efflanquer

(Mot repris de efflanquée)

EFFLANQUER

(è-flan-ké) v. a.
Rendre les flancs creux, amaigrir et affaiblir par un excès de fatigue ou la privation de nourriture. Efflanquer un cheval. Terme d'horlogerie. Donner, avec une lime, la forme convenable aux ailes d'un pignon.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Rage efflanchée, qui rend les chiens cousuz parmi les flanz, comme s'ilz n'avoient mengié [GASTON PHÉBUS, Chasse, ms. p. 97, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Ef- pour es- préfixe, et flanc.

efflanquer

EFFLANQUER. v. tr. Rendre maigre des flancs par excès de travail ou défaut de nourriture. Efflanquer un cheval à force de le faire travailler. Le travail, la mauvaise nourriture a efflanqué ce pauvre âne.

Il se dit quelquefois des Personnes. Je l'ai retrouvé, après sa maladie, maigre et efflanqué.

efflanquer


EFFLANQUER, ou ÉFLANQUER, v. a. [1re et dre é fer., 2e. lon.] Il ne se dit proprement que des chevaux que l'excès du travail, ou le défaut de nourritûre a maigris, jusqu'à leur rendre les flancs creux ou abattus. "Le travail, la mauvaise nourriture, a efflanqué ce cheval. "Cheval efflanqué, bête efflanquée. = Dans le style plaisant, on peut le dire des hommes au propre; et dans le style critique, des ouvrages d'esprit au figuré. Vers éflanqués, style éflanqué, maigres, sans force, sans nerf.

Traductions

efflanquer

abkommen