enclavé, ée

ENCLAVÉ, ÉE

(an-kla-vé, vée) part. passé.
Qui a la situation d'une enclave. Deux diocèses enclavés l'un dans l'autre.
La Bastille et le couvent des Célestins paraissaient enclavés dans son enceinte [de l'hôtel du roi Charles V] [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. III, p. 70, dans POUGENS]
Terme de blason. Enclavé se dit d'un écu parti, dont les parties entrent carrément l'une dans l'autre Terme de diplomatie. Lettres enclavées, lettres renfermées dans d'autres lettres plus grandes. Terme d'obstétrique. Fœtus enclavé, fœtus qui est en enclavement.

REMARQUE

  • Boileau a pris enclavé au sens propre d'encloué : Mais déjà sur son banc la machine [le lutrin] enclavée, Lutr. III.