écheveau

(Mot repris de echeveau)

écheveau

n.m. [ lat. scabellum, petit banc ]
1. Assemblage de fils textiles réunis entre eux par un fil de liage.
2. Fig. Ensemble d'éléments liés entre eux de façon complexe : L'écheveau d'une procédure judiciaire dédale, labyrinthe, maquis

écheveau

(eʃəvo)
nom masculin pluriel écheveaux
couture assemblage de fils un écheveau de laine

ÉCHEVEAU

(é-che-vô) s. m.
Certaine longueur de brins de fil, en coton, en soie, en laine, en chanvre ou lin, moulinés ; ces brins sont roulés en forme de cercle et attachés à une partie de ce cercle par le bout qui en réunit tous les tours et qui s'appelle centaine.
Les filles du village.... Peignaient leurs longs cheveux qui pendaient en dehors [des balcons] Comme des écheveaux.... [LAMART., Joc. I, 34]
Terme de commerce. Assemblage de dix échevettes. Dans la filature du coton, l'écheveau français métrique doit avoir mille mètres.
Fig. Affaire ou narration d'affaire longue et embrouillée.
C'est un écheveau qui ne finirait point [SÉV., 567]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le suppliant print trois eschez de filet [DU CANGE, eschaota.]
    Six ou huit eschiefs de fil blanc [ID., ib.]
  • XVe s.
    Abusé m'a et fait entendre.... Du matin qu'estoit le serain.... D'une tour un moulin à vent, Et d'une haye ung escheveau [VILLON, G. test. double ballade.]
    Deux eschevetes de fil [DU CANGE, eschaota.]
    Trois eschevaulx ou escaignes de fil [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Pic. ékignée, écagnon, écaigne, écane, échet, échit ; génev. échevette ; wallon, echè ; rouchi, échè, équè ; bas-lat. eschaota. Les formes de l'ancienne langue ou du patois, telles que escaigne, ékignée, écagnon, écaigne, écane, viennent de l'anglais skein, écheveau, lequel provient probablement du celtique : gaél. sgein, sgeinne ; irl. sgaine, écheveau. Les formes qui ont un t ou une f, eschaota, eschez, eschiefs, échet, échit, ne paraissent pas pouvoir y être rattachées ; à ces formes tiennent sans doute échié, quantité de fil sur un dévidoir. D'autre part la langue a aussi echeau, ancien terme qui désignait une sorte de bois pour la tonnellerie (Chacun echeau de grand bois à faire pipes, Arr. du parlem. 16 sept. 1577), et escheveau, poutre (Icelluy trayné après eulx, menacé de pendre à l'eschéveau de sa maison ou au premier arbre qu'ilz trouveroient, Ordonn. juillet 1498). On a proposé pour écheveau l'étymologie es-chevel, comme qui diroit échevelé ; le sens n'est pas bon. Scheler propose scapellus, diminutif du latin scapus, rouleau ; scapollus pourrait donner en effet eschevel, et le sens de poutre ou poutrelle qu'a eu escheveau vient grandement à l'appui de l'opinion de Scheler.

écheveau

ÉCHEVEAU. n. m. Assemblage de fils de chanvre, de soie, de laine, de coton repliés en plusieurs tours, afin qu'ils ne se mêlent point. Écheveau de fil blanc. Écheveau de soie. Dévider un écheveau. La centaine d'un écheveau.

Fig., C'est un écheveau embrouillé, se dit d'une Affaire compliquée. Il se dit aussi du Récit de cette affaire ou de toute explication confuse.

écheveau


ÉCHEVEAU, s. m. [Échevo; 1re é fer. 2e e muet, 3e dout.] Fil, soie ou laine, replié en~ plusieurs tours, afin qu' ils ne se mêlent pas. Écheveau de fil, de soie. Dévider un écheveau. = Mde. de Sévigné l'emploie au figuré. "Et puis cette Providence, qui me revient; car sans cela on n'auroit jamais fait à retourner sur le passé: C'est un écheveau, qui ne finiroit point.

Synonymes et Contraires

écheveau

nom masculin écheveau
Assemblage d'éléments divers.
Traductions

écheveau

hank, skein

écheveau

knot, streng, warboel

écheveau

matassa

écheveau

[écheveaux] (pl) [eʃ(ə)vo] nmskein, hank