drille

drille

[ drij] n.m. [ anc. fr. drille, chiffon ]
Joyeux drille,
Fam. homme jovial, dont la compagnie est plaisante.

DRILLE1

(dri-ll', ll mouillées, et non dri-ye) s. m.
Fantassin, soldat à pied. Il ne se disait guère que par raillerie. Inusité en ce sens.
Nul de tous ces affiquets Dont on pare nos drilles.... Cela se faisait-il du temps De Jean de Vert ? [, Chanson du XVIIe dans FR. MICHEL, argot]
Non, je veux, ma fille, Éprouver ce drille [, l'École des amours grivois, 1754, SC. 1, dans FR. MICHEL]
Se peut-il qu'une honnête fille.... En franche servante s'habille ? C'est pour l'amour de quelque drille [, ib. sc. 5]
Le luxe et la bonne chère avaient corrompu nos armées, surtout en Flandre ; des haltes froides n'y étaient plus que pour des drilles [SAINT-SIMON, 210, 83]
Aujourd'hui et familièrement. Un vieux drille, un soldat qui a vieilli dans le service ; et, figurément, un homme qui a vieilli dans la ruse, dans les mauvaises affaires, dans le libertinage. Un bon drille, un bon compagnon.
Je suis vraiment un bon drille [VADÉ, Nicaise, SC. 7]
Un pauvre drille, un pauvre diable.
On trouva qu'il ne valait rien [le raisonnement du chien] ; On vous sangla le pauvre drille [chien] [LA FONT., Fabl. XI, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Ménage et, à sa suite, M. Fr. Michel le tirent de soudard par l'intermédiaire de soudrille ; mais on ne voit pas comment l'apocope de sou aurait pu se faire. Diez le tire de l'ancien haut-allemand drigil, garçon, serviteur, ce qui, concordant bien pour le sens et la forme, paraît être la vraie étymologie. L'anglais a to drill, et l'allemand drillen, enseigner l'exercice à un soldat.

DRILLE2

(dri-ll') s. f.
Espèce de porte-foret dont on se sert dans beaucoup d'arts. Dit aussi trépan.

ÉTYMOLOGIE

  • Angl. to drill, percer.

drille

DRILLE. (ILLE se prononce IYE.) n. m. Soldat. Il est vieux et ne s'emploie aujourd'hui que dans certaines locutions très familières, telles que les suivantes : Un bon drille, Un bon compagnon, un homme jovial; Un pauvre drille, Un pauvre diable, un pauvre malheureux, Un vieux drille, se dit en parlant d'un Vieux libertin, et quelquefois d'un Homme vieux et rusé.

drille


DRILLE, s. m. et f. DRILLER, v. n. DRILLIER, s. m. DRILLEUR, adj. [Dri-glie, glié, glieur; mouillez les ll; 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Drille est masc. dans ces phrâses du style fam. "C'est un bon drille; un bon compagnon; un pauvre drille, un pauvre malheureux; un vieux drille, un soldat, qui a vieilli dans le service, ou un vieux libertin. — Drille, signifiait autrefois un soldat. = Il est fém., pour signifier un vieux chifon de toile qui sert à faire du papier = Drillier, Chifonier. Trév. Celui qui ramasse les vieux chifons et en fait comerce. Rich Port. L'Acad. ne met pas ce mot.
   DRILLER, courir, aler vite et légèrement. Il est bas et populaire. "Voyez comme il drille.

Traductions

drille

[dʀij] nm
joyeux drille → cheerful sort