encagé, ée

ENCAGÉ, ÉE

(an-ka-jé, jée) part. passé.
Mis en cage. Un chardonneret encagé.
Mais dès le premier jour il semble Que le couple encagé ne s'aime plus si fort [LAMOTTE, Fabl. IV, 21]
Fig. Mis en prison.
Pour ses méfaits dans la geôle encagé [VOLT., Poés. mêlées, 84]
Que ce petit peuple encagé [les élèves d'un collége] Criait vivat pour un congé [RICHELET, Dict.]
Don Quichotte se considérant ainsi encagé, [, D. Quich. t. I, dans LE ROUX, Dict. comique]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ENCAGÉ. Ajoutez :
    Se dit de la position d'une pièce d'artillerie versée en cage.
    Ces animaux [les éléphants] auraient avec leurs trompes retourné les pièces encagées, comme ils font dans les marches de l'armée anglaise aux Indes [H. GAIDOZ, Rev. des Deux-Mondes, 1er août 1874, p. 506]