douteusement

DOUTEUSEMENT

(dou-te--ze-man) adv.
Avec doute, d'une façon douteuse.
Il ne peut souffrir qu'on parle de la victoire douteusement [BALZ., liv. VIII, lett. 2]
On sait si douteusement ce qu'on sait, que j'aime presque autant ne rien savoir [MLLE DE SCUDÉRY, Conversation de l'envie, dans RICHELET]
Dont il m'a parlé plus douteusement que la première fois [BOSSUET, Lett. quiét. 412]
Les gens de bonne foi devraient traiter douteusement des choses douteuses [LE CHEVALIER DE MÉRÉ, dans RICHELET]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Humblement et douteusement [avec crainte] il servoit amour et sa dame [, Bouciq. I, 8]
  • XVIe s.
    La lune l'accompaigne, ornement de la nuict, Qui d'une autre clarté douteusement reluit [DU BELLAY, IV, 71, recto.]
    Advantage bien doubteusement acquis [MONT., I, 15]

ÉTYMOLOGIE

  • Douteuse, et le suffixe ment ; provenç. doptosamen ; espagn. dudosamente.

douteusement

DOUTEUSEMENT. adv. Avec doute. Il est peu usité.

douteûsement


DOUTEûSEMENT, adv. DOUTEUX, EûSE, adj. [Dou-teû-zeman, teû, teûse; 2e lon. 3e e muet.] Douteûsement, avec doute. "Il en parle douteûsement.
   DOUTEUX, 1°. Incertain, dont il y a lieu de douter. "Droit, succès douteux, afaire douteûse; réputation, probité douteûse. = 2°. Ambigu. "Réponse douteûse. = 3°. En parlant des persones, sur qui l'on ne peut compter. "Trois Juges sont pour moi, trois contre, les quatre autres sont douteux.
   Rem. 1°. Douteux, peut suivre ou précéder.
   D'un douteux avenir c'est trop s'inquiéter.
       Gress.
On pourrait dire aussi, d'un avenir douteux.
  J'abjurerois, et Phébus, et Minerve,
  S'il me falloit, pour de douteux succès,
  Passer ma vie en d'éternels accès.
      Rouss.
En prôse, des succès douteux, serait mieux.
  2°. Boileau aplique douteux aux persones, ce qui n'est pas trop suivant l'usage.
   Ainsi, toujours douteux, chancelant et volage,
   À~ peine du limon, où le vice m'engage,
   J'arrache un pied timide et sors en m' agitant,
   Que l'autre m'y rapporte, et m'enfonce à l'instant.
Douteux, apliqué aux persones, signifie celui dont on doute, et non pas, celui qui doute. — Incertain, se dit des persones et des chôses; douteux, en ce sens, ne se dit que des chôses. Si Boileau avait parlé en prôse, il aurait dit probablement: "Ainsi, toujours incertain, chancelant et volage, etc. Voy. INCERTAIN.
   3°. Il est douteux que, a les mêmes régimes que douter. "Il est douteux qu'il le fasse. "Il n' est pas douteux qu'il ne le fasse. Voy. DOUTER, Rem. 1°. * "Il n'est pas douteux que si ces deux idiômes (la romane provençale et la romane française) eussent pu se méler et se fondre ensemble, notre Langue eût retiré de ce mélange une richesse, une harmonie, qui ne lui eussent rien laissé à envier à la Langue italienne, et qui eussent hâté sa perfection. Journ. de Mons. Je crois qu'il falait dire, n'eût retiré, etc.
   DOUTEûSES. Il y a en français, comme dans toutes les Langues, des syllabes longues; il y en a de brèves, et en plus grand nombre: il y en a enfin de douteûses, qui ne sont brèves ou longues que par leur position, par raport au reste de la phrâse. Si elles la terminent, elles sont longues; si elles se troûvent dans le cours de la phrâse, elles sont brèves. Ainsi, votre a la 1re douteûse. Si je dis, je suis votre serviteur, la 1re de votre est brève; et quand celui que j'ai salué me répond, je suis le vôtre, vôtre alors termine la phrâse; la 1re est longue. — La même chôse arrive quelquefois à des syllabes, qui sont longues de leur natûre. On dit, un honnête homme, et alors la pênultième d'honnête est brève; mais si l'on dit, un homme honnête, cette même pénultième sera longue. D'OLIVET.

Traductions

douteusement

dudosamente