doucereux, euse

Recherches associées à doucereux, euse: douceatre, melliflu, mielleux

DOUCEREUX, EUSE

(dou-se-reû, reû-z') adj.
Qui est doux sans être agréable au goût.
Et qui [vin], rouge et vermeil, mais fade et doucereux, N'avait rien qu'un goût plat et qu'un déboire affreux [BOILEAU, Sat. III]
Fig. Qui a un agrément, une douceur fade.
Peignez donc, j'y consens, les héros amoureux, Mais ne m'en faites pas des bergers doucereux [BOILEAU, Art p. III]
Tomyris : Un madrigal que j'ai fait ce matin pour le charmant ennemi que j'aime. - Minos : Hélas ! qu'elle est doucereuse ! [ID., Héros de romans.]
Ces doucereux Renauds, ces insensés Rolands [ID., Sat. X]
Substantivement. Un doucereux.
Votre Clitandre dont vous me parlez et qui fait tant le doucereux, est le dernier des hommes pour qui j'aurais de l'amitié [MOL., Mis. V, 4]
Je laisse aux doucereux ce langage affecté [BOILEAU, Sat. IX]
Il se dit aussi des choses.
Pour un enfant maltraité, Dit Iris, votre langage Me paraît bien doucereux [CHAUL., L'am. et l'amitié.]
Ce n'est pas un tissu de mots doucereux [LA BRUY., i.]
Les propos doucereux dont on veut l'amuser [J. J. ROUSS., Ém. V]
Qui a une douceur affectée.
Ces gens-là, quoique doucereux, Sont quelquefois bien dangereux [SCARRON, Virg. trav. VI]
Je ne suis ni doucereuse, ni importune [MAINTENON, Lett. d'Aubigné, 22 juillet 1680]
Il y a des vieillards doucereux, circonspects, pleins de ménagements, comme s'ils avaient leur fortune à faire [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 15 janv. 1761]
Il se dit aussi des choses.
Sa figure effrayante et doucereuse m'est bien restée, et j'ai peine à me le rappeler sans frémir [J. J. ROUSS., Confess. III]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Lors estuet [il faut] jones gens entendre à estre gais et amoureus Por le tens bel et doucereus [, la Rose, 80]
    Et esperance me ramene Un pensé doucereus et frois [frais] [, Roman de la Poire]
  • XIVe s.
    Qui croit paroles doucereuses Souvent les trouve venimeuses [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 387]
  • XVIe s.
    Ô doux parler dont les mots doucereux Sont engravés au fond de ma memoire ! [RONS., 30]
    Remy Belleau, ce doucereux et gentil poete [DES ACCORDS, Bigarr. f° 79, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, douchereux ; wallon, doûcrèse ; rouchi, doucreux ; de douceur, anciennement doucor, d'où doucereux par atténuation de l'o, comme dans l'ancienne forme dolereus, douloureux. Dans l'ancienne langue, doucereus n'avait pas un sens péjoratif.