douteux, euse

DOUTEUX, EUSE

(dou-te-, te--z') adj.
Qui est sujet à doute, à incertitude. Un succès douteux. La leçon du manuscrit est douteuse. Il ne lui donna que des paroles douteuses.
" parole douteuse ! On peut dire Hypermnestre heureuse et malheureuse [GOMBAUD, Danaïdes, V, 2]
Avec de tels seconds rien n'est pour vous douteux [CORN., Nicom. III, 6]
Son cours [de la justice] lent et douteux fait perdre trop de larmes [ID., Cid, III, 2]
La victoire demeura longtemps douteuse entre les deux peuples [BOSSUET, Hist. I, 8]
Cette prédiction ne pouvait lui être douteuse [FLÉCH., t. I, p. 389]
Aux yeux embarrassés des juges les plus sages, Tout sens devint douteux, tout mot eut deux visages [BOILEAU, Sat. XI]
.... Du jour illustre et douloureux Qui décida du sort d'un long siége douteux [RAC., Bérén. I, 3]
Cet effroi que le redoutable et douteux avenir de la guerre doit inspirer [MIRABEAU, Collection, t. III, p. 321]
Mille douteux discours démentant ces discours Égaraient mon esprit et m'abusaient toujours [LEMERC., Agamemn. I, 1]
Dont on doute, dont on n'est pas sûr, suspect, en parlant des personnes et des choses. Probité douteuse. Homme douteux. Trois membres de ce comité sont pour nous, les autres sont douteux.
Ceux qui prennent des conseils intéressés et corrompus, ou même douteux et suspects, pour se déterminer dans les affaires importantes [BOSSUET, Politique, X, II, 18]
Lorsque nous vous exhortons à fuir les conversations profanes, les commerces suspects, les plaisirs douteux.... [MASS., Car. Fausse conf.]
Biens qu'il avait accumulés par des voies si douteuses pour le salut [MASS., Av. Mort du péch.]
Pièce douteuse, pièce de monnaie qu'on peut soupçonner d'être fausse ou de bas aloi. Dangereux.
La tendresse n'est point de l'amour d'un héros ; Il est douteux pour lui d'écouter les sanglots [CORN., Suréna, V, 3]
Mot douteux, mot qui peut être interprété d'une manière blessante.
Et pour le moindre mot douteux J'étranglerais un homme ou deux [SCARRON, Virg. trav. VII]
Mot douteux signifie aussi un mot de la correction duquel on n'est pas sûr.
Jour douteux, lumière, clarté douteuse, jour, lumière qui permet à peine de distinguer les objets.
Au jour faible et douteux des astres qui pâlissent [DUCIS, Macbeth, II, 3]
La douteuse lueur [de la lune], dans l'ombre répandue [LAMART., Méd. II, 2]
Fig.
Qu'entrevois-je, ô destin, dans ta clarté douteuse ? [DUCIS, Othello, II, 1]
Terme de grammaire. Noms douteux, noms dont le genre n'est pas fixé par l'usage. Voyelle douteuse, voyelle qu'on peut faire longue ou brève ... volonté.
Qui doute, indécis.
Il regarde en arrière et, douteux de son choix, Lorsque sa voix l'appelle, écoute une autre voix [CORN., Poly. I, 1]
Oui, Taxile, mon cœur, douteux en apparence.... [RAC., Alex. IV, 3]
Timide, méfiant.
[Le vieillard] Imbécile, douteux, qui voudrait et qui n'ose [RÉGNIER, Sat. V]
Il [le lièvre] était douteux, inquiet, Un souffle, une ombre, un rien tout lui donnait la fièvre [LA FONT., Fabl. II, 14]
Plus qu'aucun des mortels par la honte abattu, En vain j'arme contre elle une faible vertu ; Ainsi toujours douteux, chancelant ou volage.... [BOILEAU, Ép. III]
S. m. Ce qui est douteux. Risquer le certain pour le douteux.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et ta face de moi [tu] tordras En la fin, qui est tant doutouze, Et à chascun est perillouse [, Psaumes en vers, dans Liber psalm. p. 269]
    Et sachiés que ce fu une des plus douteuses [redoutables] choses qui onques fust à faire [VILLEH., LXX.]
    Et se ce est chose douteuse, fai le enquerre par sages gens isnellement [promptement] et diligenment [JOINV., 301]
  • XIVe s.
    Labourer environ icelui [membre], qui est jà spasme, par doutouse medecine [H. DE MONDEVILLE, f° 66]
    Il semble que les extremes soient doubteux [ORESME, Eth. 126]
    Du quel dommage la cause ne fu mie doubteuse [BERCHEURE, f° 40, verso.]
  • XVe s.
    Le premier jour du doubteux mois de mars [E. DESCH., Poésies mss. f° 128, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Bien cognoissant qu'en guerre perilleuse Seur [s-r] est l'aller, doubteux est le retour [J. MAROT, V, 76]
    Si vous recitez simplement une cause à l'advocat, il vous y respond chancellant et doubteux [MONT., II, 325]
    Considerant l'imbecillité du genre humain et la difficulté du choix ez choses nouvelles et doubteuses [ID., I, 330]
    Le style nubileux et doubteux des oracles [ID., II, 353]
    Le messager faignit que l'issue en avoit esté doubteuse [AMYOT, Fab. 7]
    Nasica escrit qu'il eut une fort aspre et doubteuse rencontre à la cyme de la montagne [ID., P. Aem. 26]
    Ayant connu aux mines du chirurgien que sa plaie estoit douteuse [D'AUB., Vie, XXVI]

ÉTYMOLOGIE

  • Doute ; provenç. doptos ; catal. dubtos ; espagn. dudoso ; portug. duvidoso ; ital. dottoso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DOUTEUX. Ajoutez : - REM. J. J. Rousseau a dit : Il serait douteux si. Quoique votre précédente lettre me soit parvenue, il serait fort douteux si j'aurais ce bonheur une seconde fois, Lettre à M.... curé d'Ambérieux, 25 août 1763. Très admissible.