distinct, te

DISTINCT, TE

(di-stin, stin-kt' ; il y a trois manières différentes de prononcer ce mot au masculin : les uns disent di-stinkt', les autres di-stink' ; d'autres enfin di-stin ; cette dernière manière a pour elle l'analogie ; c'était celle du temps de Chifflet, qui dit, Gramm. p. 208 : le c ni le t ne se prononcent ; au plur. masc. le c ni le t ni l's ne se prononcent : dis-tin) adj.
Que l'on distingue, différent. Les articles d'un compte doivent être distincts. Ces deux questions sont distinctes et séparées l'une de l'autre.
Avant que le soleil eût enfanté les ans, Que tout n'était qu'un rien, et que même le temps, Confus, n'était distinct en trois diverses faces [RÉGNIER, Poëme sacré.]
Terme de botanique. Se dit d'un organe qui n'a ni connexions ni adhérences avec les organes voisins.
Qui s'aperçoit, se discerne. Peu à peu les objets devinrent distincts. Qui se fait bien entendre. Une voix distincte. Des paroles distinctes.
Clair, précis. Notion distincte.
Nous conservons un souvenir plus ou moins distinct des divers traits, soit physiques, soit moraux, par lesquels ils [les objets] se sont montrés à nous successivement [BONNET, Ess. analyt. Ame, ch. 24]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Mais quand ces deux spermes [éléments] distoincts Sont assemblez et bien conjoincts En leurs plus petites parties [, Trait. d'alchim. 81]
    Sus la jointure du coute n'est pas nus [nul] os distincte ne devisé des autres [H. DE MONDEVILLE, f° 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. distinctus, de distinguere (voy. DISTINGUER).