écorce

(Mot repris de ecorce)

écorce

n.f. [ lat. scortea, de scortum, peau ]
1. Partie superficielle et protectrice des troncs, des branches et des rameaux d'un arbre
2. Enveloppe de certains fruits : Écorce de pamplemousse.
Écorce terrestre,
zone superficielle de la Terre, épaisse d'environ 35 kilomètres (on dit aussi croûte terrestre).

ÉCORCE

(é-kor-s') s. f.
Enveloppe de la tige des plantes ligneuses. L'écorce du chêne. Écorce du Pérou, le quinquina. Du temps de la Fontaine on disait l'écorce du kin :
Ce dieu, dis-je, touché de l'humaine misère, Produisit un remède au plus grand de nos maux : C'est l'écorce du kin, seconde panacée ; Loin des peuples connus Apollon l'a placée [LA FONT., Quinquina, I]
Dans le langage précis de la botanique, enveloppe extérieure du tronc et des branches des plantes dicotylédones, composée de quatre parties distinctes : l'épiderme, le liége, la couche herbacée et le liber.
Par extension, enveloppe de certains fruits. Écorce d'orange, de grenade. Familièrement. Quand on a pressé l'orange, on jette l'écorce, c'est-à-dire on néglige celui dont on n'a plus besoin.
L'écorce du globe, les couches de terrain qui forment la croûte solide et la superficie du globe terrestre.
Fig. La superficie des choses, l'apparence.
Le vulgaire s'arrête à l'écorce et aux apparences [PATRU, Plaidoyer 7, dans RICHELET]
Le peuple qui voit tout seulement par l'écorce [CORN., Hor. V, 2]
Ceux qui parlent avec tant de facilité ne s'attachent d'ordinaire qu'à l'écorce des choses [SAINT-ÉVREMOND, dans RICHELET]
Nous ne connaissons que la surface et l'écorce de la plupart des choses [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. 8]
Il plaît, il charme, il touche, à n'en voir que l'écorce ; Au fond, l'esprit et lui sont peut-être en divorce [BOURSAULT, Ésope, I, 3]
Ici [chez les grands] se cache une séve maligne et corrompue sous l'écorce de la politesse [LA BRUY., IX.]
Nous pensions voir à fond les vérités que Dieu nous a révélées, et nous n'en touchions que l'écorce grossière [FÉN., t. XVIII, p. 7]
Vous regarderez cette régularité apparente qui vous rassurait, cette écorce de vertu comme un linge souillé [MASS., Conf. Retraite.]
Le pécheur ne voit de tout ce qui est autour de lui que la surface et l'écorce [ID., Panég. St Ben.]
L'abbé de Polignac était amusant en récit, possédait l'écorce de tous les arts [SAINT-SIMON, 153, 239]
J'ai vu mille peines cruelles Sous un vain masque de bonheur, Mille petitesses réelles Sous une écorce de grandeur [GRESSET, Chartreuse.]
Croyez-vous qu'en ne me donnant pas plus de peine que je n'en prends, je pourrai un jour avoir du moins l'apparence de quelques talents.... l'écorce ? c'est tout ce que je voudrais [Mme DE GENLIS, Théâtre d'éduc. l'Enf. gâté, I, 3]
Il est bien naturel que, dans le sein du monde où l'on a le plus de désir et d'intérêt de se faire valoir, toutes les écorces soient séduisantes et tous les moyens de plaire et d'intéresser mieux calculés qu'ailleurs [ID., Mlle de la Fayette, p. 115, dans POUGENS]
Terme d'architecture. La partie latérale des volutes du chapiteau ionique.
Écorce de citron, belle espèce de cône, sorte de coquille.

PROVERBES

  • Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce, il ne faut pas juger d'après les apparences.
  • Juger du bois par l'écorce, juger du dedans par le dehors.
    On juge du bois par l'écorce Et du dedans par le dehors ; Considérez de près nos corps, Et jugez quels nous devons être [SCARRON, Virg. trav. liv. VII]
  • Il ne faut point mettre le doigt entre l'arbre et l'écorce, et, plus souvent, avec inversion, entre l'arbre et l'écorce il ne faut pas mettre le doigt, c'est-à-dire il n'est jamais prudent d'intervenir dans les querelles de famille. Molière a plaisamment interverti le proverbe :
    Apprenez que Cicéron dit qu'entre l'arbre et le doigt il ne faut pas mettre l'écorce [MOL., Méd. m. lui, I, 1]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Les escus [il] froisse et fent, com s'il fussent d'escorce [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 19]
    Biaus noiaux gist soz foible escorce [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 67]
    Car ce que l'en a pour noiant [rien], Tant le va l'en plus viltoiant, L'en nel prise pas une escorce [, la Rose, 13909]
  • XIVe s.
    Souffert avoint trop de meschance, Gardant le royaume de France D'oppression, de tort, de force ; Des vis [de visages] sembloint à une escorsse [, Liv. du bon Jehan, 2796]
  • XVe s.
    Dessoubz sure escorche gist le doux miel, et la souffrance est bonne quant en la fin elle tourne en joye [, Perceforest, t. III, f° 39]
  • XVIe s.
    L'esperance, qui est toujours compagne du malheur, lui tint escorce [le trompa, l'abusa], l'assurant que s'amie portoit bien la part de cet ennui [YVER, p. 540]
    On ne doit mettre le doigt entre l'escorce et le bois [H. EST., De la précell. du lang. fr. p. 194]
    ....Tout l'imparfait de mon escorce humaine [RONS., 89]
    Leurs bastiments [des peuplades du nouveau monde] sont fort longs, et capables de deux ou trois cents ames, estoffez d'escorces de grands arbres [MONT., I, 237]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, écorche ; wallon, hoise ; anc. wallon, xhorche, xhoise ; namur. choiche ; provenç. escorsa ; catal. escorxa ; ital. scorza ; du latin corticem, écorce, avec la prosthèse de l's ou es déterminée par excorticare, écorcher.

écorce

ÉCORCE. n. f. Enveloppe d'un arbre ou d'une plante ligneuse. La première, la grosse écorce. La seconde, la petite écorce. Cet arbre a l'écorce tendre, l'écorce mince. Ôter l'écorce. Dépouiller un arbre de son écorce. On fait des cordes avec des écorces de tilleul. On fait des étoffes avec l'écorce de certains arbres. La filasse est l'écorce du chanvre, du lin.

Prov. et fig., Entre l'arbre et l'écorce il ne faut pas mettre le doigt. Voyez ARBRE.

Il se dit également de l'Enveloppe de certains fruits, quand elle est épaisse. Écorce de citron. Écorce d'orange.

Prov. et fam., Quand on a pressé l'orange on jette l'écorce. Voyez ORANGE.

En termes de Géologie, L'écorce du globe terrestre, L'espèce d'enveloppe que forment les couches et les amas de matières minérales dont le globe terrestre est recouvert extérieurement.

Il signifie au figuré Superficie, apparence. Vous vous arrêtez à l'écorce, il faut pénétrer plus avant.

Prov. et fig., Il ne faut pas juger de l'arbre par l'écorce, Il ne faut pas juger sur l'apparence.

écorce


ÉCORCE, s. f. ÉCORCER, v. act. [1re é ferm. 3e e muet au 1er, é ferm. au 2d.] Écorce est 1°. la peau d'un arbre ou d'une plante boiseûse. La première ou la grosse écorce; écorce tendre, déliée. = 2°. La peau de certains fruits. "Écorce d'orange, de citron, de grenade. = 3°. Au figuré, la superficie des chôses. "Il ne faut pas s'arrêter à l'écorce. "Combien de gens, qui s'arrêtent à l'écorce, et ne savent rien aprofondir. Anon. "Cet homme n'a que l'écorce: il a de beaux dehors, mais dans le fond, rien de solide. — * Bossuet dit d'un Auteur: Qu'il ne se jète plus sur les matières théologiques, dont il n'entendra que l'écorce. — La métaphôre n'est pas soutenûe, et voilà deux mots qui ne sont pas faits l'un pour l'aûtre; qu'est-ce, en éfet, qu'entendre, ou comprendre, comme on voudra, l'écorce d'une science? = Rousseau apèle la glace, l'écorce des eaux. Cette expression est poétique, et ne peut être admise qu'en vers.
   Et les jeunes zéphirs, de leurs chaûdes haleines,
   Ont fondu l'écorce des eaux.
Il dit âilleurs:
   Dépouillez donc votre écorce,
   Philosophe sourcilleux!
On verrait en dessous de belles chôses.
   On dit, proverbialement, juger du bois par l'écorce; du dedans par le dehors. Voy. ARBRE.
   ÉCORCER, c'est ôter l'écorce du bois. "Il y a des arbres qu'on écorce. "Tous ces arbres ont été écorcés.

Synonymes et Contraires

écorce

nom féminin écorce
1.  Enveloppe de certains fruits.
2.  Aspect visible de.
Traductions

écorce

Borke, Rinde, Baumrinde, Hülse, Schalebark, peel, husk, shell, crust, hull, skinschors, schil, boomschors, dop, schaal, buitenzijde, schil [vrucht], uiterlijkגלד (ז), קליפה (נ), קְלִיפָהskilcarcassa, clofolla, closca, crosta, cuirassa, escorçabarkarboŝelo, arbŝelo, ŝelocáscara, corteza, casco, pielcorteccia, buccia, pelle, scorzacortexcasca, côdea, crosta, folhetobarkgandaкораkůraберёста, кора (ekɔʀs)
nom féminin
1. enveloppe extérieure d'un arbre graver son nom sur l'écorce d'un arbre
2. peau de certains fruits enlever l'écorce d'une orange

écorce

[ekɔʀs] nfbark; [fruit] → peel