... [JOINV., 235]
    Et li [au comte de Monfort] distrent que il venist veoir le cors nostre Seigneur qui estoit devenuz en sanc et en char entre les mains au prestre [ID., 198]
    Sire, se vous ne me lessiez dire que vous soiés cousin au roy, l'en vous occirra touz et nous avec [ID., 240]
    Et pour ce se doit on garder et en tele maniere deffendre de cest agait, que en die à l'ennemi [au démon] quant il envoie tele temptacion : va t'en [ID., 197]
    Bien est, ki dit, s'il est ki fait [PH. MOUSKES, ms. p. 200, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Il est voir [vrai] disant et veritable [ORESME, Eth. 124]
    Il avient aucune fois que par suspicion et par opinion l'en dit faulz [ID., ib. 173]
  • XVe s.
    Et [messire Galéas] avoit telle grace de toutes gens en Lombardie que chacun l'aimoit et disoit bien de lui ; .... et toutes gens disoient mal et se plaignoient couvertement de messire Barnabo [FROISS., II, II, 226]
    [Les cardinaux] distrent et imaginerent que il ne leur feroit jà bien [Urbain VI], et que il n'estoit pas digne de gouverner le monde [ID., II, II, 48]
    En lisant nul n'osoit parler ni mot dire, car il vouloit que je fusse bien entendu [ID., II, III, 13]
    Et arriva à un port que on dit Cepsée [Chertsey en Cornouaille] [ID., I, I, 152]
    Et menoient ma dite dame d'Orleans messire Jaquemes de Bourbon et messire Philippe d'Artois [ID., III, IV, 1]
    Vous l'arez, puisque je l'ay dit [, la Pass. N. S. J. C.]
    Afin que ils ne s'en peussent excuser et que plus ne sceussent que dire.... [, Boucic. I, ch. 14]
    La plus belle compagnie qu'on sçauroit dire [COMM., VIII, 7]
    Je vous prie que vous me diez où je pourrai parler à vous à part [LOUIS XI, Nouv. XLVI]
  • XVIe s.
    Ce dire de S. Pierre a tousjours esté vray que... [CALVIN, Instit. 327]
    L'aage me conduisoit Sans peur, ne soin, où le cœur me disoit [MAROT, I, 216]
    Et croyez à mon dire, ô charité, ô bonté indicible ! [ID., I, 265]
    .... Pour vous certes, je treuve Facile chose à faire un impossible, Et fort aisée à dire un indicible [ID., I, 359]
    .... Quand tout est dit [après tout], en tous les lieux Où je voulois tourner les yeux, Tout me rioit.... [ID., IV, 181]
    Vous savés combien vostre paine est necessaire aux affaires dont vous portés le faix, et où vos amis vous trouvent bien à dire [MARG., Lett. 64]
    Il n'y a nulle raison en leur affaire, j'espere les trouver bien toust ; je croy que leur diray leurs verités [ID., ib. 114]
    Il vous treuve tant à dire que vous diriés qu'il est tout seul [ID., ib. 122]
    Monseigneur, quant tout est dit [après tout], mon principal souci est de votre santé [ID., ib. 24]
    C'est à dire que les painctres ont la liberté de paindre ce qu'ilz veulent [RAB., Pant. II, 5]
    L'antechrist est desjà né, ce m'a l'on dict [ID., ib. III, 26]
    Si nous avions à dire l'intelligence des sons de l'harmonie et de la voix, cela apporteroit une confusion inimaginable à tout le reste de nostre science [MONT., II, 359]
    Que sait-on si.... plusieurs effects des animaux qui excedent nostre capacité sont produits par la faculté de quelque sens que nous ayons à dire.... [ID., II, 358]
    Si on veult dire [exprimer] qu'un homme n'a point de sens [ID., I, 33]
    Il disoit mieulx [parlait] sans y avoir pensé [ID., I, 41]
    Cyrus s'estant enquis que c'estoit à dire [de ce que cela voulait dire] [ID., I, 65]
    Il falloit raisonner leur dire [en donner les raisons] [ID., I, 51]
    Ce qu'il y a à dire [la différence] entre la licence et la liberté [ID., I, 172]
    Aprez qu'il les eust bien laissez dire, il respondit.... [ID., I, 189]
    Il y a bien à dire que ce ne soit le mieulx qu'il peust faire [ID., I, 206]
    Callicles dict l'extremité de la philosophie estre dommageable [ID., I, 224]
    J'aurois prins une voye plus naturelle, qui est à dire, vraye.... [ID., I, 228]
    Si vous dictes : il fait beau temps, et que vous dissiez verité.... [ID., II, 265]
    En se deshabillant, il trouva à dire sa chaine [YVER, 536]
    Le dire de Thucidides s'accorde mieux avec les chroniques [AMYOT, Thém. 48]
    Il commanda que les autres par ordre dissent consecutivement leurs advis [ID., Cam. 55]
    Il n'y avoit capitaine qui eust osé dire de non aux soudards qui en demandoient le pillage [ID., Marcell. 28]
    Je suis marry qu'il faut que je vous die, que.... [ID., Arist. 10]
    Antigonus le comparoit à un joueur de dez, à qui les dez disent fort bien, mais qui ne se sçait servir des chances qui luy viennent [ID., Pyrrh. 57]
    Qu'il se teinst tousjours auprès de son armée de mer, à fin que si la fortune luy disoit mal sur terre, il eust incontinent les forces de la marine toutes prestes pour.... [ID., Pomp. 107]
    Il rencontra par cas d'adventure Goesylus lacedaemonien, soy disant estre envoyé de Lacedaemone [ID., Dion, 62]
    Quant à cela, il n'y a personne qui die du contraire [ID., Brutus, 1]
    La memoire de cette bataille qui estoit encore recente, d'autant qu'il n'y avoit pas cinq ans à dire, les avoit ainsi enflammez [CARLOIX, I, 3]
    Cent ou six-vingts picqueurs, qui avec leurs trompes disoient la mort du cerf [ID., IV, 12]
    Dire d'un et penser d'autre [H. EST., Apol. d'Hérodote, p. 26, dans LACURNE]
    Qui dit ce qu'il sçait et donne ce qu'il a n'est pas tenu à davantage [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 127]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. dir, dire ; catal. dir ; espagn. decir ; portug. dizer ; ital. dire ; du latin dicere. Comp. le verbe grec signifiant montrer, goth. taiha, allem. zeigen, montrer ; mots où est le radical identique dic, deik, taih.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. DIRE. Ajoutez :
    32° Terme de jurisprudence. Dire droit d'un appel, admettre l'appel, synonyme de faire droit sur l'appel.
    La cour déclare mal fondé l'appel interjeté par M.... contre le jugement.... disant droit, au contraire, de l'appel de C.... et D...., réforme ledit jugement [, Gaz. des Trib. 29 janv. 1875, p. 94, 1re col.]

    REMARQUE

      Ajoutez :
    • 4. Corneille ne dit pas : Cela va sans dire, mais : cela s'en va sans dire. Cela s'en va sans dire, Mélite, III, 6. Mme de Sévigné non plus : Ils ne viendront point à l'assemblée, cela s'en va sans dire, Lett. 21 oct. 1676. (Dans le texte du Dictionnaire, au n° 23, il faut dans l'exemple de Mme de Sévigné corriger va en s'en va.) De même, Bussy à Mme de Sévigné, le 5 janvier 1678 : Je ne vous dis pas que je vous aime ; cela s'en va sans dire.
    • 5. Mme de Sévigné a écrit : de ce qu'il dit, pour à ce qu'il dit.
      Il est ravi, de ce qu'il dit, de l'amitié que vous avez pour moi [SÉV., 15 avril 1671]

    HISTORIQUE

    • XVe s. Ajoutez :
      Qui chiet [choit] de l'asne il dist [signifie] crieve ; et qui chiet du cheval il dist lieve [, les Evangiles des quenouilles, p. 34]

    ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez : M. Boucherie (Revue des langues romanes, t. III, p. 71-77) a jeté du jour sur la locution à dire au sens de manquer. Elle représente le bas-latin habere ou esse diger, digere, dicere, qui se trouve avec le même sens dès les textes mérovingiens : Quantum de compositione diger est, Loi salique ; Quasi animalia per sua menata dicere habuissit (comme si par ses menées il avait eu à dire les animaux), Formules angevines (ailleurs, digere habuisset) ; Quod ante dicta terra de annos triginta et uno semper tenuissint nec eis diger numquam fuissit, LETRONNE, p. 28, anno 680. Ce dernier exemple semble le modèle du vers de St Alexis, cité dans l'historique : Dis et set ans, n'en fut nient à dire. M. Boucherie pense que dicere, qui a eu le sens de plaider, a passé à celui de réclamer, et, comme on réclame ce qui manque, au sens de manquer.

DIRE2

(di-r') s. m.
Ce qu'on dit, ce qu'on avance, ce qu'on déclare. Le dire des témoins. Leurs dires ne sont pas concordants.
Les armes en la main, [vous] soutiendrez votre dire [GARNIER, Bradamante, IV, 4]
Sitôt que cette nymphe en son dire enflammée [RÉGNIER, Épît. I]
Font que mourir et vivre à leur dire n'est qu'un [ID., Sat. VI]
Et chacun en son dire [à l'entendre] a droit en sa requête [ID., Sat. II]
À leur dire, c'étaient des gens qui voulaient périr [BALZ., Socrate, Disc. 3]
Suivant le dire d'un ancien [MOL., l'Av. III, 5]
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux moindres mâtins, Au dire de chacun étaient de petits saints [LA FONT., Fabl. VII, 1]
Au dire du proverbe ancien L'amitié ne remonte guère ; Bon petit-fils, je n'en crois rien Quand je pense à vous, ma grand'mère [BÉRANG., B. maman.]
Au dire des experts, selon leur avis. À dire d'experts, en vertu d'une estimation d'experts ; et fig. avec force, sans retenue. Mentir à dire d'experts.
Terme de pratique. Pièce signifiée d'avoué à avoué et renfermant les moyens et réponses des parties. Toutes observations faites sur un procès-verbal ou sur un cahier des charges.
Le bien-dire, voy. DIRE 1, à la fin du n° 3.

HISTORIQUE

  • Voy. l'historique de dire 1.

dire

DIRE. (Je dis; nous disons, vous dites, ils disent. Je disais. Je dis. Je dirai. Dis, disons, dites. Que je dise. Que je disse. Disant. Dit.) v. tr. Faire connaître par la parole; exprimer, énoncer. Dire un mot. Ne dire mot. J'ai quelque chose à vous dire. Dire le nom de quelqu'un. Voici ce qu'il a dit. Qui vous dit le contraire? Dire du bien, du mal de quelqu'un. Dire son avis, son sentiment. Dire ses raisons. Il ne dit pas tout ce qu'il pense. Dire la vérité. Il ne sait ce qu'il dit. Je vous l'avais bien dit. Que ne le disiez-vous! Dire beaucoup en peu de mots. Dire un secret. Dire des duretés, des injures, des extravagances. Ils se sont dit des sottises. Il a, m'a-t-on dit, l'intention de partir. Oui, dit-il, j'y consens. Dites-moi, quand partez-vous? Dis, cela ne te plairait-il point? Ce sont là de ces choses qui ne doivent pas se dire. J'ai un besoin de repos qui ne peut se dire. Absolument, Laissez dire, et allez toujours votre train.

Il signifie également Énoncer par écrit. Je vous ai dit dans ma dernière lettre que... Ainsi que nous l'avons dit plus haut. Cet auteur a dit là-dessus d'excellentes choses.

Il peut avoir pour sujet un nom de chose. Que dit la loi? À ce que dit l'histoire. Comme dit le proverbe, la chanson. L'Évangile nous dit...

SE DIRE est surtout usité en parlant de la Signification ou de l'emploi d'un mot, d'une locution, d'une phrase. Ce mot se dit de telle chose. Ce proverbe se dit en parlant d'une personne qui... Cela ne se dit qu'en mauvaise part. Cela ne se dit plus.

Que veut dire ce mot, cette phrase, etc.? Quel en est le sens?

C'est-à-dire, c'est-à-dire que s'emploie lorsque, après avoir dit, exprimé, désigné quelque chose d'une certaine manière, on va le dire, l'exprimer, le désigner autrement, afin d'être plus exact, plus clair, etc. L'âme, c'est-à-dire le principe intelligent et immortel. Vous serez parfaitement libre, c'est-à-dire que vous travaillerez à votre aise et que nul n'aura le droit de vous contrôler. On emploie quelquefois dans le même sens Je veux dire. Il s'emploie aussi pour faire entendre que ce qu'on va dire est la conséquence de ce qu'une autre personne a fait ou dit ou l'explication qu'il faut y donner. Vous refusez mes offres; c'est- à-dire que tout ce qui vient de moi vous est odieux.

Ce n'est pas à dire pour cela que... à dire que... Il ne faut pas croire pour cela que...

Pour ainsi dire s'emploie lorsqu'on veut affaiblir ce qu'il peut y avoir d'exagéré dans l'expression dont on se sert, ou faire excuser ce qu'elle a d'extraordinaire, d'inusité. Ils sont, pour ainsi dire, morts à toutes les joies d'ici-bas.

Disons-le s'emploie souvent lorsqu'on va dire quelque vérité dure et fâcheuse, mais qu'on ne peut se résoudre à le faire. Disons-le : ces mesures violentes ne peuvent qu'aigrir les esprits.

Disons mieux s'emploie comme une sorte de complément ou de correctif. Il est l'avocat des pauvres; disons mieux, il en est le père. On emploie dans le même sens les locutions Pour mieux dire et Que dis-je? Il ne régnait que par ses favoris, ou, pour mieux dire, il ne régnait plus. Je l'aime; que dis-je? je l'adore.

Que voulez-vous dire? s'emploie pour exprimer la surprise agréable ou pénible que causent les paroles de quelqu'un et marque une sorte de doute, d'incrédulité. Il est parti; que voulez- vous dire? parti sans moi!

Cela va sans dire, C'est une chose tellement certaine, incontestable, ou tellement claire, naturelle, qu'il est inutile de la dire, de l'expliquer, d'en donner la preuve. On dit, dans le même sens, Il va sans dire que...

On dit, dit-on, C'est la commune opinion, ou C'est le bruit qui court. On dit que nous allons avoir la guerre. C'est, dit-on, ce qui l'a déterminé à partir. Cette locution s'emploie aussi comme nom masculin dans un sens analogue. Ce n'est qu'un on-dit. Croire sur un on-dit, sur les on-dit. Condamner quelqu'un sur un on-dit, sur des on-dit. Il s'emploie aussi lorsqu'il s'agit d'une expression ou d'une façon de parler ordinaire. On dit : cet homme est un lion, pour dire que c'est un homme plein de courage.

Qui vous dit, qui vous a dit que...? Quelle raison avez-vous de croire que...? Êtes-vous sûr que... Qui vous dit que j'ai cette intention? Qui vous a dit que rien ne s'opposerait à vos desseins?

Se dire quelque chose à soi-même, Faire telle ou telle réflexion, avoir telle ou telle pensée, faire en soi-même tel ou tel raisonnement. Heureux qui peut se dire : je n'ai point d'ennemis. Je me dis que bien d'autres sont plus malheureux que moi. C'est là ce que je me suis dit vingt fois. Je me le disais bien, je me l'étais bien dit, J'en avais un pressentiment. On dit dans le même sens Quelque chose me le dit.

Fig. et fam., Si le coeur vous en dit. Voyez COEUR.

Fam., Ne pas se le faire dire, ne pas se le faire dire deux fois, Montrer beaucoup d'empressement à faire une chose.

Vous n'avez qu'à dire, il n'a qu'à dire, Locutions qui signifient qu'on est tout prêt à faire la chose dont il s'agit. Vous n'avez qu'à dire, je partirai immédiatement.

Fam., Il n'y a pas à dire, Il n'y a pas moyen de nier, il n'y a pas de refus, de résistance à faire. Il n'y a pas à dire, cet ouvrage est plein de mérite. Il n'y a pas à dire, il faut marcher.

Fam., Cela soit dit en passant, ou, elliptiquement, Soit dit en passant, se dit en parlant d'une Chose qu'on mentionne seulement à propos d'une autre, et plus ordinairement lorsqu'on fait quelque légère plainte, quelque léger reproche en peu de mots. Soit dit en passant, vous êtes quelquefois un peu brusque.

Soit dit entre nous s'emploie lorsqu'on fait devant quelqu'un, à propos de telle ou telle personne ou de telle chose, une réflexion qu'on s'abstiendrait de faire devant tout autre, et qu'on désire qui ne soit pas répétée.

Fig. et fam., S'il vient à bout de ce qu'il a entrepris, je l'irai dire à Rome, Je crois qu'il lui sera impossible ou très difficile de réussir.

C'est tout dire, pour tout dire, pour le dire en un mot signifient qu'Il n'y a rien de ce qu'on pense qui ne soit renfermé dans ce qu'on va dire.

Fam., Cela vous plaît à dire, sert à exprimer que l'on n'accorde pas ce qui vient d'être dit, ou à énoncer un refus. Vous prétendez que je suis l'auteur de cet ouvrage, cela vous plaît à dire.

Fam., Tout est dit, ou voilà qui est dit, c'est une chose dite, c'est dit, N'en parlons plus, c'est une chose convenue, conclue, décidée.

Fam., C'est bien dit s'emploie pour marquer approbation de ce qui vient d'être dit.

Fam., C'est bientôt dit s'emploie pour faire entendre que la chose dont parle quelqu'un ou qu'il conseille n'est pas si facile, ne s'exécute pas si aisément qu'il paraît le croire. Partez. C'est bientôt dit, et qui me fournira l'argent du voyage?

J'ai dit s'emploie quelquefois, dans la conversation, pour marquer qu'on ne veut plus rien dire.

Prov., Bien dire et bien penser ne sont rien sans bien faire, Les paroles ne comptent pas sans les actes. Subst. et prov., Le bien-faire vaut mieux que le bien-dire, Les bonnes actions valent mieux que les beaux discours.

L'art de bien dire, L'art de bien parler.

DIRE s'emploie souvent dans le sens de Répondre à une objection. Qu'avez-vous à dire à cela? Qu'avez-vous à dire?

Trouver à dire peut signifier quelquefois Trouver à reprendre, à blâmer. Que trouvez- vous à dire à cette action? Dans ce sens, on dit plus ordinairement Trouver à redire.

Il y a bien à dire, beaucoup à dire là-dessus, Il y a bien des critiques, des objections, des observations, etc., à faire là-dessus. On dit en des sens analogues ou contraires. Qu'avez- vous encore à dire? Il n'y a vraiment rien à dire, cela est fort bien. Je n'ai rien à dire. On ne peut certainement rien dire sur sa conduite.

DIRE s'emploie souvent, en poésie, dans le sens de Célébrer, chanter, raconter. Je dirai vos exploits.

Il signifie aussi, dans le langage ordinaire, Débiter, réciter. Dire sa leçon. Dire des vers. Dire un rôle. Dire sa harangue par coeur. Dire ses heures, son chapelet, son bréviaire. Absolument, en parlant de la Manière dont quelqu'un récite un discours, des vers, etc. Cet acteur dit bien.

Dire la messe, Célébrer la messe. Faire dire une messe, des messes pour quelqu'un.

Un homme bien disant se dit d'un Homme qui parle bien et avec facilité.

Il se prend aussi pour Juger, croire, penser. Les avis sont si partagés sur cette affaire qu'on ne sait qu'en dire. Je ne sais que dire de cela. Qu'en dites-vous? cela n'est-il pas exact? On dirait, à l'entendre, qu'il peut tout faire. On eût dit qu'il était mort. Qui dirait que cet homme est un savant? Qui eût dit, qui l'eût dit qu'elle changerait sitôt? Que dire d'une telle conduite? Que va-t-on dire de moi, si je fais cela?

Qu'est-ce à dire? Qu'est-ce que cela signifie? que faut-il penser de cela? Qu'est-ce à dire? vous réclamez? Cette façon de parler marque ordinairement surprise ou mécontentement.

Fam., On dirait d'un fou, d'un homme ivre, etc., ou On dirait un fou, À en juger par ses actions, par ses discours, on le prendrait pour un fou, on le croirait ivre. On dit de même On dirait de loin une barque; ce n'est peut-être qu'une planche.

Il se prend aussi dans le sens de Dénoter, signifier, indiquer, marquer. Que veut dire ce retard? Cela veut dire que... Cela ne dit rien. Que veut dire ceci? Ce mot seul dit tout. Je ne sais ce que cela veut dire, je me sens mal à mon aise.

Il s'emploie figurément en parlant des Actions, des gestes, des regards, etc., qui manifestent la pensée de quelqu'un. Mes yeux, mes regards vous disent que je vous aime. Sa contenance, son trouble, sa confusion disent assez qu'il est coupable. Leur silence vous en dit assez, nous en dit long.

Cette femme a de beaux yeux, mais ils ne disent rien, Elle a de beaux yeux, mais ils sont dépourvus de vivacité, d'expression.

Cette chose ne dit rien, Elle ne produit aucun effet à la place qu'elle occupe.

Cela ne dit rien au coeur, à l'âme. Cela ne touche point, n'émeut point. Cela ne me dit rien.

SE DIRE signifie quelquefois Prétendre, assurer qu'on a une certaine qualité. Il se dit votre parent, votre ami. Il se dit au courant de ce service et il n'y connaît rien. Ils se disaient envoyés par lui. Il se disait malade.

En termes de Procédure, Soi-disant s'emploie quand on ne veut pas reconnaître la qualité que prend quelqu'un. Un tel, soi-disant légataire, soi-disant héritier. Il se dit aussi, dans le langage ordinaire, par mépris ou par raillerie. Un soi-disant docteur, un soi-disant gentilhomme. De soi-disant docteurs.

DIT, DITE, signifie quelquefois Surnommé. Charles V, dit le Sage. On dit dans le même sens Lieu dit. Cette maison est située à trois kilomètres de la ville au lieu dit La Saussaie.

Il se joint aussi à l'article défini, à certains adverbes pour désigner en termes de Procédure ou d'Administration les personnes ou les choses dont on a parlé. Ledit preneur. Ladite maison. Audit lieu. À l'article susdit.

dire

DIRE. n. m. Ce qu'une personne dit, rapporte, avance, déclare. Au dire de tout le monde, de chacun. Au dire des anciens. Dans cette acception, il est souvent usité en termes de Procédure. Le dire des témoins. Prouver son dire. Au dire des experts, Selon l'avis des experts. À dire d'experts, D'après une décision d'experts, en soumettant la chose à des experts. Le prix en est ordinairement réglé à dire d'experts.

Il se dit particulièrement des Moyens, réponses ou déclarations d'une partie pour le soutien de sa cause. On a inséré dans le procès-verbal le dire du défendeur. Faire ses dires et réquisitions.

dire

Dire, Dicere, Praedicere, Eloqui, Enuntiare.

Dire par jeu, et non à bon escient, Dicere ioco.

Dire à bon escient et de courage, Ex animo dicere.

Dire à bon escient et selon qu'on le pense, Dicere sedulo.

Dire d'or, C'est dire avec grande maniere de langage, et sentences d'eslite et graves.

¶ Dire en general, Dicere in commune.

Il dit ainsi, Ita verba fecit.

Je n'ay que faire de ce que tu dis, Non audio.

Veu qu'il ne sçavoit dire cause vallable, qui, etc. Quum attulisset nullam causam, quae, etc.

¶ Je di ce qu'il m'en semble, Dico quod videtur.

Je di incontinent ce que je sçay, Hac atque illac perfluo.

Il dit ce qu'il veut, Complectitur verbis quod vult.

Dire ce qui a esté dit, Dicta dicere.

Dire ce qu'il faut dire, et faire ce qu'il faut faire, Dictum ac factum reddere.

Beaucoup dire, mais peu resouldre, Verba copiose fundere, non etiam sententiam dicere. B.

Puissance de dire son opinion, Dictio sententiae. B.

Voulez vous dire? Dites vous cela? Ain'tu? B. ex Cicer.

¶ Dire à quelqu'un ce que nous voulons qu'il face, Praeire alicui de re aliqua.

Dire ce que nous avons sur le coeur, Proloqui, Depromere pectore consilia, Stomachum detegere.

¶ Dire une fois pour toutes, Dicere semel.

Je vous diray en un mot, Vno verbo absoluam.

Dire souvent en son privé, en tenant propos avec les gens, Dictitare in sermonibus.

Souvent dire quelque chose, repeter et resumer, Cantare aliquid alicui.

Dire une chose plusieurs fois, Replicare.

Dire par tout ou devant tous quelque chose, Praedicare.

Dire chose qui n'appartient pas à dire à aucun, Voce aliquem violare.

S'il le sçavoit, il diroit bien autre chose, Quod si sciret, esset alia oratio.

Dire par livre, E libello recitare, vel dicere, De scripto dicere. B. ex Cic. et Suet.

Ce n'est pas à dire que, etc. Non hoc eo pertinet vt, etc.

Di si tu veux, Dic sodes. B. ex Terent.

Je n'en di ne bien ne mal, Neque vllam in partem disputo. Bud.

¶ Quand nous disons une chose, et voulons qu'on en entende une autre, Ironia.

Je ne te veux dire autre chose, Dixi.

Je di la chose comme elle va, Dico vt res est.

Dire le contraire, Abnuere, Ire inficias, Obloqui.

A fin que tu ne die pas apres, Vt tu sis sciens. Bud. ex Terent.

¶ Dire bien d'aucun, Benedicere alicui.

Dites bien les uns des autres je vous prie, Bene quaeso inter vos dicite.

Dire mal d'autruy, Aliquem asperius appellare.

Vous direz mieux quand il vous plaira, Bona verba quaeso.

¶ A qui dira mieux l'un de l'autre, ou mesdira, Certare benedictis vel maledictis.

Tout le monde en dit bien, Secundo populi rumore. B. Vno ore omnes omnia bona dicunt de illo. Terent.

A qui en dira le plus, Certatim de his tradunt authores.

¶ Dire parole de bonne ou mauvaise encontre, Ominari.

Dire quelques paroles solennelles, lesquelles d'autres dient apres, Praefari aliquod carmen.

Vous n'en sçavez sinon ce qu'on en dit, Ita audistis vt authorem rumorem haberetis sermonemque hominum. Bud. ex Cicerone.

¶ Si tu eusses dit ces deux mots, Si haec tecum duo verba fecisses.

Qui ne dit mot, Frigidus homo.

Que je ne die rien de cela, que, etc. Vt omittam quod, etc.

Dire tout tant qu'un autre dit, Par pari respondere.

Je di tout autrement que je ne disoy lors, Iam retexo orationem illam.

¶ Dire en brief, Breuiter quae acta sunt colligere.

Je diray en brief ce que je te veux dire, Verba in pauca conferam quid te velim.

¶ Se dire jurisconsulte, Se iurisconsultum profiteri.

Se dire et porter Maistre et Regent, Personam Magistri sustinere.

¶ C'est à dire, Id est, Hoc est.

¶ Il n'est rien plus aisé à dire, Nihil est dictu facilius. Dit par moquerie d'une chose difficile à faire.

Plus viste ou legerement qu'on ne diroit, Dicto citius.

¶ Chose qu'on ne peut dire ou nombrer, Ineffabilis.

¶ Il pourra dire, Diceret.

¶ A peine pourroit on dire combien, etc. Dici vix potest quam multa sint, etc.

¶ Sans dire à quels hommes, ne à quels temps, Hominum et temporum diffinitiones sublatae.

Ceux à qui on dit tout, Iuratissimi amici. B.

¶ Dire que non, Negare.

Dire qu'elle est cause de nostre paour, Conferre timorem suum in rem aliquam.

¶ Di qu'elle n'ira point, Negato esse ituram.

¶ Je te di que, etc. Narro tibi, plane relegatus mihi videor, etc.

¶ Je ne sçauroy dire, si, etc. Nec tamen adhuc possum pronuntiare vtrum sit difficilius, etc.

Nous te disons, etc. Tibi nos prodimus, ac confitemur cistellam habere.

Il nous en dira tantost de bonnes, Fabulam incoeptat. Bud. ex Terent.

Je te dis à Dieu, Saluto te familiarius prius quam eo.

Luy disant A Dieu, Valere dicens. B. ex Sueton.

Dire à quelqu'un Bon jour, ou Dieu vous gard, Dicere alicui saluere. Sueton.

Dire à quelqu'un, A Dieu, ou Bon soir, Dicere alicui valere. Sueton.

¶ Di moy, Narra mihi.

Di moy ce que tu veux que je te face, Praei verbis quod vis.

Di m'en un, Cedo mihi vnum.

Di le, Rem facias palam.

Si nous avons failli en quelque chose, di le, Si quid peccatum est a nobis, profer.

Qu'ils viennent, et on leur dira ce qu'ils auront à faire, Conueniant ad imperia accipienda. Bud. ex Liuio.

Di, me voicy, Eccum me, inque.

¶ Or me di en premier lieu, Dic mihi hoc primum.

¶ Que di-je, eussent fait? Non fecissent? fecissent autem?

Que diray-je, à quoy tend ce songe? Quam ad rem dicam attinere somnium?

Ne disoy-je pas bien que cela adviendroit? Ad non hoc dixi esse futurum?

¶ Dis tu? Ain'vero? Itane? Une maniere de parler qu'on dit par courroux?

La tienne, dis tu? Tuam autem furcifer?

Tu ne me cognois pas, dis tu? Non me nouisti?

Dis tu que tu me l'as baillée? Mihi tu dederis pallam et spinter?

Dis tu par ta foy? Tuam fidem obsecro?

¶ Que dis tu! une maniere d'admiration, non point d'interrogation. Comme qui diroit: Tu me raconte merveilles, Quid narras!

Que veux tu dire par cela? Quid istuc verbi est?

¶ Que dirois tu si je te disoy ce qu'aucuns dient? etc. Quid si redeo ad illos qui aiunt, Quid si nunc caelum ruat?

Que dirois tu si Dieu l'avoit voulu ainsi? Quid sentires, si Deo hoc ita placuisset?

¶ Que faut il tant dire? Quid multa? Quid multis verbis opus est? Quid multis moror?

Tant le me dire de fois? An ego toties et de eadem re audiam?

Qui est ce qui dit cela? Quis id ait?

¶ On dit, Accipio, Praedicant, Traditur, vel Traditum est, Sermo est, Fertur.

On ne dit rien de nouveau, Auditur noui nihil.

On le dit, Aiunt, Auditur.

On le dit ainsi, Ita aiunt, Sic auditur.

On dit cela par tout, Iactatur hoc vulgo.

¶ On me dit ton frere, Dicor tibi frater.

On disoit qu'elle estoit ta seur, Dicta est soror tua.

¶ On nous le dit, et escrit-on tous les jours, Quotidie sermones ac litterae perferuntur.

On dit outre ce, ou d'avantage, avec ce, Astruitur his.

¶ Comme on dit, Vt fama est, Vt aiunt, Vt perhibent.

Comme on nous vient de dire, Vt nobis renuntiatur.

Comme les Grecs dient plus proprement, Vt Graeci magis exprimunt.

Comme si tu disois que ce a esté par mon conseil, Quasi tu dicas factum id consilio meo.

¶ J'ay dit ce qu'il falloit dire, et fait ce qu'il falloit faire, Dictum ac factum reddidi.

Aussi tost fait que dit, Dictum ac factum.

J'ay assez dit de Cesar, De Caesare satis dictum habeo.

¶ Je l'avoy dit en autre intention, ou autre sens, Aliouersum dixeram.

Tu as dit ce qu'il en sera, Rem ipsam putasti.

Autant que si tu l'avois dit, Dictum puta.

¶ C'est bien dit à toy, Sane istud est.

Au dit des gens à ce cognoissans, Arbitratu spectatorum. B.

¶ Il n'est pas ainsi que vous dites, Ne dixis istuc, Bona verba quaeso.

¶ Mais dites luy je vous prie, Dice illi. Par moquerie.

Ne me dites pas cela, Ne dixis istuc.

¶ Qui dit quelque chose publiquement, Praedicator.

Celle qui dit et commande ce qu'il faut faire, Dictatrix.

Qui a dit ce qu'on luy avoit demandé, Confessus.

Devant dit, Praedictus.

Qui n'est pas dit, Indictus.

Un commun dit, Verbum.

Confuter le dit d'aucun par raison.

¶ Pour le regard de mon loz, il n'y a pas grandement à dire, soit que l'un ou l'autre se face, Equidem ad nostram laudem non multum video interesse.

Il y a bien à dire, Plurimum refert in quae, etc.

Mon dire touche plusieurs, Pertinet oratio mea ad plures.

Empescher que aucun ne s'arreste au dire des tesmoings, A testibus abducere.

Le dire de chacune des parties, Les faits et moyens des parties, Propositio oratoria.

Reprendre le dire d'autruy, et convaincre par raisons, Refutare.

dire


DIRE, v. act. et neut. [1re lon. 2e e muet.] Je dis, tu dis, il dit: nous disons, vous dites, ils disent, je disais, j'ai dit; je dis, je dirai, je dirais; dis, que je dise, je disse, disant. — Des composés de dire, il n'y a que redire qui fait come lui, redites: les autres forment régulièrement la 2de persone au plur. du prés. de l'indicatif. Vous contredisez, dédisez, interdisez, médisez, prédisez. Il n' y a que, maudire, qui double l's au pluriel; nous maudissons, vous maudissez, il maudissent. — * Autrefois on disait, que je die, pour que je dise.
   DIRE, 1° exprimer, faire entendre par la parole. "Dire son avis, son sentiment, sa pensée. Dire du bien, du mal de quelqu'un. "Dire des dûretés, des injûres, des extravagances, etc. = 2°. Réciter: dire sa leçon, ses prières, son chapelet, son bréviaire. — Dire la Messe, la célébrer. = 3°. Il se prend quelquefois pour juger: Je ne sais que dire de tout cela: On ne sait qu'en dire. = 4°. S. m. Au Palais, ce qu'une des Parties a avancé. "Le dire du défenseur, le dire des témoins, des experts, etc. En conversation, au dire de tout le monde; prouver son dire.
   Rem. 1°. L'usage ayant prévalu que, dire, avec la prép. de devant l'infinitif, a le sens d'ordoner, quand on ne veut pas lui doner ce sens, il ne faut pas employer ce régime; il faut se servir de la conjonc. que et de l'indicatif. "Quoique je vous die de partir (que je pars) dans cinq jours, ne laissez pas, je vous suplie, de m'écrire toujours. Voiture. — Dire de partir, est aûtre chôse que ce que veut dire Voiture: ce n'est pas anoncer que l'on part: c'est ordoner, ou conseiller à un aûtre de partir. Le P. Bouhours pense que dire, en ce sens, est un gasconisme; mais il ajoute, que ce gasconisme s'est établi à la Cour et à Paris, et que, quoiqu'il ne voulût pas l'employer en écrivant, il croit qu'on peut en user en conversation. Il n'est en éfet que du style familier.
   2°. Dire, a quelquefois trois régimes des noms, l'acusatif, le datif et l'ablatif. "Il a dit de vous à votre père tous les biens du monde.
   3° Le que, après dire, régit l'indicatif, quand le sens est afirmatif. "Il dit que vous l' avez maltraité. S'il est employé avec la négative, ou si le sens est interrogatif, il doit être suivi du subjonctif. "Je n'ai pas dit, ou ai-je dit que je l'eusse fait? — Quand il est employé au conditionel, plusieurs Écrivains lui ont fait régir le subjonctif, quoique le sens fût afirmatif. "On diroit que le livre des décrets ait été ouvert à ce Prophête. Boss. "Vous diriez qu'il ait l'oreille du Prince, ou le secret du Ministre.
   On diroit que le ciel, qui se fond tout en eau,
   Veuille inonder ces lieux d'un déluge nouveau.
       Boil.
On diroit, et vous diriez, signifient alors, il semble, et ils en prènent le régime. Voyez SEMBLER.
   4°. Quand le verbe, qui est régit par dire, se raporte à son nominatif, on peut mettre ce verbe à l' infinitif. "Il dit avoir tout entendu, est mieux que, il dit qu'il a tout entendu, mais~ celui ci pourtant est régulier. "Si quelqu'un nous dit connoître un de ces hommes merveilleux (qui savent tout) assurons-le, sans hésiter, qu'il est la dupe des prestiges d'un Charlatan. J. J. Rouss. de l'Imitation Théâtrale. — L'Acad. ne met point d'exemples de tous ces régimes; mais ils n'en sont pas moins admis par l'usage.
   5°. Trouver à dire a deux sens; trouver qu'il manque quelque chôse; on a trouvé à dire~ à cette somme. "Il s'y est trouvé à dire un écu; et en parlant des persones. "On vous a trouvé à dire dans cette assemblée. (On dit aussi, en ce sens, il y a bien à dire, il s'en faut bien. "Il lui a acheté pour mille écus de dentelle. — Il y a bien à dire). — C'est aussi trouver à reprendre. "Que trouvez-vous à dire à cette action?
   6°. Faire dire régit le datif de la persone,, et non pas l'acusatif: On lui a fait dire tout ce qu'on a voulu, tout ce qu'il savait, et non pas, on l'a fait dire, etc.
   7°. On emploie quelquefois après dire, la prép. de devant un nom, au lieu de la conjonct. que devant un verbe. "On eût dit d'un Démoniaque, quand il récitoit ses vers, dit Boileau de Santeuil, pour dire: on eût dit que c'était un démoniaque. "Vous diriez d'un ressort qui vient à se détendre, au lieu de, vous diriez que c'est un ressort, etc. Ces phrâses sont fort extraordinaires, et ne passent pas le style familier.
   8°. Se dire, régit les noms sans préposition (au nominatif). "Il se dit votre parent; il dit être, etc. Le P. Barre lui fait régir l'infinitif des verbes. "Les aûtres se disoient descendre des diférentes peuplades des Germains. Hist. d'Allem. Ce régime des verbes est inusité.
   9°. Disons mieux, fait tout seul un membre de phrâse isolé: il n'a point de régime: "Il est le Protecteur des malheureux. Disons mieux: il en est le Père. Quand on veut lui doner un régime, il faut répéter disons. Mascaron n'a pas eu cette attention. "Disons mieux que le Ciel inspira le moyen de satisfaire le vainqueur et le vaincu. Il falait: disons mieux: disons que le Ciel, etc. — Je ne dis pas, est un tour d'éloquence, une figûre de rhétorique. Il signifie quelquefois non-seulement. "C'est à Descartes que la Physique doit, je ne dis pas sa renaissance, mais ses premiers comencemens. Paulian, Dict. de Phys. — Tout est dit: il n' y a plus de ressource. "Tout est dit: tout vos éforts sont inutiles. Moreau. Il est tout au plus du style médiocre de dissertation. — Il signifie aussi, n'en parlons plus. "Vous me devez; vous n'êtes pas en état de me payer: tout est dit, j'atendrai. MARIN. Julie.
   10°. Gresset se sert de dire pour parler, et de parleur pour Orateur:
   Éloge unique et dificile à croire,
   Pour tout parleur, qui dit publiquement,
   Nul ne dormoit dans tout son auditoire:
   Quel Orateur en pourroit dire autant?
       Ver-vert.
Cela peut se pâsser en vers, mais en prôse, cela ne vaudrait rien, même dans le style badin. Dire n'a pas cet emploi.
   On dit familièrement, Dire à quelqu' un son fait, lui parler fortement. En dire pis que pendre, en parler fort mal. — Cela s'en va sans dire (quelques-uns ajoutent, comme le bréviaire de Messire Jean), cela est tout simple, et coule de source; il n'est pas nécessaire de le dire. "vous ne sauriez trop aimer Brancas, La Garde et d'Hacqueville. Pour l'Ab. de Grignan, cela s'en va sans dire. Sév. "Il lui a acheté pour mille écus de dentelle. — Et sans marchander, je parie. — Cela s'en va sans dire. TH. D'ÉDUC.
   * Se dire, pour dire, est un gasconisme commun à toutes les Provinces méridionales. "Il ne sait ce qu'il se dit, pour, ce qu'il dit. "J'étais si troublé, que je ne savais ce que je me disais, etc.
   On dit, figurément (st. famil.) cela ne dit rien, ne signifie rien, et dans la place où il est, ne sert de rien. "Tels ornemens dans ce tableau, ne disent rien. — Elle a de beaux yeux, mais ils ne disent rien, ils ne sont pas animés. — Le coeur me le dit, j'en ai quelque pressentiment. "Le coeur me dit que cela arrivera. — Il y a bien à dire, il y a tout à dire entre ces deux persones: il y a bien de la diférence. — Cela soit dit en passant. C'est ce que dit quelqu'un qui fait quelque léger reproche en peu de mots. — C'est tout dire, pour tout dire, pour dire en un mot, signifie qu'il n'y a rien qui ne soit renfermé dans ce qu'on a dit, ou qu'on va dire. — Il dit d'or, il parle bien, on ne peut mieux dire, mieux parler. C'est ce qu'on dit, quand quelqu'un dit quelque chôse qui flate nos sentimens ou nos desirs. — Cela vous plait à dire, répond, par modestie, celui qu'on loue. — S'il vient à bout de ce qu'il entreprend, de ce dont il se vante, je l'irai dire à Rome: on veut dire par là, qu'on croit la chôse impossible, ou très-dificile, qu'on n'espère pas qu'elle ait lieu.

Synonymes et Contraires

dire

nom masculin dire

dire

verbe dire
2.  Ordonner expressément.
intimer, sommer -littéraire: enjoindre.
4.  Réciter, lire à haute voix.
Traductions

dire

sagen, erwähnen, äußern, dir, lauten, erzählensay, tell, speak, statezeggen, vertellen, opgeven, besluiten, bevelen, bewering, denken, menen, oordeel, opzeggen, voordragen, weergeven, verkopenאמר (פ'), דיבר (פיעל), הביע (הפעיל), הגיד (הפעיל), חיווה (פיעל), נתן קולו, שח (פ'), חִוָּה, שָׂח, דִּבֵּר, אָמַר, הִבִּיעַ, הִגִּידdirsige, fortælleλέω, λέγωdiridecir, contarsanoa, kertoamond, szólsegjadire, raccontarediceresi, fortellepowiedziećdizer, proferir, contarspune, ziceговорить, сказатьsäga, berättasöylemek, demek告诉, يُخْبِرُ, يَقولُřícireći告げる, 言う말하다, (...에게) 이야기하다บอก, พูดbảo, nói (diʀ)
verbe transitif
1. exprimer qqch en parlant dire qqch à qqn Il m'a dit qu'il viendrait. Je lui ai dit d'attendre. dire merci dire la vérité
2. il semble que On dirait qu'il a plu.
3. exprimer dans une autre langue Comment dit-on "lune" en anglais ?
4. avoir telle signification Que veut dire ce mot ?
5. penser Qu'en dis-tu ?
6. en vérité
7. décider Disons 8h demain.

dire

[diʀ]
nm
au dire de → according to
selon leurs dires → according to them
vt
(= exprimer) → to say; [+ secret, mensonge] → to tell
Qu'est-ce qu'il a dit? → What did he say?
dire l'heure → to tell the time
dire la vérité → to tell the truth
Elle m'a dit la vérité → She told me the truth.
dire pardon → to say sorry
dire merci → to say thank you
dire qch à qn → to tell sb sth, to say sth to sb
Qu'est-ce qu'il t'a dit? → What did he tell you?, What did he say to you?
Dites-moi ce que vous pensez → Tell me what you think.
dire à qn qu'il fasse, dire à qn de faire → to tell sb to do
Il nous a dit de regarder cette émission → He told us to watch this programme.
dire que → to say, to say that
Il a dit qu'il ne viendrait pas → He said he wouldn't come.
(= prétendre)
On le dit malade → They say he's ill., He's said to be ill.
(= plaire) dire à qn [idée, proposition]
Si cela lui dit → If he feels like it.
Cela ne me dit rien → That doesn't appeal to me.
(= penser) que dites-vous de ...? → what do you think of ...?
Qu'en dites-vous? → What do you think?
(autres locutions) comme on dit → as they say
on dit que → they say, they say that
On dit que la nourriture y est excellente → They say that the food there is excellent.
on dirait que (il semble que) → it looks like, it looks as if
On dirait qu'il va pleuvoir → It looks like it's going to rain., It looks as if it's going to rain.
on dirait du vin → it tastes like wine
à vrai dire → to tell the truth
pour ainsi dire → so to speak
cela va sans dire → that goes without saying
dis donc!, dites donc! (pour attirer l'attention) → hey! (= au fait) → by the way
Il a drôlement changé, dis donc! → Hey, he's really changed!
et dire que ... → and to think that ...
ceci dit, cela dit → that being said
Cela dit, je n'aimerais pas être à sa place → That being said, I wouldn't like to be in his place.
c'est dit → so that's settled
voilà qui est dit → so that's settled
il n'y a pas à dire → there's no getting away from it
c'est dire si ... → that just shows that ...
c'est beaucoup dire → that's saying a lot
c'est peu dire → that's not saying much [diʀ]
vpr/réfl
(fig) (= penser) → to say to oneself, to think
Quand je l'ai vu, je me suis dit qu'il avait vieilli → When I saw him, I thought he'd aged.
(= se prétendre) se dire malade → to say one is ill, to say that one is ill
se dire artiste → to claim to be an artist
vpr/récip
se dire au revoir → to say goodbye, to say goodbye to each other
vpr/pass
comment ça se dit en anglais? → how do you say that in English?
ça se dit 'ethnic' en anglais → that's "ethnic" in English, you say "ethnic" in English
ça ne se dit pas comme ça → you don't say it like that
est-ce que ça se dit? → can you say that?