empesté, ée

EMPESTÉ, ÉE

(an-pè-sté, stée) part. passé.
Qui a la peste ou toute autre maladie contagieuse. Une ville empestée.
Aix et Arles sont empestés de la petite vérole [SÉV., 109]
Qui contient, donne la peste.
Cet horrible débris d'aigles, d'armes, de chars, Sur ces champs empestés confusément épars [CORN., Mort de Pomp. I, 1]
Mais, madame, porter cette robe empestée Que de tant de poisons vous avez infectée [ID., Médée, IV, 2]
La valeur ne peut rien contre un air empesté [ID., Toison, V, 5]
Qui exhale une très mauvaise odeur.
Fi, ne m'approchez pas, votre haleine est empestée [MOL., Georg. Dand. III, 12]
Fig. Bouche empestée, bouche qui répand l'erreur, la calomnie, etc.
L'erreur.... Sortant pleine d'attraits de sa bouche empestée [BOILEAU, Sat. XI]
Vous, malheureux, assis dans la chaire empestée Où le mensonge règne et répand son poison [RAC., Ath. III, 4]
Malgré l'air empesté qu'elle y respire [MASS., Av. Conc.]