empêchement

empêchement

n.m.
Ce qui s'oppose à la réalisation de qqch : Un empêchement de dernière minute l'a obligé à rester au bureau contretemps, incident entrave, obstacle

EMPÊCHEMENT

(an-pê-che-man) s. m.
Action d'empêcher, entrave, obstacle.
.... Mille empêchements que vous ferez vous-même, Pourront de toutes parts aider au stratagème [CORN., Nicom. V, 5]
Sans empêchement, De ces bords jusqu'à Rome on arrive aisément [MAIR., Sophon. I, 4]
Vient-elle ôter aux morts les larmes que je verse, Et mettre empêchement à ce triste commerce ? [ROTROU, Antig. III, 7]
En murmurant contre les empêchements [PASC., dans COUSIN]
Si nous souffrons les empêchements extérieurs en patience [ID., ib.]
La manière dont nous supportons les empêchements [ID., ib.]
Empêchement de la langue, difficulté de prononciation.
Moyse dit à Dieu : J'ai un empêchement de langue [VOLT., Philos. IV, 139]
Terme de jurisprudence. Empêchement de mariage, obstacle au mariage de deux personnes. Empêchement dirimant, celui qui entraîne la nullité du mariage contracté au mépris de cet empêchement. Empêchement prohibitif, celui qui n'entraîne pas la nullité de mariage.
Le pape par la dispense avait levé l'empêchement de l'affinité [MAUCROIX, Schisme, liv. I, dans RICHELET]
Terme d'astrologie. Empêchement de lumière, position d'une planète tardive qui se trouve entre deux planètes véloces.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Melz [mieux] [elle] sostendreiet les empedementz Qu'elle perdesse [que de perdre] sa virginitet [, Eulalie]
  • XIIe s.
    Toute li [la] commungne de Tornai nous doit secorre, s'il sans empechement puent venir dusques là [TAILLIAR, Recueil, p. 499]
    Ensement [en même temps] ad asols [il a absous] les moines del covent, Les suens [siens] voleit baisier senz empeechement [, Th. mart. 121]
  • XIIIe s.
    Et grans empecquemens est as baillis et as juges d'oïr longes paroles [BEAUMANOIR, V, 11]
    ....Si comme quant aucuns se plaint d'empeecemens de lor communs [ID., IX, 9]
  • XVe s.
    Nul serviteur ne parent du duc Jean Galeas de Milan donnoit empeschement au seigneur Ludovic à prendre la duché pour luy, que la femme dudit duc [COMM., VII, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Empêcher.

empêchement

EMPÊCHEMENT. n. m. Ce qui empêche. Apporter de l'empêchement à quelque chose. Je n'y mets point d'empêchement. Mettre empêchement à un mariage. Il y a empêchement. Empêchement dirimant. Lever tous les empêchements. Être dans l'empêchement, dans un grand empêchement.

empêchement


EMPêCHEMENT, s. m. EMPêCHER, v. a. [Anpêcheman, ché: 2e ê ouv. et lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Obstacle, oposition. "Mettre, aporter de l'empêchement à quelque chôse.
   Empêchement, dificulté, obstacle (syn.) Suivant l'Abé Girard, le mot dificulté paraît exprimer quelque chôse, qui nait de la natûre et des propres circonstances de ce dont il s'agit; celui d'obstacle semble dire quelque chôse, qui vient d'une câuse étrangère; celui d'empêchement, fait entendre quelque chôse, qui dépend d'une loi, ou d'une force supérieure.
   EMPêCHER, aporter de l'obstacle. "Empêcher le jugement d'un procès: un mariage. "Cette muraille empêche la vûe, etc. — La diférence du sens afirmatif et du négatif est très-sensible dans ce verbe. Il régit la conjonction que avec le subjonctif. S' il y a une négation avec empêcher, on n'en met point après que; et s'il n'y en a point, on ajoute à que la négative ne. "Je n'empêcherai pas que vous veniez; j'empêcherai bien que vous ne sortiez. — L' Acad. dit indiféremment: Je n'empêche pas qu'il ne fasse ou qu'il fasse. Mais elle ne done point le choix pour le sens afirmatif. Elle ne met que cet exemple. "La pluie empêcha qu'il ne s'allât promener.
   Rem. 1°. Plusieurs Auteurs retranchent le ne, quoique la phrâse soit afirmative. "Lancaster fut soupçoné d' empêcher qu'aucune entreprise pût réussir. il falait, ne pût réussir.
  Dieux puissans, empêchez qu'un autre le possède.
       Campistron.
  Suivant l'usage, il faudrait, ne le possède.
  Je pouvais empêcher qu'elle me fût ravie.
      P. Marion. Cromvel.
En prose, on devrait dire, qu'elle ne me fût ravie: mais on doit pardoner aux Poètes de retrancher la négative. = D'autres Auteurs mettent la négative après que, dans le sens négatif, où elle ne doit pas être employée. "Je n'empêche point qu'on ne te done. Mde. Dacier, Odyssée. L'Acad. les autorise, comme on a vu plus haut.
   Rem. 2°. Quand empêcher régit un nom, il faut employer pour le régime des verbes la prép. de et l'infinitif, et non pas la conjonction que avec le subjonctif: ainsi, au lieu de dire, je ne vous empêcherai pas que vous veniez, il faut dire: je ne vous empêcherai pas de venir. "Il m'empêche de travailler, et non pas: il m'empêche que je travaille. — Que si empêcher est employé neutralement et sans régime des noms, la conjonction que est employée régulièrement. "J'empêcherai bien qu'il ne viène nous troubler. "J'ai empêché qu'on ne vous volât.
   REM. 3°. S'empêcher régit de et l'infinitif, par le même principe. "Je ne puis m'empêcher de le faire. — La prép. en, avec laquelle il se joint quelquefois, exprime cet infinitif. "Je ne puis m'en empêcher signifie souvent, je ne puis m'empêcher de me mettre en colère, de dire, de faire telle chose, etc. = On dit, dans ce sens, qui vous en empêche? * En conséquence Bossuet a cru pouvoir dire: rien n'en empêchoit: mais on ne peut pas conclûre d'une expression à l'aûtre; la 2de est irrégulière, et elle difère de l'aûtre en ce qu'empêcher y est sans régime direct. On dirait mieux, si l'on disait, rien ne l'en empêchait. Le P. Barre a fait la même faûte. * "Partout on abatit les images: on massacra tous ceux qui voulurent en empêcher. Hist. d'Allem. Il falait, ou l'empêcher ou les en empêcher. — Et Mde. de B... "Avant que le Maître puisse en empêcher, Hist. des Tudors. Dites, puisse l'empêcher.
   REM. 4°. S'empêcher d'être suivi, pour empêcher qu'on ne le suive, plaisait à Vaugelas, malgré l'irrégularité de l'expression. Il assurait que les meilleurs Ecrivains, en s'en servant, la regardaient comme une expression élégante. Chapelain et La Mothe le Vayer étaient d'un autre sentiment, et Th. Corn. se rangea de leur côté. Aujourd'hui l'usage est conforme à la raison sur cette expression; car ce sont les aûtres que nous empêchons de nous suivre, et nous ne nous empêchons pas nous-mêmes. — Delà on peut faire cette règle générale, que quand le verbe, régi par s'empêcher, se raport au nominatif, on peut employer l'infinitif; quand il ne s'y raporte pas, il faut dire, empêcher, et non pas s'empêcher, et le faire suivre de la conjonct. que, et du subjonctif. "Je ne puis m'empêcher de le faire: je puis empêcher que vous ne le fassiez.
   REM. 5°. Empêcher régit la persone à l'acusatif. Quelques Auteurs lui ont fait régir le datif. "La conoissance de ces inconvéniens ne lui a pas dû empêcher d'exécuter son dessein. Mallebr. Dites, n'a pas dû l'empêcher, etc. — Un Auteur Gascon lui a doné le méme régime. "L'indisposition où il pouvoit être alors lui a empêché de faire assez d'attention à la lettre qu'on lui écrit. Let. d'un Citoyen de Bordeaux. Et de Saci. "Il est bien plus aisé de vaincre l'énemi lorsqu'on lui empêche dabord l'entrée de l' âme. — Dites, lorsqu'on lui ferme l'entrée, ou lorsqu' on l'empêche d'entrer, etc. La 1re manière vaut mieux. — Ailleurs, il l'emploie sans régime. "Heureux celui qui rejette tout ce qui l'empêche et le distrait. — Cela n'est pas du goût d'aujourd'hui.
   Rem. 6°. On dit, dans le style fam., je n' empêche, pour dire, je ne m'y opose pas, j'y consens. "Si cette épouvantable crucifixion (la question) leur a paru la plus solide des recherches de la vérité, je n'empêche: il ne faut pas disputer des goûts. An. Litt. Le style ironique et critique, quoique plus relevé que le st. fam. peut s'acomoder de cette expression.
   EMPêCHÉ, ÉE, partic. et adj. — Quand il a le sens de son verbe, et qu'il n'est que participe, il ne peut être employé adjectivement. "Mon père empêché de sortir eut le temps de revenir de son premier emportement. Fielding. Dans ce sens, il ne peut pas même être employé au passif et avec le verbe être. On ne dit point, il est empêché de sortir, mais on l'empêche, ou quelque chose l' empêche de sortir.
   EMPêCHÉ, adj. Embârrassé, ou ocupé. "Il est empêché à rendre ses comptes. "Il a les mains empêchées. "Ceux-ci n'y étoient guère moins empêchés. Linguet. "Vous êtes bonne encôre quand vous dites que vous avez peur des beaux esprits. Ah! Si vous saviez qu'ils sont petits de près, et combien quelquefois ils sont empêchés de leurs persones, vous les remettriez dabord à hauteur d'apui. Sév. "S'il faut écrire à M. de Montausier et à Mde. de Crussol, me voilà plus empêchée que quand Adhémar écrivit au Roi et à ses Ministres. La même.
   Au gué d'une rivière à la fin arrivèrent,
   Et fort empêchés se trouvèrent.
   Ce mot n'est pas assez noble pour entrer dans le haut style.
   Les mystères de cour souvent sont si cachés,
   Que les plus clairvoyans y sont bien empêchés.
       Corn. Nic.
Un Poète tragique ne l'emploirait point aujourd'hui.
   *EMPêCHÉ, ocupé. "Aucuns (les uns) empêchés à parler saintement de Dieu. Chron. Il est vieux en ce sens; et ne se dit plus que dans cette expression proverbiale: faire l'empêché, l' homme afairé.

Synonymes et Contraires

empêchement

nom masculin empêchement
Traductions

empêchement

הימנעות (נ), המנעה (נ), הנאה (נ), מכשלה (נ), מניעה (נ), עיכוב (ז), עכבה (נ), תקלה (נ), מַכְשֵׁלָה, עִכּוּב, הַמְנָעָה, הִמָּנְעוּת, מְנִיעָהimpediment, obstacle, difficulty, hitchimpedimento, obstáculo, complicaciónimpedimento, obstáculo, empecilhoimpedimento, inconvenienteعَقَبَةzádrhelvanskelighedHakenπρόσκομμαongelmazastoj障害장애tegenslagproblemkomplikacjaпрепятствиеryckการหยุดชะงักufak soruncản trở故障 (ɑ̃pɛʃmɑ̃)
nom masculin
ce qui fait qu'on ne peut pas faireqqch avoir un empêchement

empêchement

[ɑ̃pɛʃmɑ̃] nmhitch
avoir un empêchement
Il a eu un empêchement et ne pourra pas venir → Something came up and he won't be able to come.