discontinuation

DISCONTINUATION

(di-skon-ti-nu-a-sion) s. f.
État de qui est discontinu ; action de discontinuer. La discontinuation des travaux.
Les actions généreuses de mes aïeux, qui se montraient à tout le monde sans discontinuation, faisaient même confesser leur noblesse à l'envie [, Francion, liv. IV, p. 164]
Une suite de fruits qui soit si bien entendue que, sans discontinuation, on puisse espérer d'en avoir l'été, l'automne et l'hiver [LA QUINTINYE, Jardins, Préface, p. XLII]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'un après l'autre sans discontinuaction [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    C'est alors que les peres doyvent plus prendre garde qu'il n'y ait discontinuation à ce qui ne se peut former qu'en se continuant [LANOUE, 114]
    La discontinuation des fortifications commencées par son predecesseur [D'AUB., Hist. I, 342]

ÉTYMOLOGIE

  • Discontinuer.

discontinuation

DISCONTINUATION. s. f. Interruption, suspension, cessation, pour un temps, de quelque action ou de quelque ouvrage. Travailler à quelque chose sans discontinuation. La discontinuation des travaux. La discontinuation de la guerre, du commerce. Les travaux de la chaussée furent suspendus, et cette discontinuation fit du tort au pays.

discontinuation

Discontinuation, f. acut. Intermissio, Interruptio.

Traductions

discontinuation

אי-רציפות (נ)