encanailler

(Mot repris de encanaillaient)

s'encanailler

v.pr.
Fréquenter ou imiter des gens jugés méprisables ou douteux : Des touristes qui s'encanaillent dans les ruelles du port.

encanailler

(sɑ̃kanaje)
verbe pronominal
fréquenter des personnes de mauvaise réputation Il s'encanaille en allant dans des quartiers mal famés.

ENCANAILLER

(an-ka-nâ-llé, ll mouillées, et non an-ka-nâ-yé) v. a.
Mêler, associer avec de la canaille, avec des gens d'un rang bien inférieur. Avec qui nous avez-vous encanaillés ?
C'est votre rival. - Mon rival ! On m'encanaille de la sorte [DANCOURT, le Retour des officiers, sc. 9]
Je respecte trop vos scrupules aristocratiques, pour vouloir vous encanailler [CH. DE BERNARD, la Femme de 40 ans, § VII]
S'encanailler, v. réfl. Faire société avec la canaille.
Célimène : Le siècle s'encanaille furieusement ! - Élise : Celui-là est joli encore, s'encanaille ! Est-ce vous qui l'avez inventé, madame ? - Célimène : Hé ! - Élise : Je m'en suis bien doutée [MOL., Crit. de l'Éc. des fem. 7]
Je suis dans un étage à paraître plus grande Ou qu'une procureuse, ou bien qu'une marchande ; Rien ne m'est plus fâcheux que de m'encanailler [BOURSAULT, Fables d'Ésope, IV, 3]
Vous vous êtes, ma fille, exposée à cela, En vous encanaillant de cette guenon-là [ID., Mots à la mode, sc. 10]
De ce que je m'encanaille avec un vilain monstre comme cela [HAMILT., Gramm. 3]

REMARQUE

  • Ce mot d'encanailler commence fort à s'introduire ; par exemple on dira : je ne veux point m'encanailler de ces gens-là, c'est pour ceux qu'on ne veut pas voir ; bien qu'il ne soit pas fort en usage, il est bien reçu [MARG. BUFFET, Observ. p. 39, 1668]
    Je ne crains rien tant que de m'encanailler [, mauvais mot de la cour, dit DE CAILLIÈRES, 1690]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et canaille.

encanailler

ENCANAILLER. v. tr. Inciter quelqu'un à déchoir, à se déshonorer en lui faisant fréquenter la canaille. En introduisant cet homme dans notre société, vous nous avez encanaillés. Vous encanaillez ce jeune homme en le conduisant dans ces mauvais lieux.

Il s'emploie plus ordinairement avec le pronom personnel et signifie alors Hanter de la canaille; avoir commerce, se lier avec de la canaille. Dans ce nouveau milieu il risque de s'encanailler.

encanâiller


ENCANâILLER, v. act. [Ankanâ-glié: 3e lon.; mouillez les ll.] Mettre avec de la canâille. "On a encanâillé la Compagnie, par les réceptions qu'on a faites. = Il se dit sur-tout au réciproque: hanter de la canâille. "Il ne faut pas s'encanâiller comme vous le faites. = Ce mot n'est pas ancien dans la Langue. La Touche le traite de mot nouveau. Il est du dernier siècle. Molière fait dire à une précieûse: "Le goût des gens est extrêmement gâté, et le siècle s'encanaille furieusement.