encapuchonné, ée

ENCAPUCHONNÉ, ÉE

(an-ka-pu-cho-né, née) part. passé.
Coiffé d'un capuchon.
Un certain religieux grave, pieds nus et encapuchonné.... [PASC., Prov. 15]
[Frère Jacques] Ce n'était ni un moine, ni un ermite, mais un homme bizarrement encapuchonné de gris [SAINT-SIMON, 112, 209]
Par extension.
Je pleure encore un joli Hermès enfant que j'avais vu dans son entier, vêtu et encapuchonné d'une peau de lion [P. L. COUR., Lett. I, 36]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ENCAPUCHONNÉ. Ajoutez : - REM. Racine, Lett. à M. Vitart, 15 nov. 1661, dit : " Des villageois pieds nus ou ensabotés, ce mot doit bien passer, puisque encapuchonné a passé. " Ce passage montre qu'alors encapuchonné était récent ; en effet, le plus ancien exemple qu'il y ait dans le Dictionnaire est de Pascal.