durée

durée

n.f.
Période mesurable pendant laquelle a lieu une action, un phénomène, etc. : La durée d'une épreuve temps période

DURÉE

(du-rée) s. f.
Absolument. La continuation indéfinie. L'espace et la durée.
Pour suivre dans cette ouverture que l'Écriture nous donne, que chacun contemple cette durée infinie qui le précède et qui le suit, et qu'y voyant sa vie renfermée, il regarde ce qu'elle en occupe [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. III]
Espace de temps que dure quelque chose. La durée d'un règne.
Vous avez résolu de nous voir demeurer En une obscurité d'éternelle durée [MALH., IV, 3]
Que tout ce qui m'a plu doit être de durée [CORN., D. Sanch. III, 4]
Votre félicité sera mal assurée Dessus un fondement de si peu de durée [ID., Perthar. III, 2]
Nos termes sont pareils par leur courte durée [LA FONT., Fabl. XI, 8]
Mais hélas ! tout ce qu'elle aimait devait être de peu de durée [BOSSUET, Anne de Gonz.]
J'en ai trop prolongé la coupable durée [de ma vie] [RAC., Phèd. I, 3]
Même tu leur promis de ta bouche sacrée Une postérité d'éternelle durée [ID., Esth. I, 4]
En ce temple où tu fais ta demeure sacrée, Et qui doit du soleil égaler la durée [ID., Athal. III, 7]
Par la suite des temps et par la durée des siècles [MASS., Car. Confess.]
Cette grande puissance temporelle des papes en Italie ne fut pas de durée [VOLT., Mœurs, 49]
De durée, loc. adv. signifiant qui résiste à l'usure, à la fatigue. Une étoffe de durée.
Tout homme qui s'essouffle dans le travail fait plus que sa force ne lui permet, et par conséquent n'est pas bon ouvrier, c'est-à-dire ouvrier de durée [LA QUINTINYE, Jardins, I, 4]

SYNONYME

  • TEMPS, DURÉE. La durée ne présente d'autre idée que celle d'une persistance. Le temps y ajoute l'idée du nombre ; c'est une persistance ou une durée évaluée ; et de là vient que, quand on passe à l'éternité qui est infinie, on supprime bien l'idée du temps, mais on ne peut pas supprimer celle de la durée. En d'autres termes, les choses auraient une durée, quand même nous ne saurions la rapporter à aucune unité ; mais le temps proprement dit n'y serait pas, puisqu'il serait impossible de nombrer cette durée.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'ame s'en part, n'i put avoir durée [, Ronc. p. 147]
    Car joie a courte durée, Qui avient par tel folor [, Couci, I]
  • XIIIe s.
    [Elle] Ne peüst vers tel peine avoir nule durée [résister à une telle peine] [, Berte, XLVI]
    Nulz n'est seürs d'avoir longue durée ; Se vous moriez ains que fussiez amez, Sans joie avoir, auriez vo vie usée [CUNELIER, dans Bibl. des Chartes, 4e série, t. V, p. 38]
    Ge et toutes autres creatures avomes corte durée [, Psautier, f° 120]
    Si a danz Nobles li Lions Novelement la pes [paix] jurée, Se Dieu plaist, qui aura durée [, Ren. 1750]
  • XVe s.
    Et ne purent oncques les Escots avoir vicioire ni durée contre lui [Édouard 1er] [FROISS., I, I, 2]
  • XVIe s.
    Un ouvrage de longue durée [AMYOT, Péric. 26]
    Ainsi l'amour tardive est de longue durée [RONS., 239]
    Tout terme qui finit n'a pas longue lurée [ID., 675]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. durada ; ital. durata ; d'un part. passif latin durata, de durare (voy. DURER).

durée

DURÉE. n. f. Espace de temps pendant lequel une chose dure. La durée du monde. La vie de l'homme est de courte durée. Son règne fut de peu de durée, de longue durée. Cette mode eut peu de durée. La durée d'un traitement médical. La durée ordinaire des études.

Il se dit absolument du Temps, de la succession non interrompue des moments. L'espace et la durée. Mesurer la durée.

durée

Longue durée, Perennitas.

De plus longue durée, AEternior.

Un long temps, et de longue durée, Diuturnitas.

Qui est de durée, Durable, Durabilis.

Estre de durée et de garde, Pati aeuum.

Tiltres qui ne sont pas de durée, Caduci tituli.

Choses de petite durée, et qui se passent legierement, Fluxa, Fugacia.

durée


DURÉE, s. f. DURER, v. n. [Duré-e, : 2e é fer. Long au 1er.] Durer, c'est continuer d'être; Acad. Subsister pendant quelque temps. Trév. Subsister long-temps. Etre long temps en état. Rich. Port. La définition de l'Acad. est celle des trois qui me plaît le plus: elle est la plus claire et la plus juste. "Tout ce qui est fragile dûre peu. "Il n'y a rien ici-bas qui dûre éternellement. "Leur amitié n'a guère duré. "Cela ne dûrera pas. "C'est une étofe à durer.
   DURÉE est l'espace de temps qu'une chôse dûre. La durée du monde. La durée du règne de Louis XIV. = Il se dit, sur-tout adverbialement, avec la prép. de. "De durée, de courte, de longue durée; de peu de durée. "Les chôses violentes ne sont pas de durée.
   Rem. Ces deux mots ne modifient pas les persones. On ne dit pas: ce Pape a duré dix ans, Griffet.; ou, comme dit Fleuri: "Il est impossible de savoir la durée de chaque Pape, pendant les deux premiers siècles. On doit dire: "Le règne de ce Pape a duré dix ans. On ne peut savoir la durée du règne de chaque Pape, etc. — Rouss. a dit, comme Fleury, en parlant du privilège d'être toujours jeune:
   Un privilège inoui,
   Et dont, pendant leur durée,
   Jamais mortels n'ont jouî.
Sans la contrainte de la rime, il aurait dit, pendant leur vie. — Le P. Griffet, écrivant en prôse, n'a pas cette excûse.
   DURER, se dit des persones dans un autre sens. Il signifie, rester long-temps en place. "On ne pouvoit durer dans sa chambre. "L'Abé Têtu est retourné en Touraine: il ne pouvoit durer à Paris. Sév. — Il n'est que du style fam., et ne se dit qu'avec la négative. = On dit, dans ce sens-là, ne pouvoir durer en place, être si inquiet, qu'on ne peut demeurer dans le même lieu, dans la même situation. = En style proverb., ne pouvoir durer dans sa peau; ne pouvoir se contenir par excès de joie, ou de quelqu'autre passion. — Ne pouvoir durer de chaud, de froid, etc. en être extrêmement incomodé. "Il ne sauroit durer du mal de tête. — "Cet homme est fâcheux et dificile, on ne sauroit durer avec lui, on n'y sauroit durer.
   Le temps dûre à quelqu'un, lorsque l'impatience de voir ârriver ce qu'il souhaite, lui fait trouver le temps long. — Faire vie qui dûre, économiser, se ménager, pour fournir long-temps à la dépense, à la fatigue, etc.

Synonymes et Contraires

durée

nom féminin durée
1.  Espace de temps.
Traductions

durée

Zeit, Länge, Dauerduration, time, while, span, standing, periodtijd, duur, poos, (tijds)duur, lengte [muziek], levensduur, lengteאורך זמן (ז), זמן (ז), משך (ז), אֹרֶךְ זְמַן, זְמַן, מֶשֶׁךְtydtempstid, varighedδιάρκεια, χρόνοςtempotiempo, duraciónaika, kestoidőtíð, tímidurata, tempotempestas, tempustid, varighetczas, czas trwaniatempo, duraçãotimp, vremeвремя, длительностьtid, varaktighetnafasi, wakatiمُدَّةtrvánítrajanje持続期間기간ช่วงเวลาsürekhoảng thời gian持续продължителност (dyʀe)
nom féminin
temps que prend qqch la durée d'un film de longuecourte durée

durée

[dyʀe] nf (= temps) [spectacle, opération, maladie, peine de prison] → duration; [pile] → life
Quelle est la durée des études d'ingénieur? → How long does it take to train as an engineer?
pour une durée de quinze jours → for a period of two weeks
pour une durée illimitée → for an unlimited length of time
de courte durée [séjour, répit] → brief, short
un séjour de courte durée → a short stay
de longue durée [effet] → long-term
une absence de longue durée → a long absence
pile longue durée → long-life battery
pendant la durée de
Le service sera perturbé pendant toute la durée des opérations de maintenance → The service will be disrupted for as long as maintenance work continues.