emblème

emblème

n.m. [ gr. emblêma, ornement en relief ]
1. Être ou objet symbole d'une notion abstraite, ou destiné à représenter une collectivité, un personnage : Le bœuf est l'emblème de la force. L'emblème d'un parti, d'une profession.
2. En héraldique, figure symbolique, génér. accompagnée d'une devise : L'emblème de François Ier était la salamandre.

EMBLÈME

(an-blê-m') s. m.
Au sens propre, actuellement inusité, ouvrage de marqueterie, de mosaïque.
Aujourd'hui, figure symbolique, avec une légende en forme de sentence. Des boucliers ornés d'emblèmes.
Le Sphinx est son emblème [d'Octave] et nous dit qu'il préfère Ce symbole du fourbe aux aigles de son père [VOLT., Triumv. II, 1]
Ces hommages publics, ces emblèmes, ces armes.... Importunaient vos yeux où j'ai surpris des pleurs [C. DELAV., Paria, IV, 2]
Insigne. Les emblèmes de la royauté.
Symbole. Le coq est l'emblème de la vigilance. Le vert est l'emblème de l'espérance.
Que mes armes sans faste, emblème des douleurs.... [VOLT., Tancr. III, 1]

SYNONYME

  • EMBLÈME, DEVISE. L'un et l'autre est la représentation d'une vérité par un symbole sensible, accompagné d'une légende qui en exprime le sens. Ce qui distingue l'emblème de la devise, c'est que les paroles de l'emblème ont toutes seules un sens plein et achevé, ce qui n'est pas vrai des paroles de la devise qui ne s'entendent bien que lorsqu'elles sont jointes à la figure, BEAUZÉE.
  • EMBLÈME, SYMBOLE., Selon Lafaye, le symbole et l'emblème diffèrent d'abord en ce que l'un est constant, primitif, traditionnel, d'une origine divine ou inconnue, et l'autre du choix ou de l'invention de quelqu'un qui l'imagine ou s'en sert à dessein en se fondant sur une liaison d'idées plus ou moins sensible. La religion a des symboles, les artistes ont des emblèmes. Le symbole est quelque chose de convenu, de généralement admis, l'emblème est le résultat d'une certaine œuvre et d'une création particulière. Le gouvernail, dit Marmontel, est le symbole de la navigation ; les poëtes et les peintres en ont fait l'emblème de l'administration d'un État.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je me donne loy d'y attacher [à mon livre], comme ce n'est qu'une marqueterie mal joincte, quelque embleme [pièce de rapport] super-numeraire [MONT., IV, 90]

ÉTYMOLOGIE

  • En grec, marqueterie, venant d'un verbe correspondant en français à mettre dans, et venant lui-même d'un autre verbe signifiant (en français) jeter.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EMBLÈME. Ajoutez : - REM. Ce mot est employé au féminin par Mme Cornuel dans la seule lettre d'elle qu'on ait conservée :
    Il fait des devises.... lesquelles mon ignorance ne conçut que pour emblèmes très chétives [TALLEMANT DES RÉAUX, t. V, p. 139, éd. Paris.]

emblème

EMBLÈME. n. m. Espèce de figure symbolique, qui est d'ordinaire accompagnée de quelques paroles en forme de sentence. Emblème ingénieux. Expliquer un emblème. Composer un emblème.

Il se dit, par extension, pour Symbole, attribut figuré ou figuratif. Un serpent qui se mord la queue était chez les Égyptiens l'emblème de l'éternité. Le coq est l'emblème de la vigilance. Les emblèmes de la royauté. Les emblèmes de la force, de la prudence.

Synonymes et Contraires

emblème

nom masculin emblème
1.  Ce qui symbolise.
2.  Marque distinctive.
Traductions

emblème

emblemסמל (ז)embleem, attribuut, symboolEmblemέμβλημαemblemaemblemสัญลักษณ์эмблема (ɑ̃blɛm)
nom masculin
objet qui représente qqch l'emblème de la nation

emblème

[ɑ̃blɛm] nmemblem