dodiner

(Mot repris de dodinasse)

DODINER

(do-di-né)
V. a. Bercer, balancer.
V. n.Terme d'horlogerie. Osciller. Ce pendule dodine bien. Sur quoi Legoarant remarque : " Plusieurs horlogers, en m'assurant ne pas connaître ce terme, omis dans les ouvrages de Berthoud, m'ont dit qu'on se sert, en ce sens, du verbe osciller, et que dès lors dodiner était employé seulement par l'horloger qui en aura donné connaissance à un membre de l'Académie. "
Se dodiner, v. réfl. Se bercer, et fig. avoir beaucoup de soin de sa personne. Il est toujours à se dodiner.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et en lui piquant la teste et dodiminant de douce main, on lui coppe les cheveulx en forcelant [, Chron. des ducs de Bourg. II, 26]
    Vin par trop prins trouble, rougit les yeux, et affoiblit la vue et le chief, et fait dodiner et trembler [LE CHEV. DE LA TOUR, Instruct. à ses filles, f° 44, dans LACURNE.]

ÉTYMOLOGIE

  • Ce mot, dont le sens propre est remuer, semble se rattacher à un radical dod, signifiant balancement, et qui serait dans l'anglais to doddle, se laisser aller nonchalamment, et, nasalisé, dans l'italien dondolare, dodiner, dandiner. Cependant d'autres rattachent dodiner à dodo.

dodiner

DODINER (SE). v. pron. Avoir beaucoup de soin de sa personne. Ce paresseux ne fait que se dodiner. Il est familier et peu usité.

dodiner

DODINER s'emploie comme neutre en termes d'Horlogerie, et signifie, Avoir un certain mouvement. Ce balancier dodine bien.

dodiner


DODINER (SE) v. réc. (st. famil.) se dorloter, avoir beaucoup de soin de sa persone. Acad. Rich. Port. Vivre délicieusement et à son aise, sans vouloir se doner aucune peine. Trév. La 1re définition vaut mieux. "Il ne fait que se dodiner. — Dodiner, v. n. Suivant Trév. il se dit du mouvement du balancier.