donc


Recherches associées à donc: alors, soucis

donc

[ dɔ̃k] conj. coord. [ lat. dumque, de dum, alors ]
1. Introduit la conclusion d'un raisonnement, la conséquence d'une affirmation : Je ne trouve pas son nom dans l'annuaire, donc il est sur liste rouge. Il a refusé le projet, donc il faut proposer autre chose par conséquent
2. Indique le retour à un point antérieur du discours, du récit : Donc, en ce qui concerne votre demande...
3. Sert à renforcer une exclamation, une interrogation : Arrête-toi donc ! [ dɔ̃] Que fait-il donc ? [ dɔ̃].

DONC

(don ou donk, suivant les cas : on prononce don, sans lier le c, quand il est placé dans le milieu de la phrase et qu'une voyelle ne le suit pas : Allons don nous promener ; jusqu'à quand prétendez-vous don me dicter des lois ? Au contraire, on prononce donk en faisant sentir le c, quand donc commence ou termine la phrase : Donk vous devez l'aider ; que pourrait-ce être donk ? Cependant on dit plutôt adieu don, que adieu donk. On prononce donk et on lie le c, quand donc, placé dans le milieu de la phrase, est suivi d'une voyelle : votre frère est don-k arrivé ? Même en ce dernier cas, Chifflet, Gramm. p. 208, remarque, pour son temps, qu'on prononçait don sans lier : qu'est-il don arrivé ?) conj.
Sert à marquer la conclusion qu'on tire d'un raisonnement. Vous avez fait une faute, il faut donc la réparer. Il se plaint, on l'a donc maltraité.
Je pense, donc Dieu existe, car ce qui pense en moi je ne le dois point à moi-même [LA BRUY., XVI]
Exprime, en général, qu'une chose est ou doit être la conséquence d'une autre.
Donc un nouveau labeur à tes armes s'apprête [MALH., II, 12]
Donc votre aîeul Pompée au ciel a résisté Quand il a combattu pour notre liberté [CORN., Cinna, II, 1]
Donc jusqu'à l'oublier je pourrais me contraindre [ID., ib. IV, 3]
Sert souvent de simple transition pour revenir au sujet après une digression.
Sert à marquer une sorte d'étonnement, la surprise que l'on éprouve d'une chose à laquelle on ne s'attendait point.
Ô sort, voilà donc de tes coups ? Et je n'ai donc vaincu que pour dépendre d'elle ? [RAC., Androm. I, 2]
Je suis donc un témoin de leur peu de puissance ? [ID., ib. II, 2]
Mais pourquoi donc ces pleurs, ces regrets, cette fuite ? [VOLT., Zaïre, III, 7]
Qu'est-ce donc que l'amour ? a-t-il donc tant d'empire ? [ID., Orphel. III, 4]
Sert aussi à rendre plus pressante une demande, une injonction. Dites donc ce qu'il y a. Gare donc !
Ironiquement, allons donc ! marque d'incrédulité, de défi. Lui, oser prendre la parole en cette occasion ; allons donc !

REMARQUE

  • 1. Et donc qui se disait au commencement du XVIIe siècle, et que Vaugelas admet encore, n'est plus usité.
  • 2. Donques est une forme ancienne, encore employée par Molière, et que la poésie pourrait se permettre.
    Donques, si le pouvoir de parler m'est ôté, Pour moi, j'aime autant perdre aussi l'humanité [MOL., le Dép. II, 7]
    Donques votre lumière a donné de l'ombrage, Donc vous êtes couvert d'un éternel nuage [MAIR., Sophon. V, 9]

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Dunc, ço dixit, si fut Jonas [, Fragm. de Valenc. p. 468]
  • XIe s.
    Dunc [il] rendra le chatel [l'avoir] [, Lois de Guill. 4]
    Heli qui dunc [alors] ert [était] evesques [, Rois, 2]
    Pechet fereit qui dunc lui fesist plus [, Ch. de Rol. XVI]
  • XIIe s.
    Donc die, et nous l'orons [ouïrons] [, Ronc. p. 22]
    Qui m'ira donc mes angardes faisans ? [, ib. p. 34]
    Diex ! que ferai ? dirai lui [à elle] mon courage ? Irai-je lui dont s'amour demander ? [QUESNES, Romancero, p. 83]
    Et quant j'ai mis en lui [elle] m'entencion, Dont ne doi-je chanter, se de lui [elle] non [, Couci, II]
    Donques ai-je toute joie enhaïe [, ib.]
    ....Diex ! i faudrai-je donc ? Oïl, par Dieu, tels est ma destinée, Et tel destin m'ont doné li felon [, ib. VI]
    Se fins amis ....Doit joie avoir pour servir leaument, Dont doi-je bien par droit estre joieus [, ib. VII]
    Qui dont veïst le duc sur un cheval gascon Poindre parmi les rues.... [, Sax. VIII]
    Quant l'aurez salué, don lui dites coment Guiteclins de Sassogne envers nous entreprent [, ib. XX]
  • XIIIe s.
    Se vous voulez la serve par no [notre] conseil mener, Dont ne lui faites mie du cor la vie oster [, Berte, XCVII]
  • XVIe s.
    Qui est celuy doncques si inhumain, Qu'en tout ennuy ne loue ce bon Pere ? [MAROT, I, 297]
    Qui dira donc, qu'un seul cas fortuit Soit entre nous, il n'est pas bon chrestien [ID., I, 299]
    Quelqu'un donc me disoit l'aultre jour que.... [MONT., I, 158]
    Le premier doncques qu'il desfeit fut un voleur nommé Periphetes [AMYOT, Thés. 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. donc, dunc, doncas, alors, donc ; catal. doncs ; anc. espagn. doncas ; anc. ital. dunqua ; ital. mod. dunque ; pays de Come, donch ; vénitien, donca. Ce mot présente des difficultés. On trouve dans de très anciens textes ad tunc pour alors ; Diez en tire adonc, ce qui en effet explique la substitution, dans toutes les langues romanes, du d au t de tunc ; et il regarde adonc comme la forme primitive, et donc comme une abréviation par aphérèse de la première voyelle. Cela est très satisfaisant pour le sens, donc a yant eu évidemment la signification d'alors, et le passage d'alors à donc se comprenant sans peine. Mais, sans parler du retranchement de l'a initial dans le français, qui en offre si peu d'exemples avérés, les formes en as, doncas, en a, dunqua, en e, dunque, ne se prêtent pas à la dérivation de tunc, tandis qu'elles se prêtent à la dérivation de unquam, ce mot ayant donné unca, unqua, oncas, onke ; de sorte que, quant à la forme, donc serait de-unquam ; mais alors c'est le sens qui fait difficulté. Ces deux alternatives étant posées, on peut penser pourtant que cet adverbe composé de-unquam a pris la signification d'alors et les significations subséquentes, comme l'adverbe composé de-usque a pris le sens de jusque.

donc

DONC. Conjonction qui sert à marquer la conclusion d'un raisonnement. Je pense, donc je suis.

On l'emploie également pour marquer toute autre espèce d'induction, pour exprimer qu'une chose est ou doit être la conséquence, le résultat d'une autre, qu'elle a lieu en conséquence d'une autre. Ainsi donc vous refusez. Vous êtes donc bien décidé. Il faut donc vous obéir. Vous serez donc toujours le même. Vous voyez donc bien que j'avais raison. Donc, vous vous trompez! Votre père est donc arrivé. Ils partirent donc secrètement.

Il sert encore à marquer une sorte d'étonnement, la surprise que l'on éprouve d'une chose à laquelle on ne s'attendait point. J'étais donc destiné à lui survivre! Voilà donc tout le fruit que j'ai retiré de mes soins! Qu'avez- vous donc? Que dit-il donc là? Qu'ai-je donc fait pour que vous me traitiez de la sorte? Quoi donc! il me résisterait? Allons donc!

Il sert aussi à rendre plus pressante une demande, une injonction. Dites-nous donc comment la chose s'est passée. Répondez donc. Donnez-moi donc cela.

donc

Donc, ou Doncques, Ergo.

A toy doncques, Tibi ergo.

Ce sera doncques du tien, Nempe de tuo.

Doncques nies-tu, etc. Nempe negas ad beate viuendum satis esse virtutem.

Qu'entend il doncques en ce lieu par ce mot Honneste? Quid ergo intelligit hoc loco Honestum?

Que faut il doncques faire? Quid ergo, siue igitur est?

Qui a il doncques? Quid ergo est?

Que feray-je doncques? Quid igitur faciam?

A dieu doncques, Bene vale.

donc


DONC, conjonction qui sert à exprimer la conclusion d'un raisonement. "Je pense, donc je suis.
   Rem. 1°. On a dit aûtrefois, doncque, doncques, ou donque, donques. Cela était comode pour les Poètes, qui avaient quelquefois besoin d'une syllabe de plus.
   2°. Le c de donc se prononce come un k, lorsque donc comence la phrâse, ou qu'il est suivi d'une voyelle. "Votre Maître vous aime; donc, vous devez l'aimer. "Votre frère est donc arrivé. Mais devant une consone, lorsqu'il est dans le cours de la phrâse, il ne se prononce point. Votre frere est donc sorti. Wailly.
   3°. DONC, se met, ou à la tête de la phrâse, ou après le verbe, ou entre l' auxiliaire et le participe. "Je pense; donc, j'existe. "Vous avez offensé Dieu; il faut donc faire pénitence. "Elle se plaint; il l'a donc maltraitée.
   4°. Vaugelas a observé qu'on pouvait comencer une période par donc. Il devait ajouter, dit Ménage, qu'on pouvait même commencer un Poème par ce mot, comme a fait Malherbe, dans son Ode pour le Roi, alant châtier les Rochellois:
   Donc, un nouveau labeur à tes armes s'apprête.
   Prends ta foudre, Louis, et va comme un lion,
   Donner le dernier coup à la derniere tête
   De la Rebellion.
   Neuville comence aussi par donc, le 1er Point du Sermon sur la nécessité de servir Dieu dans la jeunesse. "Elles ont donc pu s'introduire, et s'établir dans le monde chrétien, ces maximes scandaleuses, qu'il est un âge pour le monde, pour le plaisir.
   DONC, peut, au contraire, terminer la phrâse. "En quoi! tout le monde me quitte donc! Mariv. — * Ordinairement on le met après le verbe, du moins dans les temps simples. Racine le met devant, pour éviter un hiatus. "Où donc est la Princesse? S'il avait dit, où est donc, comme on le dirait en prôse, il y aurait eu une rencontre de l'u et de l'e, qui est depuis long-temps une grande faûte contre la versification. L'Auteur a préféré une faûte de Gramaire: cependant, cet où donc est, parait bien dur et bien sauvage.
   5°. * Anciènement on disait adonc pour donc, et on le dit encôre dans le style marotique.
   Phébus adonc va se désabuser
   De son amour pour la docte Fontaine,
   Et connoîtra que pour bons vers puiser,
   Vin Champenois vaut mieux qu'eau d'Hipocrène.
       Rouss.

Traductions

donc

therefore, hence, thus, so, wellאי לזאת, איפוא, אפוא (מ חיבור), כבר (תה״פ), כְּבָר, אֵפוֹאdus, toch, dan, derhalve, nu, dientengevolge, daaromdeshalb, daher, doch, folglichpor eso, por tanto, por consiguienteperciò, pertanto, allora, conseguentemente, dunque, orbene, quindi, sicchéεπομένως, ως εκ τούτουaltså, derforلِذَلِكَprotoderforsen vuoksistoga従って그러므로dlategoportantoследовательно, поэтомуdärförเพราะฉะนั้นbu yüzdenvì vậy因此 (dɔ̃k)
conjonction
indique la suite logique Je suis fatiguée, je vais donc me coucher.

donc

[dɔ̃k] conj
(introduit une conséquence) → so
Voilà donc la solution → So there's the solution.
(après une digression) → so
Je disais donc que → So as I was saying, ...
(explétif)
Venez donc dîner à la maison → Do come for dinner.
allons donc! → come now!
faites donc! → go ahead!