division

(Mot repris de divisions)

division

n.f.
1. Action de séparer en parties distinctes, de répartir ; fait d'être divisé : La division d'un héritage fractionnement, morcellement, partage répartition
2. Fait de se diviser : La division d'un fleuve en plusieurs bras ramification
3. Partie d'un tout divisé : La seconde est une division de la minute subdivision
4. Trait, barre qui divise, sur une échelle, un cadran gradué : Les divisions d'un thermomètre graduation
5. Groupement de plusieurs services dans une administration : Elle chapeaute la division des marchés publics.
6. En arithmétique, une des quatre opérations fondamentales, symbolisée par le signe « ÷ », qui consiste à calculer combien de fois un nombre est contenu dans un autre : Le résultat de cette division est 18 multiplication
7. Grande unité militaire rassemblant des formations de toutes armes ou services : Division blindée.
8. Fig. Mésentente entre des personnes ; désaccord : Sa nomination a semé la division dans le groupe désunion, discorde, dissension, zizanie ; entente, harmonie
Division cellulaire,
en biologie, mode de reproduction des cellules : La méiose et la mitose sont des modes de division cellulaire.
Division du travail,
dans les entreprises, organisation du travail caractérisée par le fractionnement et la spécialisation des tâches.

DIVISION

(di-vi-zion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Opération par laquelle on réduit un corps solide en parties plus ou moins ténues.
On trouve, dans l'art et dans la nature, des divisions qui vont infiniment plus loin qu'on ne peut l'imaginer [ROLLIN, Traité des Ét. liv. VI, art. 3 et 4]
Terme de minéralogie. Division mécanique, propriété qu'ont un grand nombre de cristaux de se partager dans des directions planes. Terme de chirurgie. Séparation fortuite et accidentelle de parties naturellement réunies ; dans ce sens il est synonyme de solution de continuité ; ou séparation méthodique de ces parties opérée par le chirurgien dans des vues de guérison. Terme d'imprimerie. Petit tiret qui se met au bout d'une ligne, entre une partie d'un mot et celle qui est rejetée à la ligne suivante.
Distribution par parties. La division d'une histoire par chapitres. La division de la France en départements. La division de la circonférence en degrés. La division d'un immeuble, d'un héritage. La division d'une somme d'argent. Terme d'économie politique. Division du travail, organisation du travail de telle sorte que chaque ouvrier, n'en faisant qu'une seule partie toujours la même, acquière ainsi un grand degré d'habileté.
Adam Smith a très ingénieusement remarqué combien ce qu'il a le premier appelé la division du travail, augmente sa puissance productive [J. B. SAY, Cours, 1840, t. I, p. 165]
En général, division du travail, division des opérations industrielles, de manière que chacune soit accomplie par une personne différente.
L'essence de la division du travail est que chaque travailleur fasse constamment la même besogne [ID., ib. t. I, p. 178]
Terme de pratique. Bénéfice de division, exception par laquelle la caution obtient que le créancier divise sa demande entre tous les cofidéjusseurs. Sans division ni discussion, solidairement l'un pour l'autre, et un seul pour le tout. En langage de corps délibérants, division de la question, de l'article, délibération séparée sur les divers points que présente une question, ou sur les divers paragraphes d'un article. Dans le parlement anglais, manière de consulter l'opinion de la chambre, en faisant passer d'un côté de la salle tous les membres qui adoptent la mesure proposée, et de l'autre tous ceux qui la rejettent. Scrutin par division, vote individuel, par opposition au vote par assis ou levé.
Partie divisée, séparée d'un tout. Une division territoriale, administrative. Les divisions du mètre sont le décimètre, le centimètre, le millimètre. Les divisions d'un livre. En botanique, division se dit pour segment ou découpure naturelle d'une feuille, lobe d'un calice, d'une corolle. Corolle à cinq divisions.
Terme de guerre. Division active, réunion de deux et quelquefois de trois brigades d'infanterie ou de cavalerie, toujours accompagnées d'artillerie, de génie et d'équipages militaires. Général de division.
Les soldats de Ney et ceux de la division Gudin, veuve de son général, y étaient rangés sur les cadavres de leurs compagnons et sur ceux des Russes, au milieu d'arbres à demi brisés, sur une terre battue par les pieds des combattants [SÉGUR, Hist. de Nap. VI, 8]
Terme de manœuvre. Réunion de deux compagnies ou de deux pelotons. Former les divisions. Division militaire, circonscription territoriale composée généralement de plusieurs départements et placée sous le commandement d'un général de division.
Terme de marine. Réunion de trois bâtiments de guerre au moins, sous la direction du chef le plus haut en grade ou le plus ancien par date de brevet, si les trois capitaines sont de même grade. Une armée navale se divise en trois escadres, et chaque escadre en trois divisions. Chef de division, autrefois capitaine de vaisseau pourvu d'une commission qui lui donnait le droit de commander plusieurs vaisseaux. Compagnie de marins organisés militairement.
Terme d'administration. Réunion de bureaux sous la direction d'un commis supérieur. Un chef de division.
Dans un lycée ou un collége, portion d'une même classe placée sous la direction d'un professeur distinct. Les deux divisions de la troisième.
Terme de calcul. Opération qui a pour but, connaissant un produit et un de ses facteurs, de trouver l'autre facteur ; et, particulièrement, en arithmétique, opération par laquelle on cherche combien de fois un nombre est contenu dans un autre.
Terme de rhétorique. Partie d'un discours qui consiste à diviser en plusieurs points tout ce que l'on a à dire. La division rentre dans les parties destinées à instruire ; elle en est souvent la première.
10° Fig. Désunion, discorde.
Il arriva de grandes divisions parmi les Phrygiens [D'ABLANCOURT, Arrien, liv. II, dans RICHELET]
L'abondance, augmentant les forces, engendrait les divisions [ID., Tacite, liv. I, dans RICHELET]
Et leur division que je vois à regret, Dans mon esprit charmé jette un plaisir secret [CORN., Cid, II, 5]
Et rendre un calme heureux à nos divisions [ID., Sertor. III, 4]
La division se mit dans la nouvelle réforme [BOSSUET, Var. 2]
Quel respect n'avait-elle pas pour le souverain pontife vicaire de Jésus-Christ et pour tout l'ordre ecclésiastique ? qui pourrait dire combien de larmes lui ont coûté ces divisions toujours trop longues et dont on ne peut demander la fin avec trop de gémissements ! le nom même et l'ombre de division faisait horreur à la reine, comme à toute âme pieuse [ID., Marie-Thér.]
Les deux Gracques, en flattant le peuple, commencèrent les divisions qui ne finirent qu'avec la république [ID., Hist. I, 9]
Jeter la division parmi leurs ennemis [ID., ib. III, 6]
Cependant et ma haine et ses prétentions Sont les moindres sujets de nos divisions [RAC., Mithr. I, 1]
Il y a entre les sciences et les richesses une ancienne et irréconciliable division [FONTEN., Rolle.]
Et laissant Rome heureuse et sans divisions [VOLT., M. de César, I, 3]
Il est trop vrai que les divisions Ont régné trop longtemps entre nos deux maisons [ID., Tancr. I, 1]
Différents dans leurs genres, mais placés dans la même carrière, rivaux sans divisions, concurrents dignes de s'estimer.... les Corneille, les Bossuet, les Racine, les Fénelon.... [GRESSET, Disc. de réception à l'Acad.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Faiz fu ses heumes [son haume] par grant division [habileté] [, Ronc. p. 51]
    Qu'il nous en fasse voire division [vraie séparation] [, ib. p. 155]
    Devorer le verrez [aux lions] par mil divisions [, ib. p. 200]
    Gardez [ayez soin] que li message [les messagers] soient mis en prison ; Nous en ferons justice à no devision [à notre volonté] [, Sax. XX]
  • XIIIe s.
    Se feme requiert que division soit fete des biens son mari, du vivant du mari, on ne doit pas obeir à sa requeste [BEAUMANOIR, LVII, 2]
    Se tu as bien devisé, multeplie cele devision ; et quant tu l'averas multeplié.... [, Comput, f° 15]
  • XIVe s.
    Le samedi devant la division des apostres, l'an MCCCXXI [, Bibl. des Chartes, 4e série, t. III, p. 272]
  • XVIe s.
    L'esperance que ceste licence augmenteroit les parts et les brigues de la division et empescheroit le peuple de se reünir et de se fortifier contre lui par leur concorde et unanime intelligence [MONT., III, 84]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. devision, devezio ; espagn. division ; ital. divisione ; du latin divisionem, de divisum, supin de dividere (voy. DIVISER).

division

DIVISION. n. f. Action de diviser ou Résultat de cette action. La division des parties d'un corps. La division d'un régiment en bataillons, d'un bataillon en compagnies. Les experts déclarèrent que l'immeuble n'était pas susceptible de division. Division d'un livre par chapitres. La nouvelle division territoriale. La division de la France en départements. La division d'une ville par arrondissements. La division de la circonférence en degrés.

En termes d'Économie politique, Division du travail, Distribution du travail entre plusieurs personnes ou catégories de personnes, de telle sorte que chacune n'en fasse qu'une partie et fasse toujours la même.

Il se dit particulièrement, dans les assemblées délibérantes, de la Séparation que l'on fait des propositions contenues dans une motion, dans une question, dans un amendement, pour les discuter séparément et les adopter ou les rejeter l'une après l'autre. On a demandé la division de la question, de l'amendement, ou simplement la division. Scrutin par division.

En termes de Jurisprudence, Bénéfice de division, Exception par laquelle une caution poursuivie pour toute la dette, quoiqu'il y ait d'autres cautions, oppose qu'elle ne peut être recherchée que pour sa part et portion.

En termes de Procédure, Sans division ni discussion, Solidairement l'un pour l'autre, et un seul pour le tout.

Il désigne aussi, dans une acception particulière, Celle des quatre premières règles ou opérations d'arithmétique par laquelle on divise, c'est-à-dire par laquelle on cherche combien de fois un nombre est contenu dans un autre. Faire une division à trois chiffres. Faire la preuve d'une division. Le reste de la division.

Il se dit en outre de Chacune des parties d'un tout divisé. Les divisions d'une ligne. Les divisions du mètre sont le décimètre, le centimètre, le millimètre. Marquer des divisions. Les divisions d'un livre. Les divisions d'un territoire. Les divisions sont indiquées, sont marquées sur la carte. Établir des divisions.

Division militaire, Cette expression s'est employée pour désigner la Partie du territoire français gouvernée par un officier général pour ce qui concerne l'administration militaire. Il se dit particulièrement, en termes militaires, de Chacun des groupes dont l'ensemble constitue un corps d'armée. Une division se compose de brigades. Général commandant une division. Général de division. La division d'un général. Ce corps fait partie de telle division.

En termes de Marine, il se dit également d'un Certain nombre de vaisseaux d'une armée navale, qui sont ordinairement commandés par un officier général. La division navale.

Il se dit encore, dans les grandes Administrations, d'un Certain nombre de bureaux placés sous la direction d'un fonctionnaire que l'on nomme Chef de division. La division du contentieux. La division du personnel.

En termes de Botanique, il se dit des Parties d'un organe qui est fendu ou partagé naturellement. Les divisions d'un calice. Corolle à cinq divisions.

En termes d'Imprimerie, il est synonyme de Tiret, parce que le tiret sert à marquer, à la fin des lignes, qu'un mot est divisé.

Il signifie encore figurément Désunion, discorde. Il y a division, de la division entre eux. Mettre la division dans une famille. Semer la division. Fomenter, entretenir la division, les divisions. Des divisions éclatèrent dans cette ville. Divisions intestines.

division

Division et separation, Diuisio.

Division et partage, Diuisus huius diuisus.

Une division faite en croix bourguignonne, Decussis.

Division, Schisma, schismatis.

Sans division, Pro indiuiso.

division


DIVISION, voy. DIVISER.

Synonymes et Contraires

division

nom féminin division
2.  Trait qui divise.
3.  Partie d'un tout divisé.
Traductions

division

Teilung, Division, Einteilung, Aufteilung, Gliederungverdeling, deling, spreiding, divisie, indeling, (ver)deling, afdeling, koppelteken, staartdeling, tweedracht, scheiding, verdeeldheid, splitsingdivision, league, distribution, dividing, rift, splitאגף (ז), היחלקות (נ), הסתעפות (נ), הפרדה (נ), התפלגות (נ), התפצלות (נ), חילוק (ז), חלוקה (נ), פילוג (ז), פיצול (ז), פירוד (ז), שיסוף (ז), הֵחָלְקוּת, פֵּרוּד, הִסְתַּעֲפוּת, הִתְפַּלְּגוּת, הִתְפַּצְּלוּת, פִּלּוּג, פִּצּוּל, חִלּוּק, חֲלֻקָּה, שִׁסּוּףdělení, divizedispartigo, dividodivisióndzielenie, podziałdivisãoδιαίρεση, άγημαдивизия, деление, разделениеdivisione, scompartimento, serieتَقْسِيمdelingjakopodjela分割분할delingdivisionการแบ่งbölmesự chia tách部门 (divizjɔ̃)
nom féminin
1. mathématiques opération mathématique faire une division
2. fait de séparer qqch en plusieurs parties division d'un pays

division

[divizjɔ̃] nf
(MATHÉMATIQUE)division
(= morcellement) → division
division du travail (ÉCONOMIE)division of labour (Grande-Bretagne), division of labor (USA)
(= désunion) → division