effet

effet

n.m. [ lat. effectus, exécution, réalisation, de efficere, achever ]
1. Résultat d'une action ; ce qui est produit par qqch : Les effets de la réduction du temps de travail conséquence
2. Impression produite sur qqn : Ce discours a fait un effet imprévu sur l'assemblée sensation
3. Procédé employé pour produire une certaine impression, un certain résultat : Les effets d'une mise en scène. Pendant sa plaidoirie, l'avocate fait des effets de voix.
4. Phénomène particulier en physique, en biologie, etc. : L'effet de serre.
5. Rotation imprimée à une bille, à une balle, à un ballon, en vue d'obtenir des trajectoires ou des rebonds inhabituels, trompeurs : Il a mis de l'effet dans sa boule de bowling.
À cet effet,
Sout. en vue de cela, dans cette intention : Je joins à cet effet mon curriculum vitae.
Effet de commerce,
titre donnant droit au paiement d'une somme d'argent à la date donnée ; traite : La lettre de change et le chèque sont des effets de commerce.
En effet,
voir à son ordre alphabétique.
Faire de l'effet,
produire une vive impression : Un tableau qui fait de l'effet ; provoquer une action, une réaction sur qqn : Un médicament qui fait de l'effet.
Faire l'effet de,
avoir l'apparence de : Elle me fait l'effet d'une personne compétente.
Prendre effet,
dans le langage juridique, devenir effectif, applicable : Cette loi prendra effet dès janvier.
Sous l'effet de,
sous l'influence de ; sous l'emprise de : Il l'a frappée sous l'effet de la colère.

effets

n.m. pl.
Vieilli Vêtements, pièces de l'habillement : Ranger ses effets dans le placard affaires
Effets spéciaux,
truquages cinématographiques.

EFFET

(è-fè ; le t ne se lie pas, du moins dans la conversation, ailleurs on le lie quelquefois ; au pluriel, l's se lie : des è-fè-z incroyables) s. m.
Ce qui est fait par un agent quelconque. Point d'effet sans cause.
J'ai tâché de trouver en général les principes ou premières causes de tout ce qui est ou qui peut être dans le monde.... j'ai examiné quels étaient les premiers et plus ordinaires effets qu'on pouvait déduire de ces causes [DESC., Méth. VI, 3]
Cette préférence [pour Rodogune] est peut-être en moi un effet de ces inclinations aveugles qu'ont beaucoup de pères pour quelques-uns de leurs enfants plus que pour les autres [CORN., Ex. de Rodog.]
La foi que j'ai reçue aspire à son effet [ID., Polyeucte, II, 6]
Vous voyez un effet des leçons d'Annibal [ID., Nicom. II, 3]
Seigneur, voilà l'effet de ma reconnaissance [ID., Sert. V, 4]
Les connaissances que nous acquérons de cette façon [par l'étude], aussi bien que leur continuation, ne sont qu'un effet de mémoire [PASC., Lett. à Mme Périer, 5 nov. 1648]
Cette grâce n'a nul effet sans grâce efficace [ID., Prov. 2]
Les mauvais effets que causa cette doctrine [ID., Prov. 15]
Elle commença à sentir les effets de sa dissipation [SÉV., 418]
La nature agit en cela comme sûre de son effet [BOSSUET, Conn. V, 2]
Sa mort sera l'effet de l'amour d'Hermione [RAC., Andr. V, 1]
Un ordre qui d'abord a pu vous alarmer, Mais qui n'est que l'effet d'une sage conduite [ID., Brit. I, 2]
Seigneur, tous ces regrets De votre piété sont de justes effets [ID., Bér. II, 4]
J'impute à son amour l'effet de son caprice [ID., Bajaz. III, 7]
L'histoire nous apprend que les lois pénales n'ont jamais eu d'effet que comme destruction [MONT., Esp. XXV, 12]
Les effets sont pareils quand la cause est la même [DUCIS, Hamlet, II, 5]
L'homme aujourd'hui sème la cause, Demain Dieu fait mûrir l'effet [V. HUGO, Crép. 5]
Puis le cœur s'aperçoit qu'il est devenu vieux, Et l'effet qui s'en va nous découvre les causes [A. DE MUSSET, Poésies nouv. Sonnet à M. V. H.]
Avoir son effet, produire le résultat attendu.
Et bientôt mes desseins auront un plein effet [CORN., Héracl. II, 2]
L'empereur Maurice reconnut cette supposition [d'un enfant pour un autre], et l'empêcha d'avoir son effet [ID., Ex. d'Héracl.]
Ses menaces eurent bientôt leur effet [BOSSUET, Hist. I, 7]
Ces remontrances avaient leur effet [ID., ib. III, 3]
Ces épreuves peuvent avoir leurs effets [ID., Nouv. myst. 17]
Faire effet, faire son effet, opérer.
Ces beautés étaient de mise en ce temps-là et ne le seraient plus en celui-ci ; toutes les deux ont fait effet en ma faveur [CORN., Ex. du Cid.]
Ô ma fille, est-ce là le prix de mes bienfaits ? - Ceux de mon père en vous firent mêmes effets [ID., Cinna, V, 2]
Quand il est besoin que cette vérité fasse son plein effet [ID., Ex. d'Héraclius.]
De ces deux desseins il n'y en a qu'un qui fasse effet, l'autre se détruisant de soi-même [ID., Ex. de la Suiv.]
On n'avait jamais vu jusque-là que la comédie fît rire sans personnages ridicules, tels que les valets bouffons, les parasites, les capitans, les docteurs, etc. ; celle-ci faisait son effet par l'humeur enjouée des gens d'une condition au-dessus de ceux qu'on voit dans les comédies de Plaute et de Térence [ID., Ex. de Mél.]
J'avais cru d'abord que votre stratagème avait fait son effet [MOL., la Princ. IV, 2]
Renaud n'était si neuf qu'il ne vît bien Que l'oraison de monsieur Saint-Julien Ferait effet, et qu'il aurait bon gîte [LA FONT., Orais.]
Les remèdes ne font point d'effet [SÉV., 128]
Le billet qu'on lui avait fait rendre faisait son effet [HAMILT., Gramm. 7]
Plutarque nous a conservé ce bon mot que Lamprias disait de lui-même : que la chaleur du vin faisait sur son esprit le même effet que le feu produit sur l'encens, dont il fait évaporer ce qu'il y a de plus fin et de plus exquis [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXV, ch. 2, art. 1, § 2]
Acte, par opposition à simple parole.
Tu.... As adoré l'honneur d'effet et de parole [RÉGNIER, Sat. VI]
Pour les volontaires qui, par curiosité ou désir d'apprendre, s'offriraient peut-être de lui aider, outre qu'ils ont pour l'ordinaire plus de promesses que d'effet [DESC., Méth. VI, 7]
C'est un jour choisi par deux souverains pour l'effet d'un traité de paix entre leurs couronnes ennemies [CORN., Rod. Préface]
Autant que tu l'as pu, les effets l'ont suivie [l'inclination] [ID., Cinna, V, 1]
Les effets de César valent bien ses paroles [de Pompée] [ID., Pomp. I, 1]
Les bravades enfin sont des discours frivoles, Et qui songe aux effets néglige les paroles [ID., ib. II, 4]
Les effets répondront : prince, pensez à vous [ID., Nicom. III, 3]
Il me faut des effets et non pas des promesses [ID., Suréna, II, 3]
Mais mon crime est entier et le sien imparfait, Le sien n'est qu'en désirs et le mien en effet [ID., Œdipe, IV, 5]
Et tous trois, signalés par d'illustres effets, Savent servir en guerre et commander en paix [ROTROU, Bélis. XI, 7]
D'un frivole discours passez donc à l'effet [ID., Antig. IV, 3]
Il faut faire et non pas dire, et les effets décident mieux que les paroles [MOL., Fest. de Pierre, II, 6]
Ce n'était là que des paroles, mais on en vint aux effets [BOSSUET, Avert. 5]
Dans les champs phrygiens les effets feront foi, Qui la chérit le plus [la Grèce], ou d'Ulysse ou de moi [RAC., lphig. I, 2]
Quand Dieu par plus d'effets montra-t-il son pouvoir ? [ID., Athal. I, 1]
Je t'ai secourue autant que j'ai pu par mes paroles et d'effet [FÉN., Solon.]
Prodigues des serments, avares des effets [les ambitieux] [VOLT., Triumv. IV, 4]
Homme d'effet, homme qui exécute ce qu'il dit.
[Il] était homme d'effet [LA FONT., Cal.]
Réalisation, exécution.
S'il se trouve quelques-uns des gouvernements ou principaux officiers qui soient reconnus adhérant à ces messieurs, il les faut changer, sans leur donner temps de mettre leur mauvaise volonté en effet [RICHELIEU, Lett. à M. Hemery, dans GODEFROY, Lex. de Corneille.]
J'ai mis, grâces aux dieux, ma promesse en effet [CORN., la Veuve, III, 7]
Avec tous vos lauriers craignez encor le foudre. - Je l'attendrai sans peur. - Mais non pas sans effet [ID., Cid, II, 1]
Pour avancer l'effet de ce discours fatal [ID., Polyeucte, I, 3]
Que les dieux t'ont promis l'empire de la terre, Et que tu n'en peux voir l'effet que par la guerre [ID., Hor. I, 1]
Et l'on ne reconnaît de semblables forfaits Que quand la main s'apprête à venir aux effets [ID., Cinna, III, 2]
J'ai prononcé l'arrêt, il faut que l'effet suive [ID., Héracl. I, 3]
Il ne tiendra qu'au roi qu'aux effets je ne passe [ID., Nicom. I, 3]
Et nous verrons alors l'effet de ces menaces [ID., ib. II, 3]
Et, mettant en effet tes injustes desseins, Achève de te perdre en servant les Romains [MAIR., M. d'Asdrub. II, 3]
J'ai franchi sans trembler les plus sanglants hasards, Et rendu sans effet les menaces de Mars [ROTROU, Bélis. IV, 2]
....Damon sous ce feint personnage Pourrait voir si Caliste en viendrait à l'effet [LA FONT., Coupe.]
Sans reculer plus loin l'effet de ma parole [RAC., Mithr. III, 1]
À ses prédictions si l'effet est contraire, Pensez-vous que Calchas continue à se taire ? [ID., Iphig. I, 3]
Si l'effet eût suivi ma pensée [ID., ib. II, 7]
Je crains qu'un prompt effet n'ait suivi la menace [ID., Phèd. IV, 4]
Ils recevront l'effet de ces magnifiques promesses [MASS., Car. F. conf.]
Accomplissement.
Ô de mon songe affreux trop véritable effet [CORN., Polyeucte, III, 3]
Méré, Œuvres posth. t. I, p. 162, ne voulait pas qu'on dît effet pour accomplissement : L'effet de votre prédiction.
Terme de jurisprudence. Conséquence, application.
La loi n'a point d'effet rétroactif [, Code Nap. art. 2]
L'arrêt sortira son plein et entier effet. Effets civils, les droits civils.
Pour empêcher toute communication avec les lépreux, on les rendait incapables des effets civils [MONTESQ., Esp. XIV, 11]
L'effet d'une machine, sa force, la puissance qu'elle transmet.
Impression morale.
Mais tout ce beau langage est de si peu d'effet, Que.... [MALH., VI, 25]
La tête de Pompée a produit des effets Dont ils n'ont pas sujet d'être fort satisfaits [CORN., Pomp. III, 1]
Si vous voulez réfléchir sur la narration de Curiace dans l'Horace, vous trouverez qu'elle fait tout un autre effet [ID., Ex. de Rodog.]
Ses paroles n'ont fait aucun effet sur vous [MOL., Fest. de Pierre, IV, 10]
Mes vérités ont fait en vous leur effet ordinaire [SÉV., 16]
Il avait sur cet art [la musique] une idée assez juste ; c'est qu'il ne produisait ses grands effets que dans les assemblées nombreuses [DIDER., Claude et Néron.]
Faire un bon, un mauvais effet, produire une impression favorable, défavorable.
Cette chute fait un effet d'autant plus mauvais que.... [CORN., Ex. d'Hor.]
Cela fait un mauvais effet d'abord [SÉV., 411]
Il n'y a pas une parole qui ne fasse un bon effet [ID., 461]
Le livre de M. de Cambrai fait le plus mauvais effet du monde pour son auteur [BOSSUET, Quiét. 94]
Faire effet, produire une impression. Elle fit effet en entrant dans le salon. Cet homme cherche toujours à faire effet.
Tu veux que pour toi je compose Un long roman qui fasse effet [BÉRANG., Romans.]
On dit dans le même sens, faire de l'effet. À effet, destiné à produire de l'effet. Un morceau à effet. Faire un bel effet, un vilain effet, avoir une bonne apparence, une vilaine apparence.
Les manches du chevalier font un bel effet à table [SÉV., 77]
Votre balustrade doit faire un très bel effet [ID., 443]
Une dent qui lui fait un étrange effet au devant de la bouche [ID., 321]
Terme de littérature, de peinture et d'art en général. Résultat d'une combinaison qui frappe les yeux, captive l'esprit, touche le cœur.
C'est à lui [Appien] que je me suis attaché pour la narration que j'ai mise au premier acte et pour l'effet du cinquième [CORN., Ex. de Rodog.]
Terme de peinture. Effet de lumière, disposition de la lumière qui frappe par une combinaison heureuse et inattendue.
Je distingue dans ce tableau l'effet pathétique d'avec l'effet pittoresque [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. III, p. 199, dans POUGENS]
Ce tableau est à l'effet, il est à l'endroit où il est le mieux. Mettre un tableau à l'effet.
Terme de billard. Effet de queue, ou, absolument, effet, mouvement particulier produit dans la bille par une certaine manière de la frapper avec la queue. Faire de l'effet. Faire un carambolage par effet.
Il était de première force au billard, et avait inventé un bleu pour les effets [ALPH. KARR, les Guêpes, juillet 1840]
On dit aussi : Il ne fallait faire qu'un demi-effet. Effet, le procédé, c'est-à-dire la petite rondelle qui est au bout de la queue.
Terme de manége. Mouvement de la main qui sert à conduire un cheval ; il y en a quatre : pousser en avant, tirer en arrière, à droite ou à gauche.
10° Terme de commerce. Billet à ordre, lettre de change. Souscrire, endosser, escompter un effet.
Hé bien, madame, je n'ai point d'effets, mais j'en emprunterai ; je passerai demain chez vous et je tâcherai de faire votre affaire [DANCOURT, les Agioteurs, II, 13]
Les effets royaux étaient dans l'avilissement [RAYNAL, Hist. phil. IV, 17]
Effet au porteur, effet payable à la requête du porteur.
Les effets au porteur n'ont d'autre propriétaire que celui qui les a, et sont censés n'en avoir jamais eu d'autre ; la loi ne voit qu'un titre de créance et un porteur de ce titre [MONTESQUIOU, Rapport du 27 août 1790, p. 4]
Les effets publics, les rentes et les autres titres cotés à la bourse.
11° Au plur. Objets, vêtements à l'usage d'une personne.
La servante qui prend les effets de son maître [BOSSUET, Médit. 1]
Saint Vincent m'emplit une valise de beaux effets qui me furent volés huit jours après [P. L. COURIER, Lett. I, 143]
12° Terme de jurisprudence. Effets mobiliers, et, absolument, effets, les biens. Abandonner ses effets à ses créanciers.
Cette manière de billets a été mise en vogue par les gens d'affaires pendant la dernière guerre pour mettre leurs effets à couvert des recherches qu'on pourrait faire contre eux [VAUBAN, Dîme, p. 88]
13° En effet, loc. adv. Dans la réalité, dans l'acte.
En apparence, il rend témoignage au grand mérite, et en effet il donne du soupçon de la grande réputation [BALZ., Quatrième disc. sur la cour.]
Ceux qui désirent en général le bien des hommes, c'est-à-dire tous ceux qui sont en effet vertueux, et non point par faux-semblant ni seulement par opinion [DESC., Méth. VI, 3]
Et qui me fait régner en effet est mon maître [CORN., Nicom. II, 1]
Il feignit de m'aimer, je l'aimais en effet [TH. CORN., Ariane, IV, 2]
Sous prétexte de rendre conformes les mœurs de ses sujets, et en effet pour assouvir son avarice en pillant toute la Judée [BOSSUET, Hist. II, 5]
Reine longtemps de nom, mais en effet captive [RAC., Mith. I, 2]
Peuple lâche en effet et né pour l'esclavage, Hardi contre Dieu seul.... [ID., Athal. III, 7]
Assurément, véritablement.
Ah ! madame, en effet L'oracle est accompli, le ciel est satisfait [RAC., Théb. III, 3]
Ils croiront en effet mériter qu'on les craigne [ID., Brit. IV, 4]
Je n'aspire en effet qu'à l'honneur de vous suivre [ID., Iphig. I, 2]
Voilà donc en effet le soin qui vous dévore [VOLT., Adél. I, 2]
Car en effet il n'y a que deux états dans la vie : le célibat et le mariage [CHATEAUB., Génie, I, I, 8]
En effet se met aussi très souvent en tête d'une phrase, pour annoncer qu'on va donner une preuve de ce qu'on vient de dire.
14° À l'effet de, loc. prépos. Dans l'intention de, pour. Il voyage à l'effet de s'instruire. À cet effet, pour cet effet, loc. adv. En vue, pour l'exécution de. À quel effet ? à quelle intention ? pourquoi ?

PROVERBES

  • Les effets sont les mâles, et les paroles sont les femelles.
  • Plus de paroles que d'effet, se dit de quelqu'un qui promet plus qu'il ne tient.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se aucuns princes et leurs conseilliers eussent aperceu et advisé aucunes choses qui y sont contenues, et il les eussent mises à effect, leurs dominations en eussent plus duré [ORESME, Prol.]
    Ne facent aucun effet [acte] de change dans la dite ville [, Ordonn. des rois de Fr. t. V, p 624]
  • XVe s.
    Et [les seigneurs] mirent plusieurs devises et preschemens avant, desquelles nulles ne vinrent à l'effet [FROISS., I, I, 319]
    Lui promettant et donnant par effect [COMM., I, 10]
    Toutes entreprinses se doivent bien penser et bien debattre avant que les mettre en effect [ID., II, 12]
  • XVIe s.
    Amadour, ayant fait son effet de retirer ces deux corps, pensa si peu de luy qu'il se trouva environné d'un grand nombre de Maures [MARG., Nouv. X]
    Ce qui me convie à un effect [action] si éloigné de ma nature [MONT., I, 96]
    L'effect [résultat] en decouvrit la fourbe [ID., I, 100]
    En venant il fit tout plein de beaux effets, car il y prit force piaces que tenoient les huguenots, dont Mascon en fut une [BRANT., Cap. fr. t. III, p. 260, dans LACURNE]
    Balde n'avoit pas pris effect [intérêt] au malheur qui estoit arrivé pour la perte du navire [, Merlin Cocaie, t. II, p. 45, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. effeit ; catal. efecte ; espagn. efecto ; portug. effeito ; ital. effetto ; du latin effectus, de effectum, supin de efficere, effectuer, de ex, et facere, faire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EFFET. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
    Ne querrai art ou engieng, voie ou maniere que li effect des coses presentes puist estre destourbés [, Rec. des monum. inédits de l'hist. du tiers état, t. IV, p. 58]

effet

EFFET. n. m. Ce qui est produit par quelque cause. Supprimez la cause, vous supprimerez l'effet. Remonter des effets aux causes. Il n'y a point d'effet sans cause. Un grand effet d'une petite cause. Cela ne saurait faire un bon effet. Les menaces ne firent sur lui aucun effet. L'effet d'une médecine. L'effet d'une mine. Les effets de la lumière qui se joue dans le feuillage.

Il désigne, en termes de jeu de Billard, une Sorte de rotation imprimée à la bille pour modifier son mouvement ultérieur. Faire des effets.

En termes de Jurisprudence, Effet rétroactif, Voyez RÉTROACTIF. Effets civils, Droits, avantages qu'assure la loi civile, comme le droit de tester, etc.

Il se dit particulièrement, en termes de Beaux-Arts et de Littérature, de Ce qui frappe, de ce qui attire ou captive les regards, l'attention. Il y a de beaux effets de lumière, de clair-obscur dans ce tableau. Cet artiste sacrifie souvent la convenance, la vérité à l'effet. Cette scène produit beaucoup d'effet à la représentation.

À EFFET, se dit adjectivement de Ce qui est destiné, de ce qui vise à produire de l'effet. Une phrase, un vers à effet.

Il se prend aussi pour l'Exécution d'une chose. En venir à l'effet. Des paroles ils en vinrent aux effets. Voilà de belles propositions, mais il faut les mettre à effet. Il faut que l'effet s'ensuive. Il faut en voir l'effet. La chose a eu son effet, son plein et entier effet, est demeurée sans effet.

Pour cet effet, à cet effet, Pour l'exécution de quoi, ou En vue de quoi.

À quel effet? À quelle intention? Pourquoi?

À l'effet de, Pour l'exécution, pour l'accomplissement de, ou Afin de. Cette locution n'est guère usitée qu'en style de Procédure.

EFFET se dit aussi d'un Billet à ordre, d'un papier de crédit. Un effet de commerce. Il a beaucoup d'effets en portefeuille. Souscrire un effet. Effet payable au porteur, ou, simplement, Effet au porteur.

Les effets publics, Les rentes sur l'État, les billets ou papiers d'État introduits dans la banque et dans le commerce.

Effets mobiliers, ou, simplement et plus ordinairement, Effets, Biens, objets meubles, ou censés tels d'après la loi. Les effets d'une succession.

EFFETS, au pluriel, se dit, dans un sens particulier, des Objets meubles qui sont à l'usage d'une personne. Il désigne presque exclusivement aujourd'hui le Linge et les vêtements. Emporter ses effets. On lui a pris tous ses effets, le peu d'effets qui lui restaient.

EN EFFET, loc. adv. Réellement. Ce n'est point un conte, cela est arrivé en effet. Il a raison en effet. Il le mérite en effet.

EN EFFET, au commencement d'une phrase, est le plus souvent synonyme de Car et annonce qu'on va donner une preuve de ce qu'on vient de dire. Il maintient que telle chose est : en effet, peut-on en douter après tant d'expériences?

effet


EFFET, ou EFET, s. m. [Efè: 1re é fer., 2e è moy. — On écrivait aûtrefois effect.] 1°. Ce qui est produit par quelque caûse. "L'effet d'une machine, d' une mine, d'une médecine, etc. Bon éfet, mauvais éfet. "Elle a produit un bon effet, etc. "Votre discours a fait effet, un grand effet sur son esprit. = 2°. Il se prend pour l'exécution d'une chôse. "En venir à l'effet. Mettre à effet. "Il en faut voir l'effet. "La chose a eu son effet, etc. = On dit en ce sens, pour cet éfet, à cet éfet (le 1er est plus d'usage que le 2d), pour l'exécution de quoi. "À~ quel effet? à quelle intention? pourquoi? — À~ l'éfet de... pour l'acomplissement de... Celui-ci se dit au Palais. = 3°. Partie d'un bien d'un particulier, sur-tout d'un homme d'afaires. "Ce billet n'est pas un trop bon effet. "Les effets d'une succession. Effet dans le commerce, etc. Il se dit le plus souvent au pluriel.
   EN EFET, adv. Réellement: "Il a raison en effet: il le mérite en effet. — Il se met quelquefois à la tête de la phrâse. Voy. EFFECTIVEMENT. "Nous devons aimer Dieu. En effet, qu'y a-t-il de plus raisonnable que d'aimer un pere, un bienfaiteur, etc.
   Rem. 1°. * On disait autrefois, sortir son éfet, pour avoir son éfet (n°. 2°.) Cette façon de parler est un latinisme, mais latinisme barbâre. C'est du latin du Code, Lata Sententia sortitur effectum. Les bons Auteurs ont toujours dit: Habere, obtinere effectum, perduci ad effectum. Vaug. — Sortir son éfet, est resté au Palais, où il a pris naissance.
   2°. EFET s'emploie, depuis quelque temps, indéfiniment, sans régime et sans raport. On dit, produire de l'éfet, faire éfet, comme on dit, faire impression. — C'est un néologisme, dont on peut bien augurer. "Les Historiens en ont une (passion), c'est celle de montrer du talent, de produire de l'effet, et d'obtenir une grande réputation. Mercûre. "L'Auteur a su se rendre maitre des évènemens, et les disposer de la façon la plus propre à faire effet. Sabatier.
   3°. * Par éfet, s'est dit autrefois pour efectivement. LA RUE s'en sert souvent: il n'est pas de l' usage actuel. "Les châtimens exercés par effet, sur tant et tant de pécheurs, ne sont point pour vous des menaces, ni des exemples.
   4°. On dit souvent: "C'est un effet de la Providence que... Dans ce tour de phrâse, il faut employer le subjonctif. * Le Gendre met mal-à-propôs l'indicatif. "C'est un effet de la Providence que les animaux de proie sont (soient) peu féconds, et que ceux qui servent de proie aux autres sont (soient) d'une fécondité qui les multiplie beaucoup.

Synonymes et Contraires

effet

nom masculin effet
2.  Impression produite sur quelqu'un.
3. 
En effet.
Traductions

effet

Wirkung, Effekt, Auswirkung, Eindruckeffect, impression, effectseffect, indruk, gevolg, werking, handelspapier, rechtsgevolg, wissel, spinאפקט (ז) [השפעה], אפקט (ז) [רושם], השפעה (נ), רושם (ז), תוצא (ז), הַשְׁפָּעָה, רֹשֶׁם, תּוֹצָאeffek, indrukefecteúčinekefektoefectoteho, vaikutusefeito, impressãoeffetto, impressione, portatoأَثَرeffektσυνέπειαučinak影響효과virkningskutekрезультатverkanผลกระทบetkitác động影响ефект (efɛ)
nom masculin
1. résultat, conséquence les effets de l'alcool
agir un médicament qui fait effet rapidement
actions indésirables d'un médicament
2. s'emploie pour confirmer qqch
3. fait d'impressionner qqn faire de l'effet
4. procédés qui créent l'illusion de la réalité au cinéma

effet

[efɛ]
nm
(d'une cause)effect, result
c'est l'effet de → it's a result of
Je pense pour ma part que c'est l'effet de la concurrence → In my opinion it's a result of competition.
c'est l'effet du hasard → it's fate
(= résultat tangible) [médicament, menace] → effect
avoir de l'effet → to have an effect, to be effective
faire de l'effet → to have an effect, to be effective
Pensez-vous que cela aura de l'effet? → Do you think it'll have an effect?, Do you think it'll be effective?
Ce médicament fait rapidement de l'effet → This medicine takes effect quickly.
(= artifice) effet de style → stylistic effect
effet de lumière → lighting effect
effets de voix → vocal effects
(TENNIS) donner de l'effet à une balle → to put some spin on a ball
(= impression) → feeling, impression
un drôle d'effet → a strange feeling
Ça m'a fait un drôle d'effet de le revoir → It gave me a strange feeling to see him again.
Ça nous a fait beaucoup d'effet → It left a deep impression on us.
Ça fait beaucoup d'effet → It's very impressive.
C'est tout l'effet que ça te fait? → Is that all it does to you?
faire l'effet de
Il m'a fait l'effet d'un garçon honnête → He struck me as a decent chap.
(COMMERCE)bill
(DROIT) [loi, jugement] → application
avec effet rétroactif → applied retrospectively
(autres locutions) sous l'effet de → under the effect of
à cet effet → to that end
en effet → indeed
C'est plutôt risqué. - En effet! → That's rather risky. - It is indeed!
Je ne me sens pas très bien. - En effet, tu as l'air pâle → I don't feel very well. - Yes, you do look pale.
On peut en effet se demander si → We may indeed ask ourselves if ...
Il est assez arrogant, en effet → He is rather arrogant, you're right. effets
nmpl
(= vêtements) → things
(= artifices) effets spéciaux (CINÉMA)special effects
effet de commerce nmbill of exchange
effet de manche nmplsleight of hand
effet de serre nmgreenhouse effect
effet de surprise nmelement of surprise
effets secondaires nmplside effects
effets spéciaux nmpl (CINÉMA)special effects