droiturier, ière

DROITURIER, IÈRE

(droi-tu-rié, riê-r') adj.
Qui aime la droiture. Surnom de quelques princes ; autrement il est vieux. S. m.Terme de féodalité. Seigneur qui avait des vassaux relevant de lui et payant pour leurs fiefs les droits dits droiture ou droitures.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Loiaus amors, et fine et droituriere [, Couci, XVIII]
    Deus [Dieu] est si droituriers, ne poet faire fors droit [, Th. le mart. 120]
  • XIIIe s.
    Nostre Dame [elle] en gracie, la dame droituriere [, Berte, XI]
    Cil qui veut estre loiax baillis et droituriers doit avoir en li dix vertus.... [BEAUMANOIR, 17]
  • XIVe s.
    Ce n'est pas chose droitturiere ne raisonnable en nulle maniere de ensuir les fortunes en jugeant de la felicité ou de la misere d'un homme [ORESME, Eth. 23]
  • XVIe s.
    Aucuns blasment les ordonnances de Lycurgus, disant qu'elles sont bien ordonnées pour rendre les hommes beiliqueux et vaillans, non pas justes ni droitturiers [AMYOT, Lyc. 58]
    Suyvre la voye battue et droicturiere [MONT., II, 224]

ÉTYMOLOGIE

  • Droiture ; provenç. dreiturier, drechurier ; anc. catal. dreturer ; espagn. derechurero ; ital. diritturiere.