échafaud

(Mot repris de echafaud)

échafaud

n.m. [ lat. pop. catafalicum ]
1. Estrade sur laquelle on décapitait les condamnés.
2. Peine de mort : Risquer l'échafaud.

échafaud

(eʃafo)
nom masculin
1. plate-forme où l'on exécutait les condamnés à mort conduire un prisonnier à l'échafaud
2. la peine de mort risquer l'échafaud

ÉCHAFAUD

(é-cha-fô ; le d ne se lie pas : un écha-fô élevé ; au pluriel, l's se lie : des é-cha-fô-z élevés) s. m.
Assemblage de pièces de bois formant un plancher élevé sur lequel travaillent les ouvriers en bâtiment. Fig.
Si chaque jour ajoute à l'immensité des sciences, chaque jour les rend plus faciles, les méthodes se multiplient avec les découvertes, l'échafaud s'élève avec l'édifice [TURGOT, 2e Disc. en Sorbonne.]
Les pièces justificatives sont l'échafaud avec lequel on bâtit, mais l'échafaud ne doit plus paraître quand on a construit l'édifice [VOLT., Lett. Schouvalof, 14 nov. 1761]
Estrade de laquelle on voit un cortége, une cérémonie.
Si l'on attend une entrée, il a sa place sur un échafaud [LA BRUY., VII]
Les échafauds étaient déjà dressés tout autour, et déjà les personnes les plus curieuses commençaient à s'y placer [LESAGE, Diable boiteux, ch. VIII]
Par extension et plaisanterie, l'estrade sur laquelle jouent les comédiens.
Je conclus donc, et je conclus bien qu'il faut faire imprimer sa drogue [une pièce] ; ensuite les comédiens donnent notre orviétan sur leur échafaud, s'ils le veulent ou s'ils peuvent [VOLT., Lett. Chabanon, 22 déc. 1766]
Plancher élevé pour l'exposition ou l'exécution des criminels. C'est une nature perverse, il finira sur l'échafaud.
Je demande sa mort.... Non pas au lit d'honneur, mais sur un échafaud [CORN., Cid, IV, 5]
Adieu, sur l'échafaud portez le cœur d'un prince [ROTROU, Vencesl. V, 4]
Le crime fait la honte et non pas l'échafaud [TH. CORN., Essex, IV, 5]
Dans trois jours nous verrons le phénix des guerriers Laisser sur l'échafaud sa tête et ses lauriers [BOILEAU, Sat. X]
Ces disciples ont abandonné Jésus-Christ pendant sa vie.... et ils le confesseront sur les échafauds après sa mort [MASS., Myst. Résurrect.]
Au pied de l'échafaud j'essaie encor ma lyre [A. CHÉNIER, 271]
J'ai cru voir dans un songe horrible Un échafaud dressé pour moi [BÉRANG., M. Stuart.]
Terme de marine. Grand treillis de bois sur lequel on fait sécher la morue à Terre-Neuve. Beaucoup de marins disent chafaud.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Genius, sans plus terme metre, S'est lors, por miex [mieux] lire la letre, Selon les faiz devant contés, Sor un grant eschafaut montés [, la Rose, 19794]
    Je aloie en la chapelle le roy, et trouvai le roy qui estoit monté en l'eschafaut au reliques, et fesoit aporter la vraie croiz aval [JOINV., 299]
    Ou chafaut que l'on ot establi [ID., 303]
  • XVe s.
    Et avoit, sur l'un des lez des lices, faits grands escharfaulx, pour les seigneurs voir la bataille des deux champions [FROISS., II, III, 49]
    Tous les jeunes et nouveaux chevaliers [seoient] dessous [le roi] sur bas eschafauds couverts de draps d'or [ID., II, II, 74]
  • XVIe s.
    Il monta à un echafaut du cinquieme estage pour voir travailler ses ouvriers [D'AUB., Vie, CXLVI]
    À combien de sortes d'esprits doit satisfaire celui qui expose son talent sur un eschaffaut si élevé, où il a pour spectateurs l'univers, autant de juges que de lecteurs [ID., Hist. préf. 3]
    [Élisabeth] fut menée de la prison au palais et de l'eschaffaut au throsne [ID., Hist. I, 18]
    Les poetes tragiques, du chafault où ils jouoient leurs tragedies, espandirent plusieurs paroles injurieuses contre luy [AMYOT, Thésée, 18]
    Qui feit monter Neron sur l'echafaud avec une masque sur le visage et des brodequins aux jambes, ne furent-ce pas les louanges des flatteurs ? [ID., Comment discerner, etc. 24]
    Quand je voy ung François escripre en grec ou en latin, il me semble que je voy ung masson vestu des habits de philosophe ou de roy qui veult reciter une farce sur les chaufaux de la bazoche [THORY, Champfleury, dans JAUBERT, Gloss.]

ÉTYMOLOGIE

  • Saintong. chafaud ; Berry, châfaud, chaufaud ; en certaines parties de la Bourgogne, chafaud, grenier à foin ; provenç. cadafalc ; anc. catal. cadafal ; espagn. cadalso ; portug. cadafalso ; ital. catafalco ; bas-lat. scafaldus, scadafaltum ; angl. scaffot. La série des formes conduit à un radical falt ou fald, conjoint à un préfixe qui, bien que très altéré, laisse voir cada ou cata ; c'est donc le même que catafalque.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉCHAFAUD. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    En plosors leus ot forteresces, Buens eschaiphals, bones bretesches [BENOIT, Roman de Troie, V. 3003]

échafaud

ÉCHAFAUD. n. m. Assemblage de pièces de bois, qui forme une espèce de plancher sur lequel les ouvriers montent pour travailler dans les parties élevées d'une construction. On ne peut plus travailler à cette muraille sans échafaud. On dit plutôt aujourd'hui ÉCHAFAUDAGE.

Il désigne aussi des Ouvrages de charpenterie, élevés ordinairement par degrés, en forme d'amphithéâtre, pour voir plus commodément des cérémonies publiques ou d'autres spectacles. On dit plutôt aujourd'hui TRIBUNE ou ESTRADE.

Il se dit également d'une Espèce de plancher qu'on élève pour l'exécution des criminels et qui, dans certains pays, sert encore à leur exposition. Dresser un échafaud. Mourir sur un échafaud. Porter sa tête sur l'échafaud. Monter à l'échafaud. Prov., Le crime fait ta honte et non pas l'échafaud.

échafaud


ÉCHAFAUD, s. m. ÉCHAFAUDAGE, s. m. ÉCHAFAUDER, v. n. [Échafô, fodaje, fodé; 1re é fer. 3e lon au 1er, dout. aux deux aûtres. — Richelet écrit échafaut avec un t: L'Acad. Trév. et le Rich. Port. avec un d, ce qui est mieux, à caûse des dérivés.] Échafaud est, 1°. planches soutenues par des treteaux, ou par des pièces de bois fichées dans un mur, sur lesquels se mettent des Maçons, des Sculpteurs, des Peintres, pour travailler en des lieux élevés. = 2°. Espèce de théâtre, sur lequel on place des spectateurs pour voir comodément quelque cérémonie, quelque spectacle. = 3°. Théâtre élevé dans une place publique, pour exécuter les criminels.
   ÉCHAFAUDAGE, construction d'échafaud. = Échafauder, dresser des échafauds.
   Rem. Échafaudage se prend quelquefois au figuré: "Cet Orateur fait un grand échafaudage pour ne nous dire ensuite que des riens. "Les détracteurs de cet Art salutaire (la Médecine) ne le regardent que comme un échafaudage d'ignorance et d'imposture. Voullone.

Traductions

échafaud

schavot, onthoofding [doodstraf]

échafaud

eŝafodo

échafaud

cadalso

échafaud

patibolo

échafaud

эшафот

échafaud

[eʃafo] nmscaffold