embarras

embarras

n.m.
1. Obstacle qui empêche d'agir, ou qui gêne la réalisation de qqch : Leurs concurrents leur ont créé toutes sortes d'embarras complication, entrave
2. Incertitude, perplexité de qqn qui ne sait quelle voie choisir : Le fait qu'il veuille travailler avec elle la met dans l'embarras indécision confusion, gêne
3. Situation difficile causée par le manque d'argent ; gêne : La vente de leur maison les tirerait d'embarras.
Embarras gastrique,
ensemble de troubles intestinaux de durée variable.
Faire de l'embarras ou des embarras,
faire des manières, des cérémonies, des simagrées.
N'avoir que l'embarras du choix,
avoir un choix très large.

EMBARRAS

(an-ba-râ ; l's se lie : un en-ba-râ-z ennuyeux) s. m.
Obstacle qui barre une voie, un chemin. Il y a de l'embarras dans cette rue. Un embarras de voitures.
Quand un autre [carrosse], à l'instant s'efforçant de passer, Dans le même embarras se vient embarrasser [BOILEAU, Sat. VI]
Il ne fallait que l'embarras d'un défilé, quelques marches forcées ou une boutade de cosaques pour nous débarrasser de tout cet attirail [bagages] [SÉGUR, Hist. de Napol. IX, 1]
Fig. et familièrement. Faire de l'embarras, des embarras, ses embarras, se donner de grands airs, affecter de grandes prétentions.
Ce qui gêne. J'ai trop de meubles, cela met de l'embarras chez moi. L'embarras fut grand à l'arrivée d'une compagnie qu'on n'attendait pas.
Une tête empanachée N'est pas petit embarras [LA FONT., Fabl. IV, 6]
Je ne suis pas de ceux qui font leur volupté Des embarras charmants de la paternité [C. DELAVIGNE, École des vieill. I, 1]
Causer de l'embarras à quelqu'un, venir demander à dîner ou à coucher chez quelqu'un qui n'est pas préparé à recevoir. Populairement. Ce n'est pas l'embarras, c'est-à-dire ce n'est pas là ce qui peut embarrasser, arrêter, retarder, et, par suite, quoi qu'il en soit, néanmoins ; locution née d'après Mme de Genlis, pendant la Révolution. Ce n'est pas l'embarras, vous arriverez toujours à votre but. Embarras de la langue, difficulté à articuler. Il lui est resté de son attaque un embarras de la langue.
Confusion de choses difficiles à débrouiller. Un procès où il y a de l'embarras. L'embarras de ses affaires inquiète ses créanciers.
Pénurie d'argent. Cette famille est dans un grand embarras.
Nous nous sommes trouvés dans de grands embarras ; Mais depuis quelque temps un oncle, un honnête homme.... A bien voulu descendre aux ténébreux manoirs [REGNARD, Ménechm. IV, 2]
Il est jeune, il a dépensé étourdiment tout son argent, il est dans un extrême embarras [Mme DE GENLIS, Théâ. d'éduc. le Libraire, sc. 3]
Difficultés résultant d'une multitude d'affaires. Se trouver dans un embarras inextricable d'affaires.
Des embarras du trône effet inévitable [RAC., Esth. II, 3]
Gardez-vous de vous jeter dans cet embarras [FÉN., Tél. XXIII]
Troïle est utile à ceux qui ont trop de bien ; il leur ôte l'embarras du superflu [LA BRUY., V]
Et dans cet éternel fracas De riens pompeux et d'embarras [GRESSET, au P. Bougeant.]
Difficulté résultant de ne savoir que faire, que répondre.
L'embarras où elle jette les princes [CORN., Ex. de Rodog.]
Un autre hymen vous met dans le même embarras [ID., Sertor. II, 4]
C'est ce qui vous met dans un fâcheux embarras [PASC., Prov. 12]
L'embarras n'était pas petit, parce que, quoi qu'on pût dire, on sentait bien qu'il n'y avait ni grande ni petite église composée de pasteurs et de peuple, où l'on pût montrer la foi qu'on voulait faire passer pour la seule vraiment chrétienne [BOSSUET, Var. XIV, § 16]
Il n'a point dans ses vers l'embarras de choisir [BOILEAU, Sat. II]
Son cœur, toujours flottant entre mille embarras, Ne sait ni ce qu'il veut, ni ce qu'il ne veut pas [ID., ib. VIII]
Embarras d'esprit, peine d'esprit.
État de celui qui est interdit, troublé.
L'embarras avec lequel je lui parlai l'obligea de me presser [LE COMTE DE BUSSY, dans RICHELET]
[S'il] ne confond d'abord par ses doux embarras Tous les raisonnements d'aimer ou n'aimer pas [TH. CORN., Ariane, I, 3]
Télémaque, qui vit son embarras, n'osa lui dire que.... [FÉN., Tél. XXIII]
Quand Philoctète dépeignit l'embarras de Néoptolème, qui ne savait pas dissimuler, Télémaque parut dans le même embarras [ID., ib. XVI]
Sa physionomie portait l'empreinte de cette espèce de souffrance que cause toujours un extrême embarras [Mme DE GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 307, dans POUGENS]
Craignez-vous de montrer ce front jeune et timide ? Un si grand embarras sied mal à la vertu [DUCIS, Othel. I, 6]
Terme de médecine. Embarras gastrique, trouble de la digestion avec nausées, vomissement, et souvent coliques et diarrhée. Embarras des premières voies, état caractérisé par une langue chargée, jaunâtre, de l'inappétence, la bouche pâteuse, etc.
Dans le langage familier. Mettre une fille dans l'embarras, la rendre enceinte.

SYNONYME

  • EMBARRAS, TIMIDITÉ. L'embarras est extérieur ; il tient aux circonstances, et se montre dans la manière d'être. La timidité est intérieure, elle tient au naturel et peut ne pas se montrer. On peut être fort embarrassé sans être timide.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Aiant trouvé un embarras de charrettes à la rue de la Feronnerie [D'AUB., Hist. III, 546]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et barre ; espagn. embarazo ; ital. imbarrazzo.

embarras

EMBARRAS. n. m. Ce qui embarrasse ou Résultat de l'action d'embarrasser. Il y a toujours de l'embarras dans cette rue. Un embarras de voitures. Faire, causer un embarras. Se tirer d'un embarras.

Causer de l'embarras à quelqu'un, Gêner quelqu'un, faire qu'il soit obligé de s'incommoder pour vous recevoir. On dit dans le même sens Je crains d'être pour vous un embarras.

Un faiseur d'embarras. Voyez FAISEUR.

Il se dit, en termes de Médecine, d'un Commencement d'obstruction, et surtout d'une Accumulation de matières dans l'estomac ou dans les intestins. Il y a un peu d'embarras. Embarras gastrique. Embarras intestinal.

Fig. et fam., Faire de l'embarras, des embarras, ses embarras, Se donner de grands airs, ou Afficher de grandes prétentions. Cet homme fait bien de l'embarras, bien des embarras.

Il signifie au figuré Confusion de plusieurs choses difficiles à débrouiller. Il y a de l'embarras dans ce procès, dans cette succession. Il y a de l'embarras dans ses affaires.

Embarras d'argent, ou absolument Embarras signifie Manque d'argent, pénurie. Il se trouve dans de grands embarras. Cette famille est dans l'embarras, venez à son secours. Tirer quelqu'un d'embarras.

Il signifie encore Irrésolution dans laquelle on se trouve lorsqu'on ne sait quel parti prendre, ni par quelle voie se tirer de quelque pas difficile. Il avait l'embarras du choix. Je me suis vu dans un étrange embarras. Sortir d'embarras.

Embarras d'esprit, Irrésolution d'esprit.

Il signifie également Gêne, malaise que cause la nécessité d'agir ou de parler, lorsqu'on ne sait que faire ni que dire. Il ne pouvait cacher son embarras. Tout le monde s'aperçut de son embarras. Tout trahit son embarras.

embârrâs


EMBâRRâS, s. m. EMBâRRASSANT, ANTE, adj. EMBâRRASSER, v. act. [Anbâ-râ, ra-san, sante, ra-sé; 2e lon. r f. 3e lon. au 1er, 4e longue au 2d et au 3e, é fermé au dernier] Embârrâs est, 1°. un obstacle qu'on trouve dans son chemin, dans son passage. "Il y a toujours de l'embârrâs dans plusieurs rûes de Paris. — Faire, causer de l'embârrâs, un embârrâs. = 2°. Au fig. confusion de plusieurs chôses, dificiles à débrouiller. "Embârrâs dans une afaire, dans un procès, dans une succession. = 3°. Peine que done la multitude des afaires. "Être dans un grand embârrâs d'afaires. = 4°. Irrésolution, perplexité. Je me vois dans un étrange embârrâs, je ne sais que faire. — Embârrâs d'esprit, peine, irrésolution d'esprit. = 5°. En parlant de maladie, commencement d'obstruction. "Embârrâs dans la poitrine, dans le foie, etc.
   Rem. Avec le régime du datif, causer vaut mieux que faire des embârrâs. "À~ peine Alphonse le chaste étoit-il élevé sur le trône, que le conseil de l'union lui fit les mêmes embârrâs qu'il avoit fait au feu Roi Dom Pierre. Révol. d' Esp. = Mr. Necker dit, faire embârrâs, sans article, ce qui est encôre plus contraire à l'usage. "C' est le moment d'un besoin extraordinaire, qui fait embârrâs entre celui qui demande et celui qui doit fournir.
   EMBâRRASSANT, qui caûse de l'embârrâs. "Les bagages sont embârrassans dans une marche. "Cette afaire est fort embârrassante. "Ce choix est embârrassant.
   EMBâRRASSER se dit au propre et au figuré dans les divers sens d'embârrâs. "Embârrasser le chemin, les rûes. "On a embârrassé cette afaire, cette question. Ce que vous m'aprenez m'embârrasse fort: je ne sais que résoûdre. "Sa tête, sa poitrine s' embârrasse.
   Ce verbe régit souvent la prép. de "Il m'a embârrassé de cette afaire. "Il ne faut pas s' embârrasser des afaires d'autrui. "Il est embârrassé de sa persone, de son temps, de son rang. — Le passif régit aussi à devant les verbes. "Il est embârrassé à choisir, à se déterminer.
   Rem. S'embârrasser, sans régime, a un sens bien diférent de s'embârrasser, avec la prép. de. Dans le premier câs, il signifie s'intimider, se troubler. "Il est timide, il s'embârrasse au moindre mot qu'on lui dit. Dans le second, il signifie se méler, s' inquiéter: "De quoi vous embârrassez-vous? * Le P. Rapin emploie mal-à-propos le régime dans le premier sens. "Ceux qui n'en ont pas (du naturel, c. à. d. du talent) s'embârrassent des préceptes que les Maîtres donent dans l'école. Il faut, sont embârrassés des préceptes, ou encôre mieux, les préceptes les embârrassent — * Bourdaloue dit aussi. "De s'embârrasser de peu, c'est petitesse d'esprit, et de se charger de trop, c'est indiscrétion et folie. — Je crois qu'il faudrait dire, d'être embârrassé de peu de chôse. = * Mallebranche lui done le sens de se mettre en frais pour, etc. se faire une afaire de, etc. "Ils s'embârrassent fort de venir à bout d'une chôse contraire au bon sens, mais qui contente leur vanité. = Dans la phrâse négative, ou avec peu, il a le sens et le régime de se mettre en peine. "Il ne s'embârrasse pas de faire crier tout le monde. "Les grands Vassaux s'embârrassèrent peu de définir leur position. Moreau.

Synonymes et Contraires

embarras

Traductions

embarras

Hemmnis, Lästiges, Verlegenheit, Ratlosigkeit, schwierige Lage, Unentschlossenheit, Verwirrung, Plageembarrassment, abashment, perplexity, difficulty, discomfiture, fix, quandary, predicament, straits, nuisanceverlegenheid, benardheid, hinder, knelpunt, penarie, moeilijke situatie, moeilijkheid, verwarring, drukte, klem, lastpostבלבול (ז), הבכה (נ), התבלבלות (נ), מבוכה (נ), מצוקה (נ), סיבוך (ז), מְצוּקָה, סִבּוּךְ, הִתְבַּלְבְּלוּתbenardheidconfusió, embaràsembarasoapuro, estorbo, perplejidad, turbación, molestiapula, riesaaperto, embaraço, estorvo, óbice, perplexidade, amolação, incómodoimbarazzo, seccaturaإِزْعَاجٌotravaplageμπελάςsmetnja厄介なもの귀찮은 존재plageutrapienieдосадаbesvärการก่อให้เกิดความรำคาญsıkıntımối phiền toái讨厌的东西尷尬 (ɑ̃baʀa)
nom masculin
1. situation gênante être dans l'embarras
2. gêne, malaise cacher son embarras

embarras

[ɑ̃baʀa] nm
(= confusion) → embarrassment
mettre qn dans l'embarras → to put sb in a difficult situation
Votre question me met dans l'embarras → It's difficult for me to answer your question.
Vous n'avez que l'embarras du choix → You're spoilt for choice., The only problem is choosing.
(= malaise, gêne) → embarrassment
(= ennuis) être dans l'embarras (situation difficile) → to be in an awkward position; (gêne financière) → to be in difficulties
(= obstacle) → hindrance