discours

(Mot repris de discourriez)

discours

[ diskur] n.m. [ lat. discursus, action de courir çà et là ]
1. Développement oral sur un sujet déterminé, prononcé en public : Un discours du chef de l'État allocution, déclaration
2. Ensemble de manifestations orales ou écrites, tenues pour significatives d'une idéologie ou d'un état des mentalités à une époque : Le discours réformiste.
3. En linguistique, suite de mots et de phrases utilisée à l'écrit ou à l'oral, par opposition à la langue en tant que système : Une tournure propre au discours familier.
Discours direct
Discours indirect
Parties du discours,
catégories grammaticales.

DISCOURS

(di-skour ; l's ne se lie pas : un diskour audacieux ; cependant quelques-uns la lient : un di-skour-z audacieux) s. m.
Propos de conversation, d'entretien.
[Ils] Dressent cent fois le jour en discours une armée [RÉGNIER, Sat. VI]
Qu'a de fâcheux pour toi ce discours populaire ? [CORN., Cid, IV, 2]
Les discours ordinaires des hommes sont tout pleins des éloges qu'ils se donnent les uns aux autres pour les qualités d'esprit [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. 6]
Je sais bien les discours dont il le faut bercer [MOL., l'Étour. I, 6]
Ton discours de son cœur est-il bien l'interprète ? [ID., Dép. I, 2]
Tenez, tous vos discours ne me touchent point l'âme [ID., Éc. des f. V, 4]
Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre [ID., Mis. I, 1]
C'est à vous, s'il vous plaît, que ce discours s'adresse [ID., ib. I, 2]
Tous ces discours sont des sottises, Partant d'un homme sans éclat ; Ce seraient paroles exquises Si c'était un grand qui parlât [ID., Amph. II, 1]
Que ce discours grossier terriblement assomme ! [ID., Femm. sav. II, 7]
Cessez de m'opposer vos discours imposteurs, Confesseurs insensés, ignorants séducteurs [BOILEAU, Epît. XI]
Un discours trop sincère aisément nous outrage [ID., Sat. VII]
Pensez-vous qu'ébloui de vos vaines paroles, J'ignore qu'en effet tous ces discours frivoles Ne sont qu'un badinage, un simple jeu d'esprit ? [ID., Sat. X]
À ces discours pressants que saurait-on répondre ? [ID., Épît. XI]
J'ai voulu devant elle en ouvrir le discours [RAC., Bérén. II, 2]
Ses superbes discours tourneront à sa honte [ID., Théb. I, 6]
Madame, quel regard et quelle voix sévère Malgré votre discours m'assure du contraire ! [ID., Baj. IV, 6]
Mais que sert d'affecter un superbe discours ? [ID., Iphig. I, 1]
Oui, vos moindres discours ont des grâces secrètes [ID., Esther, III, 4]
Qui attaquent par des discours de blasphème les pratiques du culte [MASS., Car. Culte.]
Fig.
Que les pleurs d'une amante ont de puissants discours ! [CORN., Hor. II, 5]
Faire des discours, parler de. Tous les discours que je fais, comme une innocente, de l'horreur qu'il faut.
avoir pour les femmes qui poussent cette tendresse un peu trop loin, et du mépris que cela leur attire [SÉV., 236]
Au discours qu'il m'a fait que saurai-je comprendre ? [MOL., l'Étour. II, 14]
Ces vains discours que vous faites contre la piété [MASS., Car. Avenir.]
Pendant que Mentor faisait ce discours [FÉN., Tél. V]
Tenir un discours, tenir des discours, même sens.
Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ? Tu gagnerais autant à parler à des sourds [LA FONT., Fabl. XII, 5]
Mais quels discours faut-il que je lui tienne ? - L'occasion, le ciel pourra vous les dicter [RAC., Baj. II, 5]
De beaux discours, se dit de paroles, de raisonnements que l'on qualifie de beaux, pour n'en tenir que peu de compte.
Je sais que vous parlez, monsieur, le mieux du monde ; En beaux raisonnements vous abondez toujours ; Mais vous perdez le temps et tous vos beaux discours [MOL., Mis. V, 1]
À tous ces beaux discours j'étais comme une pierre [BOILEAU, Sat. III]
C'est un autre discours, il ne s'agit pas de cela. Cela est bon pour le discours, ce sont de ces choses qu'on dit, mais qu'on n'exécute pas.
Il se dit quelquefois de toute espèce de composition considérée surtout par rapport à la diction.
Ils attifent leurs mots, enjolivent leur phrase, Affectent leur discours tout si relevé d'art, Et peignent leurs défauts de couleur et de fard [RÉGNIER, Sat. IX]
De vouloir sottement que mon discours se dore Aux dépens d'un sujet que tout le monde adore [ID., ib. VI]
Voulez-vous du public mériter les amours, Sans cesse en écrivant variez vos discours [BOILEAU, Art p. I]
Vous savez que c'est le goût de notre siècle d'aimer le naturel dans le discours [BAYLE, Lett. 93, 18 mai 1691, t. I, p. 319]
Cribler le discours, le passer au crible, voir s'il est vrai.
Mais pour nous, moins hardis à croire nos raisons, Qui réglons nos esprits par les comparaisons D'une chose avec l'autre.... Qui criblons le discours.... [RÉGNIER, Sat. IX]
Absolument. Le talent de discourir.
Auguste eut le discours prompt et facile qui convient à un souverain [DIDER., Claude et Nér. I, 37]
Il s'est dit anciennement pour conversation.
Un de mes amis me mena un jour chez une demoiselle appelée Luce, me disant que c'était la femme du meilleur discours qui se pût voir [, Francion, liv. VI, p. 225]
Terme de grammaire. La suite des mots ou des phrases, en tant qu'ils expriment nos pensées. Les dix parties du discours, les différentes espèces de mots. Terme de rhétorique. Le discours familier, le parler familier. Le discours écrit, le parler tel qu'il est quand, écrivant, on soigne la diction.
Ce qui, dit en public, traite d'un sujet avec une certaine méthode, et une certaine longueur. Prononcer un discours. Un discours éloquent. Ce discours fit une vive impression sur l'assemblée.
.... Ce discours un peu fort Doit commencer à vous déplaire [LA FONT., Fabl. XI, 7]
Un discours qu'il fit aux ennemis de l'empire [BOSSUET, Hist. I, 11]
Aucun rhéteur encore, arrangeant le discours, N'avait d'un art menteur enseigné les détours [BOILEAU, Ep. IX]
Ceux qui, interrogés sur le discours que je fis à l'Académie française, le jour que j'eus l'honneur d'y être reçu, ont dit sèchement que j'avais fait des caractères, croyant le blâmer, en ont donné l'idée la plus avantageuse que je pouvais moi-même désirer [LA BRUY., Disc. à l'Acad. franç. Préface]
J'ai pris soin de m'écarter des lieux communs et des phrases proverbiales usées depuis si longtemps pour avoir servi à un nombre infini de pareils discours depuis la naissance de l'Académie française [ID., ib.]
Un discours ne prouve jamais rien par lui-même ; il tire tout son caractère, toute sa force de l'avant-propos, de l'avant-scène, de la nature du moment, de l'espèce des interlocuteurs [MIRABEAU, Collection, t. IV, p. 198]
Discours en vers, nom donné par Voltaire et depuis par tout le monde à une sorte de dissertation en vers sur un sujet ordinairement moral, comme l'égalité des conditions, le bonheur, etc. Se dit aussi d'ouvrages en prose. Discours sur les passions de l'amour, par Pascal. C'est à peu près ce que nous intitulons Essai aujourd'hui. Composition que l'on donne dans les colléges et qui consiste à développer en latin ou en français une esquisse dictée par le maître et relative au discours d'un personnage connu en une circonstance donnée. Au concours général, le prix d'honneur est attaché au discours latin.
Dans le style élevé, récit, histoire.
J'en sais tout le discours, mais dis-moi.... [RÉGNIER, Dial.]
Si l'on nous fait un fidèle discours [RAC., Iph. IV, 1]
On sème de sa mort d'incroyables discours [ID., Phèd. II, 1]
Discours sur-le-champ, s'est dit pour improvisation.

SYNONYME

  • DISCOURS, HARANGUE, ORAISON. Discours est le terme le plus général ; il se dit de tout ce qui est prononcé avec une certaine méthode et une certaine longueur : discours dans les assemblées législatives ; discours académiques ; les discours de distribution des prix. La harangue est un discours qui a de la solennité, et qui s'adresse à un corps, à un roi, à un personnage constitué en dignité, à une armée ; on donne souvent le nom de harangues aux discours que les anciens historiens rapportent comme ayant été adressés par les généraux à leurs troupes. Oraison se dit ou plutôt s'est dit des discours des orateurs anciens : les oraisons de Démosthène, de Cicéron.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et lui conta tout le discours [plan] de l'entreprise bien au long [MARG., Nouv. LIX.]
    Il se presenta avecques un beau discours premedité sur.... [MONT., I, 189]
    Lui qui estoit homme de bon discours [sensé], raisonnoit en soi mesme que.... [DESPER., Contes, VI]
    Les Peloponesiens se fussent bien tost lassez de la guerre, ainsi que Pericles leur avoit predit, s'il n'y eust eu quelque divine puissance, qui eust secrettement empesché le discours de la raison humaine [AMYOT, Péric. 65]
    Il feit depuis peindre tout le discours de ceste histoire au long en un tableau [ID., Marius, 71]
    Contrainte fut d'empescher le discours De leur propos.... [, les Marguerites de la marguerite, f° 382, dans LACURNE]
    Discours au vieux loup [discours inutile] [OUDIN, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. discor ; ital. discorso ; du latin discursus, proprement excursion ; de discurrere, de dis.... préfixe, et currere, courir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    DISCOURS. Ajoutez :
    Dans le langage parlementaire, discours-ministre, discours où un homme d'État, en passe de devenir ministre, expose ses vues politiques.
    L'honorable M. Bethmont, s'élevant plus haut que moi, vient de faire un discours qu'on aurait appelé, dans un autre temps, un discours-ministre [, Journ. offic. 31 mai 1874, p. 3531, 2e col.]

discours

DISCOURS. n. m. Suite, assemblage de mots, de phrases qu'on emploie pour exprimer sa pensée, pour exposer ses idées. Il a vieilli dans ce sens et ne s'emploie plus guère qu'en termes de Grammaire. Les parties du discours. Discours direct, indirect. Voyez DIRECT, INDIRECT.

Il se disait aussi, d'une façon plus générale, d'un Exposé, d'un traité sur un sujet quelconque. Discours sur l'Histoire universelle. Discours sur les passions de l'amour. Discours sur l'universalité de la langue française. Le Discours sur la Méthode. On dit plutôt aujourd'hui Traité.

Il se dit particulièrement, et souvent au pluriel, des Propos de la conversation, des choses que l'on dit dans le commerce habituel de la vie. Discours sensé. Discours impertinent, extravagant. Discours à perte de vue. De vains discours. Trêve de discours. Faire des discours en l'air. Cela fera plus d'effet sur lui que tous les discours. Où veut-il en venir avec ces discours? Où tend ce discours?

Il se dit spécialement aussi d'une Harangue. Il a fait un beau discours sur cette matière. Écrire, composer un discours. Discours académique. Discours de réception. Prononcer, lire un discours. Écouter un discours. Recueil de discours. La Chambre vota l'impression du discours. Un discours improvisé. Discours d'ouverture, Leçon inaugurale d'un cours public. Discours du trône. Voyez TRÔNE.

Il se disait particulièrement, dans les Lycées et les Collèges, d'un Exercice destiné à former les élèves aux principes de la composition. Prix de discours français, de discours latin.

discours

Discours, m. acut. Est quand ou de parole ou par escrit on traite esparsément de quelque matiere. Mot imité de l'Italien, Discorso, qui vient du Latin Discursus, ainsi que Cesar le prend lib. 8. de bell. Gall. Et partant cette diction est mal adaptée, et par les Italiens mesmes, et par nous és deductions faites par art, et (s'il se peut ainsi) par entre deux lices ou hayes des preceptes d'iceluy art. Il se prend aussi pour simple recit et narration de quelque chose, Oratio, narratio, sermonis persecutio, comme, Cela est de trop long discours, Nimium prolixam orationem postulat.

Se refroidir au discours d'un proces, Sensim labascere fiduciam in causae ductu. Bud.

discours


DISCOURS, s. m. [Dis-kour; devant une voyelle kourz.] Propos, assemblage de paroles, pour expliquer ce que l' on pense. Trév. Acad. Manière de parler d' une personne. Rich. Port. Cette dernière définition ne vaut rien: elle exprime une circonstance du discours, et non le discours lui-même. "Discours familier, ou soutenu; fleuri, ou véhément; raisonable, ou extravagant. Faire de longs discours, des discours en l'air. Interrompre le discours, reprendre le fil du discours. — Il se prend plus particulièrement pour une pièce d'éloquence: l'Acad. dit, soit en prôse, soit en vers: mais quand on dit discours tout seul, on l'entend d'un discours en prôse. "Il a fait un beau discours sur cette matière. Dans ce discours, il s'est élevé avec force contre le luxe, contre l'irréligion. — Discours en vers. Ils sont râres aujourd'hui; ils n'ont même jamais été fort comuns. On n'a pas souvent doné ce titre à des ouvrages de poésie.

Synonymes et Contraires

discours

nom masculin discours
1.  Développement oratoire.
2.  Vaines paroles.
Traductions

discours

Rede, Vortrag, Wort, Diskurs, Erörterung, Ansprache, Sprechenspeech, address, discourse, talk, talking, speakingrede, speech, toespraak, oratie, redevoering, spraak, spreken, vertoog, (theoretische) uiteenzetting, praatjes, rede [taal], rede(voering), woorden, verhandelingדרוש (ז), הרצאה (נ), מבע (ז), נאום (ז), ניב שפתיים (ז), הַרְצָאָה, נְאוּםpraattaleλόγος, ομιλία, διάλεξηdiskurso, parolado, parolodiscurso, oración, alocución, hablatársalgásdiscurso, conferência, faladiscorso, orazioneخِطَابprojev, řečpuhe, puhekykygovor演説, 言葉말, 연설foredrag, taleprzemówienieобращение, речьföredrag, talการพูด, คำปราศรัยhitap, konuşmabài diễn văn, khả năng nói发言реч (diskuʀ)
nom masculin
texte que l'on dit à un public faire un discours

discours

[diskuʀ]
vb
voir discourir
nm
(= allocution) → speech
prononcer un discours → to make a speech
discours d'ouverture → opening speech
discours de clôture → closing speech
(= analyse) → line
tenir un discours → to take a line
Votre discours est très radical → You take a very radical line.
le discours politique → political discourse
(péjoratif) (= parole) faire de beaux discours → to speak fine words
pas de discours, des actes! → we need action, not words!
(LINGUISTIQUE)speech
discours direct → direct speech
discours indirect → indirect speech, reported speech