dormant, ante

DORMANT, ANTE

(dor-man, man-t') adj.
Qui dort. La belle au bois dormant, Titre d'un conte de fée. Terme de blason. Animal dormant, animal placé dans l'attitude du sommeil. Poétiquement, tranquille, où l'on dort bien.
Trouvez-le-moi bien sombre [un manoir], Bien calme, bien dormant, Couvert d'arbres sans nombre, Dans le silence et l'ombre Caché profondément [V. HUGO, Odes, V, 25]
Substantivement. Les sept dormants, sept frères qui, suivant la légende religieuse, fuyant la persécution, furent murés par ordre de Dèce, dans une caverne où on les retrouva endormis sous Théodose le Jeune.
N'avons-nous pas dans l'Église grecque la fable des sept dormants ? [VOLT., Phil. IV, 441]
Fig. Il se dit de ce qui reste en place sans remuer. Une eau dormante.
Tantôt son bras actif desséchant les marais, De leurs dormantes eaux délivre les guérets [DELILLE, Géorg. I]
Fig. C'est une eau dormante, se dit d'une personne qui cache des passions vives sous un air tranquille. Je ne me fie pas à toutes ces eaux dormantes. Châssis dormant, châssis qui ne se lève point. Pont dormant, celui qui ne se lève point, par opposition au pont-levis. Serrure dormante, serrure à pêne dormant, celle qui ne se ferme pas seule, et dont il faut pousser le pêne avec la clef. Verre dormant, lucarne vitrée, par laquelle on a droit de prendre du jour sur l'héritage d'un voisin, et qui ne doit jamais s'ouvrir. Terme de pêche. Ligne dormante, ligne qui reste fixée dans l'eau sans que le pêcheur la tienne. Terme de marine. Manœuvres dormantes, les manœuvres d'un navire qui ne sont jamais dérangées, telles que les haubans.
S. m. Dans le haut d'une porte carrée ou cintrée, frise ou châssis de bois attaché dans la feuillure et servant de battement aux vantaux. Un dormant de croisée. Poser, sceller un dormant. Un dormant de table, plateau garni de cristaux, qui reste au milieu de la table pendant tout le repas. Terme de marine. Nom des bouts fixes des cordages, c'est-à-dire de la partie qui demeure attachée, tandis que l'autre est employée.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et avoient [les Gantois] au devant de eux un grand flaschier d'eau dormante [FROISS., II, II, 154]
  • XVIe s.
    En murs mitoyens il est loisible d'avoir fenestre sur son voisin, à verre et fer dormans, à neuf pieds de hauteur du rez-de-chaussée [LOYSEL, 285]
    Voyans la riviere dormante comme un maretz [AMYOT, Lucull. 44]