emportement

emportement

n.m.
Vif accès de colère : Elle répondit avec emportement

emportement

(ɑ̃pɔʀtəmɑ̃)
nom masculin
violent accès de colère, d'énervement Il parle avec emportement quand il s'énerve.

EMPORTEMENT

(an-por-te-man) s. m.
Mouvement déréglé, violent, qu'excite une passion.
Tous mes emportements pour la grandeur suprême [CORN., Tite et Bér. IV, 3]
N'attendez pas de moi ces doux emportements Tels que j'en vois paraître au cœur de ces amants [RAC., Baj. III, 2]
Il y a des biens que l'on désire avec emportement [LA BRUY., XI]
Secourons sa valeur qui devient imprudente, Et cet emportement que nous désapprouvons [VOLT., Tancr. V, 2]
C'est dans l'emportement du meurtre et du carnage [ID., Olymp. III, 1]
Sages enfin après l'emportement, Ils jouissaient de ce repos charmant Où tombe une âme heureuse et satisfaite [MALFIL., Narc. ch. IX]
Qu'il y ait eu, dans les premiers moments, quelque emportement dans le pillage, cela doit-il étonner d'une armée exaspérée par de si grands besoins, si souffrante, et composée de tant de nations ? [SÉGUR, Hist. de Napol. VIII, 8]
Ô bonheur de se voir adoré, Qu'avec emportement mon cœur t'a désiré ! [DELAV., Paria, II, 2]
Transport de colère.
De trop d'emportement votre faute est suivie [CORN., Cid, II, 1]
Mais ne voyais-tu pas, dans mes emportements, Que mon cœur démentait ma bouche à tous moments ? [RAC., Andr. V, 3]
Je n'ai trouvé que pleurs mêlés d'emportements [ID., ib. V, 5]
Il [Artaxerce] en fit mourir un grand nombre dans des emportements de colère [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. IV, p. 333, dans POUGENS]
Le roi ne leur répondit que par des emportements et des injures [ID., ib. t. IX, p. 20]
Les termes d'emportement et de débauche qui peuvent blesser la religion et la pudeur [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 82, dans POUGENS]
Dirait-on, à l'emportement qui règne dans les écrits de Saumaise, que c'était au fond un homme facile et la douceur même, jusque-là qu'il se laissait dominer par une femme hautaine ? [ID., ib. p. 395]

REMARQUE

  • Bouhours dit : " Nous avons vu naître ce mot sans que nous sachions précisément qui en est l'auteur. Il naquit durant les guerres civiles ; et on ne le prit d'abord que pour un mouvement et un transport de colère. "

ÉTYMOLOGIE

  • Emporter.

emportement

EMPORTEMENT. n. m. Action de s'emporter. Emportement de colère, de haine. Emportement d'amour, de joie.

Employé absolument, il s'entend d'un Emportement de colère. Grand, violent, terrible emportement. D'horribles emportements. Dans ses emportements, il ne ménage personne. Il est sujet à des emportements, à l'emportement.

emportement

Emportement, Exportatio.

Emportement ou Apportement, Deportatio.

Synonymes et Contraires

emportement

nom masculin emportement
Traductions

emportement

הסתחפות (נ), הקצפה (נ), השתוללות (נ), התגעשות (נ), התקצפות (נ), חמה (נ), חרון (ז), כעסנות (נ), סחיפה (נ), עברה (נ), פרצנות (נ), קציפה (נ), הִסְתַּחֲפוּת, הִשְׁתּוֹלְלוּת, כַּעֲסָנוּת, קְצִיפָה

emportement

collera, furia, impennata

emportement

[ɑ̃pɔʀtəmɑ̃] nm
(tempérament)quick temper
Son impatience et son emportement lui jouent parfois des tours → His impatience and quick temper sometimes get the better of him.
(= mouvement de colère) les emportements de qn → sb's rage