empampré, ée

EMPAMPRÉ, ÉE

(an-pan-pré, prée) adj.
Garni de pampre.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pour mieux tromper ses ennuis, Le chef tout empampré de joie, Gaillard il les plonge et les noie Au fond de ses plus vineux muiz [J. TAHUREAU, Poésies, p. 115, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et pampre.